Miroirs
étrusques et prénestins


Les études en étruscologie jouissent d’une longue et brillante tradition au sein de l’UCL, grâce à des personnalités de notre passé récent comme Fr. De Ruyt et R. Lambrechts, illustres membres de la meilleure école d’archéologie belge. C’est à ce dernier en particulier que l’on doit la conception, au début des années 1990, en avant sur son temps, de la première et actuellement unique base de données de miroirs étrusques et italiques accessible sur la toile, via le site « Miroirs étrusques et prénestins », portail pour l’étude de ce type de matériel.

La base de données est un outil rapide et pratique, ayant servi au cours des dernières années à des dizaines de chercheurs et étudiants pour leurs enquêtes. Malheureusement, le décès de R. Lambrechts en 2005 a eu pour conséquence une longue inactivité du site et une absence de mises à jour. Cela a été dû aussi en raison de problèmes de copyright avec la maison d’édition « Erma di Bretschneider », éditeur du Corpus Speculorum Etruscorum, source première de la base de données. A présent celle-ci ayant été rendue accessible via l'INTRANET UCL-LLN uniquement, ce dernier problème a pu être résolu, et le projet de mise à jour de la base de données a pu reprendre, sous la direction de M. Cavalieri, nouveau professeur d’archéologie romaine et d'antiquités italiques à l’UCL.

La base de données a donc été, et continuera à être, périodiquement mise à jour, constituant un des axes principaux de la recherche du Groupe d’études étrusques et italiques (GEEI), parallèlement aux fouilles archéologiques du site d’Aiano-Torraccia di Chiusi, en Toscane.

Toute personne voulant collaborer et offrir ses travaux de synthèse au site, ou souhaitant consulter la base de données pour une recherche, peut envoyer un courriel au responsable scientifique, M. Marco Cavalieri, marco.cavalieri@uclouvain.be.

LLN, le 2 février 2015

PRÉAMBULE

Dans l'Antiquité, avant le recours au verre, les miroirs étaient généralement en métal. L'Étrurie et la cité latine de Préneste ont produit de tels objets en grand nombre, créant formes, décors et style d'une richesse et d'une originalité exceptionnelles. On estime à quelques milliers le nombre de ces miroirs encore conservés dans le monde. Beaucoup cependant n'ont pas encore été édités, et beaucoup ne l'ont pas été de manière scientifiquement acceptable. Pour encourager, poursuivre ou approfondir l'étude de ces œuvres, il est donc apparu utile de grouper en base de données ce qui aujourd'hui peut être provisoirement considéré comme acquis en ce domaine. En guise d'introduction à cette base de données, le chercheur est invité à ouvrir l'exposé de synthèse intitulé Les miroirs étrusques et prénestins. Il y trouvera une présentation et une brève histoire de ces miroirs, ainsi que des recherches qu'ils ont suscitées.

Les miroirs étrusques et prénestins

Autre article : Miroirs étrusques et informatique

Base de données


page : UCL
Responsables du projet : Roger Lambrechts (décédé le 13 août 2005) - Marco Cavalieri <Marco.Cavalieri@uclouvain.be>
Design & Réalisation informatique : Boris Maroutaeff <boris.Maroutaeff@uclouvain.be>

Dernière mise à jour : 2 févirier 2015