VIRGILE

Didon et Énée

 

Énéide I, 418-465

 

Au fil Grammaire et langue texte

 


 

 

corripuere : = corripuerunt (le /e/ de la désinence est long) : 3e pers. plur. ind. pft. A. de corripere.

ascendebant : 3e pers. plur. ind. impft. A. de ascendere ; imparfait de la durée ou de l'action en cours dans le passé qui s'oppose au parfait de l'action ponctuelle (corripuere).

plurimus : n. m. sg., attr. de qui, qui a pour antécédent collem.

urbi : D. f. sg., complément du verbe imminet.

magalia quondam : acc. n. pl., apposition à molem.

ducere, moliri, subuoluere, optare, concludere: inf. pr. historiques de narration.

immanis : = immanes, acc. f. pl. épithète de columnas. Le /i/ de la désinence est long, contrairement au /i/ du nominatif ou du génitif singuliers.

rupibus : abl. f. pl., abl. d'éloignement complément de excidunt.

decora alta :  acc. n. pl., apposition à columnas.

qualis : n. m. sg., adj. relatif qui s'accorde avec labor ; corrélatif d'un talis sous-entendu : = [talis labor Tyrios exercet] qualis labor exercet apes.

aestate noua : abl. f. sg., abl. temps : « au retour de l'été ».

adultos : acc. m. pl., attr. de fetus.

ignauom pecus : (= ignauum pecus) acc. n. sg., apposition à fucos.

fortunati : attr. de (ei) quorum.

surgunt : 3e pers. pl. ind. pr. A. de surgere. Base d'une proposition relative déterminative (à l'indicatif) : cette relative « identifie », « définit » les personnes dont on dit qu'elles sont heureuses ; elle ne les « qualifie » pas. Cette phrase a une valeur proverbiale : dans un proverbe, l'antécédent n'est jamais identifié pleinement ; les relatives servent précisément à identifier le groupe ou l'individu général qui est l'objet de la sententia. « Bienheureux ceux dont… ». En revanche, dans l'expression fortunati (ei) quorum… surgant (au subj.), (ei) devrait se traduire par « eux dont » : il s'agirait alors non plus d'une relative déterminative à l'indicatif, mais d'une relative qualificative au subjonctif ; la relative ne servirait pas à identifier un antécédent bien connu (à savoir les Carthaginois dont on vient de parler), mais à lui donner une qualité particulière en rapport avec le bonheur qu'on leur reconnaît.

dictu : supin à l'ablatif du verbe dicere, complément verbal de l'adjectif mirabile (CLAVIS, 188).

ulli : D. m. sg. de ullus, a, um ; complément d'agent de cernitur. Tournure surtout poétique.

fuit : 3e pers. sg. ind. pft. de esse : se traduit en français par l'imparfait de la durée : « il y avait ».

umbrae : gén. f. sg. complément de l'adjectif laetissimus qui marque l'abondance.

quo : adj. rel., abl. m. sg., détermine loco : quo… loco = locus (in) quo : attraction de l'antécédent dans la relative, où le pronom relatif devient un adj. relatif. Cet antécédent est régulièrement inséré dans la relative quand il fonctionne comme apposé : ici, locus serait apposé à lucus. Abl. lieu de situation sans préposition.

effodere : = effoderunt (cfr. corripuere).

monstrarat : = monstrauerat : 3e pers. sg. ind. PQP actif de monstrare.

sic…gentem : prop. inf. dans un style indirect « libre » qui se rattache au sens déclaratif contenu dans monstrarat : Junon avait indiqué le présage mais, tout en l'indiquant, elle l'avait expliqué.

uictu : abl. m. sg., complément de l'adjectif facilem, qui marque l'abondance.

donis numine : abl. compléments de l'adj. opulentum, qui marque l'abondance.

v. 448 : vers hypermètre : il compte une syllabe de trop. Cette irrégularité peut être réduite si on élide le -que final sur la première syllabe du vers suivant en hiatus.

cui : D. n. sg. (ant.: templum) : D. complément de phrase qui désigne la personne ou l'objet en vue de qui une action se passe ou pour qui une situation existe.

gradibus : abl. m. pl., abl. lieu situation sans préposition.

nexae : = nexae erant.

foribus : abl. f. pl., abl. lieu situation sans préposition.

ausus : = ausus est.

adflictis rebus : abl. absolu ou D. complément indirect de confidere, le participe isolé ayant une valeur concessive.

lustrat : 3e pers. sg. ind. pr. A. de lustrare : base de la proposition temporelle introduite par dum, « tandis que » + présent historique qui échappe à la concordance (CLAVIS 253).

sit : 3e pers. sg. subj. pr. de esse. Base de la proposition interrogative indirecte introduite par l'adj. interr. quae et complétive de miratur. Zeugma syntaxique : miratur se construit ici avec une double construction : une complétive interr. ind. et deux COD à l'acc. (manus, laborem).

urbi : D. f. sg., datif de « possession » avec esse.

fama : abl. f. sg. Abl. de modalité.

laboris : G. m. sg., complément de l'adj. plena qui marque l'abondance.

sua : déterminant possessif ; nom. n. pl. ; s'accorde avec praemia. Il ne s'agit pas du réfléchi, puisque, par définition, le réfléchi, qui renvoie au sujet, ne peut être au nominatif. Dans cet emploi nominatif, le déterminant suus a une valeur particulière d'insistance, avec la nuance « qui revient en propre », « son propre », et il renvoie à un possesseur qui n'est pas sujet : Trahit sua quemque uoluptas : « chacun est entraîné par son propre plaisir » (buc. II, 65) ; sopor suus occupat artus : « un sommeil bien mérité envahit leurs membres » (georg. IV, 190) (CLAVIS 61).

laudi : D. f. sg. Datif de « possession » avec esse.

tibi : D. « éthique », sans valeur personnelle : Achate n'est que témoin ; Énée pense ici non seulement à Achate, mais à tous ses compagnons et à lui-même (cfr. « On vous le suspendit » ; « Qu'est-ce que vous m'avez fait là ! »)

pictura : abl. f. sg. Abl. de modalité.

multa : acc. n. pl. Acc. adverbial complément de gemens, verbe intransitif.

 

Responsable académique : Paul-Augustin Deproost
Analyse : Jean Schumacher
Design & réalisation inf. : Boris Maroutaeff

Dernière mise à jour : 30 septembre 2015