Itinera Electronica - Hodoi Elektronikai

base de données : Fiches de lecture


  Accueil     Liste des fiches     Recherche     Fiche de lecture     Administration  

Langue Grec
Auteur Hippocrate
Références De la maladie sacrée, XIV
Sujet Pour Hippocrate toutes nos sensations, tous nos sentiments proviennent du cerveau
Descripteurs Hippocrate; sensations; sentiments; cerveau; plaisirs; peines; laid; beau; folie; fou; crainte; angoisse;
Hypertexte http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#Hippocrate
Extrait Grec
??d??a? d? ??? t??? ?????p???, ?t? ?? ??de??? ?µ?? a? ?d??a? ?????ta? ?a? a? 
e?f??s??a? ?a? ????te? ?a? pa?d?a? ? ??te??e?, ?a? ??pa? ?a? ???a? ?a? 
d?sf??s??a? ?a? ??a??µ??. ?a? t??t? f???e?µe? µ???sta ?a? ??e?µe? ?a? 
ß??p?µe? ?a? ?????µe? ?a? ????s??µe? t? te a?s??? ?a? t? ?a?? ?a? t? ?a?? 
?a? ??a?? ?a? ?d?a ?a? ??d?a, t? µ?? ??µ? d?a??????te?, t? d? t? ??µf????t? 
a?s?a??µe???, t? d? ?a? t?? ?d???? ?a? t?? ??d?a? t??s? ?a????s? 
d?a????s???te?, ?a? ?? ta?t? ???s?e? ?µ??. ?? d? a?t? t??t? ?a? µa???µe?a ?a? 
pa?af?????µe?, ?a? de?µata ?a? f?ß?? pa??sta?ta? ?µ?? t? µ?? ???t??, t? d? 
µe?´ ?µ????, ?a? ???p??a ?a? p????? ??a????, ?a? f???t?de? ??? ???e?µe?a?, ?a? 
????s?? t?? ?a?este?t?? ?a? ????? ?a? ?pe????. ?a? ta?ta p?s??µe? ?p? t?? 
???ef???? p??ta, ?ta? ??t?? µ? ???a???, ???´ ? ?e?µ?te??? t?? f?s??? ????ta? 
? ?????te??? ? ????te??? ? ????te???, ? t? ???? pep???? p???? pa?? t?? 
f?s?? ? µ? ???e?. ?a? µa???µe?a µ?? ?p? ????t?t??? ???ta? ??? ????te??? t?? 
f?s??? ??, ?????? ????es?a?, ???e?µ???? d? µ?te t?? ???? ?t?eµ??e?? µ?te t?? 
?????, ???´ ????te ???? ???? ?a? ????e??, t?? te ???ssa? t??a?ta 
d?a???es?a? ??a ?? ß??p? te ?a? ????? ???st?te? ???s?? d´ ?? ?t?eµ?s? ? 
????fa??? ??????, t?s??t?? ?a? f????e? ? ?????p??.
 
Traduction française
 Il faut savoir que, d'une part, les plaisirs, les joies, les ris et les jeux, d'autre part, les 
chagrins, les peines, les mécontentements et les plaintes ne nous proviennent que de 
là (du cerveau). C'est par là surtout que nous pensons, comprenons, voyons, 
entendons, que nous connaissons le laid et le beau, le mal et le bien, l'agréable et le 
désagréable, soit que nous distinguions ces choses par les conventions d'usage, soit 
que nous les reconnaissions par l'utilité qu'elles nous procurent, ressentant, dans 
cette utilité même, le plaisir et le déplaisir, suivant les opportunités, les mêmes objets 
ne nous plaisant pas. C'est encore par là que nous sommes fous, que nous délirons, 
que des craintes et des terreurs nous assiégent, soit la nuit, soit après la venue du 
jour, des songes, des erreurs inopportunes, des soucis sans motifs, l'ignorance du 
présent, l'inhabitude, l'inexpérience. Tout cela, nous l'éprouvons par le cerveau 
quand il n'est pas sain, c'est-à-dire quand il est trop chaud, ou trop froid, ou trop 
humide, ou trop sec, ou quand il a éprouvé quelque autre lésion contre nature à 
laquelle il n'est pas habitué. La folie provient de son humidité; en effet, devenu trop 
humide, il se meut nécessairement; se mouvant, ni la vue, ni l'ouïe ne sont sûres, le 
patient voit et entend tantôt une chose tantôt une autre; la langue exprime ce qu'il 
voit et entend. Mais, tout le temps que le cerveau est dans le repos, l'homme a sa 
connaissance.

Trad. : E. LITTRÉ, Oeuvres complètes d'Hippocrate, tome II; Paris, Baillière, 1840   
Date : 02-09-2009

 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002