Itinera Electronica - Hodoi Elektronikai

base de données : Fiches de lecture


  Accueil     Liste des fiches     Recherche     Fiche de lecture     Administration  

Langue Latin
Auteur Augustin
Références La Cité de Dieu, I, 30
Sujet Scipion Nasica avait vu juste : il NE fallait PAS détruire Carthage !
Descripteurs Scipion Nasica; Carthage; Caton; détruire; guerre civile; calamités; concorde;
Hypertexte [à venir]
Extrait Latin
Scipion le prévoyait, Scipion, votre grand pontife et le plus vertueux des Romains au 
jugement du sénat, lorsqu'il s'opposait à la destruction de Carthage, alors rivale 
de l'empire, contre le sentiment de Caton, impatient de sa ruine. Il redoutait un autre 
ennemi pour les âmes amollies, la sécurité, et ne voulait pas émanciper le pupille 
romain de son tuteur nécessaire, la crainte. L'événement justifie sa prévoyance. 
Carthage détruite, sous ces ruines l'éternelle terreur de Rome étouffée et ensevelie, 
c'est alors que la fortune engendre une déplorable suite de calamités. Le joug de la 
concorde est brisé et vole en éclats ; puis, de sanglantes séditions, et, par un 
enchaînement de causes funestes, les guerres civiles, effroyables désastres, 
le sang coule à torrents; une soif cruelle de proscriptions et de rapines s'allume; les 
Romains qui, dans les âges de vertu, ne craignaient rien que de leurs ennemis, 
déchus des moeurs héréditaires, ont tout à souffrir de leurs concitoyens; et cet appétit 
de domination, entre toutes les passions du genre humain, la plus enivrante pour 
toute âme romaine, étant demeuré vainqueur dans un petit nombre des plus 
puissants, trouve le reste accablé, abattu, et le plie à l'esclavage.
Traduction française
Scipion le prévoyait, Scipion, votre grand pontife et le plus vertueux des Romains au 
jugement du sénat, lorsqu'il s'opposait à la destruction de Carthage, alors rivale 
de l'empire, contre le sentiment de Caton, impatient de sa ruine. Il redoutait un autre 
ennemi pour les âmes amollies, la sécurité, et ne voulait pas émanciper le pupille 
romain de son tuteur nécessaire, la crainte. L'événement justifie sa prévoyance. 
Carthage détruite, sous ces ruines l'éternelle terreur de Rome étouffée et ensevelie, 
c'est alors que la fortune engendre une déplorable suite de calamités. Le joug de la 
concorde est brisé et vole en éclats ; puis, de sanglantes séditions, et, par un 
enchaînement de causes funestes, les guerres civiles, effroyables désastres, 
le sang coule à torrents; une soif cruelle de proscriptions et de rapines s'allume; les 
Romains qui, dans les âges de vertu, ne craignaient rien que de leurs ennemis, 
déchus des moeurs héréditaires, ont tout à souffrir de leurs concitoyens; et cet appétit 
de domination, entre toutes les passions du genre humain, la plus enivrante pour 
toute âme romaine, étant demeuré vainqueur dans un petit nombre des plus 
puissants, trouve le reste accablé, abattu, et le plie à l'esclavage.

Trad. : L. MOREAU, La Cité de Dieu de Saint Augustin.  
Tome premier. Paris, Lecoffre, 1855
Date : 19-06-2006

 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002