Itinera Electronica - Hodoi Elektronikai

base de données : Fiches de lecture


  Accueil     Liste des fiches     Recherche     Fiche de lecture     Administration  

Langue Grec
Auteur Diodore de Sicile
Références La Bibliothèque historique, XX, 91
Sujet Une autre description de l'hélépole, machine de guerre
Descripteurs hélépole; machine de guerre; tour;
Hypertexte http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#DIODORE
Extrait Grec
pa?as?e?as?µe??? ??? ???? pa?t??a? p????? ?ates?e?ase µ??a??? t?? 
?a???µ???? ???p????, ?pe?a????sa? p??? t? µe???e? t?? p?? a?t?? 
?e??µ????.?s?a???? ??? ??t?? tet?a????? t?? µ?? p?e????
???st?? ?pest?sat? p???? s?ed?? pe?t????ta, s?µpep????a? 
?? tet?a????? ????? s?d??? dedeµ?????t?? d? ??? µ?s?? ???a? d???aße 
d????? ??????? ?pe???sa?? ?sa?e? p????, ?p?? pa??stas?? ? t??? p????e?? 
t?? µ??a??? µ?????s??. t? d? p?? ß???? ?? ?p?t?????, ste?e??? ?a? µe?????? 
??t? t?????? ?pe???µµ????? t? ??? p??? t?? ???d?? ?p???e p???? d?e??, 
ses?d???µ??a ?ep?s?? ?s???a??. p??? d? t?? ?? p?a??a? µet??es?? ?sa? 
??t?st?epta pep?a?µate?µ??a, d?´ ?? ? p?sa µ??a?? ??d??? pa?t??a? 
?pe??µßa?e ????s??. ?? d? t?? ?????? ?p????? ????e? ?s?? t? µ??e?, ß?a?? 
?e?p??te? t?? ??at?? p????, ??t?? s???e?e???te? e?? ???????? ?? t?? pa?t?? 
?atas?e??sµat?? ??t?? ???east???? t?? µ?? p??t?? st???? ?p???e?? 
??a???? tessa?????ta t????, t?? d´ ???t?t? ????a. t?? d? t?e?? ?p?fa?e?? 
p?e???? t?? µ??a??? ????e? s??e?????e ?ep?s? s?d??a?? ?a????µ??a??, ??a
µ?d?? ?p? t?? p??f???? ß??pt?ta?. ????da? d´ e???? a? st??a? ?at? 
p??s?p??, t??? µe???es? ?a? t??? s??µas? p??? t?? ?d??t?ta? t?? µe????t?? 
?f?es?a? ße??? ??µ????sa?. a?ta? d? e???? ?a??µµata d?? µ??a??? 
??asp?µe?a, d?´ ?? ?sf??e?a? ???µßa??? ?? ?at? t?? st??a? pe?? t?? ?fes?? 
t?? ße??? ??ast?ef?µe???? ?sa? µ?? ??? ?? ß??s?? pe??e??aµµ??a,
p???? d? ?????, e?? t? t? p???? ??d?d??a? t?? ????ß????. ???st? d? t?? ste??? 
e??e d?? ???µa?a? p?ate?a?, ?? t? µ?? p??? t?? ??a??µ?d?? t?? ???s?µ??, t? 
d? p??? t?? ?at?ßas?? ?????t? p??? t? ????? ????ß?? p?? ?p??ete?s?a?. ?? d? 
µ?????te? ????se?? t?? µ??a??? ??e?????sa? ?? ?p?s?? t?? d???µe?? ?? 
ta?? ??µa?? d?af????te? ??d?e? t??s?????? ?a? tet?a??s???? t??t?? d´ ?? µ?? 
??t?? ?p???f???te?, ?? d´ ?? t?? ?p?s?e? µe??? pa??st?µe??? p??e?????,
p???? t?? t????? s??e????s?? e?? t?? ????s??.
Traduction française
Après s'étre procuré une immense quantité de matériaux, il fit construire une 
machine appelée hélépole plus grande que toutes celles inventées jusqu'alors. La base 
était carree; chaque côté formé de poutres équarries, jointes ensemble par des 
crampons de fer, avait à peu près cinquante coudées de long. L'espace intérieur était 
étagé par des planches, et destinées à porter ceux qui devaient faire jouer la 
machine. Toute la masse était supportée par des roues au nombre de huit, laissant 
entre elles environ une coudée d'intervalle, grandes et solides. Les jantes des roues, 
garnies de cercles de fer, avaient deux coudées d'épaisseur, et, pour pouvoir 
imprimer à la machine toute sorte de directions, on y avait adapté des pivots 
mobiles. Les quatre angles étaient formés par quatre piliers de cent coudées de 
hauteur, et légèrement inclinés en haut et de manière que toute la bâtisse était 
partagée en neuf étages. Le plus bas se composait de quarante-trois planches et le 
plus élevé de neuf. Trois côtés de cette bâtisse étaient recouverts extérieurement 
par des lames de fer pour les garantir contre les torches allumées. Sur le quatrième 
côté, faisant face à l'ennemi, étaient pratiquées, à la hauteur de l'étage, des fenêtres 
proportionnées aux projectiles qui étaient lancés sur l'ennemi. Ces fenêtres étaient 
garnies d'auvents, fixés par des ressorts, et derrière lesquels se trouvaient à l'abri les 
hommes qui lançaient des projectiles. Ces auvents étaient formés de peaux cousues 
ensemble et bourrées de laine pour amortir le choc des pierres lancées par les 
lithoboles. Enfin, à chaque étage étaient deux échelles larges; l'une servait pour 
monter et apporter les munitions nécessaires, et l'autre pour descendre, afin de ne 
pas troubler la régularité du service. Les hommes les plus vigoureux de l'armée, 
au nombre de trois mille quatre cents, furent choisis pour mettre en mouvement cet 
immense appareil de guerre, les uns, placés en dedans, les autres en dehors et en 
arrière, firent leurs efforts pour le faire mouvoir, secondés par les moyens de l'art.

[tiré de : Ferd. HOEFER, La Bibliothèque historique de Diodore de Sicile, 
t. IV, Paris, Hachette, 1865]
Date : 10-11-2006

 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002