Itinera Electronica - Hodoi Elektronikai

base de données : Fiches de lecture


  Accueil     Liste des fiches     Recherche     Fiche de lecture     Administration  

Langue Grec
Auteur Denys d'Halicarnasse
Références Les Antiquités romaines, V, 8
Sujet Le consul Brutus condamne à mort ses propres fils et assiste à leur exécution
Descripteurs Brutus; consul; Rome; fils; punition; condamnation à mort; traîtres; exécution; verges; décollation; tribunal; conjurés; enfants; père; larmes; sévérité; licteurs; peuple;
Hypertexte http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#Denys_hal
Extrait Grec
?? d? µet? ta?ta ???a ?at???? t?? ?p?t?? ????t?? µe???a ?a? ?a?µast? 
???e?? ????, ?f´ ??? µ???sta f?????s? ??µa???, d?d???a µ? s????? ?a?
?p?sta t??? ????s? d??? ???e??, ?pe?d? pef??as?? ?pa?te? ?p? t?? ?d??? 
pa??? t? pe?? t?? ????? ?e??µe?a ????e?? ?a? t? p?st?? ?p?st?? ?f´ ?a?t???
p??e??? ??? d´ ??? ?µ??. ?pe?d? ??? ?µ??a t???sta ????et?, ?a??sa? ?p? t? ß?µa 
?a? t?? ?p?st???? t?? ?? t? s???µ?s?? d?as?ept?µe???, ?? e??e t?? ?p? t??
???? ??afe?sa? ta?? sf?a??s?? ??at??a? ?????sa? ?a? µet? t? ??sa? t? s?µe?a 
t??? ?e??????f???, ??a???s???a? p??t?? ????e?se? ?µf?t??a? ?p? t?? 
??aµµat??? e?? t?? ?p??t?? t?? pa???t?? ?????? ?pe?ta ???e?? ????e?se t??? 
pa?s??, e? t? ß?????ta?. ?? d´ ??? ?t??µ?se? a?t?? ??d?te??? p??? ????s?? 
??a?d? t?ap?s?a?, ???? ?ate??f???te? ?a?t?? ???a??? ?µf?te???, ?????? d´ 
?p?s??? ?????? ???stata? ?a? s??p?? p???????a? ??de??µ???? ?p??t??, t? 
t???? ????se?, ???at?? ?f? ?atad????e?? t?? t?????? ?f´ ? p??te? ?????a??? 
??? ??????te? t????t?? ??d?a ??µ?????a? t????? ?a??t? ?a? ?a???es?a? t?? 
????? t?? µe??a???? ?ß?????t? t? pat??. ? d´ ??te t?? f???? a?t?? ??te t?? 
??µ???? ??as??µe??? ????e?se t??? ?p???ta?? ?p??e?? t??? ?ea??s???? 
???f???µ????? ?a? ??t?ß?????ta? ?a? ta?? f??t?ta?? a?t?? ??a?a???µ?????
p??s?????a??. ?a?µast?? µ?? ?a? t??t? p?s?? ?f??? t? µ?d?? ??d???a? t?? 
??d?a µ?te p??? t?? de?se?? t?? p???t?? µ?te p??? t??? ???t??? t?? t??t??,
p???? d´ ?t? t??t?? ?a?µas??te??? t? pe?? t?? t?µ???a? a?t?? ?µe????t??. 
??te ??? ?????? p?? s??e????se? ?pa????ta? t??? ????? ??? t?? ?p??t??
??e?? ?p??a?e??, ??t´ a?t?? ?? t?? ?????? ?pa?e????se?, ??? ??e???? 
???as??s?, t?? de???? ??a? ??t?ep?µe???, ??t´ ??e? p??p??a??sµ?? ?f??e? 
a?t??? t?? ???f?sµ???? ??p????sa? µ???a?? ???? p??ta t? pe?? t?? t?µ???a? 
??? ?a? ??µ?µa f???tt??, ?sa t??? ?a???????? ?p??e?ta? pa?e??, ?? ????? 
p??t?? ????t?? a???s???ta? t? s?µata p???a??, a?t?? ?pas? t???
?????µ????? pa???, t?te s??e????se t??? a????a? t??? pe???es?? ?p???p??a?. 
?p?? ?pa?ta d? t? pa??d??a ?a? ?a?µast? t?? ??d??? t? ?te??? t?? ??e?? ?a?
?te??t?? ??? ?? ?e t?? ????? ?p??t?? ?s?? t? p??e? pa?e?????t? ??a???t?? 
µ???? ??t´ ??a??a?s?µe????f?? t?? µ???? t?? t????? ??t´ ?p??µ??a? 
?a?t?? t?? ?a?e???s?? t?? ????? ???µ?a? ??t´ ???? µa?a??? ????? ??d???, 
???´ ?da???? te ?a? ?st??a?t?? ?a? ?te??? d?aµ???? e??a?d??? ??e??e t?? 
s?µf????. ??t?? ?s????? ?? t?? ???µ?? ?a? ß?ßa??? t? ??????ta d?at??e?? ?a? 
t?? ?p?ta?att??t?? t??? ????sµ??? pa??? ?a?te???.
 
Traduction française
JE crains que ce que je vais dire maintenant de l'action généreuse du consul Brutus si 
vantée chez les Romains, ne paraisse trop dur aux autres {nations et surtout à nos} 
Grecs pour mériter quelque créance. En effet tous les hommes sont ainsi faits que ce 
qui se passe chez eux devient la règle du jugement qu'ils portent sur ce qu'on leur 
raconte des autres peuples, et quelque créance que mérite un fait avéré, ils ne 
peuvent y ajouter foi dès qu'il n'est pas conforme à leurs mœurs ou aux principes 
qu'ils ont reçus dans leur éducation. Quoique en soit, je ne laisserai pas de rapporter 
ce que fit le consul en cette occasion. Aussitôt qu'il fut jour, Brutus s'assit sur son 
tribunal.  Il jeta les yeux sur les lettres des conjurés, et reconnaissant d'abord au 
cachet et à l'écriture celles de ses fils, il les fit lire toutes les deux par un secrétaire qui 
prit un ton de voix assez haut pour le faire entendre de toute l'assemblée. La lecture 
achevée, le consul commanda à ses enfants de répondre, s'ils avaient quelque chose à 
dire pour leur défense. Mais ces deux jeunes gens ne furent pas assez hardis pour 
s'inscrire en faux contre une vérité constante, et s'étant déjà condamnés eux-mêmes 
ils n'eurent recours qu'aux larmes.  Brutus fut un moment sans parler; il se leva 
ensuite, et ayant fait faire silence, lorsqu'il vit que tout le peuple était attentif au 
dénouement de cette grande  affaire ; il prononça la sentence de mort contre ses deux  
fils.VI.  ALORS toute l'assemblée se récria qu'il n'était pas juste qu'un homme comme 
Brutus eût le chagrin de voir mourir ses enfants, et voulut qu'on leur accordât la vie 
en faveur de leur père.  Mais malgré ces remontrances, insensible aux larmes des 
deux coupables, le consul ordonna aux licteurs de les conduire à la mort. Il ne se 
laissa fléchir ni par leurs gémissements ni par les prières les plus touchantes qu'ils lui 
adressaient nommément avec les termes les plus tendres et les plus capables de lui 
gagner le cœur. Tous les citoyens étaient surpris de voir un père qui n'écoutait ni la 
voix de la nature qui parlait en faveur de son sang, ni les vives sollicitations d'une 
nombreuse assemblée qui tâchait de le ramener à la douceur. Mais la sévérité qu'il fit 
paraitre dans la manière de les punir, étonna beaucoup plus. Non seulement il ne 
permit pas qu'on les menât ailleurs pour dérober aux yeux du peuple le triste 
spectacle de leur mort ; il ne se retira pas lui-même de la place publique qu'ils 
n'eussent été punis, se mettant peu en peine de s'épargner la douleur de voir mourir 
ses propres fils d'une mort si tragique. Pour observer dans toute l'exactitude la 
rigueur des lois portées contre les malfaiteurs, il ne leur épargna ni l'ignominie d'un 
supplice public, ni la honte d'être battus et déchirés de verges. Enfin il voulut qu'on 
les décollât au milieu de la grande place devant tout le monde, et assista en personne 
à cette sanglante exécution jusqu'à ce qu'il eut vu tomber leurs têtes sous les coups 
des bourreaux. Davantage, il regarda leur punition, avec des yeux attentifs sans en 
paraître touché : et ce  qui surpasse toute créance, les spectateurs fondant en larmes, 
il fut le seul qui ne versa point sur le sort de ses enfants. D'une constance 
inébranlable au milieu des malheurs de sa famille, à l'épreuve de toutes les rigueurs 
de  la fortune, il ne lui échappa aucune plainte, il ne poussa pas un soupir ; il sut 
arrêter les mouvement de la tendresse paternelle; il supporta généreusement la vue 
de cette cruelle tragédie sans qu'il parût aucune altération sur son visage ; tant il est 
vrai qu'il donnait à la raison tout l'empire qu'elle peut avoir sur les passions, et que 
ferme dans les arrêts qu'il prononçait, rien n'était capable de lui troubler l'esprit ou 
de le détourner du parti qu'il avait pris.

Trad. : M. BELLANGER, Les Antiquités romaines de Denys d'Halicarnasse. 
Tome I. Paris, Lottin, 1723
Date : 25-06-2009

 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002