Itinera Electronica - Hodoi Elektronikai

base de données : Fiches de lecture


  Accueil     Liste des fiches     Recherche     Fiche de lecture     Administration  

Langue Latin
Auteur Augustin
Références La Cité de Dieu, VI, 10
Sujet Sénèque condamne les rites pratiqués dans les mystères
Descripteurs Sénèque; superstition; rites; mystères; virilité; sang; prières; cruauté;
Hypertexte http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/intro.htm#augustin
Extrait Latin
De ipsis uero ritibus crudeliter turpibus quam libere scripsit! "Ille, inquit, uiriles sibi 
partes amputat, ille lacertos secat. Vbi iratos deos timent, qui sic propitios merentur? 
Dii autem nullo debent coli genere, si hoc uolunt. Tantus est perturbatae mentis et 
sedibus suis pulsae furor, ut sic dii placentur, quem ad modum ne quidem homines 
saeuiunt taeterrimi et in fabulas traditae crudelitatis. Tyranni lacerauerunt 
aliquorum membra, neminem sua lacerare iusserunt. In regiae libidinis uoluptatem 
castrati sunt quidam; sed nemo sibi, ne uir esset, iubente domino manus adtulit. 
Se ipsi in templis contrucidant, uulneribus suis ac sanguine supplicant. Si cui 
intueri uacet, quae faciunt quaeque patiuntur, inueniet tam indecora honestis, 
tam indigna liberis, tam dissimilia sanis, ut nemo fuerit dubitaturus furere 
eos, si cum paucioribus furerent; nunc sanitatis patrocinium est insanientium turba."
Traduction française
Mais avec quelle liberté parle-t-il de l'obscène cruauté de ces mystères ! «Celui-ci, dit-
il, se retranche la virilité; celui-là se fait aux bras des incisions. Peut-on craindre la 
colère des dieux quand on se concilie leur faveur à ce prix ? Ah ! s'ils demandent un 
tel culte, on ne leur en doit aucun. La raison troublée, et comme expulsée de son 
intime demeure, tombe dans cet excès de fureur qui prétend fléchir les dieux par 
des actes qui révolteraient même la cruauté des hommes. Ces odieux tyrans dont la 
tragédie a perpétué la mémoire déchirent les membres de leurs victimes; jamais ils 
n'ordonnent à un malheureux de se déchirer lui-même. Quelques-uns sont mutilés 
pour servir au plaisir des rois, jamais un esclave, sur l'ordre de son maître, n'attente à 
sa propre virilité. Eux, dans leurs temples, se meurtrissent à l'envi. Des blessures, du 
sang, voilà leurs prières. S'il était loisible de considérer ce qu'ils font et ce qu'ils 
souffrent, on verrait des actes si contraires à l'honneur,à la liberté, à la raison, qu'il 
serait impossible de douter de leur délire et de leur fureur, si cette folie était plus 
rare. L'unique garantie de leur raison est dans la multitude des insensés.»

Trad. : L. Moreau, La Cité de Dieu de Saint Augustin; 
Tome premier, Paris, Lecoffre, 1853
Date : 28-08-2006

 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002