Itinera Electronica - Hodoi Elektronikai

base de données : Fiches de lecture


  Accueil     Liste des fiches     Recherche     Fiche de lecture     Administration  

Langue Latin
Auteur Aulu-Gelle
Références Les Nuits attiques, XVII, 9
Sujet cryptographie : un message secret gravé sur la tête d'un esclave
Descripteurs cryptographie; tête; esclave; message secret; raser; cheveux; Histiée; Aristagoras; barbare; Perses;
Hypertexte http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/intro.htm#aulu
Extrait Latin
(18) Est et alia in monumentis rerum Graecarum profunda quaedam et 
inopinabilis latebra barbarico astu excogitata. (19) Histiaeus nomine fuit 
loco natus in terra Asia non ignobili. (20) Asiam tunc tenebat imperio rex 
Darius. (21) Is Histiaeus, cum in Persis apud Darium esset, Aristagorae 
cuipiam res quasdam occultas nuntiare furtiuo scripto uolebat. (22) 
Comminiscitur opertum hoc litterarum admirandum. Seruo suo diu oculos 
aegros habenti capillum ex capite omni tamquam medendi gratia deradit 
caputque eius leue in litterarum formas conpungit. (23) His litteris quae 
uoluerat perscripsit, hominem postea, quoad capillus adolesceret, domo 
continuit. (24) Vbi id factum est, ire ad Aristagoran iubet (25) et 'cum 
ad eum' inquit 'ueneris, mandasse me dicito, ut caput tuum, sicut nuper 
egomet feci, deradat.' (26) Seruus, ut imperatum erat, ad Aristagoran 
uenit mandatumque domini adfert. (27) Atque ille id non esse frustra 
ratus, quod erat mandatum, fecit. Ita litterae perlatae sunt.
 
Traduction française
On trouve encore dans l'histoire grecque un autre stratagème, vrai chef-d'œuvre de 
ruse, et digne des barbares ; il fut imaginé par Histiée, né en Asie, d'une famille assez 
illustre. Darius y régnait alors. Cet Histée, établi chez Perses, à la cour de Darius 
voulait faire passer secrètement à un certain Aristagoras des nouvelles importantes. 
Voici le curieux moyen de correspondance, auquel il eut recours : un de ses esclaves 
souffrait depuis longtemps des yeux ; sous prétexte de le guérir, il lui rase toute la 
tête, et trace des caractères par des piqûres sur la peau mise à nus ; il écrivit ainsi ce 
qu'il voulait - Il garda l'homme chez lui jusqu'à ce que sa chevelure ait repoussé ; 
alors il l'envoie à Aristagoras : Quand tu seras arrivé, lui dit-il, recommande-lui bien, 
en mon nom, de te raser la tête, comme je l'ai fait moi-même. L'esclave obéit, se rend 
chez Aristagoras, et lui transmet la recommandation de son maître. Celui-ci, 
persuadé qu'elle ne lui est pas faite sans motif, s'y soumet : c'est ainsi que la lettre 
parvint à son adresse.

Trad. : M. Charpentier - M. Blanchet, Oeuvres complètes d'Aulu-Gelle. 
Deux tomes. Paris, Garnier, 1927 (?) - Bibliothèque latine française n°31
Date : 02-04-2008

 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002