Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     24-10-2002

Sujets :
César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, Lv. VII - Bourges (Avaricum)

Notice :

Jean-Hervé BRADOL, dans un article intitulé Nous n'avons jamais été civilisés!, paru dans Le MONDE, édition du jeudi 26 septembre 2002, dit ceci:

Dans son récit de la Guerre des Gaules, César justifie le massacre de 40.000 personnes à Avaricum (Bourges) par les nécessités de la pacification, de l'extension du domaine du droit ..., et de la lutte contre les sacrifices humains.

Allusion est ainsi faite au VIIième livre des Commentaires sur la Guerre des Gaules. Nous lisons, en effet, au chapitre 28:

[7,28] Hostes re noua perterriti muro turribusque deiecti in foro ac locis patentioribus cuneatim constiterunt, hoc animo ut si qua ex parte obuiam contra ueniretur acie instructa depugnarent. Vbi neminem in aequum locum sese demittere, sed toto undique muro circumfundi uiderunt, ueriti ne omnino spes fugae tolleretur, abiectis armis ultimas oppidi partes continenti impetu petiuerunt, parsque ibi, cum angusto exitu portarum se ipsi premerent, a militibus, pars iam egressa portis ab equitibus est interfecta; nec fuit quisquam, qui praedae studeret.

Sic et Cenabi caede et labore operis incitati non aetate confectis, non mulieribus, non infantibus pepercerunt. Denique ex omni numero, qui fuit circiter milium XL, uix DCCC, qui primo clamore audito se ex oppido eiecerunt, incolumes ad Vercingetorigem peruenerunt.

Quos ille multa iam nocte silentio ex fuga excepit, ueritus ne qua in castris ex eorum concursu et misericordia uulgi seditio oreretur, ut procul in uia dispositis familiaribus suis principibusque ciuitatum disparandos deducendosque ad suos curaret, quae cuique ciuitati pars castrorum ab initio obuenerat.

Traduction française:

[7,28] XXVIII. Consternés de cette attaque imprévue, renversés des murs et des tours, les ennemis se forment en coin sur la place publique et dans les endroits les plus spacieux, résolus à se défendre en bataille rangée, de quelque côté que l'on vienne à eux.

Voyant qu'aucun Romain ne descend, mais que l'ennemi se répand sur toute l'enceinte du rempart, ils craignent qu'on ne leur ôte tout moyen de fuir; ils jettent leurs armes, et gagnent d'une course les extrémités de la ville.

Là, comme ils se nuisaient à eux-mêmes dans l'étroite issue des portes, nos soldats en tuèrent une partie; une autre déjà sortie fut massacrée par la cavalerie; personne ne songeait au pillage.

Animés par le carnage de Genabum, et par les fatigues du siège, les soldats n'épargnèrent ni les vieillards, ni les femmes, ni les enfants.

Enfin de toute cette multitude qui se montait à environ quarante mille individus, à peine en arriva-t-il sans blessures auprès de Vercingétorix, huit cents qui s'étaient, au premier cri, jetés hors de la ville.

II les recueillit au milieu de la nuit en silence; car il craignait, s'ils arrivaient tous ensemble, que la pitié n'excitât quelque sédition dans le camp; et, à cet effet, il avait eu soin de disposer au loin sur la route ses amis et les principaux chefs des cités pour les séparer et les conduire chacun dans la partie du camp qui, dès le principe, avait été affectée à leur nation.

J.-H. BRADOL poursuit:

Depuis [César et le massacre de Bourges], les sociétés occidentales n'ont cessé de présenter leurs expéditions militaires les plus brutales comme une entreprise de civilisation; ...

La nature maléfique de l'ennemi fonde le caractère exceptionnel de la menace [dans l'article: contre l'Irak] et justifie l'emploi massif et préventif de la force. Au moindre doute, on bombarde [en Afghanistan] un mariage ou on réduit une mutinerie de prisonniers à coups de frappes aériennes. ...

L'appel à la tuerie à titre préventif suscite chez l'adversaire le même réflexe d'anticipation: on massacre aujourd'hui pour éviter d'être massacré demain.

Références utiles:

  • texte latin: Dépôt ITINERA ELECTRONICA

  • traduction française: Collection des Auteurs latins publiés sous la direction de M. Nisard, Paris, Didot, 1865

  • environnement hypertexte et présentation sur la BCS: sous peu


Jean Schumacher
LLN, le 24 octobre 2002


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002