Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     12-09-2002

Sujets :
OVIDE, Métamorphoses, XI - Céyx et Alcyone - Derniers appels de victimes de la tragédie des tours jumelles du WTC à New York, le 11 septembre 2001

Notice :

James GLANZ, dans un article du New York Times, édition du Wednesday, September 11, 2002, article intitulé: Last words: "It doesn't look good, Babe", fait un rapprochement entre la situation qu'ont connue des victimes prises au piège dans les étages supérieurs des tours jumelles du World Trade Center et la légende de Céyx et d'Alcyone racontée par OVIDE dans le livre XI des Métamorphoses.

1. Le rapprochement: d'après les termes de l'article présenté ci-dessous dans sa version originale:

Pour J. GLANZ, probablement seule la mythologie peut véhiculer une histoire aussi étrange que celle qu'ont connue des victimes pris au piège dans les tours du World Trade Center à New York le 11 septembre 2001 et qui ont pu avoir une dernière communication avec les êtres qui leur étaient chers grâce à leurs téléphones cellulaires et cela au moment même où les flammes jaillissaient de partout et que les tours jumelles disparaissaient à tout jamais.

Cette expérience d'une dernière communication qu'ont vécue des gens situés à l'extérieur des tours, leur est parue aussi intemporelle et étrange que la légende de Céyx et d'Alcyone racontée dans les Métamorphoses d'Ovide.

Céyx périt dans une tempête en mer mais reçut l'autorisation des dieux de revenir en songe auprès de son épouse Alcyone pour lui annoncer son décès.
D'une certaine façon, les journalistes qui ont rapporté la tragique destinée des 353 personnes pris au piège dans les tours et qui ont encore pu communiquer une dernière fois avec les leurs ainsi que tous les lecteurs de ces récits sont devenus d'autres Alcyone rêvant.

Mais la technologie (de la communication via téléphones cellulaires) ne dispose pas du pouvoir qui appartenait aux dieux d'autrefois: elle ne peut fournir aux hommes et femmes la consolation que les dieux offrent parfois dans les mythes.
Après le songe, Zeus a changé Céyx et Alcyone en oiseaux charmants alors que la vie continue de dérouler son cours ordinaire pour les familles touchées par cette tragédie. Seule consolation: les récits de ces dernières communications font désormais partie de l'Histoire.

Last words: "It doesn't look good, Babe".

Perhaps only mythology can convey the strangeness of this story: that people trapped high in the World Trade Center spoke to their loved ones even as the flames rose and the towers fell.

The channels of communication - cell phones and BlackBerry communicators and a few surviving land lines - were the by-now familiar miracles of modern technology.

But the experience of those outside the buildings who received the final messages was as timeless and uncanny as the story of Halcyon and Ceyx in Ovid's "Metamorphoses."

Ceyx died in a tempest at sea, but was allowed by the gods to return to his lover, Halcyon, in a dream and reveal his death.

At least 353 people trapped inside the towers on Sept. 11 communicated with the outside world before they died. In a way, all of us reporting about their fates, and those who read about it, became the dreaming Halcyon.

We learned intimately, what it was like up there as death neared, and are now left to make sense of it on our own.

The final transmissions reveal as nothing else the full scale of the events of Sept. 11 - something that carries beyond the panoramic camera shots of the burning towers and delves at least some distance into the measure- less depths of the heart. The power of those calls emerges in part from the way in which instant communication almost seemed to slow down the tragedy so that it could be explained, as it happened, to people who meant the world to the doomed.

"They died alone," said Sophie Pelletier, whose husband, Mike, a commodities broker, phoned her from the 105th floor of the north tower. "No one was there to help them. They did everything they could to get out, and they fought with their heart and soul and there was just no way out, and that was torture."

The colloquial directness and easy intimacy of those communications from the sky, juxtaposed against the sheer scale of the disaster they describe, made them all the more haunting.

"It doesn't look good, babe," said Jeff Shaw, an electrician who was on the 105th floor of the north tower when it was hit by a plane 10 floors below, in a cell phone conversation with his wife, Debra.

Some of those conversations have been burned into the minds of those who survived in ways that are as indelible as they are painful. Patricia and Louis Massari had just learned that morning that she was pregnant with their first child. They were talking on the phone when the first plane hit, very near her office. Mrs. Massari said, "Oh my God," and the connection was cut forever.

"She had seen something, she felt something," Mrr Massari said." I kept saying, "Not now, not my wife, not just when we heard this news about the baby."

Of Mrs. Massari's last communication with the outside world, Mr. Massari said, "I hear it every day in my mind."

Technology, in the end, is not godlike; it cannot bequeath to men and women the solace the gods sometimes give in myth.

Zeus turned Ceyx and Halcyon into graceful birds after her dream, while ordinary life goes on for the bereaved families. But the stories of their loved ones have been written into history.

2. OVIDE, Métamorphoses, XI, 410-580 :

vers 510-569:

[11,510] utque solent sumptis incursu uiribus ire
pectore in arma feri protentaque tela leones,
sic, ubi se uentis admiserat unda coortis,
ibat in alta ratis multoque erat altior illis;
iamque labant cunei, spoliataque tegmine cerae

515 rima patet praebetque uiam letalibus undis.
ecce cadunt largi resolutis nubibus imbres,
inque fretum credas totum descendere caelum,
inque plagas caeli tumefactum ascendere pontum.
uela madent nimbis, et cum caelestibus undis

[11,520] aequoreae miscentur aquae; caret ignibus aether,
caecaque nox premitur tenebris hiemisque suisque.
discutiunt tamen has praebentque micantia lumen
fulmina: fulmineis ardescunt ignibus imbres.
dat quoque iam saltus intra caua texta carinae

525 fluctus; et ut miles, numero praestantior omni,
cum saepe adsiluit defensae moenibus urbis,
spe potitur tandem laudisque accensus amore
inter mille uiros murum tamen occupat unus,
sic ubi pulsarunt nouiens latera ardua fluctus,

[11,530] uastius insurgens decimae ruit impetus undae
nec prius absistit fessam oppugnare carinam,
quam uelut in captae descendat moenia nauis.
pars igitur temptabat adhuc inuadere pinum,
pars maris intus erat: trepidant haud setius omnes,

535 quam solet urbs aliis murum fodientibus extra
atque aliis murum trepidare tenentibus intus.
deficit ars, animique cadunt, totidemque uidentur,
quot ueniunt fluctus, ruere atque inrumpere mortes.
non tenet hic lacrimas, stupet hic, uocat ille beatos,

[11,540] funera quos maneant, hic uotis numen adorat
bracchiaque ad caelum, quod non uidet, inrita tollens
poscit opem; subeunt illi fraterque parensque,
huic cum pignoribus domus et quodcunque relictum est;
Alcyone Ceyca mouet, Ceycis in ore

545 nulla nisi Alcyone est et, cum desideret unam,
gaudet abesse tamen; patriae quoque uellet ad oras
respicere inque domum supremos uertere uultus,
uerum, ubi sit, nescit: tanta uertigine pontus
feruet, et inducta piceis e nubibus umbra

[11,550] omne latet caelum, duplicataque noctis imago est.
frangitur incursu nimbosi turbinis arbor,
frangitur et regimen, spoliisque animosa superstes
unda, uelut uictrix, sinuataque despicit undas;
nec leuius, quam siquis Athon Pindumue reuulsos

555 sede sua totos in apertum euerterit aequor,
praecipitata cadit pariterque et pondere et ictu
mergit in ima ratem; cum qua pars magna uirorum
gurgite pressa graui neque in aera reddita fato
functa suo est, alii partes et membra carinae

[11,560] trunca tenent: tenet ipse manu, qua sceptra solebat,
fragmina nauigii Ceyx socerumque patremque
inuocat heu! frustra, sed plurima nantis in ore
Alcyone coniunx: illam meminitque refertque,
illius ante oculos ut agant sua corpora fluctus

565 optat et exanimis manibus tumuletur amicis.
dum natat, absentem, quotiens sinit hiscere fluctus,
nominat Alcyonen ipsisque inmurmurat undis.
ecce super medios fluctus niger arcus aquarum
frangitur et rupta mersum caput obruit unda.

vers 573-588:

Aeolis interea, tantorum ignara malorum,
dinumerat noctes et iam, quas induat ille,

575 festinat uestes, iam quas, ubi uenerit ille,
ipsa gerat, reditusque sibi promittit inanes.
omnibus illa quidem superis pia tura ferebat,
ante tamen cunctos Iunonis templa colebat
proque uiro, qui nullus erat, ueniebat ad aras

[11,580] utque foret sospes coniunx suus utque rediret,
optabat, nullamque sibi praeferret; at illi
hoc de tot uotis poterat contingere solum.
At dea non ultra pro functo morte rogari
sustinet utque manus funestas arceat aris,

585 'Iri, meae' dixit 'fidissima nuntia uocis,
uise soporiferam Somni uelociter aulam
exstinctique iube Ceycis imagine mittat
somnia ad Alcyonen ueros narrantia casus.'

vers 650-687:

[11,650] Ille uolat nullos strepitus facientibus alis
per tenebras intraque morae breue tempus in urbem
peruenit Haemoniam, positisque e corpore pennis
in faciem Ceycis abit sumptaque figura
luridus, exanimi similis, sine uestibus ullis,

655 coniugis ante torum miserae stetit: uda uidetur
barba uiri, madidisque grauis fluere unda capillis.
tum lecto incumbens fletu super ora profuso
haec ait: 'agnoscis Ceyca, miserrima coniunx,
an mea mutata est facies nece? respice: nosces

[11,660] inueniesque tuo pro coniuge coniugis umbram!
nil opis, Alcyone, nobis tua uota tulerunt!
occidimus! falso tibi me promittere noli!
nubilus Aegaeo deprendit in aequore nauem
auster et ingenti iactatam flamine soluit,

665 oraque nostra tuum frustra clamantia nomen
inplerunt fluctus. non haec tibi nuntiat auctor
ambiguus, non ista uagis rumoribus audis:
ipse ego fata tibi praesens mea naufragus edo.
surge, age, da lacrimas lugubriaque indue nec me

[11,670] indeploratum sub inania Tartara mitte!'
adicit his uocem Morpheus, quam coniugis illa
crederet esse sui (fletus quoque fundere ueros
uisus erat), gestumque manus Ceycis habebat.
ingemit Alcyone lacrimans, motatque lacertos

675 per somnum corpusque petens amplectitur auras
exclamatque: 'mane! quo te rapis? ibimus una.'
uoce sua specieque uiri turbata soporem
excutit et primo, si sit, circumspicit, illic,
qui modo uisus erat; nam moti uoce ministri

[11,680] intulerant lumen. postquam non inuenit usquam,
percutit ora manu laniatque a pectore uestes
pectoraque ipsa ferit nec crines soluere curat:
scindit et altrici, quae luctus causa, roganti
'nulla est Alcyone, nulla est' ait. 'occidit una

685 cum Ceyce suo. solantia tollite uerba!
naufragus interiit: uidi agnouique manusque
ad discedentem cupiens retinere tetendi.

Traduction française:

vers 510-569:

[11,510] Tel qu'on voit un lion multipliant sa force par la vitesse de sa course, se précipiter sur les traits des chasseurs, tels les flots excités, soulevés par la fureur des vents, attaquent les flancs du navire, et s'élèvent au-dessus des mâts. Déjà toutes les pièces s'ébranlent, les coins se relâchent, le bitume tombe et aux vagues funestes ouvre plus d'un passage. La pluie en torrents s'échappe de la nue. Le ciel tout entier semble descendre dans la mer. La mer tout entière semble monter vers les cieux.

[11,520] Leurs eaux se mêlent et se confondent. La voile mouillée par les vagues, s'appesantit. Tous les astres ont disparu. Sur les flots règne une nuit affreuse, épaissie de ses ténèbres et de celles de la tempête : la foudre les divise et les traverse de ses feux étincelants, et par ces feux l'onde semble embrasée. Cependant les flots pressent le navire et vont pénétrer dans ses flancs. Comme dans l'assaut d'une ville, un soldat plus intrépide que ses compagnons, après s'être élancé à plusieurs reprises vers des murs vaillamment défendus, animé par la gloire, seul entre mille, arrive au faîte des remparts, et en fait la conquête :

[11,530] tel entre les flots qui battent le navire, le dixième flot, plus vaste et plus terrible, s'élance, roule, et tombe dans ses flancs, comme dans une forteresse prise d'assaut. D'autres flots tentent de le suivre, d'autres flots entrent après lui. Les nautoniers frémissent : le tumulte est pareil au tumulte d'une ville assiégée en dehors, attaquée en dedans. L'art est impuissant le courage succombe, et chaque vague qui s'avance, s'élève, et tombe, offre la mort aux pâles matelots. L'un s'abandonne aux larmes; l'autre est immobile et glacé d'effroi. Celui-ci nomme heureux ceux que la sépulture attend après le trépas.

[11,540] Celui-là, invoquant les dieux, lève ses bras tremblants vers les cieux qu'il ne voit pas, et dont vainement il implore l'appui. Tous songent en pleurant à des parents qu'ils chérissent; ils regrettent des enfants tendres gages de leur hymen, leur maison, et tout ce qu'ils ont abandonné. Céyx pleure Alcyone. Le nom d'Alcyone est le seul qui sorte de sa bouche. Il ne regrette qu'elle, et se croit pourtant heureux d'en être séparé. Il voudrait tourner les yeux vers sa douce patrie, à sa maison adresser un dernier regard. Mais dans cette horrible agitation d'une mer en furie, il ne sait où trouver et sa patrie et sa maison !

[11,550] La tempête qui redouble les ténèbres, tout le ciel voilé par des nuages sombres, d'une double nuit lui présentent l'image. Le choc d'un horrible tourbillon brise le mât, brise le gouvernail. Fière de ces dépouillés, une vague puissante s'enfle et s'élève, semble regarder, en vainqueur, les flots qui grondent autour d'elle, et sur le vaisseau se précipite et tombe avec le même poids, le même fracas que le Pinde ou l'Athos, si, arrachés de leurs vieux fondements, ils s'écroulaient dans le gouffre des mers. Le navire est englouti. Les nochers, pour la plupart entraînés dans l'abîme, ne reparaissent plus à sa surface, et dans les flots terminent leurs destins. Les autres s'attachent aux débris du navire dispersés sur les eaux.

[11,560] De cette main dont il porta le sceptre, Céyx saisit une rame flottante. En vain il appelle à son secours Éole dont il est le gendre, et l'Astre du matin qui lui donna le jour. Mais plus souvent encore il invoque, il appelle Alcyone, Alcyone sans cesse occupant sa pensée, et comme présente à ses tristes regards. Il souhaite du moins que ses restes glacés portés par les flots sur le rivage de Trachine, y soient recueillis par une épouse et si tendre et si chère. Triste jouet des vagues, tant que sa tête s'élève au-dessus d'elles, il prononce le nom d'Alcyone; il le murmure dans les flots. Mais en noir tourbillon l'onde s'élève sur sa tête, se courbe en arc, se crève, et l'engloutit.

vers 573-588:

Cependant Alcyone ignore son malheur; elle compte et les nuits et les jours. Elle hâte le travail des vêtements qu'elle prépare pour son époux, et de ceux dont elle veut se parer à son retour. D'un espoir inutile abusée, elle offre aux dieux des sacrifices; tous les jours l'encens fume sur leurs autels. Elle fréquente surtout le temple de Junon; elle invoque cette déesse pour un époux qui n'est plus. [11,580] Elle demande qu'il vive, qu'il revienne promptement, qu'il lui soit fidèle. Hélas !, le dernier de ses vœux peut seul être exaucé.

Junon ne peut souffrir qu'Alcyone lui adresse encore des prières pour un époux qui n'est plus, et voulant de son autel écarter ses mains funestes et des vœux superflus : "Iris, dit-elle, de mes volontés fidèle interprète, pars, vole rapidement au palais du Sommeil; ordonne-lui d'envoyer vers Alcyone un Songe qui, sous les traits de Céyx, lui fasse connaître son naufrage et sa mort."

vers 650-687:

[11,650] Morphée vole à travers les ténèbres. Son aile taciturne ne trouble point le silence de l'air. Dans un instant il arrive aux remparts de Trachine. Il dépose son plumage sombre, prend les traits de Céyx, et, sous cette forme, nu, livide, et glacé, il s'arrête devant le lit de la triste Alcyone. Sa barbe est humide, et l'onde a mouillé ses cheveux épars. Il se penche sur le lit, et le visage baigné de larmes : "Malheureuse épouse, dit-il, reconnais-tu Céyx? La mort a-t-elle pu changer mes traits ?

[11,660] Regarde : c'est ton époux, ou plutôt c'est son ombre. Tes vœux, chère Alcyone, ne m'ont été d'aucun secours. J'ai cessé de vivre. Cesse d'espérer que je puisse être rendu à ton amour. Au sein de la mer Égée, la tempête a surpris mon vaisseau; bientôt submergé, les vents l'ont englouti dans les ondes. J'appelais en vain Alcyone lorsque ma bouche a reçu le flot mortel. Tu ne vois point en moi l'auteur suspect d'une fausse nouvelle. Elle ne te parvient point par les bruits vagues de la renommée. C'est moi-même qui viens après mon naufrage te faire connaître mon triste destin. Éveille-toi, lève-toi, donne des larmes à ma mort. Revêts des voiles funèbres, et ne laisse point mon ombre descendre dans les Enfers,

[11,670] sans avoir reçu le tribut de tes larmes." Ainsi parle Morphée. Sa voix est celle de l'époux d'Alcyone. Il paraît verser des larmes véritables. Son geste est semblable au geste de Céyx. Alcyone gémit; elle pleure, elle agite ses bras en dormant. Elle veut embrasser son époux, et c'est l'air qu'elle embrasse : "Demeure, s'écrie-t-elle, où fuis-tu? Nous irons ensemble chez les morts". Troublée par la voix et par l'image de Céyx, elle s'éveille. Ses esclaves ont entendu ses cris; une lampe à la main, elles accourent : Alcyone cherche l'ombre à ses yeux apparue.

[11,680] Ne la trouvant plus, ses mains meurtrissent son visage, elle déchire son sein et les voiles légers qui le couvrent, elle s'arrache les cheveux; et lorsque sa nourrice fidèle veut connaître le sujet de sa douleur : Tu n'as plus d'Alcyone, dit-elle, Alcyone n'est plus; elle est morte avec son cher Céyx. Ne la console point, il a fait naufrage, il est mort ! Je l'ai vu, je l'ai reconnu. Comme il s'éloignait, je lui ai tendu les bras pour le retenir près de moi. L'ombre a fui; mais c'était une ombre réelle, l'ombre manifeste de mon époux.

3. Références utiles:

  • article de James GLANZ:
    http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/articles_USA/nyt_2002_sept_11_halcyon.txt

  • Ovide, Métamorphoses, XI: texte latin:
    http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/Ovide/ovid_met11.txt

  • Ovide, Métamorphoses, XI: traduction française:
    http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/Ovide/francais/met11_fr.txt

  • Ovide, Métamorphoses, XI: ensemble hypertexte:
    http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/ovideXI/lecture/10.htm

  • Ovide, Métamorphoses, XI: présentation Bibliotheca Classica Selecta:
    http://bcs.fltr.ucl.ac.be/META/11.htm


Jean Schumacher
LLN, le 12 septembre 2002


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002