Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     02-10-2015

Sujets :
TEXTE d'ÉTUDE : Bulle du pape Boniface VIII (vers 1235 - 1303, pape de 1294 à 1303), datée de 1299, s'opposant au dépeçage des cadavres et à leur démembrement, pratiques qualifiées de barbares et de monstrueuses ;LECTURE : Jean de Salisbury (vers 1115 - 1180) reprend à Flavius Josèphe le récit de présages annonçant la chute de Jérusalem ; ITINERA ELECTRONICA : Environnements hypertextes & Textes préparés : Jacques-Auguste de Thou ; Jean de Salisbury, Guillaume de Nangis, Marsile Ficin ;

Notice :

1. TEXTE d'ÉTUDE : Bulle du pape Boniface VIII (vers 1235 - 1303, pape de 1294 à 1303), datée de 1299, s'opposant au dépeçage des cadavres et à leur démembrement, pratiques qualifiées de barbares et de monstrueuses :

Texte latin repris au site READCENTRAL.COM :
http://readcentral.com/massappealnews//chapters/Iames-I-Walsh/The-Popes-and-Science/017

De Sepulturis, Bonifacius VIII. Corpora defunctorum exenternantes, et ea immaniter decoquentes, ut ossa a carnibus separata ferant sepelienda in terram suam, ipso facto sunt excommunicati.
Detestandae feritatis abusum, quem ex quodam more (modo ?) horribili nonnulli fideles improuide prosequuntur, nos piae intentionis ducti proposito, ne abusus praedicti saeuitia ulterius corpora humana dilaceret, mentesque fidelium horrore commoueat, et perturbet auditum, digue decreuimus abolendum. Praefati namque fideles huius suae improbandae utique consuetudinis uitio intendentes, si quisquam ex eis genere nobilis, uel dignitatis título insignitus, praesertim extra suarum partium límites debitum naturae persoluat, in suis, uel alienis remotis partibus sepultura electa; defuncti corpus ex quodam impiae pietatis affectu truculenter exenterant, ae illud membratim, uel in frusta immaniter concidentes, ea subsequenter aquis immersa exponunt ignibus decoquenda. Et tandem (ab ossibus tegumento carnis excusso) eadem ad partes praedictas mittunt, seu deferunt tumulanda. Quod non solum Diuinae maiestatis conspectui abominabile plurimum redditur, sed etiam humanae considerationis obtutibus occurrit uehementius abhorrendum. Volentes igitur (prout officii nostri debitum exigit), illud in hac parte remedium adhibere, per quod tantae abominationis, tantaeque immanitatis, et impietatis abusus penitus deleatur, nec extendatur ad alios; Apostolica auctoritate statuimus, et ordinamus, ut cum quis cuiuscumque status, aut generis, seu dignitatis exstitent: in ciuitatibus, terris, seu locis, in quibus catholicae fidei cultus uiget, diem de caetero claudet extremum circa corpora defunctorum huiusmodi abusus, uel similis nullatenus obseruetur, nec fidelium manus tanta immanitate foedentur. Sed ut defunctorum corpora sic impie, ac crudeliter non tractentur, et deferantur ad loca in quibus uiuentes eligerint sepeliri, aut in ciuitate, castro, uel loco ubi decesserint, uel loco uicino ecclesiasticae sepulturae tradantur ad tempus, ita, quod demum incineratis corporibus, aut alias ad loca ubi sepulturam eligerint, deportentur, et sepeliantur in eis. Nos enim si praedicti defuncti executor, uel executores, aut familiares eius, seu quiuis alii cuiuscumque ordinis, conditionis, status aut gradus fuerint etiam si pontificali dignitate praefulgeant, aliquid contra huiusmodi nostri statuti, et ordinationis tenorem praesumpserint attentare defunctorum corpora sic inhumaniter et crudeliter pertractando, uel faciendo pertractari excommunicationis sententiam (quam exnunc in ipsos plurimos) ipso facto se mouerint incursuros, a qua non nisi per Apostolicam sedem (praeterquam in mortis articulo) possint absolutionis beneficium obtinere. Et nihilominus ille, cuius corpus sic inhumane tractatum fuerit, ecclesiastica careat sepultura. Nulli ergo, etc.
Datum Latera. XII. Calen. Martii, Pontificatus nostri anno VI.


2. ;LECTURE : Jean de Salisbury (vers 1115 - 1180) reprend à Flavius Josèphe le récit de présages annonçant la chute de Jérusalem :

Jean de Salisbury, Policraticus, II, 4 :

... Mollire autem adhuc mentis eorum duritiam nitebatur diuina maiestas, signis et prodigiis coelitus datis, terroresque simul et minacem dexteram ostendendo potius quam inferendo. De quibus supradicti historiographi fides, ut in certis, etiam in hoc sufficiens erit.
5 Relegamus ergo quid in sexto historiarum suarum libro, de his ipse signauerit Iosephus. «Sed infelicem, inquit, plebem teterrimi quidam homines, et deceptores falsa uaticinantes, suadebant ut euidentibus signis et indiciis iracundiae et indignationis diuinae non crederent, quibus aperte futurum et urbis et gentis praesagiebatur excidium. 6 Sed uelut afflati et amentes, et qui neque oculos neque animas in se haberent, spernebant omnia quae coelitus nuntiabantur. Etenim stella praefulgens gladio per omnia similis, imminere desuper ciuitati, et cometes praeterea exitialibus flammis uisa est ardere per totum annum. Sed et ante excidii tempus ac belli, cum populi ad diem festum conuenirent, octauo die mensis Xanthici, qui est Aprilis, noctis tempore, hora nona tantus luminis fulgor aram templumque circumdedit, ut putarent omnes diem clarissimum factum, et permansit spatio horae dimidiae.
7 Quod imperitis quidem et ignaris prosperum uidebatur; sed legisperitos, et probos quosque doctores non latuit exitiale portentum. In eadem quoque festiuitate uitula sacrificiis admota, et aris assistens, inter ipsas ministrorum manus enixa est agnam. Sed et ianua interioris aedis, quae respiciebat ad orientem, cum esset aere solido induta, ac perinde immensi ponderis, quae uix uiginti uiris summo conatu impellentibus clauderetur, ferreis quoque uectibus et seris munita, ac pessulis in altum demissis teneretur obstricta, repente hora noctis sexta, prima et uicesima die mensis apparuit sponte patefacta. Sed et transacto die festo, post aliquot dies, prima et uicesima die mensis Artemisii, qui apud nos Maius uocatur, prodigiosus apparuit uisus, et fidem pene excedens. 8 Quod uere falsum putaretur, nisi oculorum fidem confirmasset, malorum consecuta pernicies. Etenim prope solis occasum, uisi sunt currus et quadrigae in omni regione per aerem, et armatorum cohortes misceri nubibus, et urbes circumdari agminibus improuisis. In alio item die festo, qui Pentecostes appellatur, noctu sacerdotes ingressi templum, ad ministeria ex more complenda, primo quidem motus quosdam, strepitusque senserunt, tum deinde uoces subitas audiunt dicentes: «Migremus hinc, migremus ex sedibus istis. 9 » Additur his etiam aliud terribilius: «Etenim quidam Ananiae filius Iesus nomine, uir plebeius et rusticus, et ante quartum belli annum, cum ciuitas in pace et abundantia perduraret, in die festo tabernaculorum repente clamare coepit: «Vox ab oriente, uox ab occidente, uox a quatuor uentis, uox super Hierosolymam et templum, uox super sponsos et super sponsas, uox super populum. 10 » Et indesinenter die noctuque per omnes plateas circumiens haec clamabat: usquequo quidam primores ex populo uiri, uelut infausti praesagii indignatione commoti, correptum hominem multis uerberibus afficiunt. At ille nequaquam pro se aliquid loquens, sed nec eos quidem, qui circumsteterant deprecans, easdem uoces pari obstinatione et clamore repetebat. Tunc principes intelligentes, ut res erat, numinis esse in uiro motus, perducunt eum ad iudicem Romanorum, apud quem flagris ad ossa usque laniatus, neque preces neque lacrymas fudit; sed eamdem uocem miserabiliter, et cum quodam eiulatu emittens, per singula pene uerbera proferebat, addens etiam hoc: «Vae, Vae Hierosolymis! ...

... Il {Dieu} tâchait encore d'amollir la dureté de leur coeur {des juifs} par des prodiges effroyables leur montrant sa main armée de terreurs et de foudre premier que de les frapper. L'auteur que j'allègue m'en servira de garant, comme de tout ce que j'en dirai ci-après. Parcourons donc, s'il vous plaît, ce qu'il nous en a laissé dans le sixième de ses Histoires.
{Flavius Josèphe, La guerre des juifs contre les Romains, VI, 5, 3}
"Certains méchants hommes et pernicieux irnposteurs persuadaient au peuple par leurs fausses prophéties de ne croire pas aux signes évidents de la colère du ciel, qui leur annonçaient visiblement la ruine de leur ville et de leur nation : ces malheureux ne tenaient compte de tous les avertissements d'en haut. La fureur les ayant transporté et leur ayant ôté les yeux et l'âme tout ensemble, car une étoile ardente de la figure d'une épée nue qui menaçait leurs têtes et une comète, qui jetait des brandons de feu, parurent un an durant dessus leur ville. Mais outre cela, avant que la guerre eut commencé à les affliger, les peuples s'etant assemblés pour sollemniser la Pâque, la nuit du huitième jour du mois Xanticus, qui est avriI, à neuf heures du soir une si grande lueur se répandit à l'entour du Temple et de l'autel une demi-heure durant que tous les assistants croyaient que le jour fût revenu. Les ignorants et le peuple prenaient cela pour un signe de prosperité mais les Rabins et les habiles docteurs de la loi le prirent pour un présage fatal de leurs malheurs. La même fête une vache, amenée devant l'autel pour être sacrifiée, se délivra d'une brebis entre les mains des ministres.
Le vingt-unième du même mois sur l'heure de minuit la porte de l'édifice interieur du Temple du côté de l'Orient toute revêtue de bronze et par conséquent d'une pesanteur immcnse que vingt hommes de toutes leurs forces avaient peine à pousser, qui était barrée avec des leviers de fer et avec des serrures et des verrous qui la tenaient serrée du haut en bas, vint à s'ouvrir d'elle-même. La sollemnité passée, quelques jours après le vingtième d'Arthemisius, autrement de mai, parut un signe prodigieux , et qui surpasserait la croyance humaine, si les maux qui suivirent n'eussent confirmé la croyance des yeux qui l'avoient vu. Car sur le soleil couchant on vit par toute la Judée des chariots de guerre et des cohortes de soldats qui combattaient dans l'air; il parut encore des escadrons qui venaient tout d'un coup investir les Villes. Le jour de la Pentecôte les prêtres, étant de nuit entrés dans le Temple pour y faire le seruice à l'ordinaire, sentirent du commencement un remuement et un bruit sourd , puis aussitôt ils entendirent des voix qui criaient : "Sortons, sortons d'ici". On raconte encore une autre aventure plus effroyable. Vn nommé Jésus, fils d'Ananias, homme champêtre et de la lie du peuple, quatre ans auparavant que la guerre commençait, comme Jérusalem était encore florissante dans l'abondance de la paix, commença le jour des Tabernacles à s'écrier tout d'un coup : "Voix de l'Orient, voix de l'Occident, voix des quatre vents, voix sur Jérusalem, et sur leTemple, voix sur les époux et sur les épouses, voix sur le peuple". Et courant sans cesse par toutes les rues, criait toujours la même chose jusqu'à tant que quelques-uns des principaux fâchés d'un si mauvais présage, le prirent et le battirent de verges excessivement. Mais ce malheureux, sans vouloir dire aucune chose pour sa défence ni prier les assistants, répétait les mêmes paroles et criait avec pareille obstination. Alors les principaux qui reconnurent en cela quelque chose de surnaturel, le menèrent devant le préfet Romain, qui le fit déchirer à coups de fouet jusqu'aux os et ne lui su faire jeter aucun cri ni la moindre larme. Mais durant le supplice il ne cessait de réitérer la même menace, avec un piteux et lamentable accent à chaque coup de fouet, ajoutant encore: "Malheur sur Jérusalem".

Tiré de : Flavius Josèphe, La guerre des juifs contre les Romains, VI, 5, 3 :

... [6,5,3] <288> Τὸν γοῦν ἄθλιον δῆμον οἱ μὲν ἀπατεῶνες καὶ καταψευδόμενοι τοῦ θεοῦ τηνικαῦτα παρέπειθον, τοῖς δ' ἐναργέσι καὶ προσημαίνουσι τὴν μέλλουσαν ἐρημίαν τέρασιν οὔτε προσεῖχον οὔτ' ἐπίστευον, ἀλλ' ὡς ἐμβεβροντημένοι καὶ μήτε ὄμματα μήτε ψυχὴν ἔχοντες τῶν τοῦ θεοῦ κηρυγμάτων παρήκουσαν, <289> τοῦτο μὲν ὅτε ὑπὲρ τὴν πόλιν ἄστρον ἔστη ῥομφαίᾳ παραπλήσιον καὶ παρατείνας ἐπ' ἐνιαυτὸν κομήτης, <290> τοῦτο δ' ἡνίκα πρὸ τῆς ἀποστάσεως καὶ τοῦ πρὸς τὸν πόλεμον κινήματος ἀθροιζομένου τοῦ λαοῦ πρὸς τὴν τῶν ἀζύμων ἑορτήν, ὀγδόη δ' ἦν Ξανθικοῦ μηνός, κατὰ νυκτὸς ἐνάτην ὥραν τοσοῦτο φῶς περιέλαμψε τὸν βωμὸν καὶ τὸν ναόν, ὡς δοκεῖν ἡμέραν εἶναι λαμπράν, καὶ τοῦτο παρέτεινεν ἐφ' ἡμίσειαν ὥραν· <291> ὃ τοῖς μὲν ἀπείροις ἀγαθὸν ἐδόκει, τοῖς δὲ ἱερογραμματεῦσι πρὸς τῶν ἀποβεβηκότων εὐθέως ἐκρίθη. <292> Καὶ κατὰ τὴν αὐτὴν ἑορτὴν βοῦς μὲν ἀχθεῖσα ὑπό του πρὸς τὴν θυσίαν ἔτεκεν ἄρνα ἐν τῷ ἱερῷ μέσῳ, <293> ἡ δ' ἀνατολικὴ πύλη τοῦ ἐνδοτέρω ναοῦ χαλκῆ μὲν οὖσα καὶ στιβαρωτάτη, κλειομένη δὲ περὶ δείλην μόλις ὑπ' ἀνθρώπων εἴκοσι, καὶ μοχλοῖς μὲν ἐπερειδομένη σιδηροδέτοις, κατάπηγας δὲ ἔχουσα βαθυτάτους εἰς τὸν οὐδὸν ὄντα διηνεκοῦς λίθου καθιεμένους, ὤφθη κατὰ νυκτὸς ὥραν ἕκτην αὐτομάτως ἠνοιγμένη. <294> Δραμόντες δὲ οἱ τοῦ ἱεροῦ φύλακες ἤγγειλαν τῷ στρατηγῷ, κἀκεῖνος ἀναβὰς μόλις αὐτὴν ἴσχυσεν κλεῖσαι. <295> Πάλιν τοῦτο τοῖς μὲν ἰδιώταις κάλλιστον ἐδόκει τέρας· ἀνοῖξαι γὰρ τὸν θεὸν αὐτοῖς τὴν τῶν ἀγαθῶν πύλην· οἱ λόγιοι δὲ λυομένην αὐτομάτως τοῦ ναοῦ τὴν ἀσφάλειαν ἐνενόουν, καὶ πολεμίοις δῶρον ἀνοίγεσθαι τὴν πύλην, δηλωτικόν τε ἐρημίας ἀπέφαινον ἐν αὑτοῖς τὸ σημεῖον. <296> Μετὰ δὲ τὴν ἑορτὴν οὐ πολλαῖς ἡμέραις ὕστερον, μιᾷ καὶ εἰκάδι Ἀρτεμισίου μηνός, φάσμα τι δαιμόνιον ὤφθη μεῖζον πίστεως· <297> τερατεία δὲ ἂν ἔδοξεν οἶμαι τὸ ῥηθησόμενον, εἰ μὴ καὶ παρὰ τοῖς θεασαμένοις ἱστόρητο καὶ τὰ ἐπακολουθήσαντα πάθη τῶν σημείων ἦν ἄξια· <298> πρὸ γὰρ ἡλίου δύσεως ὤφθη μετέωρα περὶ πᾶσαν τὴν χώραν ἅρματα καὶ φάλαγγες ἔνοπλοι διᾴττουσαι τῶν νεφῶν καὶ κυκλούμεναι τὰς πόλεις. <299> Κατὰ δὲ τὴν ἑορτήν, ἣ πεντηκοστὴ καλεῖται, νύκτωρ οἱ ἱερεῖς παρελθόντες εἰς τὸ ἔνδον ἱερόν, ὥσπερ αὐτοῖς ἔθος πρὸς τὰς λειτουργίας, πρῶτον μὲν κινήσεως ἔφασαν ἀντιλαβέσθαι καὶ κτύπου, μετὰ δὲ ταῦτα φωνῆς ἀθρόας “μεταβαίνομεν ἐντεῦθεν.” τὸ δὲ τούτων φοβερώτερον, <300> Ἰησοῦς γάρ τις υἱὸς Ἀνανίου τῶν ἰδιωτῶν ἄγροικος πρὸ τεσσάρων ἐτῶν τοῦ πολέμου τὰ μάλιστα τῆς πόλεως εἰρηνευομένης καὶ εὐθηνούσης, ἐλθὼν εἰς τὴν ἑορτήν, ἐν ᾗ σκηνοποιεῖσθαι πάντας ἔθος τῷ θεῷ, κατὰ τὸ ἱερὸν ἐξαπίνης ἀναβοᾶν ἤρξατο “φωνὴ ἀπὸ ἀνατολῆς, <301> φωνὴ ἀπὸ δύσεως, φωνὴ ἀπὸ τῶν τεσσάρων ἀνέμων, φωνὴ ἐπὶ Ἱεροσόλυμα καὶ τὸν ναόν, φωνὴ ἐπὶ νυμφίους καὶ νύμφας, φωνὴ ἐπὶ τὸν λαὸν πάντα.” τοῦτο μεθ' ἡμέραν καὶ νύκτωρ κατὰ πάντας τοὺς στενωποὺς περιῄει κεκραγώς. <302> Τῶν δὲ ἐπισήμων τινὲς δημοτῶν ἀγανακτήσαντες πρὸς τὸ κακόφημον συλλαμβάνουσι τὸν ἄνθρωπον καὶ πολλαῖς αἰκίζονται πληγαῖς. Ὁ δὲ οὔθ' ὑπὲρ αὑτοῦ φθεγξάμενος οὔτε ἰδίᾳ πρὸς τοὺς παίοντας, ἃς καὶ πρότερον φωνὰς βοῶν διετέλει. <303> Νομίσαντες δὲ οἱ ἄρχοντες, ὅπερ ἦν, δαιμονιώτερον τὸ κίνημα τἀνδρὸς ἀνάγουσιν αὐτὸν ἐπὶ τὸν παρὰ Ῥωμαίοις ἔπαρχον. <304> Ἔνθα μάστιξι μέχρι ὀστέων ξαινόμενος οὔθ' ἱκέτευσεν οὔτ' ἐδάκρυσεν, ἀλλ' ὡς ἐνῆν μάλιστα τὴν φωνὴν ὀλοφυρτικῶς παρεγκλίνων πρὸς ἑκάστην <305> ἀπεκρίνατο πληγήν “αἰαὶ Ἱεροσολύμοις.” ...

... [6,5,3] <288> Ces trompeurs, ces gens qui se prétendaient envoyés de Dieu abusaient ainsi le misérable peuple, qui n'accordait ni attention ni créance aux clairs présages annonçant la désolation déjà menaçante : comme si la foudre fût tombée sur eux, comme s'ils n'avaient ni des yeux ni une âme, ces gens ne surent pas entendre les avertissements de Dieu. Ce fut d'abord quand apparut au-dessus de la ville un astre semblable à une épée, une comète qui persista pendant une année. Avant la révolte et la prise d'armes, le peuple s'était rassemblé pour la fête des azymes, le 8e jour du mois de Xanthicos, quand, à la neuvième heure de la nuit, une lumière éclaira l'autel et le Temple, assez brillante pour faire croire que c'était le jour, et ce phénomène dura une demi-heure. Les ignorants y virent un bon signe, mais les interprètes des choses saintes jugèrent qu'il annonçait les événements survenus bientôt après. Dans la même fête, une vache amenée par quelqu'un pour le sacrifice mit bas un agneau dans la cour du Temple, et l'on vit la porte du Temple intérieur, tournée vers l'Orient, - bien qu'elle fût en airain et si massive que vingt hommes ne la fermaient pas sans effort au crépuscule, qu'elle fût fixée par des verrous munis de chaînes de fer et par des barres qui s'enfonçaient très profondément dans le seuil formé d'une seule pierre -, s'ouvrir d'elle-même à la sixième heure de la nuit. Les gardiens du Temple coururent annoncer cette nouvelle au capitaine, qui monta au Temple et fit fermer la porte à grand'peine. Ce présage aussi parut encore très favorable aux ignorants : ils disaient que Dieu leur avait ouvert la porte du bonheur mais les gens instruits pensaient que la sécurité du Temple s'abolissait d'elle-même, que la porte s'ouvrait et s'offrait aux ennemis. Ils estimaient entre eux que c'était le signe visible de la ruine. Peu de jours après la fête, le vingt-et-un du mois d'Artemisios, on vit une apparition surhumaine, dépassant toute créance. Ce que je vais raconter paraîtrait même une fable, si des témoins ne m'en avaient informé : du reste, les malheurs qui survinrent ensuite n'ont que trop répondu à ces présages. On vit donc dans tout le pays, avant le coucher du soleil, des chars et des bataillons armés répandus dans les airs, s'élançant à travers les nuages et entourant les villes. En outre, à la fête dite de la Pentecôte, les prêtres qui, suivant leur coutume, étaient entrés la nuit dans le Temple intérieur pour le service du culte, dirent qu'ils avaient perçu une secousse et du bruit, et entendu ensuite ces mots comme proférés par plusieurs voix : « Nous partons d'ici.» Mais voici de tous ces présages le plus terrible : un certain Jésus, fils d'Ananias, de condition humble et habitant la campagne, se rendit, quatre ans avant la guerre, quand la ville jouissait d'une paix et d'une prospérité très grandes, à la fête où il est d'usage que tous dressent des tentes en l'honneur de Dieu, et se mit soudain à crier dans le Temple : « Voix de l'Orient, voix de l'Occident, voix des quatre vents, voix contre Jérusalem et contre le Temple, voix contre les nouveaux époux et les nouvelles épouses, voix contre tout le peuple ! » Et il marchait, criant jour et nuit ces paroles, dans toutes les rues. Quelques citoyens notables, irrités de ces dires de mauvais augure, saisirent l'homme, le maltraitèrent et le rouèrent de coups. Mais lui, sans un mot de défense, sans une prière adressée à ceux qui le frappaient, continuait à jeter les mêmes cris qu'auparavant. Les magistrats, croyant avec raison, que l'agitation de cet homme avait quelque chose de surnaturel, le menèrent devant le gouverneur romain. Là, déchiré à coups de fouet jusqu'aux os, il ne supplia pas, il ne pleura pas mais il répondait à chaque coup, en donnant à sa voix l'inflexion la plus lamentable qu'il pouvait : « Malheur à Jérusalem ! »


3. ITINERA ELECTRONICA : Environnements hypertextes & Textes préparés :

A) Environnements hypertextes :

  • Jacques-Auguste de Thou (1553-1617), Histoire universelle depuis 1543 jusqu'en 1607, tome premier, Préface, texte complet
    Traduction française numérisée par nos soins (orthographie adaptée)
    Edition : HISTOIRE universelle de Jacques-Auguste de Thou depuis 1543 jusqu'en 1607. Tome premier (1543 - 1550). PRÉFACE A HENRI IV. Londres, 1734
    Ingénierie informatique : Boris Maroutaeff, Colin Scoupe

B) Textes préparés :

  • Jean des Salisbury (vers 1115 - 1180), Policraticus, Livre II, chap. 3 à 5
    Traduction française encodée par nos soins en adaptant l’orthographie.
    Traduction française : François Eudes de Mézeray, Les vanitez de la cour. Paris, Quinet, 1639.
    latin :
    http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/Jean_de_Salisbury/policraticus_02_03a05.txt
    français :
    http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/Jean_de_Salisbury/policraticus_02_03a05_fr.txt

  • Guillaume de Nangis (mort en 1300), Chronique, années 1271 - 1283
    Traduction française reprise au site de Philippe Remacle :
    http://remacle.org/bloodwolf/historiens/guillaumenangis/chronique4.htm
    Traduction française : M. Guizot, Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France. Chronique de Guillaume de Nangis.Paris, Brière, 1825,
    latin :
    http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/Guillaume_Nangis/chronique_04.txt
    français :
    http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/Guillaume_Nangis/chronique_04_fr.txt

  • Marsile Ficin (1433 – 1499), De la triple vie, Livre I, chap. 7
    Traduction française encodée par nos soins en adaptant l’orthographie.
    Traduction française : François Eudes de Mézeray, Les vanitez de la cour. Paris, Quinet, 1639.
    latin :
    http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/Marsile_Ficin/de_triplici_vita_01_07.txt
    français :
    http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/Marsile_Ficin/de_triplici_vita_01_07_fr.txt


Jean Schumacher
02 octobre 2015


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002