Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     01-05-2015

Sujets :
1. TEXTE d'ÉTUDE : Paschasius Radbertus (vers 790 - 865) - De corpore et sanguine Domini ; 2. LECTURE : Francis BACON (1561 - 1626) à propos des procédés des arts et des sciences ; 3. ITINERA ELECTRONICA : Environnements hypertextes & Textes préparés : Cornelius Agrippa ; Marbode de Rennes, Odon de Deuil, Francis Bacon ;

Notice :

1. TEXTE d'ÉTUDE : Paschasius Radbertus (vers 790 - 865) - De corpore et sanguine Domini :

Œuvre : Du corps et du sang du Seigneur

. "Au plan théologique, Paschase Radbert fut le premier théoricien de la transsubstantiation. Il soutint qu'au cours de la consécration eucharistique, le pain et le vin se transformaient réellement en corps et en sang du Christ (thèse réaliste). Sa théorie fut combattue par Ratramne de Corbie. Elle ne fut reconnue par l'Église qu'en 1059 au synode de Latran". (WIKIPEDIA : http://fr.wikipedia.org/wiki/Paschase_Radbert)

" ... le Livre du corps et du sang du Seigneur (Liber de corpore et sanguine Domini), écrit en 831, repris et présenté à Charles le Chauve en 844, connu et discuté âprement à partir de cette date, et la lettre à Frudegard sur le corps et le sang du Seigneur, qui est une réponse aux objections faites à son livre. La polémique entre Radbert et son frère en religion Ratramne de Corbie est fondamentale dans l'histoire du dogme eucharistique ; contre le mysticisme de Ratramne pour qui l'eucharistie nous donne une substance et une puissance divines, Radbert est réaliste : il n'y a dans le pain et le vin consacrés que le corps et le sang de Jésus, fils de Marie, mort sur la croix et ressuscité. Il considère que le Christ eucharistique est le Jésus personnel. Ce mystère est une réalité (res, veritas) qui s'exprime dans un symbole efficace, la consécration (sacramentum) ; il y a mutation substantielle du pain et du vin en vue d'une présence spirituelle du corps historique. Cette théologie, étape importante vers le dogme de la transsubstantiation (doctrine élaborée au XIIe siècle et développée jusqu'à la Contre-Réforme), est liée à l'idée de l'Église, corps mystique du Christ, unie à celui-ci comme à son époux pour ne faire qu'une seule chair dans la communion."
Jean-Pierre BORDIER
(Encyclopaedia Universalis :
http://www.universalis.fr/encyclopedie/paschase-radbert/)

Epistola ad Karolum regem (Charles II le Chauve, roi de France de 843 - 877).

Domino praecellentissimo regi humilis et exiguus Paschasius Radbertus, uester etsi indignus abbas ac leuita Christi, monachorum omnium peripsema, plurimam salutem, rex inclite, uobis. Hinc inde, ut condignum est, ad superuentura Dominici diei festa missuri sunt auri argenti que et uasorum diuersi generis munera necnon et uariae supellectilis uestium ornamenta atque falerata equorum ceterorum que animalium quaeque praecipua. Inter quos nimirum etsi ultimus fide deuotus, quia monuistis et mea, ut opto, uos delectant, decreui non ignaui ponderis metalli maiestati uestrae munus offerre, sed libellum, quamuis exiguum corpore, magnum tamen de sacramentis sacrae communionis quem dudum Placidio meo Warino abbati deuoto, fideli uestro, consecrans ideo sic communius uolui stilo temperare subulco, ut ea quae de sacramento corporis et sanguinis. Christi sunt necessaria rescire, quos necdum unda liberalium attigerat literarum, uitae pabulum et salutis haustum planius caperent ad medelam. Nunc autem dirigere curaui uobis, quatinus nobis operis praestantior per uos exuberaret fructus mercedis pro sudore, cum per uos ad plurimos peruenerit commendatus et gratia nobis responderit oblati muneris, quia pecunia uerbi, sicuti plenius, domine mi rex, nostis, quantos repleuerit suis sumptibus auditores, tantis copiosius in sese amplificatur meritorum opibus. Qua de causa uelim non leui animo ista perlegat uestrae solertiae magnitudo, uerborum ad alia pretiosorum amore ductus, sed sic super hanc intendat prudentia uestra mensulam paupertatis ac si ad ferculum Salomonis quod ambiunt ex fortissimis supernorum ciuium electorum sexaginta fortes. Vbi profecto si quis superciliosus aut inuidus uel indignus accesserit usquam, eorum tutus loquor praesidio de quibus est sermo, non ista absque periculo contempni, quoniam uniuscuiusque ensis hinc inde uibrat, tam ut talium retundat audaciam, quam ut regis excubias custodiant contra hostes. Qui etsi minus est in eloquio, multo praestantius in materia qua digne credentibus uita praestatur incorruptibilis et aeterna. Idcirco non me putes, augustorum carissime, fabulam uobis contexere de Maronis salsura, immo cauendum, ne ullus in his offendat, quia nihil felicius, si digne ad ea gustu intelligibili quisque pertingat. Vbi si recte sapio, quotienslibet quicumque recumbit inter ea de quibus agitur, inter angelorum frequentiam et sanctorum omnium epulas uersatur: quia conuiuium aeterni regis est ad quod ingreditur, ubi sponsus et sponsa dulcibus deliciarum fruuntur muneribus et rex totius creaturae cotidie ingreditur, ut uideat discumbentes, si uestem in qua renati sunt habeant nuptialem. Quapropter non paruipendere debemus tantam gratiam, sed cogitare, qualiter possimus cum fidutia aeternae uitae pascua contingere. Hinc ergo, praestantissime rex, de hoc exiguo lectionis eloquio placeat diligenter intendere, quanta sit uirtus in eisdem misticis sacramentis uitam aeternam inpraesentiarum accipere et angelicis escis Christi in corpore cotidie saginari, quoniam, etsi a Deo plena sunt omnia nos que coram oculis diuinae maiestatis semper uersamur et perfidis ubique nullus tutus est locus, tamen plurimum coram sanctis altaribus frequentiam angelorum uultum que Dei contemplantem diuina obsequia obseruare oportet et uereri talia que mente et animo instantius perscrutari. Et ut haec diligentius uesta perlegat sagax intellegentia, licet humilia uideantur, prostratis imploro precibus, quatinus uestro examine comprobatus codex, etsi iamdudum ad plurimos peruenit, deinceps, securius haberi possit, quia non de nostro ista edidimus, sed catholicorum patrum doctrinam ueritatis calamo conscriptam nostro stilo commendauimus. Quod si dignitas uestra ea quae deuotus offero, dignanter acceperit mea que taliacumque grata fuerint, illut Maronis in fine cantabo: "Aurea mala decem misi, cras altera mittam".
{Virgile, Les Bucoliques, III, 71}


2. LECTURE : Francis BACON (1561 - 1626) à propos des procédés des arts et des sciences :

Francis Bacon, Pensées et vues sur l'interprétation de la nature, ch. XVII :

... Atque hac cogitatione arrectus, etiam illud notauit; facultates Artium et Scientiarum aut Empiricas, aut Rationales siue Philosophicas, omnium consensu esse : has autem geminas se non bene adhuc commistas et copulatas uidere. Empiricos enim formicae more congerere tantum et uti; Rationales autem aranearum more telas ex se conficere. Apis uero rationem mediam esse, quae materiam ex floribus tam horti quam agri eliciat, sed eam etiam propria facultate uertat et digerat. Neque absimile uerae Philosophiae opificium esse ; qua ex Historia naturali et mechanicis experimentis praebitam materiam, non in memoria integram, sed in intellectu mutatam et subactam reponit. ...

Poussé par ce genre d'idées, voici ce que je remarquai : Les procédés des arts et des sciences étant, de l'aveu de tout le monde, ou empiriques, ou rationnels, ou philosophiques, je ne vois pas que ces derniers soient encore bien engagés et bien liés : pour les esprits empiriques, ils ne savent qu'entasser et consommer, à la manière des fourmis ; quant aux rationalistes, c'est d'eux-mêmes qu'ils tirent leur toile, à la manière des araignées. Mais il est un procédé, celui de l'abeille, intermédiaire entre ces deux derniers, lequel consiste à tirer des fleurs des jardins et des champs une matière qu'elle sait ensuite, par une vertu qui lui est propre, élaborer et digérer. Or, ce système de travail ne diffère en rien de celui de la vraie philosophie, alors que, après avoir reçu de l'histoire naturelle et des expériences mécaniques une matière quelconque, elle la reporte, non pas telle quelle dans la mémoire, mais déjà changée et modifiée, dans l'intelligence. ...


3. ITINERA ELECTRONICA : Environnements hypertextes & Textes préparés :

Environnement hypertexte :
CORNELIUS AGRIPPA (Henri-Corneille Agrippa de Nettesheim ; 1486 -1535), De l'excellence et de la supériorité de la femme, texte complet :
http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/cornelius_excellence/
Traduction française numérisée par nos soins.
Traduction française: G. Roétit, De l »excellence et de la supériorité de la femme ouvrage traduit du latin d’Agrippa. Paris, Delance, 1801
Ingénierie informatique : Boris Maroutaeff, Colin Scoupe

Textes préparés :
a) MARBODE de Rennes (vers 1040 - vers 1123), Le lapidaire, poème complet
Texte latin :
http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/Marbode_Rennes/liber_lapidum.txt
Traduction française :
http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/Marbode_Rennes/liber_lapidum_fr.txt
Traduction française reprise au site de Philippe Remacle :
http://remacle.org/bloodwolf/eglise/marbode/lapidaire.htm
Traduction française : Sigismond Ropartz (1824 – 1878)

b) Odon (Eudes) de Deuil (vers 1110 - 1162), Histoire de la croisade (1147) de Louis VII, Livre III
Texte latin :
http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/Odon_Deuil/histoire_croisade_livre03.txt
Traduction française :
http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/Odon_Deuil/histoire_croisade_livre03_fr.txt
Traduction française reprise au site de Philippe Remacle :
http://remacle.org/bloodwolf/historiens/odondedeuil/table.htm
Traduction française : M. Guizot, Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France. Paris, Brière, 1824

c) Francis BACON (1561 - 1626), Pensées et vues sur l'interprétation de la nature, ch. 17
Texte latin :
http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/Bacon/pensees_et_vues_ch17.txt
Traduction française :
http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/AClassFTP/Textes/Bacon/pensees_et_vues_ch17_fr.txt
Texte latin et Traduction française numérisée par nos soins.
Traduction française : J. A. C. B UCHON, Oeuvres philosophiques, morales et politiques de François Bacon, Paris, Auguste Desrez, 1840


Jean Schumacher 1er mai 2015


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002