Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     11-10-2013

Sujets :
Texte d'étude : Pierre GILLES (Petrus Gyllius ; 1490 - 1555) et la description de l'hippopotame ; Lecture : Francis BACON (1561 - 1626) fait l'éloge des médecins ; Lecture : Francis BACON (1561 - 1626) : Le médecin peut-il aussi procurer au malade une mort douce et paisible ? ; ITINERA ELECTRONICA & textes préparés : Francis Bacon ;

Notice :

1. Texte d'étude : Pierre GILLES (Petrus Gyllius ; 1490 - 1555) et la description de l'hippopotame :

ELEPHANTI noua descriptio authore Petro Gillio.

Auteur : Pierre GILLES (Petrus Gyllius ; 1490 - 1555) :
http://en.wikipedia.org/wiki/Petrus_Gyllius

Il a traduit du grec en latin les XVII livres de l'Historia animalium d'Élien (Claudius Aelianus ; vers 175 - vers 235) :
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lien_le_Sophiste.

Édition : Aeliani De historia animalium libri XVII / quos ex integro ac veteri exemplari Graeco, Petrus Gillius vertit ; vnà cum elephantorum descriptione. Lyon, 1562

TEXTE latin et traduction française préparés par Marc Szwajcer.

ELEPHANTI DESCRIPTIO.

De Hippopotamo (Livre XVII, Cap. VIII).

Hippopotamum cuius corium ad te dedi, uiuum non uidi, sed Byzantii longe ante alterum uideram, cuius circa medium transuersum uentrem perimeter octo dodrantes complectebatur. Colli uero ambitus quinque dodrantes excedebat. Eius longitudo a cauda ad frontem sex dodrantum erat et semissis frons patebat in latitudinem dodrantalem, tantumdem spatii intercedebat inter aures. Oculi distabant inter se semiperdem: nares existebant supra rostrum supinum inter se distantes palmum minorem: ubi rostrum dilatatur in latitudinem decem digitorum a rostro summo, unde eminebat os, usque ad frontem, longitudo erat sesquipedalis. Aures longae erant sex digitos. Cauda producebatur in longitudinem uero trium digitorum. Eius extrema pars latior erat quam crassior, aliquot pilis hirsuta. Illius ses quatuor digitos habebat unguibus praeditos longitudine trium digitorum, qui similitudinem gerebant testudinis. Tibia anterior in ima parte paulo supra pedem habebat perimetrum pedalem : tantundem longa erat. Veruntamen uentris ima a terra altior non erat semipede. Oris rictus hiatusque patebat in amplitudinem duorum pedum. Dorsum nigrum erat, ut uenter subalbidus maculis distinguebatur. Corio tegebatur durissimo exasperatoque ad modum elephanti, idque cum est siccum : nom aqua perfusum efficitur molle et lubricum. Prope aures et in uentre pellis longie mollior. Animaduerti ex eius corio humoris guttas exire uelut uidemus ex cortice cerasorum emanare succum lacrymosum. Oculis erat rotundis, ut mihil rotundius uiderim, magnitudine non excedentibus oculos parui uitelli excepta parte ambiente, quae ualde alba erat. supercilia pilis carebant, quorum eminentia erat alta tres digitos. In rostro aliquot pilos habebat sed graciles. In parte oris anteriore atque inferiore duo magni dentes ex utroque rostri angulo prominebant, etiam ex ore clauso, quos inter existebant quatuor denticuli exiguti. Item in parte supera et antiqua duo magni dentes erant inter quos intercedebant longe minores quatuor dentes. Singulae maxillae armabantur septem dentibus roslrum in quadrum redigebatur. Nam sere ab imo ad summum eadem erat latitudine, qua frons, quae patebat in nouent digitos. Rictus quadratura sita inter duos dentes angulares, quos dixi prominere extra os, intererat spatium semi pedale. Ab Arabibus eius curatoribus percuncactus sum, quam uocem edere soleret ? Vnus respondit Eauinam, alter Mulinam. Verum nationi uafrae nihil credens, illius aures paulo grauius uellere coepi. Sed nullam uoce elicere potui. Arabesque semel et iterum, mercede proposita, frustra solicitaui, ut illum cogerent uocem aliquam emittere. Hoc unum dum taxat adnotaui eodem anhelandi sonitu respirare, quo bos solet. Edebat foenum et caetera quae boues et equi edere solent. Eius caput similitudinem gerebat bubulis capitis. Tarde gradiebatur, ut sus perpinguis, quem referebat incubando. Gaudebat uersari in loco humide. Mitissimum erat seque palpari patiebatur, osque impune aperiri a uolentibus sinebat. In Nilo captum esse aiebant. Ille uero, cuius corium ad temitto captus fuerat in Damiata urbe, quam Stephanus Tamiatin per literam Taf, scribit, arbitror quasi olim Tamiatin, unde hostium Tamiaticum, siue Tamiticum. Itaque longe errant, qui putant Damiatam esse Pelusium. Illud enim situm erat in ultimo nili hostio, quod uidi propinquius Orienti esse, quam Damiatam, ubi multa antiquitatis uestigis in hunc usque diem extant. Iam uero huius modi animal a me informatum, sitne hippopotamus, an choeropotamus, an boopotamus, inquirendum est. Vt autem hippopotamus sit, ex dentibus et tergare duro uidetur Herodoto, Aristoteli, Diodoro, Pausaniae, Plinio tradentibus hippopotamum dentes habere exertos, ut apros, corioque esse adeo duro, ut ex eo pila missilia, et hasta fiant. At iisdem autoribus hippopotamus esse non uidetur, qui addunt hippopotamum iubam habere ut equum, atque bifidos pedes, atque ungulas bubulas. At illud a nobis supra descriptum iuba caret, ungulas quadrifidas habet, nihil similitudinis gerentes ungularum bubularum. Quemobrem si tot autores recte scripserunt, alius est in Nilo hippopotamos, et choeropotamos, et boopotamos, ut India fert, non modo elephantos et tauros, sed etiam choerelphantos, et taurelaphos. Nam ex hominibus, mihi in multis rebus probata fidei cognitis, intellexi in India et Aethiopia inueneri taurelaphos, quibus Indi uecturas factitare solent piperis, aliarumque rerum atque ex ipsis lac mulgere, et butyrum ex eo facere, carnibusque ipsorum Indos uesci, taurelaphosque Indicos mansuescere, Aethiopicos cicurari non posse. Idem testabantur se uidisse, et comedisse choerelephantos. Cosmas Indopleustes eadem sentit, qui temporibus Iustini Imperatoris erudite de India et Aethiopia scripsit, testatur se hippopotami Nil tacidentem uidisse, ponderantem redecim libras. Quod si fortasse tot et tanti a me commemorati scriptores errarunt, male describentes hippopotamum, nam facilius in animali perraro errare potuerunt, quam Aristoteles in Delphino, omnibus maribus usitato, dum ipsum tradit non in summo rostro, sed in parte rostri prona habere eos. Nam si in Nilo essent sues et boues fluuiatiles amphibia animalia, miror a nullo scriptore extante illa commemorata fuisse: sed dumtaxat hippopotamum et crocodilum, qui non modo scriptorum monumentus, sed etiam antiquis numismatibus, et colossis Nileis celebrantur: ut uidere licet in numismatibus plerisque, etiam nunc extantibus, atque in nilo Colosseo in hunc diem extante in Vaticani horti aedibus nuncupatis, Pulchri aspectus, ubi Nilus Colosseus in sua basi affabre scalptos habet septem hippopotamos tales, quales habebat: quem ante me dixi uidisse Byzantii sine iuba, sine ungulis bifidis: et tamen uerisimilius uidetur uerum hippopotamum Romae in spectaculis frequenter insculptum fuisse, quam aut suem aut bouem, su huiusmodi unquam fluuialitiles fuerunt, Alexandria profiscens Byzantium, praeter tergora elephanti marini et hippopotami dedi ad te mercatoribus Massiliensibus pellem Chamelopardaleos raram, et rege dignam, et caudam bouis Indici: quorum aspectus, ut plenius fruare, subiungam, quales sunt uuae Chaleopardales, etiam quis usus caudae Indici bouis. Item iisdem dedi in caueis inclusos Ichneumonem, muresque Arabicos et Aegyptios, quos, ut clarius perspicias, addam quae in ipsis adnotaui.

Traduction française partielle : Henri Marie Ducrotay de Blainville, Ostéographie ou description iconographique comparée du squelette et du système dentaire des Mammifères recents et fossiles. Baillière, 1864, t. 4, p. 43 :

« L'Hippopotame dont je vous envoie la peau, je ne l'ai pas vu vivant, mais j'en avais vu un autre longtemps auparavant dont la circonférence du ventre était de huit pieds, celle du col de plus de cinq, et la longueur totale du front à la queue de six pieds et demi ; la largeur du front était d'un pied, aussi bien que la distance entre les oreilles; l'intervalle des yeux d'un demi-pied , un peu moindre pour celui des narines, qui étaient ouvertes sur le dos du museau, dont la dilatation était de dix doigts (digiti) ; de l'extrémité du museau où s'ouvrait la bouche, jusqu'au front, la distance était d'un pied et demi ; les oreilles avaient six doigts de hauteur et la queue un peu plus d'un pied, sur trois doigts de largeur, qui était un peu plus grande à l'extrémité pourvue de quelques poils ; ses pieds avaient quatre doigts pourvus d'ongles longs de trois doigts et semblables à ceux des Tortues; la circonférence des membres de devant à sa partie inférieure était d'un peu plus d'un pied, et leur longueur était la même; néanmoins la distance du ventre au sol n'était pas d'un demi-pied ; l'ouverture de la gueule allait jusqu'à deux pieds ; le dos était noir et le ventre blanchâtre tacheté ; la peau était très dure et rugueuse (exasperatum) comme celle de l'Éléphant, pouvant devenir extrêmement sèche et redevenir molle et luisante par l'action de l'eau; elle était bien plus molle auprès des oreilles et du ventre ; j'en ai vu sortir des gouttes d'humeur, comme cela se voit de l'écorce des cerisiers, d'un suc lacrymal; les yeux étaient exactement ronds et n'excédaient pas ceux d'un petit veau, sans compter la partie ambiante qui était entièrement blanche; les sourcils manquaient de poils et ils saillaient de trois doigts; il y avait quelques poils sur le museau, mais grêles; à la partie antérieure et inférieure de la bouche et de chaque angle du museau saillaient deux grandes dents, même la bouche fermée, entre lesquelles il y en avait quatre petites ; à la partie supérieure et antérieure il y avait également deux grandes dents entre lesquelles en étaient quatre bien plus petites; les mâchoires étaient armées de sept dents et le museau était coupé carrément ; en effet il avait la même largeur à sa terminaison qu'à son origine, c'est-à-dire neuf doigts; la ligne droite comprise entre les dents angulaires saillantes hors la bouche avait un demi-pied de long. Cet animal soufflait, en respirant, comme un Bœuf, mais ne faisait pas entendre sa voix, même quand on lui tirait les oreilles; on le nourrissait de foin et d'autres substances, comme les Bœufs et les Chevaux ; sa tête ressemblait à celle d'un Bœuf (Bubulus), il marchait lentement comme un Cochon fort gras, auquel il ressemblait; il aimait à se vautrer dans un lieu humide; il était extrêmement doux, se laissait toucher et ouvrir la gueule impunément par tous ceux qui le voulaient; il avait été pris dans le Nil, mais celui dont je vous envoie la peau l'avait été auprès de Damiette.» ...


2. Lecture : Francis BACON (1561 - 1626) fait l'éloge des médecins :

Francis Bacon, De la dignité et de l'accroissement des sciences, IV, 2 :

... Omnibus enim temporibus, fama et opinione uulgi, sagae et aniculae et impostores medicorum quodammodo riuales fuere, et de curationum celebritate cum iisdem fere certarunt. Ex hoc dic sodes quid sequitur? Nempe ut medici ita secum, quemadmodum Salomon in re grauiori, "Si unus et stulti et meus euentus erit, quid mihi prodest quod maiorem sapientiae dedi operam?" Equidem medicis minus succenseo, si saepenumero uacent alicui alteri studio quod adamant, magis quam arti suae propriae. Inuenies etenim inter eos poetas, antiquarios, criticos, rhetores, politicos, theologos, atque in iis artibus magis quam in professione propria eruditos. Neque hoc fit, ut arbitror, quia (ut quidam declamator contra scientias medicis obiicit) habeant quae sibi obuersentur obiecta tam foeda et tristia, ut animum ad alia abducere iis omnino sit opus; (nam qui homines sint "nihil humani a se alienum putent") sed ob hoc ipsum de quo nunc agimus ; nempe quod arbitrentur parum ipsis interesse uel ad existimationem uel ad lucrum, utrum artis suae mediocritatem an perfectionem in ea maiorem assequantur. ...

... Car c'est dans tous les temps qu'on voit, du moins quant à l'opinion vulgaire et à la renommée, les charlatans, les vieilles, les imposteurs, rivaliser, en quelque manière, avec les médecins, et lutter avec eux pour la célébrité des cures. Mais qu'en arrive-t-il ? Que les médecins se disent à eux-mêmes ce que Salomon se disait aussi, mais sur un sujet plus grave : "Si le succès de l'insensé et le mien sont absolumeut les mêmes, à quoi m'aura servi de m'être appliqué davantage à la sagesse ?"
{Ecclésiaste, II, 15}
Quant à moi, je veux moins de mal aux médecins, quand je les vois s'adonner à quelqu'autre genre d'étude dans lequel ils se complaisent, plus que dans l'art même qu'ils professent. Car vous trouverez parmi eux des poètes, des antiquaires, des critiques, des rhéteurs, des politiques, des théologiens, et plus versés dans ces arts-là, que dans leur profession même ; et ce n'est pas, je pense, parce qu'ayant continuellement sous les yeux des objets tristes et dégoûtants, ils ont besoin de s'en distraire par d'autres occupations, comme le leur a objecté je ne sais quel déclamateur contre les sciences; mais ceux d'entr'eux qui sont hommes, croient que "rien d'humain ne leur est étranger"
{Terence, Heautontimoroumenos, I, 1, 25}
mais par cette raison-là même dont nous parlons ici, parce qu'ils pensent qu'il importe peu à leur réputation et à leur fortune qu'ils restent, dans leur art, au degré de la médiocrité, ou qu'ils s'élèvent au plus haut point de perfection. ...


3. Lecture : Francis BACON (1561 - 1626) : Le médecin peut-il aussi procurer au malade une mort douce et paisible ? :

Francis Bacon, De la dignité et de l'accroissement des sciences, IV, 2 :

... Item, ut paulo ulterius insistam ; etiam plane censeo ad officium medici pertinere, non tantum ut sanitatem restituat, uerum etiam ut dolores et cruciatus morborum mitiget ; neque id ipsum solummodo cum illa mitigatio doloris, ueluti symptomatis periculosi, ad conualescentiam faciat et conducat; imo uero cum, abiecta prorsus omni sanitatis spe, excessum tantum praebeat e uita magis lenem et placidum. Siquidem non parua est foelicitatis pars (quam sibi tantopere precari solebat Augustus Caesar) illa Euthanasia; quae etiam obseruata est in excessu Antonini Pii, quando non tam mori uideretur quam dulci et alto sopore excipi. Scribitur etiam de Epicuro, quod hoc ipsum sibi procurauerit; cum enim morbus eius haberetur pro desperato, uentriculum et sensus meri largiore haustu et ingurgitatione obruit ; unde illud in epigrammate, " ... hinc Stygias ebrius hausit aquas". Vino scilicet Stygii laticis amaritudinem sustulit. ...

... Je dirai de plus, en insistant sur ce sujet [les maladies incurables], l'office du médecin n'est pas seulement de rétablir la santé, mais aussi d'adoucir les douleurs et les souffrances attachées aux maladies; et cela non pas seulement en tant que cet adoucissement de la douleur considérée comme symptôme périlleux, contribue et conduit à la convalescence; mais encore afin de procurer au malade, lorsqu'il n'y a plus d'espérance, une mort douce et paisible. Car ce n'est pas la moindre partie du bonheur que cette euthanasie (qu'Auguste souhaitait si fort pour lui-même ), et qu'on observa aussi au décès d'Antonin-le-Pieux, qui semblait moins mourir, que tomber peu à peu dans un sommeil doux et profond. On rapporte aussi d'Épicure, qu'au moment où sa maladie ne laissait plus d'espérance, il se procura une pareille mort en se gorgeant de vin, et noyant, pour ainsi dire, l'estomac et le sentiment; ce qui donna lieu à ce trait d'épigramme :
"Ce fut ainsi qu'il but l'eau du Styx étant ivre".
C'est- à-dire, qu'à l'aide du vin, il masqua l'amertume des eaux du Styx. ...
{Cfr. Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des Philosophes illustres, livre X (Épicure), par. 16}


4. ITINERA ELECTRONICA & textes préparés :

Francis Bacon (1561 - 1626), De la dignité et de l'accroissement des sciences, IV, ch. 2 [Texte latin et traduction française numérisés par nos soins]
latin :
http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/Aclassftp/textes/BACON/de_dign_augm_sc_lv04_ch02.txt
français :
http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/files/Aclassftp/textes/BACON/de_dign_augm_sc_lv04_ch02_fr.txt


Jean Schumacher
11 octobre 2013


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002