Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     21-12-2012

Sujets :
Lecture : Marc Jérôme VIDA : Joseph et Marie trouvent un logement modeste à Bethléem ; Lecture : Francis BACON à propos des télescopes ; Lecture : FLORUS et la bataille de Munda (en Espagne ; en 45 av. J.-Chr.) ; Lecture : CASSIODORE à propos des bienfaits de la musique ; ITINERA ELECTRONICA : 6 nouveaux environnements hypertextes : Francis Bacon, Cassiodore, René Descartes, Florus, Jérôme (saint), Marc Jérôme Vida ;

Notice :

1. Lecture : Marc Jérôme VIDA : Joseph et Marie trouvent un logement modeste à Bethléem :

Marc Jérôme Vida (1477-1547), La Christiade, III, vers 549-570 :

Est sedes deserta humilem ingredientibus urbem,
[3,550] Horrenti culmoque et carice tecta palustri,
Agricolis olim statio gratissima, si quos,
Rure procul patrio, mox deprendisset in urbe :
Namque aliis procul a tectis summota recedit.
Huc igitur fessi pariter succedimus ambo,
555 Seu casu, seu sic rector sortitus Olympi,
Ut potius reor, et potius fas credere duco.
Natum etenim non solum extrema per omnia uitam
Ducere, et in terris indignos uoluere casus;
Verum etiam tecto uoluit sub paupere eundem
560 Nasci, humilique domo miserabilem, et omnium egenum.
Principio in stabulis pandum ad praesepia sisto
Quadrupedem, auxiliumque uiae, onerumque leuamen;
Quem iuxta in stipulis sese locat inclyta uirgo :
Quippe alia interior domus ulla haud parte uacabat.
565 Bos erat a laeua tepidum flans ore uaporem;
Quem pauper campis luce exercebat arator,
Pauca soli curuo suspendens iugera aratro ;
Nec, sera nisi nocte, domum repetebat ab agro
Conducto, uitam ut posset tolerare labore
570 Ipse suo, atque famem paruis auertere natis.

Il est, à l'entrée de cette pauvre cité [Bethléem] , une habitation solitaire,
[3,550] couverte de chaume grossier et du jonc des marais; écartée de l'endroit qu'habite et fréquente le peuple, elle présente quelquefois un abri agréable à l'homme des campagnes que les ténèbres surprennent, loin du champ de ses pères, dans les murs de la ville. C'est là que nous allons, tous deux, reposer nos fatigues; ainsi le permit le hasard, ou plutôt, j'aime à le croire, et le croire est un devoir, ainsi l'ordonna le maître du ciel. Il voulut que son fils, destiné à passer ses jours sous le poids de l'infortune, et courir sur la terre tant de tristes hasards, naquît aussi sous le toit de l'indigence, partageât l'humble asile du pauvre, sentît le plus affreux dénûment. D'abord j'attache à la crèche l'utile compagnon qui, par ses services, a rendu notre route moins pénible et nos fardeaux plus légers. Marie, la fille des rois, se place près de lui, sur le chaume; cette enceinte n'offrait pas d'autre espace inhabité. A sa gauche, un boeuf exhalait une tiède vapeur : un cultivateur peu fortuné l'occupait, pendant le jour, dans la plaine, à retourner avec la charrue l'étroite surface de son champ ; la nuit seule, déjà avancée, le rappelait, fermier malheureux, de ses sillons à sa chaumière. Ce travail fournissait aux besoins de la vie, et garantissait ses jeunes enfans des rigueurs de la faim. ...


2. Lecture : Francis BACON à propos des télescopes :

Francis Bacon (1561-1626), Novum organum, Livre II, aphorisme XXXIX :

... Secundi generis sunt illa altera perspicilla quae memorabili conatu adinuenit Galilaeus; quorum ope, tanquam per scaphas aut nauiculas, aperiri et exerceri possint propiora cum coelestibus commercia. Hinc enim constat, galaxiam esse nodum siue coaceruationem stellarum paruarum, plane numeratarum et distinctarum; de qua re apud antiquos tantum suspicio fuit. Hinc demonstrari uidetur, quod spatia orbium (quos uocant) planetarum non sint plane uacua aliis stellis, sed quod coelum incipiat stellescere antequam ad coelum ipsum stellatum uentum sit; licet stellis minoribus quam ut sine perspicillis istis conspici possint. Hinc choreas illas stellarum paruarum circa planetam Iouis (unde coniici possit esse in motibus stellarum plura centra) intueri licet. Hinc inaequalitates luminosi et opaci in luna distinctius cernuntur et locantur; adeo ut fieri possit quaedam seleno-graphia.

A la seconde classe appartiennent les télescopes, cette admirable invention de Galilée; grâce à eux, nous entrons dans un commerce plus étroit avec les cieux; on pourrait les comparer à des navires qui nous portent dans ces espaces immenses. Le télescope nous apprend que la voie lactée n'est qu'un amas de petites étoiles, toutes distinctes et comptées; vérité que les anciens avaient soupçonnée seulement. Il nous, apprend que les espaces des orbites planétaires (comme on les nomme) ne sont pas entièrement vides d'étoiles, mais qu'il y en a un certain nombre disséminé dans le ciel, avant que l'on s'élève jusqu'à la voûte étoilée; ces étoiles, inférieures à la voûte, étant d'une dimension trop petite pour qu'on les aperçoive sans lunettes. Il nous permet de contempler ce choeur de petites étoiles qui entourent la planète de Jupiter; et par là, de concevoir par induction que les mouvements des corps célestes peuvent avoir plusieurs centres. Il nous permet de saisir exactement les parties claires et les parties obscures qui se présentent à la surface de la lune, et de faire ainsi ce que l'on pourrait appeler une sélénographie. ...


3. Lecture : FLORUS et la bataille de Munda (en Espagne ; en 45 av. J.-Chr.) :

Florus, Abrégé de l'Histoire de Tite-Live, IV, 2 :

Omnium postrema certaminum Munda. Hic non pro cetera felicitate, sed anceps et diu triste proelium, ut plane uideretur nescio quid deliberare Fortuna. Sane et ipse ante aciem moestior non ex more Caesar, siue respectu fragilitatis humanae, siue nimiam prosperorum suspectam habens continuationem, uel eadem timens, postquam idem esse coeperat quod Pompeius. Sed in ipso proelio, quod nemo umquam meminerat, quum diu pari Marte acies nihil amplius quam occiderent, in medio ardore pugnantium subito ingens inter utrosque silentium, quasi conuenisset; hic omnium sensus erat. Nouissime, illud inusitatum Caesaris oculis - nefas - post quattuordecim annos probata ueteranorum manus gradum recto dedit. Quod etsi nondum fugerat, apparebat tamen pudore magis quam uirtute resistere. Itaque ablegato equo, similis furenti primam in aciem procurrit. Ibi prensare fugientes, confirmare; signiferos, orare, hortari, increpare; per totum denique agmen oculis, manibus, clamore uolitare. Dicitur in illa perturbatione et de extremis agitasse secum et ita manifesto uultu fuisse, quasi occupare mortem manu uellet; nisi quod cohortes hostium quinque per transuersam aciem actae, quas Labienus periclitantibus castris subsidio miserat, speciem fugae praebuissent. Hoc aut ipse credidit aut dux callidus arripuit in occasionem; et quasi in fugientem inuectus, simul et suorum erexit animos et hostis perculit. Nam hi, dum se putant uincere, fortius sequi, Pompeiani, dum fugere credunt suos, fugere coeperunt. Quanta fuerit hostium caedes, ira rabiesque uictoribus, sic aestimari potest. Hoc a proelio profugi, cum se Mundam recepissent, et Caesar obsideri statim uictos imperasset, congestis cadaueribus agger effectus est, quae pilis iaculisque confixa inter se tenebantur : foedum etiam in barbaros!

Munda fut la dernière de toutes les batailles. César n'y trouva point son bonheur accoutumé, et le combat fut longtemps incertain et inquiétant ; la fortune avait bien l'air de délibérer. Avant la bataille, César lui-même avait paru triste, contrairement à son habitude. Peut-être réfléchissait-il à la fragilité humaine, peut-être se défiait-il de cette trop longue suite de succès, ou craignait-il, après avoir commencé comme Pompée, de finir comme lui. Au milieu même de la mêlée, il se produisit un incident, dont personne ne se rappelait d'exemple. Longtemps, avec des avantages égaux, les adversaires n'avaient cherché qu'à se massacrer. Tout à coup, au plus fort du combat, il se fit un profond silence, comme s'il y avait eu accord entre les deux armées et comme si tous se demandaient quand finirait cette guerre. Enfin - et ce spectacle honteux était nouveau pour les yeux de César - le corps des vétérans, éprouvé par quatorze années de campagnes, recula, et, s'il ne s'était pas encore enfui, on sentait bien que la honte le retenait plutôt que le courage. A cette vue, César, laissant son cheval, s'élance comme un furieux vers la première ligne. Il saisit les fuyards, rassure les porte- enseignes, leur prodigue les supplications, les encouragements, les reproches, et parcourt toute son armée des yeux, du geste et de la voix. On raconte que dans cet affolement il songea à prendre un parti désespéré, et son visage laissa voir clairement qu'il était décidé à se donner la mort. Mais cinq cohortes ennemies envoyées par Labiénus pour défendre le camp menacé traversèrent le champ de bataille, et ce mouvement avait l'apparence d'une fuite. César crut-il qu'elles fuyaient réellement, ou sut-il, en chef habile, exploiter cette apparence ? Toujours est-il qu'il se jette sur les cohortes comme sur une troupe en fuite, et relève le courage des siens en même temps qu'il abat celui de l'ennemi. Car ses soldats, se jugeant vainqueurs, poursuivent plus vivement les Pompéiens, qui, croyant à la fuite des leurs, se mettent à fuir à leur tour. On jugera du carnage qui fut fait des ennemis, ainsi que de la colère et de la rage des vainqueurs par le trait suivant. Les survivants ayant fui la mêlée pour se réfugier à Munda, César ordonna de les y bloquer immédiatement, et on forma un retranchement d'un amas de cadavres, joints ensemble par les javelots et les traits dont ils étaient percés : action révoltante même chez des barbares.

Référence : La Bataille de MUNDA (WIKIPEDIA)


4. Lecture : CASSIODORE à propos des bienfaits de la musique :

Cassiodore, Variae, livre II, lettre 40 :

… <3> et operosa delectatio haec cum de secreto naturae tamquam sensuum regina tropis suis ornata processerit, reliquae cogitationes exiliunt omniaque facit eici, ut ipsam solummodo delectet audiri. tristitiam noxiam iucundat, tumidos furores attenuat, cruentam saeuitiam efficit blandam, excitat ignauiam soporantem languore, uigilantibus reddit saluberrimam quietem, uitiatam turpi amore ad honestum studium reuocat castitatem, sanat mentis taedium bonis cogitationibus semper aduersum, perniciosa odia conuertit ad auxiliatricem gratiam et quod beatum genus curationis est, per dulcissimas uoluptates expellit animi passiones. …

3. La musique doit à un secret de la nature d'être la reine de nos sens ; dès qu'elle s'avance parée de toutes ses grâces, toute autre pensée disparaît, elle subjugue tout autour d'elle, on ne songe plus qu'à écouter. Elle charme la tristesse, hélas ! si funeste ; elle apaise les emportements furieux ; elle change en douceur la cruauté la plus féroce ; elle ranime les cœurs lâches et les esprits indolents ; elle procure le sommeil salutaire à celui que de tristes veilles tourmentaient; elle rappelle aux saintes lois de la chasteté l'homme flétri par un amour impur; elle dissipe l'ennui, toujours si contraire aux bonnes pensées; elle change les haines funestes en secours bienfaisants; et, par le plus heureux mode de guérison, elle bannit de l'âme les passions par l'attrait même du plaisir. …


5. ITINERA ELECTRONICA & environnements hypertextes :

Cette semaine-ci, Christian Ruell a exécuté une dernière livraison pour l'année 2012 : 6 nouveaux environnements hypertextes ont été établis :

  • Francis Bacon (1561-1626), Novum organum, livre II, aphorismes 37 à 40 [Traduction française numérisée par nos soins]
  • Cassiodore, Variae, livre II, lettres XXXI à XLI [Traductions françaises composées (partim) et numérisées par Marc SZWAJCER]
  • René Descartes (1596-1650), Règles pour la direction de l'esprit, Règles IX et X [Traduction française reprise au site WIKISOURCE]
  • Florus, Abrégé de l'Histoire romaine de Tite-Live, livre IV [Traduction française reprise au site de Philippe Remacle]
  • Jérôme (saint), Lettres, Lettre CXVIII : A Julianus [Traduction française reprise au site de l'Abbaye Saint Benoît de Port-Valais]
  • Marc Jérôme Vida (1477-1547), La Christiade, livre III [Traduction française numérisée par nos soins]

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles dans le Dépôt ITINERA ELECTRONICA.


Jean Schumacher
21 décembre 2012


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002