Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     07-09-2001

Sujets :
Danièle Robert, Ovide, Les Métamorphoses. Traduction française; légende Tirésias, Narcisse et Echo;

Notice :

concerne: Danièle ROBERT, OVIDE, Les Métamorphoses, Actes Sud, 2001, 710 pp., 164 FF

Crédit:

LIRE, n° 298 - septembre 2001, pp. 98-102.
Extrait publié (traduction française): OVIDE, Métamorphoses,, Lv. III, vers 316-510

Texte latin correspondant:

Dumque ea per terras fatali lege geruntur
tutaque bis geniti sunt incunabula Bacchi,
forte Iouem memorant diffusum nectare curas
seposuisse graues uacuaque agitasse remissos

320 cum Iunone iocos et 'maior uestra profecto est,
quam quae contingit maribus' dixisse 'uoluptas.'
illa negat. placuit quae sit sententia docti
quaerere Tiresiae: Venus huic erat utraque nota.
nam duo magnorum uiridi coeuntia silua

325 corpora serpentum baculi uiolauerat ictu
deque uiro factus (mirabile) femina septem
egerat autumnos; octauo rursus eosdem
uidit, et 'est uestrae si tanta potentia plagae
dixit, 'ut auctoris sortem in contraria mutet,

330 nunc quoque uos feriam.' percussis anguibus isdem
forma prior rediit, genetiuaque uenit imago.
arbiter hic igitur sumptus de lite iocosa
dicta Iouis firmat: grauius Saturnia iusto
nec pro materia fertur doluisse suique

335 iudicis aeterna damnauit lumina nocte;
at pater omnipotens (neque enim licet inrita cuiquam
facta dei fecisse deo) pro lumine adempto
scire futura dedit poenamque leuauit honore.
Ille per Aonias fama celeberrimus urbes

340 inreprehensa dabat populo responsa petenti;
prima fide uocisque ratae temptamina sumpsit
caerula Liriope, quam quondam flumine curuo
inplicuit clausaeque suis Cephisos in undis
uim tulit: enixa est utero pulcherrima pleno

345 infantem nymphe, iam tunc qui posset amari,
Narcissumque uocat. de quo consultus, an esset
tempora maturae uisurus longa senectae,
fatidicus uates 'si se non nouerit' inquit.
uana diu uisa est uox auguris: exitus illam

350 resque probat letique genus nouitasque furoris.
namque ter ad quinos unum Cephisius annum
addiderat poteratque puer iuuenisque uideri:
multi illum iuuenes, multae cupiere puellae;
sed fuit in tenera tam dura superbia forma,

355 nulli illum iuuenes, nullae tetigere puellae.
adspicit hunc trepidos agitantem in retia ceruos
uocalis nymphe, quae nec reticere loquenti
nec prior ipsa loqui didicit, resonabilis Echo.
Corpus adhuc Echo, non uox erat et tamen usum

360 garrula non alium, quam nunc habet, oris habebat,
reddere de multis ut uerba nouissima posset.
fecerat hoc Iuno, quia, cum deprendere posset
sub Ioue saepe suo nymphas in monte iacentis,
illa deam longo prudens sermone tenebat,

365 dum fugerent nymphae. postquam hoc Saturnia sensit,
'huius' ait 'linguae, qua sum delusa, potestas
parua tibi dabitur uocisque breuissimus usus,
reque minas firmat. tantum haec in fine loquendi
ingeminat uoces auditaque uerba reportat.

370 ergo ubi Narcissum per deuia rura uagantem
uidit et incaluit, sequitur uestigia furtim,
quoque magis sequitur, flamma propiore
calescit,
non aliter quam cum summis circumlita taedis
admotas rapiunt uiuacia sulphura flammas.

375 o quotiens uoluit blandis accedere dictis
et mollis adhibere preces! natura repugnat
nec sinit, incipiat, sed, quod sinit, illa parata est
exspectare sonos, ad quos sua uerba remittat.
forte puer comitum seductus ab agmine fido

380 dixerat: 'ecquis adest?' et 'adest' responderat Echo.
hic stupet, utque aciem partes dimittit in omnis,
uoce 'ueni!' magna clamat: uocat illa uocantem.
respicit et rursus nullo ueniente 'quid' inquit
'me fugis?' et totidem, quot dixit, uerba recepit.

385 perstat et alternae deceptus imagine uocis
'huc coeamus' ait, nullique libentius umquam
responsura sono 'coeamus' rettulit Echo
et uerbis fauet ipsa suis egressaque silua
ibat, ut iniceret sperato bracchia collo;

390 ille fugit fugiensque 'manus conplexibus aufer!
ante' ait 'emoriar, quam sit tibi copia nostri';
rettulit illa nihil nisi 'sit tibi copia nostri!'
spreta latet siluis pudibundaque frondibus ora protegit et solis ex illo uiuit in antris;

395 sed tamen haeret amor crescitque dolore repulsae;
extenuant uigiles corpus miserabile curae
adducitque cutem macies et in aera sucus
corporis omnis abit; uox tantum atque ossa supersunt:
uox manet, ossa ferunt lapidis traxisse figuram.

400 inde latet siluis nulloque in monte uidetur,
omnibus auditur: sonus est, qui uiuit in illa.
Sic hanc, sic alias undis aut montibus ortas
luserat hic nymphas, sic coetus ante uiriles;
inde manus aliquis despectus ad aethera tollens

405 'sic amet ipse licet, sic non potiatur amato!'
dixerat: adsensit precibus Rhamnusia iustis.
fons erat inlimis, nitidis argenteus undis,
quem neque pastores neque pastae monte capellae
contigerant aliudue pecus, quem nulla uolucris

410 nec fera turbarat nec lapsus ab arbore ramus;
gramen erat circa, quod proximus umor alebat,
siluaque sole locum passura tepescere nullo.
hic puer et studio uenandi lassus et aestu
procubuit faciemque loci fontemque secutus,

415 dumque sitim sedare cupit, sitis altera creuit,
dumque bibit, uisae correptus imagine formae
spem sine corpore amat, corpus putat esse, quod umbra est.
adstupet ipse sibi uultuque inmotus eodem
haeret, ut e Pario formatum marmore signum;

420 spectat humi positus geminum, sua lumina, sidus
et dignos Baccho, dignos et Apolline crines
inpubesque genas et eburnea colla decusque
oris et in niueo mixtum candore ruborem,
cunctaque miratur, quibus est mirabilis ipse:

425 se cupit inprudens et, qui probat, ipse probatur,
dumque petit, petitur, pariterque accendit et ardet.
inrita fallaci quotiens dedit oscula fonti,
in mediis quotiens uisum captantia collum
bracchia mersit aquis nec se deprendit in illis!

430 quid uideat, nescit; sed quod uidet, uritur illo,
atque oculos idem, qui decipit, incitat error.
credule, quid frustra simulacra fugacia captas?
quod petis, est nusquam; quod amas, auertere, perdes!
ista repercussae, quam cernis, imaginis umbra est:

435 nil habet ista sui; tecum uenitque manetque;
tecum discedet, si tu discedere possis!
Non illum Cereris, non illum cura quietis
abstrahere inde potest, sed opaca fusus in herba
spectat inexpleto mendacem lumine formam

440 perque oculos perit ipse suos; paulumque leuatus
ad circumstantes tendens sua bracchia siluas
'ecquis, io siluae, crudelius' inquit 'amauit?
scitis enim et multis latebra opportuna fuistis.
ecquem, cum uestrae tot agantur saecula uitae,

445 qui sic tabuerit, longo meministis in aeuo?
et placet et uideo; sed quod uideoque placetque,
non tamen inuenio'-- tantus tenet error amantem --
'quoque magis doleam, nec nos mare separat ingens
nec uia nec montes nec clausis moenia portis;

450 exigua prohibemur aqua! cupit ipse teneri:
nam quotiens liquidis porreximus oscula lymphis,
hic totiens ad me resupino nititur ore.
posse putes tangi: minimum est, quod amantibus obstat.
quisquis es, huc exi! quid me, puer unice, fallis

455 quoue petitus abis? certe nec forma nec aetas
est mea, quam fugias, et amarunt me quoque nymphae!
spem mihi nescio quam uultu promittis amico,
cumque ego porrexi tibi bracchia, porrigis ultro,
cum risi, adrides; lacrimas quoque saepe notaui

460 me lacrimante tuas; nutu quoque signa remittis
et, quantum motu formosi suspicor oris,
uerba refers aures non peruenientia nostras!
iste ego sum: sensi, nec me mea fallit imago;
uror amore mei: flammas moueoque feroque.

465 quid faciam? roger anne rogem? quid deinde rogabo?
quod cupio mecum est: inopem me copia fecit.
o utinam a nostro secedere corpore possem!
uotum in amante nouum, uellem, quod amamus, abesset.
iamque dolor uires adimit, nec tempora uitae

470 longa meae superant, primoque exstinguor in aeuo.
nec mihi mors grauis est posituro morte dolores,
hic, qui diligitur, uellem diuturnior esset;
nunc duo concordes anima moriemur in una.'
Dixit et ad faciem rediit male sanus eandem

475 et lacrimis turbauit aquas, obscuraque moto
reddita forma lacu est; quam cum uidisset abire,
'quo refugis? remane nec me, crudelis, amantem
desere!' clamauit; 'liceat, quod tangere non est,
adspicere et misero praebere alimenta furori!'

480 dumque dolet, summa uestem deduxit ab ora
nudaque marmoreis percussit pectora palmis.
pectora traxerunt roseum percussa ruborem,
non aliter quam poma solent, quae candida parte,
parte rubent, aut ut uariis solet uua racemis

485 ducere purpureum nondum matura colorem.
quae simul adspexit liquefacta rursus in unda,
non tulit ulterius, sed ut intabescere flauae
igne leui cerae matutinaeque pruinae
sole tepente solent, sic attenuatus amore

490 liquitur et tecto paulatim carpitur igni;
et neque iam color est mixto candore rubori,
nec uigor et uires et quae modo uisa placebant,
nec corpus remanet, quondam quod amauerat Echo.
quae tamen ut uidit, quamuis irata memorque,

495 indoluit, quotiensque puer miserabilis 'eheu'
dixerat, haec resonis iterabat uocibus 'eheu';
cumque suos manibus percusserat ille lacertos,
haec quoque reddebat sonitum plangoris eundem.
ultima uox solitam fuit haec spectantis in undam:

500 'heu frustra dilecte puer!' totidemque remisit
uerba locus, dictoque uale 'uale' inquit et Echo.
ille caput uiridi fessum submisit in herba,
lumina mors clausit domini mirantia formam:
tum quoque se, postquam est inferna sede receptus,

505 in Stygia spectabat aqua. planxere sorores
naides et sectos fratri posuere capillos,
planxerunt dryades; plangentibus adsonat Echo.
iamque rogum quassasque faces feretrumque parabant:
nusquam corpus erat; croceum pro corpore florem

510 inueniunt foliis medium cingentibus albis.


Traduction française en vers libres de Danièle Robert:

Tandis que la loi du destin s'accomplissait de la sorte sur terre
Et que le berceau du petit Bacchus, né deux fois, était en sûreté,
Jupiter que le nectar, nous dit-on, avait un jour détendu,
Mit de côté les occupations sérieuses pour se distraire
Avec Junon et badiner en toute quiétude: «Je parie
Que votre plaisir est plus grand que celui qu'éprouvent
Les mâles », affirma-t-il. Elle n'était pas d'accord. Ils résolurent
De demander l'avis du sage Tirésias. Celui-ci connaissait le plaisir
Des deux sexes car après avoir profané d'un coup de bâton,
Dans une forêt verdoyante, le coït de deux grands serpents,
Il avait été changé (stupeur!) d'homme en femme
Durant sept automnes; au huitième, les ayant revus,
Il avait dit: « Puisqu'un coup reçu vous donne le pouvoir
De changer le sexe de son auteur, je vais vous frapper
A nouveau. » Les deux serpents frappés, il avait repris
Sa forme première et son aspect naturel.
Donc, choisi comme arbitre dans cette querelle pour rire,
Il donna raison à Jupiter. La fille de Saturne, dit-on,
Le prit beaucoup plus mal que la chose n'en valait la peine
Et condamna les yeux de son juge à la nuit éternelle
. Mais le père tout-puissant (aucun dieu n'a le droit, en effet, d'annuler
Les décisions d'un autre dieu) lui donna, pour pallier sa cécité, la prescience
De l'avenir et adoucit sa peine en lui témoignant son estime.

Partout célébré dans les villes de l'Aonie,
Tirésias donnait à ses visiteurs d'infaillibles réponses.
La première à le consulter et à vérifier la justesse
De sa parole fut Liriopé l'Azuréenne que jadis le Céphise
Avait enveloppée dans ses méandres et emprisonnée dans ses eaux
Puis violée. Enceinte, cette beauté avait donné naissance
A un enfant qui ne pouvait que susciter l'amour des nymphes,
Et l'avait appelé Narcisse. Interrogé sur l'espérance qu'il avait
D'une longue vieillesse, le devin répondit: « S'il ne se connaît pas. »
Longtemps, cette parole prophétique parut sans fondement;
Ce qui atteste sa véracité, ce sont les circonstances
De la fin de Narcisse, la nature de sa mort, l'étrangeté de sa folie.
A l'âge de seize ans, en effet, le fils du Céphise
Pouvait être pris à la fois pour un enfant et un jeune homme;
Beaucoup de jeunes gens, beaucoup de jeunes filles le désiraient.
Mais sa beauté naissante s'accompagnait d'une fierté cruelle:
Ni jeunes gens ni jeunes filles ne pouvaient l'approcher.
Celle qui l'aperçut, poussant vers ses filets des cerfs affolés,
Fut la nymphe loquace, qui ne sait ni se taire quand on parle
Ni parler la première: Echo qui répète les sons.
Echo avait un corps à l'époque - n'était pas qu'une voix -
Mais n'avait déjà plus, la bavarde, l'usage de sa bouche,
Et ne pouvait que répéter les tout derniers mots d'une phrase,
Comme aujourd'hui. Junon en avait ainsi décidé car, voulant surprendre,
Dans la montagne, les nymphes couchées avec son Jupiter,
La déesse était retenue par les histoires interminables de la maligne
Qui aidait les nymphes à fuir. S'en étant aperçue, la fille de Saturne
Lui avait dit: « Le pouvoir de cette langue qui m'a abusée
Sera diminué et ta parole réduite à sa plus simple expression. »
Aussitôt dit, aussitôt fait: Echo répète désormais
Les dernières syllabes des mots qu'elle entend prononcer.
Donc, à peine a-t-elle vu Narcisse, circulant seul dans la campagne,
Qu'elle s'enflamme et suit ses pas à la dérobée.
Plus elle le suit, plus son ardeur se fait pressante:
Le soufre dont on enduit le bout des torches
N'est pas plus prompt à prendre feu.
Oh! Que de fois a-t-elle voulu l'aborder avec des mots d'amour,
User de tendres prières! Sa nature s'y oppose
Et l'empêche de commencer; mais elle est prête - et cela est permis -
A attendre les sons auxquels elle renverra ses paroles.

Le jeune homme, s'étant par inadvertance séparé du groupe
De ses fidèles amis, s'est écrié: « Y a-t-il quelqu'un? »
« Quelqu'un », répond Echo. Stupéfait,jetant les yeux de tous côtés,
Il crie d'une voix forte: « Viens! » Elle lui renvoie son appel.
Il se retourne et, ne voyant arriver personne, reprend: « Pourquoi
Me fuis-tu ? », et les mots qu'il a prononcés lui reviennent.
Il insiste et, trompé par cette voix qui imite la sienne, dit:
"Par ici, rejoignons-nous ", et aucun son ne saurait être repris
Avec plus de plaisir: "Joignons-nous!" répète Echo
Et, ravie de ses propres paroles, elle est sortie de la forêt,
Pensant jeter les bras autour de ce cou tant espéré.
Il prend la fuite et, en fuyant, lui crie: « Cesse de m'enlacer!
Plutôt mourir que te laisser disposer de moi! »
Elle ne peut répondre que: « Te laisser disposer de moi!"
Repoussée, elle se cache dans les forêts, abrite sous le feuillage
Son visage couvert de honte et vit depuis dans la solitude des grottes.
Mais, délaissée, son amour s'obstine et la douleur l'accroît
Et son pauvre corps s'épuise en tourments sans trêve;
Sa maigreur lui ride la peau; toute la sève de son corps s'évapore;
Ne restent que la voix et les os: la voix est intacte ; les os
Ont pris, dit-on, l'aspect de la pierre. Elle est, depuis, cachée
Dans les forêts et on ne la voit plus dans la montagne;
Mais tout le monde l'entend: un son est là, qui vit en elle.
Comme de celle-ci, Narcisse s'était auparavant joué d'autres nymphes
Issues des eaux ou des montagnes, ainsi que de garçons.
L'un de ces méprisés, tendant ses mains vers le ciel,
Avait dit: « Puisse-t-il aimer lui aussi et ne pas posséder
L'objet de son amour! » La déesse de Rhamnonte agréa cette juste prière.
Il était une source limpide, source d'argent aux eaux miroitantes,
Que ni pâtres ni chevrettes paissant dans la montagne
Ni aucun autre bétail n'avaient approchée; que nul oiseau,
Nulle bête sauvage, nulle branche tombée d'un arbre n'avait troublée.
Autour d'elle, de l'herbe, nourrie par l'humidité toute proche,
Et un bosquet pour empêcher les rayons du soleil d'attiédir ce point d'eau.
Le jeune homme, épuisé de chaleur et d'ardeur à la chasse,
Fut séduit par la source, son cadre, et s'y pencha;
Tandis qu'il essayait d'étancher sa soif, une autre soif grandit en lui.
Pendant qu'il boit, fasciné par le reflet de sa propre beauté,
Il s'éprend de cet être sans corps, confond le corps avec son ombre.
Ebloui, paralysé devant ce visage si semblable au sien, il reste
Pétrifié, une statue sculptée dans le marbre de Paros.
Rivé au sol, il contemple son double, ses yeux, son éclat,
Et ses cheveux dignes de ceux de Bacchus, ou encore d'Apollon,
Et ses pommettes juvéniles, son cou d'ivoire, le dessin parfait
De sa bouche, cette blancheur de neige et ce rouge mêlés,
Et il admire tout ce qui en lui est admirable.
Inconsciemment, il se désire, est à la fois sujet et objet de sa quête,
Le chasseur et la proie, l'incendiaire et le feu.
Que de baisers sans réponse a-t-il donnés à la source trompeuse
Que de fois a-t-il plongé les bras au milieu des eaux
Pour y saisir le reflet de son cou sans parvenir à l'atteindre 1
Que voit-il ? Il ne sait; mais ce qu'il voit le brûle,
Et l'erreur qui abuse ses yeux les excite pareillement.
Naïf, pourquoi chercher en vain à saisir une image fugace ?
Ce que tu cherches n'existe pas; ce que tu aimes, tourne-toi, tu le perds.
L'ombre que tu distingues est celle d'un pur reflet.
Elle est sans consistance, est apparue avec toi et demeure de même;
Elle s'éloignera avec toi - s'il t'est possible de t'éloigner.
Ni les exigences de la faim ni celles du sommeil ne peuvent
Le tirer de là; couché dans l'herbe épaisse, il fixe d'un regard
Insatiable ce leurre, et son regard le tue; se soulevant un peu,
Tendant les bras vers les bois qui l'entourent, il leur dit:
« Quelqu'un a-t-il souffert, ô forêts, plus que moi en amour?
Vous le savez, bien sûr, et vous avez été pour beaucoup
Un abri opportun. Vous dont la vie compte tant de siècles,
Vous souvenez-vous de quelqu'un qui, durant tout ce temps,
Se soit consumé à ce point? Il me plaît et je le vois,
Mais ce que je vois, qui me plaît, je ne peux le rejoindre;
Dans quel égarement est maintenu un amoureux !
Et, comble de douleur, il n'y a pour nous séparer ni mer immense,
Ni route, ni montagnes, ni murailles aux portes fermées:
L'obstacle n'est qu'un peu d'eau. Il me désire lui aussi
Car chaque fois que je tends mes lèvres vers l'eau claire
Sa bouche offerte s'efforce de m'atteindre.
Nous devons pouvoir nous toucher: rien n'arrête ceux qui s'aiment.
Qui que tu sois, sors de ce lieu; pourquoi me décevoir, ô merveille ?
je viens vers toi, où t'en vas-tu ? Ni mon aspect ni mon âge
Ne sauraient, certes, te faire fuir: même des nymphes m'ont aimé.
Quel espoir me promet ton visage ami, je l'ignore,
Et quand je tends les bras vers toi, tu tends les tiens,
Et quand je souris, tu souris et lorsque j'ai pleuré j'ai souvent remarqué
Que tu pleurais; tu réponds à mes signes d'un mouvement de tête
Et, si j'en juge par les frémissements de ta bouche si belle,
Tu me renvoies des mots qui ne par-viennent pas à mes oreilles.
C'est moi qui suis toi, je le devine; et mon image ne me leurre point.
je brûle de l'amour de moi, déclencheur de ce feu et foyer à la fois.
Que faire ? Attendre les questions, les formuler? Et qu'ajouter de plus ?
Ce que je désire est inséparable de moi, une richesse qui crée le manque.
Ah ! si je pouvais me séparer de mon corps!
Vouloir l'absence de ce qu'on aime, voeu étrange pour un amant!
La douleur m'ôte déjà des forces, et il me reste peu de temps
A vivre; je m'éteins dans la fleur de l'âge.
La mort m'est légère qui me délivrera de mes souffrances.
Celui que j'aime, j'eusse voulu qu'il vécût plus longtemps;
Mais nous allons mourir, deux coeurs dans un même souffle.
Sur ces mots, ce fou revint vers son image,
Troubla l'eau de ses larmes et l'agitation du bassin
En rendit les traits incertains ; la voyant disparaître:
« Où fuis-tu ? Reste, cruel, n'abandonne pas
Ton amant, cria-t-il, que je puisse au moins regarder
Ce que je ne puis toucher, et nourrir ma passion malheureuse. »
Tout en pleurant, il tira sur l'extrémité de sa tunique
Et de ses mains marmoréennes frappa sa poitrine nue.
Sa poitrine frappée se colora d'une rougeur vermeille
Tout comme les arbres fruitiers à demi blancs que l'on voit
Devenir rouges, ou le raisin à demi mûr dont les grappes
Aux tons changeants prennent une teinte pourpre.
Lorsqu'il la vit ainsi dans la limpidité de l'eau retrouvée,
Il ne peut en supporter davantage : comme fondent la cire blonde
Sous la flamme légère ainsi que les gelées matinales
Aux tièdes rayons du soleil, lui, exténué d'amour,
Se dilue, un feu secret lentement le consume.
Il n'a déjà plus ce teint où blancheur et rougeur se mêlaient,
Ni éclat, ni force, ni cet aspect qui naguère plaisait,
Et il ne reste rien du corps jadis aimé par Echo.
Lorsqu'elle le revit, malgré le souvenir et la colère
Elle fut affligée et à chaque " Hélas! » du malheureux enfant
Sa voix vibrante lui répondait: « Hélas! »,
Et, chaque fois qu'il se meurtrissait les bras,
Elle reproduisait le bruit des coups.
Sa dernière parole, les yeux fixés sur l'onde familière, Fut: « Hélas! Enfant que j'aime vainement! », et le lieu La reprit mot pour mot; à son " Adieu! », Echo redit: « Adieu! »
Epuisé, il laissa tomber sa tête sur l'herbe verte;
La mort ferma ses yeux éblouis par l'éclat de leur maître.
Et même après qu'il eut été reçu au séjour des Enfers,
Il se contemplait dans l'eau du Styx. Ses soeurs les Naïades
Pleurèrent et offrirent leurs cheveux coupés à leur frère;
Pleurèrent les Dryades; Echo se joignit à leurs lamentations.
Déjà, on préparait le bûcher, le lit et les torches funèbres:
Le corps n'était plus là. A la place du corps on trouva
Une fleur au coeur jaune safran entouré de pétales blancs.


Autre traduction française en ligne:

Ovide, Les Métamorphoses. Traduction de G.T. Villenave (légèrement adaptée), (Site web BCS - Bibliotheca Classica Selecta).


A propos de Tirésias, Narcisse et Echo:


Dernière mise à jour: 10 septembre 2001

 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002