Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     07-10-2011

Sujets :
Lecture : ARNOBE l'Ancien : Si l'on croit que les dieux sont honorés par des sacrifices d'animaux, pourquoi choisir tel animal plutôt qu'un autre ? ; Lecture : ARNOBE l'Ancien : Hannibal, sa défaite et le rôle joué par la Pierre de Pessinonte alias la Grande Mère, déesse de la Terre ; Lecture : Lucien JERPHAGNON et le plagosus Orbilius ; ITINERA ELECTRONICA : 7 nouveaux environnements hypertextes : Arnobe l'Ancien, Augustin (saint), Bernard de Clairvaux (saint), Jean Cassien, Hildegarde von Bingen (x 2), Ordéric Vital ; Statistiques de consultation - septembre 2011 ;

Notice :

1. Lecture : ARNOBE l'Ancien : Si l'on croit que les dieux sont honorés par des sacrifices d'animaux, pourquoi choisir tel animal plutôt qu'un autre ? :

Arnobe l'Ancien, Contre les païens, VII, 16 :

… Quodsi animantium cruore honorari et adfici superorum animos existimatis, cur non eis et mulos et elephantos mactatis et asinosa cur non et canes, ursos et uulpes, camellos et belbas et leones? 4. Et quoniam uolucres hostiarum quoque in numeris ponitis, cur non uulturios aquilas ciconias inmussilos buteones coruos accipitres noctuas cumque illis salamandras natrices uiperas solifugas? 5. Nempe subest et his sanguis et consimili ratione uitali agitantur spiritu. Quid in illis maioris est operis aut sollertiae in his minus, ut ista non augeant, superorum illa amplificent dignitatem? 6. "Quia rebus ex his, inquit, deos par est honorare caelestes, quibus ipsi alimur, sustentamur et uiuimus et quas nobis ad uictum sui numinis tribuere benignitate dignati sunt". 7. - Sed et cuminum nasturcium rapa bulbos apium carduos radices cucurbitas rutam mentam ocimum puleium porrumque sectiuum idem tribuere dii uobis esseque in usibus uestris alimoniarum in parte iusserunt. Quid ergo cessatis altaribus et haec dare rebusque his omnibus conilam superspergere bubulam et acrimonias intermiscere ceparum?

[Traduction anglaise]

… But if you think that the gods of heaven be honoured by the blood of living creatures being offered to them, why do you not sacrifice to them both mules, and elephants, and asses? why not dogs also, bears, and foxes, camels, and hyaenas, and lions? And as birds also are counted victims by you, why do you not sacrifice vultures, eagles, storks, falcons, hawks, ravens, sparrow-hawks, owls, and, along with them, salamanders, water-snakes, vipers, tarantulae? For indeed there is both blood in these, and they are in like manner moved by the breath of life. What is there more artistic in the former kind of sacrifices, or less ingenious in the latter, that these do not add to and increase the grandeur of the gods? Because, says my opponent, it is right to honour the gods of heaven with those things by which we are ourselves nourished and sustained, and live; which also they have, in their divine benevolence, deigned to give to us for food. But the same gods have given to you both cumin, cress, turnips, onions, parsley, esculent thistles, radishes, gourds, rue, mint, basil, flea-bane, and chives, and commanded them to be used by you as part of your food; why, then, do you not put these too upon the altars, and scatter wild-marjoram, with which oxen are fed, over them ll, and mix amongst them onions with their pungent flavour?


2. Lecture : ARNOBE l'Ancien : Hannibal, sa défaite et le rôle joué par la Pierre de Pessinonte alias la Grande Mère, déesse de la Terre :

Arnobe l'Ancien, Contre les païens, VII, 50 :

[7,50] 1. Quid ergo dicemus? Hannibalem illum Poenum, hostem potentem ac ualidum, sub quo anceps et dubia res Romana contremuit et magnitudo trepidauit, lapis ea Italia depulit, lapis fregit, lapis fugacem ac timidum suique esse dissimilem fecit? 2. Et quod rursus exsiliuit ad imperii columen et regium principatum, nihil consiliis actum est, nihil hominum uiribus, nec ad reditum sublimitatis antiquae tot tantisque ab ducibus quicquam est scientia militari aut rerum experientia conlatum? 3. Lapis aliis uires, aliis roboris infirmitatem dedit, hos secundis praecipitauit ab rebus, aliorum extulit stratas desperatione fortunas? Et quis hominum credet terra sumptum lapidem, sensu agitabilem nullo, fuliginei coloris atque atri, corporis, deum fuisse matrema aut qui rursus accipiat - hoc enim solum restat - numinis alicuius habitasse uim silicis fragmentis more subiectam uenisque in eius abstrusam? 4. "Et unde parta uictoria est, si Pessinuntio lapidi nullum inerat numen?" - "Sedulitate possumus dicere ac uirtute pugnantium, usu tempore consilio ratione, fato etiam possumus et reciproca uarietate fortunae". 5. Sed si auxilio lapidis res facta est melior et felix reciperata uictoria est, ubinam Mater Phrygia tempore illo fuit, cum tot tantis que exercitibus caesis inclinata est res summa et ad ultimae labis periculum uenit? Cur non minaci forti se obtulit? cur impetus tantos belli non prius fregit ac reppulit quam immanes ac inciderent plagae, quibus omnis effunderetur sanguis et exhaustis rueret uita ipsa paene uitalibus? 6. "Aduecta enim nondum nec fauorem fuerat ut commodaret rogata". - Esto: sed bonus auxiliator numquam rogari se poscit spontanea semper opitulatione subueniens. "Hostem pellere ac fugare non potuit multo adhuc mari terrisque ab Italia discreta". - Sed deo, si deus est, longum nihil omnino est, cui punctum terra est et sub nutu omnia constituta.

[Traduction anglaise]

[7,50] What shall we say then? Was Hannibal, that famous Carthaginian, an enemy strong and powerful, before whom the fortunes of Rome trembled in doubt and uncertainty, and its greatness shook -- was he driven from Italy by a stone? was he subdued by a stone? was he made fearful, and timid, and unlike himself by a stone? And with regard to Rome's again springing to the height of power and royal supremacy, was nothing done by wisdom, nothing by the strength of men; and, in returning to its former eminence, was no assistance given by so many and so great leaders by their military skill, or by their acquaintance with affairs? Did the stone give strength to some, feebleness to others? Did it hurl these down from success, raise the fortunes of others which seemed hopelessly overthrown? And what man will believe that a stone taken from the earth, having no feeling, of sooty colour and dark body, was the mother of the gods? or who, again, would listen to this, -- for this is the only alternative, -- that the power of any deity dwelt in pieces of flint, within its mass, and hidden in its veins? And how was the victory procured if there was no deity in the Pessinuntine stone? We may say, by the zeal and valour of the soldiers, by practice, time, wisdom, reason; we may say, by fate also, and the alternating fickleness of fortune. But if the state of affairs was improved, and success and victory were regained, by the stone's assistance, where was the Phrygian mother at the time when the commonwealth was bowed down by the slaughter of so many and so great armies, and was in danger of utter ruin? Why did she not thrust herself before the threatening, the strong enemy? Why did she not crush and repel assaults so terrible before these awful blows fell, by which all the blood was shed, and the life even failed, the vitals being almost exhausted? She had not been brought yet, says my opponent, nor asked to show favour. Be it so; but a kind helper never requires to be asked, always offering assistance of his own accord. She was not able, you say, to expel the enemy and put him to flight, while still separated from Italy by much sea and land. But to a deity, if really one, nothing whatever is remote, to whom the earth is a point, and by whose nod all things have been established.

Référence : Rome, la Pierre Noire de Pessinonte (Le Jardin d'Histoires)


3. Lecture : Lucien JERPHAGNON et le plagosus Orbilius :

Livre : Lucien JERPHAGNON, De l'amour, de la mort, de Dieu et d'autres bagatelles.
Entrtiens avec Christiane Rancé.
Paris, Albin Michel, 2011, 264 pp.

Extrait : pp. 30-31

" ... Et puis, martyrs sans le savoir, il nous [Lucien Jerphagnon, étudiant] fallait apprendre par coeur une infinité de choses, sinon tout, maintenant que je m'en avise. Et si, grammaticalement hérétiques et relaps, nous avions manqué une fois de trop à la règle du participe cent fois expliquée, ou si nous avions fourré sans malice Strasbourg en Gironde, ou encore si notre indiscipline s'était faite un peu trop voyante, il n'était pas rare qu'une paire de claques nous fît comprendre à quel point le maître ou la maîtresse était contrarié de ne rien pouvoir tirer de pareils débiles. Mieux valait, en la circonstance, n'en point saisir les parents, assurés que nous étions d'un supplément de même nature, le maître ayant, par définition, la raison pour lui. Car en ces temps lointains, les parents d'élèves, gent aujourd'hui suspicieuse et omnipotente, s'en remettaient tout bonnement aux maîtres.
Ils n'auraient certes pas, pour si peu, dérangé un juge, saisi la Ligue des droits de l'homme, et moins encore médité de sanglantes représailles claniques. Mais, là encore, nos maîtres d'école ne faisaient que reconduire une antique tradition, celle du «plagosus Orbilius» – traduisons : « Orbilius-la-baffe » –, dont le nom redouté des écoliers chantait encore dans la mémoire d'Horace. ..."

Témoignage :

Horace, Épîtres, II, 1, v. 69 - 78 :

69 Non equidem insector delendaue carmina Liui
70 esse reor, memini quae plagosum mihi paruo
Orbilium dictare; sed emendata uideri
pulchraque et exactis minimum distantia miror.
Inter quae uerbum emicuit si forte decorum,
si uersus paulo concinnior unus et alter,
75 iniuste totum ducit uenditque poema.
Indignor quicquam reprehendi, non quia crasse
compositum inlepideue putetur, sed quia nuper,
nec ueniam antiquis, sed honorem et praemia posci.

69 Je n'attaque point, je ne veux pas détruire
(2,01,70) les vers de Livius que me dictait, quand j'étais petit, je m'en souviens, le brutal Orbilius; mais je m'étonne qu'ils semblent corrects, beaux et touchant presque à la perfection. Si quelque mot y brille çà et là, s'il s'y rencontre un ou deux vers un peu plus élégants que le reste,
(2,01,75) il est injuste de vanter et de recommander tout le poème. Je m'indigne qu'une chose soit blâmée, non parce qu'elle est grossièrement composée ou sans grâce, mais parce qu'elle est nouvelle, et qu'on demande, pour les anciens, non pas de l'indulgence, mais des honneurs et des couronnes.

Suétone, De grammaticis, 9 :

[9] L. Orbilius Pupillus Beneuentanus, morte parentum, una atque eadem die inimicorum dolo interemptorum, destitutus, primo apparituram magistratibus fecit; deinde in Macedonia corniculo, mox equo meruit; functusque militia, studia repetit, quae iam inde a puero non leuiter attigerat; ac professus diu in patria, quinquagesimo demum anno Romam consule Cicerone transiit docuitque maiore fama quam emolumento. Namque iam.persenex pauperem se et habitare sub tegulis quodam scripto fatetur. Librum etiam, cui est titulus Perialogos, edidit continentem querelas de iniuriis, quas professores neglegentia aut ambitione parentum acciperent. Fuit antem naturae acerbae, non modo in antisophistas, quos omni in occasione lacerauit, sed etiam in discipulos, ut et Horatius significat plagosum eum appellans, et Domitius Marsus scribens:
"Si quos Orbilius ferula scuticaque cecidit".
Ac ne principum quidem uirorum insectatione abstinuit; siquidem ignotus adhuc cum iudicio frequenti testimonium diceret, interrogatus a Varrone diuersae partis aduocato, quidnam ageret et quo artificio uteretur, gibberosos se de sole in umbram transferre respondit; quod Murena gibber erat. Vixit prope ad centesimum aetatis annum, amissa iam pridem memoria, ut uersus Bibaculi docet:
"Orbilius ubinam est, litterarum obliuio?"
Statua eius Beneuenti ostenditur in Capitolio ad sinistram latus marmorea habitu sedentis ac palliati, appositis duobus scriniis. Reliquit filium Orbilium, et ipsum grammaticum professorem.

IX. Orbilius Pupillus de Bénévent, que la mort de ses parents, tués le même jour par leurs ennemis, avait laissé sans aucune ressource, remplit d’abord auprès des magistrats les fonctions d’appariteur, puis mérita en Macédoine des récompenses militaires, et servit ensuite dans la cavalerie. Retiré de service, il reprit les études qu’il avait faites avec soin dans son enfance, et, après avoir longtemps professé dans sa patrie, il vint à Rome à l’âge de cinquante ans, sous le consulat de Cicéron. Ses leçons lui donnèrent plus de considération que de fortune; car, dans un écrit de son extrême vieillesse, il avoue qu’il est pauvre et qu’il habite sous les toits. Il publia aussi un livre sur l’Inconséquence, où il se plaint des injustes reproches que les professeurs avaient alors à endurer, à cause de la négligence et des prétentions des parents Il avait un caractère violent, dont se ressentaient non seulement les sophistes ses rivaux, qu’il déchirait dans tous ses discours, mais encore ses élèves; aussi Horace le qualifie-t-il de fouetteur et Domitius Marsus a dit :
« Ceux qu’ont frappés la férule et le fouet d’Orbilius. »
Il n’épargnait même pas les principaux citoyens : étant encore inconnu, il fut, un jour, appelé en témoignage devant un nombreux tribunal; et Varron, l’avocat de partie adverse, lui ayant demandé « ce qu’il faisait et quel était son métier, » — Je transporte les bossus du soleil à l’ombre, » répondit-il, faisant allusion à Muréna, qui était bossu. Il atteignit presque l’âge de cent ans; mais il avait depuis longtemps perdu la mémoire, comme nous l’apprend ce vers de Bibaculus: « Où est Orbilius, cet oubli des lettres? » On montre encore à Bénévent sa statue, à gauche dans le Capitole elle est en marbre, et le représente assis, avec un manteau sur les épaules et deux portefeuilles auprès de lui. Il a laissé un fils nommé Orbilius, qui professa aussi la grammaire.

Dossier : Lucius Orbilius Pupillus (WIKIPEDIA)


4. ITINERA ELECTRONICA & environnements hypertextes :

Christian RUELLa créé, cette semaine-ci, 7 nouveaux environnements hypertextes :

  • Arnobe l'Ancien, Contre les païens, Livre VII (avec traduction anglaise) [Traduction reprise au site SYNTAXIS.ORG]
  • Augustin (saint), Les Confessions, Livre IV [Traduction française reprise au site de l'Abbaye Saint Benoît de Port-Valais]
  • Bernard de Clairvaux (saint), Sermons sur le Cantique des Cantiques, Sermon IV [Traduction française reprise au site de l'Abbaye Saint Benoît de Port-Valais]
  • Jean Cassien, Les Conférences, VI (Sur le malheur des justes) [Traduction française reprise au site de l'Abbaye Saint Benoît de Port-Valais]
  • Hildegarde von Bingen, Scivias, Livre I, Préface [Traduction française reprise au site LIVRES-MYSTIQUES.COM]
  • Hildegarde von Bingen, Scivias, Livre I, Vision I [Traduction française reprise au site LIVRES-MYSTIQUES.COM]
  • Orderic Vital, L'Histoire ecclésiastique, Livre II[Traduction française reprise au site de Philippe Remacle]

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles dans le Dépôt ITINERA ELECTRONICA.


5. Statistiques de consultation - septembre 2011 :

Ces statistiques peuvent être relevées via le Serveur ACHILLE.

  • Site ITINERA ELECTRONICA:
    • sessions de travail ouvertes: 28.282 (20.217 en août 2011)
    • pages visitées: 76.006 (54.640 en août 2011)
    • pages les plus fréquemment demandées: voir : stat_sept2011

  • Site AGORACLASS - Environnements hypertextes (hors Corpora) :
    • sessions de travail ouvertes: 75.629 (46.392 en août 2011)
    • pages visitées : 2.161.790 (2.481.958 en août 2011)
    • pages les plus visitées (Total hits for periode) : voir stat_sept2011

  • Site AGORACLASS (CORPORA):
    • sessions de travail ouvertes: 30.546 (11.448 en août 2011)
    • pages visitées: 732.199 (754.636 en août 2011)
    • bases de données les plus fréquemment consultées (Total hits for periode) : stat_sept2011
    • base de données la plus consultée : Apulée, Métamorphoses (33,83 % du total des consultations) ; Ovide, Les Pontiques : 5,60 % du total ; Sénèque, Lettres (5,61 % du total)

  • Site BCS (Bibliotheca Classica Selecta):
    • sessions de travail ouvertes: 90.629 (49.610 en août 2011)
    • pages visitées: 201.020 (130.233 en août 2011)
    • pages les plus fréquemment demandées:

      • Folia Electronica Classica : 24.134 pages (19.194 en août;
      • Suétone : 34.574 pages (20.813 en août) ;
      • Virgile : 15.201 pages (9.277 en août) ;
      • Précis grammatical (latin) : 12.608 pages (5.750 en août);
      • Précis grammatical (grec) : 7.174 pages (4.195 pages en août)

  • Site LCE (Lupa Capitolina Electronica):
    • sessions de travail ouvertes: 9.169 (7.424 en août 2011)
    • pages visitées: 8.236 (6.439 en août 2011)

  • Site COLLATINVS-UCL (lemmatisation - dictionnaire latin-français) :
    • sessions de travail ouvertes: 12.229 (6.825 en août 2011 ;
    • pages visitées: 43.327 (13.526 en août 2011)

  • Site HODOI ELEKTRONIKAI (Environnements hypertextes grecs) :
    • sessions de travail ouvertes: 14.207 (11.441 en août 2011) ;
    • pages visitées: 669.186 (910.190 en août 2011)
    • pages les plus fréquemment demandées (Total hits for period) : voir stat_aout2011 ;
    • les bases de données les plus demandées en mai 2011 :
      HÉRODOTE, Histoires, livre II (1,70 %) ;
      JUSTIN (martyr), Tryphon (8,70 %) ;
      PAUSANIAS, Le Tour de la Grèce, livre I (0,32 %)
      PLATON, Banquet (0,64 %) ;
      PLUTARQUE, Vie de César (1,27 %)
      SOPHOCLE, Oedipe Roi (1,39 %) ;

  • Site HELIOS (Coopération Acad. Grenoble & Toulouse - UCL-LLN (FLTR/GLOR) : Langues anciennes) :
    • sessions de travail ouvertes: 41.862 (29.834 en août 2011)
    • pages visitées: 181.100 (103.529 en août 2011) ;
    • pages les plus visitées (Total hits for periode) : stat_sept2011


État de la banque de textes latins :

  • Etat du dictionnaire au 7 octobre 2011:

    339.543 formes différentes.
  • Etat du corpus de textes traités au 7 octobre 2011:

    135 auteurs, 1196 oeuvres, 8.354.790 occurrences.

  • État de la banque de textes grecs :

  • Etat du dictionnaire au 2 juillet 2010:

    543.825 formes différentes.
  • Etat du corpus de textes traités au 2 juillet 2010:

    98 auteurs, 1.378 oeuvres, 11..010..080 occurrences (10.744.463 en mai 2010) .

  • Jean Schumacher
    7 octobre 2011


     
    UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
    Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

    Dernière mise à jour : 17/02/2002