Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     02-09-2011

Sujets :
Lecture : PLINE l'Ancien à propos de la bague de Polycrate de Samos ; Lecture : PLINE l'Ancien fait L'éloge de l'Italie ; Lecture : BENOÎT de Nursie (vers 480/490 - 547) donne à connaître les diverses sortes de moines ; FEC (Folia Electronica Classica) - fascicule 21 (janvier-juin 2011) : 3 nouveaux articles sont à disposition ; ITINERA ELECTRONICA : 7 nouveaux environnements hypertextes : Arnobe l'Ancien, Augustin (saint), Bernard de Clairvaux (saint), Saint Jérôme (Vulgate), Pline l'Ancien, Procès des Templiers (x 2) ; Statistiques de consultation - août 2011;

Notice :

1. Lecture : PLINE l'Ancien à propos de la bague de Polycrate de Samos :

Pline l'Ancien, L'Histoire naturelle, XXXVII, 2 :

[37,2] 3 His initiis cepit auctoritas in tantum amorem elata, ut Polycrati Samio, insularum ac litorum tyranno, felicitatis suae, quam nimiam fatebatur etiam ipse qui felix erat, satis piamenti in unius gemmae uoluntario damno uideretur, si cum Fortunae uolubilitate paria fecisset, planeque ab inuidia eius abunde se redimi putaret, si hoc unum doluisset, adsiduo gaudio lassus. ergo prouectus nauigio in altum anulum mersit. 4 at illum piscis, eximia magnitudine regi natus, escae uice raptum, ut faceret ostentum, in culina domino rursus Fortunae insidiantis manu reddidit. sardonychem eam gemmam fuisse constat, ostenduntque Romae, si credimus, in Concordiae delubro cornu aureo Augustae dono inclusam et nouissimum prope locum praelatis multis optinentem.

II. (I.) <1> Ainsi commença la vogue des pierres précieuses; et cette passion alla si loin, que Polycrate de Samos (XXXIII, 6, 10), tyran respecté, qui commandait aux îles et aux côtes voisines, reconnaissant lui-même que son bonheur était excessif, crut l'expier assez en sacrifiant volontairement une seule pierre. Il voulait par là balancer ses comptes avec l'inconstance de la fortune, et par cet unique chagrin croyait se racheter suffisamment de l'envie de la déesse. <2> Las d'un bonheur continu, il s'embarque, et, en haute mer, jette son anneau dans les flots. Mais un poisson d'une grosseur merveilleuse, et pour cela dévolu au roi, avala cette bague comme si c'était un aliment, et, présage sinistre, la rendit dans la cuisine du prince par la main de la Fortune traîtresse. Il paraît que cette pierre était une sardoine (XXXVII, 23) ; du moins, si l'on en croit les dires, c'est elle qu'on montre à Rome dans le temple de la Concorde. Elle a été donnée par Augusta; elle est enfermée dans une corne d'or, et c'est presque la moindre à côté d'une foule d'autres qu'on préféra.


2. Lecture : PLINE l'Ancien fait L'éloge de l'Italie :

Pline l'Ancien, L'Histoire naturelle, XXXVII, 77 :

[37,77] 201 etenim peractis omnibus naturae operibus discrimen quoddam rerum ipsarum atque terrarum facere conueniet. Ergo in toto orbe, quacumque caeli conuexitas uergit, pulcherrima omnium est iis rebus, quae merito principatum naturae optinent, Italia, rectrix parensque mundi altera, uiris feminis, ducibus militibus, seruitiis, artium praestantia, ingeniorum claritatibus, iam situ ac salubritate caeli atque temperie, accessu cunctarum gentium facili, portuosis litoribus, benigno uentorum adflatu. quod contingit positione procurrentis in partem utilissimam et inter ortus occasusque mediam, aquarum copia, nemorum salubritate, montium articulis, ferorum animalium innocentia, soli fertilitate, pabuli ubertate. 202 quidquid est quo carere uita non debeat, nusquam est praestantius: fruges, uinum, oleum, uellera, lina, uestes, iuuenci. e equos quidem in trigariis ullos uernaculis praeferunt. metallis auri, argenti, aeris, ferri, quamdiu licuit exercere, nullis cessit terris et nunc intra se grauida pro omni dote uarios sucos et frugum pomorumque sapores fundit.

LXXVII. <1> A ce terme, ayant traité de toutes les oeuvres de la nature, il convient d'établir quelque comparaison tant entre les choses qu'entre les pays : or, dans le monde entier et sous la vaste étendue de la voûte céleste, il n'est pas de contrée plus belle, et qui pour toute chose mérite mieux le premier rang dans la nature, que l'Italie, reine et seconde mère du monde; l'Italie, que recommandent ses hommes, ses femmes, ses généraux, ses soldats, ses esclaves, sa supériorité dans les arts, et les génies éclatants qu'elle a produits. Ajoutons sa situation, la salubrité et la douceur de son climat, l'accès facile qu'elle offre à toutes les nations, ses côtes si riches en ports, les vents salutaires qui y soufflent; avantages dus à une situation qui, intermédiaire entre le levant et le couchant, l'allonge dans le sens le plus favorable. Ajoutons encore l'abondance de ses eaux, la fraîcheur de ses forêts, ses montagnes entrecoupées, l'innocuité de ses animaux sauvages, la fertilité de son sol, la richesse de ses pâturages. <2> Les objets de première nécessité ne se trouvent meilleurs en aucun pays: céréales, vins, huiles, toisons, lin, étoffes, taureaux. Quant aux chevaux, je remarque que pour les courses on n'en préfère aucuns à ceux de l'Italie. Pour les mines d'or, d'argent, de cuivre, de fer, tant qu'il fut permis de les exploiter, elle ne le céda à aucun pays. Maintenant, demeurant grosse de ces métaux, elle prodigue, pour tous trésors, des liqueurs variées, des céréales et des fruits délicieux.


3. BENOÎT de Nursie (vers 480/490 - 547) donne à connaître les diverses sortes de moines :

Benoît de Nursie, La Règle de Saint Benoît, ch. I :

[1] Caput 1: De generibus monachorum. Monachorum quattuor esse genera, manifestum est. Primum coenobitarum, hoc est monasteriale, militans sub regula uel abbate. Deinde secundum genus est anachoritarum id est heremitarum, horum qui non conuersationis feruore nouicio, sed monasterii probatione diuturna, qui didicerunt contra diabulum multorum solacio iam docti pugnare, et bene extructi fraterna ex acie ad singularem pugnam heremi, securi iam sine consolatione alterius, sola manu uel brachio contra uitia carnis uel cogitationum, Deo auxiliante, pugnare sufficiunt. Tertium uero monachorum teterrimum genus est sarabaitarum, qui nulla regula adprobati, experienta magistra, sicut aurum fornacis, sed in plumbi natura molliti, adhuc operibus seruantes saeculo fidem, mentiri Deo per tonsuram noscuntur. Qui bini aut terni aut certe singuli sine pastore, non dominicis sed suis inclusi ouilibus, pro lege eis est desideriorum uoluptas, cum quidquid putauerint uel elegerint, hoc dicunt sanctum, et quod noluerint, hoc putant non licere. Quartum uero genus est monachorum quod nominatur girouagum, qui tota uita sua per diuersas prouincias ternis aut quaternis diebus per diuersorum cellas hospitantur, semper uagi et numquam stabiles, et propriis uoluntatibus et guilae inlecebris seruientes, et per omnia deteriores sarabaitis. De quorum omnium horum miserrima conuersatione melius est silere quam loqui. His ergo omissis, ad coenobitarum fortissimum genus disponendum, adiuuante Domino, ueniamus.

[1] CHAPITRE PREMIER : DES DIVERSES SORTES DE MOINES. On compte quatre sortes de moines, la chose est reconnue. La première est celle des Cénobites, à savoir des moines qui se constituent en une milice conventuelle sous une Règle et un Abbé. La deuxième est celle des Anachorètes, c'est-à-dire Ermites. Ceux-ci n'en sont plus à la ferveur des débutants dans la vie religieuse déjà, une longue période de probation au monastère leur a appris, avec l'aide et les leçons de plusieurs, comment l'on tient tête au démon : aguerris, ils sortent alors des rangs serrés de leurs frères pour affronter le combat singulier du désert, et assurés de pouvoir se passer désormais de l'encouragement d'autrui, ils ne comptent plus que sur l'aide de Dieu et sur eux-mêmes dans la lutte qu'ils soutiendront à la seule force de leur bras et de leur poignet, contre les vices de la chair et des pensées. Il existe une troisième catégorie de moines, de tout point détestable, celle des Sarabaïtes. Réfractaires à l'épreuve d'une formation régulière, rebelles aux leçons de l'expérience, au lieu de se purifier comme l'or dans la fournaise ils s'amollissent à la manière du plomb. Leurs œuvres témoignent qu'ils gardent leur foi au siècle, et qu'ils mentent à Dieu par leur tonsure. Ils s'enferment deux ou trois ensemble, ou même seuls, sans pasteur, dans leurs propres bercails, non dans ceux du Seigneur. Ils n'ont de loi que la satisfaction de leurs désirs. Tout ce qui leur vient à l'esprit, ce qui a leur préférence, ils le tiennent pour saint, et ce dont ils ne veulent pas, ils l'estiment illicite. La quatrième espèce de moines est celle des Gyrovagues. Ceux-ci, toute leur vie durant, courent d'une province à l'autre. Ils se font héberger trois ou quatre jours dans les cellules d'autres religieux ; perpétuels vagabonds, ils ne se fixent nulle part, et ne s'asservissent qu'à leurs caprices et à l'appât de la bonne chère ; bref ils sont pires à tous égards que les Sarabaïtes. Une telle manière de vivre, tant des uns que des autres, est des plus misérables : mieux vaut se taire que d'en parler. Laissons-les donc de coté, et, avec l'aide de Dieu, venons-en à l'organisation de la race valeureuse des Cénobites.


4. FEC (Folia Electronica Classica) - fascicule 21 (janvier-juin 2011) : 3 nouveaux articles sont à disposition :

Commentaire d'un poème d'André Sempoux et réflexions sur la poésie, par Daniel Donnet (pdf 46 K)
(repris de Passions de Lecture. Pour Pierre Yerlès, Bruxelles, Didier-Hatier, 1997, p. 263-268)
http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/21/Sempoux.pdf

À partir d’un commentaire du Poème pour Lia d’André Sempoux, Daniel Donnet livre des réflexions sur la poésie valables également pour des œuvres latines.

Un autre Virgile : le regard médiéval (Première partie), par Marie-Paule Loicq-Berger (html 83 K, sans les illustrations)
(inédit)
http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/21/VirMed/Vir1.htm

Un autre Virgile : le regard médiéval (Deuxième partie), par Marie-Paule Loicq-Berger (html 69 K, sans les illustrations)
(inédit)
   
http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/21/VirMed/Vir2.htm

Les grandes figures de l'Antiquité classique ont traversé d'étranges vicissitudes médiévales. Mme Loicq, après avoir étudié dans les FEC les avatars d'Alcibiade (2005) et d'Aristote (2009 et 2010) attire ici l’attention sur le Virgile médiéval, en évoquant, par des textes et des illustrations, quelques facettes du personnage, certaines bien oubliées aujourd’hui. Le lecteur découvrira par exemple un Virgile prophète du christianisme, un Virgile digne de Merlin l’enchanteur, ou encore un Virgile « coureur de jupons », dont certaines aventures galantes se sont mal terminées, pour lui-même et plus encore pour « sa dame ».


5. ITINERA ELECTRONICA & environnements hypertextes :

Cette semaine-ci, les "nouveaux" ont afflué; néanmoins, Christian RUELL a pu constituer 7 nouveaux environnements hypertextes :

  • Arnobe l'Ancien, Contre les païens, livre IV (avec traduction anglaise) [Traduction reprise au site SYNTAXIS.ORG]
  • Augustin (saint), De la vraie religion, traité complet [Traduction française reprise au site de l'Abbaye Saint Benoît de Port-Valais]
  • Bernard de Clairvaux (saint ; 1090/91 - 1153), Appel à la Croisade (Lettre CCCLXIII) [Traduction française reprise au site de l'Abbaye Saint Benoît de Port-Valais]
  • Jérôme (saint ; Vulgate), La prophétie de Joël, texte complet [Traduction française reprise au site de JESUSMARIE.FREE.FR]
  • Pline l'Ancien, L'Histoire naturelle, livre XXXVII [Traduction française reprise au site de Philippe Remacle]
  • Procès des TEMPLIERS (1309-1311), Articles de l'accusation, texte complet [Traduction française reprise au site HISTOIRE P@SSION]
  • Procès des TEMPLIERS (1309-1311), Interrogatoires, texte partiel [Traduction française reprise au site HISTOIRE P@SSION]

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles dans le Dépôt ITINERA ELECTRONICA.


6. Statistiques de consultation - août 2011 :

Ces statistiques peuvent être relevées via le Serveur ACHILLE.

  • Site ITINERA ELECTRONICA:
    • sessions de travail ouvertes: 20.217 (18.918 en juillet 2011)
    • pages visitées: 54.640 (49.066 en juillet 2011)
    • pages les plus fréquemment demandées: voir : stat_aout2011

  • Site AGORACLASS - Environnements hypertextes (hors Corpora) :
    • sessions de travail ouvertes: 46.392 (61.749 en juillet 2011)
    • pages visitées : 2.481.958 (2.198.706 en juillet 2011)
    • pages les plus visitées (Total hits for periode) : voir stat_aout2011

  • Site AGORACLASS (CORPORA):
    • sessions de travail ouvertes: 11.448 (13.446 en juillet 2011)
    • pages visitées: 754.636 (609.639 en juillet 2011)
    • bases de données les plus fréquemment consultées (Total hits for periode) : stat_aout2011
    • base de données la plus consultée : Apulée, Métamorphoses (30,97 % du total des consultations) ; Ovide, Les Pontiques : 6,09 % du total ; Sénèque, Lettres (5,54 % du total)

  • Site BCS (Bibliotheca Classica Selecta):
    • sessions de travail ouvertes: 49.610 (55.950 en juillet 2011)
    • pages visitées: 130.233 (140.327 en juillet 2011)
    • pages les plus fréquemment demandées:

      • Folia Electronica Classica : 19.194 pages (19.851 en juillet;
      • Suétone : 20.813 pages (23.266 en juillet) ;
      • Virgile : 9.277 pages (10.688 en juillet) ;
      • Précis grammatical (latin) : 5.750 pages (5.739 en juin);
      • Précis grammatical (grec) : 4.195 pages (4.930 pages en juin)

  • Site LCE (Lupa Capitolina Electronica):
    • sessions de travail ouvertes: 7.424 (8.370 en juillet 2011)
    • pages visitées: 6.439 (7.864 en juillet 2011)

  • Site COLLATINVS-UCL (lemmatisation - dictionnaire latin-français) :
    • sessions de travail ouvertes: 6.825 (6.189 en juillet 2011 ;
    • pages visitées: 13.526 (11.372 en juillet 2011)

  • Site HODOI ELEKTRONIKAI (Environnements hypertextes grecs) :
    • sessions de travail ouvertes: 11.441 (14.146 en juillet 2011) ;
    • pages visitées: 910.190 (717.604 en juillet 2011)
    • pages les plus fréquemment demandées (Total hits for period) : voir stat_aout2011 ;
    • les bases de données les plus demandées en mai 2011 :
      HÉRODOTE, Histoires, livre II (2,08 %) ;
      JUSTIN (martyr), Tryphon (6,81 %) ;
      PAUSANIAS, Le Tour de la Grèce, livre I (0,63 %)
      PLATON, Banquet (1,28 %) ;
      PLUTARQUE, Vie de César (1,09 %)
      SOPHOCLE, Oedipe Roi (1,12 %) ;

  • Site HELIOS (Coopération Acad. Grenoble & Toulouse - UCL-LLN (FLTR/GLOR) : Langues anciennes) :
    • sessions de travail ouvertes: 29.834 (30.689 en juillet 2011)
    • pages visitées: 103.529 (102.864 en juillet 2011) ;
    • pages les plus visitées (Total hits for periode) : stat_aout2011


État de la banque de textes latins :

  • Etat du dictionnaire au 2 septembre 2011:

    335.873 formes différentes.
  • Etat du corpus de textes traités au 2 septembre 2011:

    127 auteurs, 1164 oeuvres, 8.145.198 occurrences.

  • État de la banque de textes grecs :

  • Etat du dictionnaire au 2 juillet 2010:

    543.825 formes différentes.
  • Etat du corpus de textes traités au 2 juillet 2010:

    98 auteurs, 1.378 oeuvres, 11..010..080 occurrences (10.744.463 en mai 2010) .

  • Jean Schumacher
    2 septembre 2011


     
    UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
    Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

    Dernière mise à jour : 17/02/2002