Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     14-08-2001

Sujets :
Michel SERRES: Hermès remplace Prométhée ou la société de communication remplace la société de production

Notice :

Concerne une affirmation de Michel SERRES faite dans les années 1960: Hermès remplace Prométhée, c'est-à-dire la société de communication remplacera la société de production et l'application de ce changement qui semble être envisagée par Serge TCHURUK, PDG de la firme ALCATEL au travers du slogan (ou de l'objectif) une entreprise sans usines.

Citation de M. Serres: ... apparaît ou est en train d'apparaître un nouveau monde dont l'aube commença voici à peu près un demi-siècle, à une période qu'on pourrait tout à fait caractériser au moins avec des images, une période où le dieu grec Hermes, le dieu des messagers, le dieu des traducteurs, le transporteur de messages, le dieu des commerçants et le dieu des relations entre les hommes, remplaça comme image fondamentale de la société le héros Prométhée qui, comme le dit la mythologie grecque, avait volé le feu à Jupiter [Zeus], pour le donner aux hommes, pour leur donner la possibilité de transformer les choses telles quelles.

En ce moment, la société est en train de tourner et elle va devenir une société de l'information. (tiré, entre autres, de ses 5 ouvrages tous intitulés Hermès et publiés dans les années 1960)

Crédits:

  • Michel SERRES, philosophe: "Le virtuel est la chair même de l'homme". Entretien avec Michel ALBERGANTI, entretien rapporté dans Le MONDE, édition du 18 juin 2001

  • Laurence GIRARD, ALCATEL relance spectaculairement le débat sur les délocalisations. L'annonce de la mise en vente de la quasi-totalité de ses usines par le groupe de télécommunications pourrait concerner, selon les syndicats, 10.000 à 12.000 salariés dans le monde, dont 4.000 à 5.000 en France. Tous les concurrents du géant français suivent une stratégie similaire de désengagement.
    Dossier paru dans Le MONDE, édition du 29 juin 2001

Analyse - Synthèse:

A propos des changements qu'amènent les nouvelles technologies d'information et de communication et, plus précisément, à propos du délai nécessaire pour rendre ces tranformations effectives, Michel SERRES déclare:
Dans les années 1960, au grand scandale des philosophes, j'ai dit qu'Hermès remplacerait Prométhée, c'est-à-dire que la société de communication remplacerait la société de production. J'ai dû attendre longtemps, quinze à vingt ans, pour que cela arrive. A l'époque où j'ai fait mon rapport sur l'enseignement à distance, je ne pensais pas que ces techniques se développeraient si vite.

A propos de la crainte exprimée ici et là que l'avènement des ordinateurs avec leur capacité de stockage d'informations - informations, qui sont, ensuite, consultables à l'envi -, ne mette à mal la faculté de mémoire d'un chacun, M. Serres se plaît, dans ses conférences, à citer en comparaison l'évolution de l'humanité telle que son professeur, M. LEROY-GOURAN, la lui a enseignée:

"Comment l'homme est-il passé de quatre pattes à la station debout.?" [...] Il disait : "L'homme est à quatre pattes. Ses deux membres antérieurs assurent une fonction de portage, aussi bien que les membres inférieurs. Tout d'un coup (cela veut dire en un million d'années!) l'homme se lève. Attention, les deux membres antérieurs perdent la fonction de portage. Donc on peut dire encore aujourd'hui que les deux mains ont perdu une fonction. Seulement, les deux mains ayant perdu la fonction de portage, elles sont libres; et étant libres [...], elles inventent (en un million d'années, comme d'habitude) la fonction de prendre. C'est-à-dire la main prend. Elle se met à saisir, à transporter et à fabriquer des objets. L'homo faber est en train de naître. Et il est né comment? Parce que les deux membres antérieurs ont perdu la fonction de portage. [...] Cette fonction de prendre, c'était la bouche qui l'exerçait, à l'époque où nous étions à quatre pattes, puisque les deux membres antérieurs n'avaient pas la fonction de préhension [...]. Et par conséquent, le profil humain est très proéminent et le front très fuyant, puisque la bouche avait une fonction très importante pour attraper des proies, outre de les manger, elle avait la fonction de préhension. "Dès lors", dit-il, "où les deux membres antérieurs adoptent la fonction de préhension, à ce moment-là, la bouche le perd. Et je souligne, la bouche a perdu la fonction de préhension. La bouche se rétracte et en se rétractant, elle libère au-dessus de la tête des volumes qui permettent au cerveau frontal de se développer et tout d'un coup, la bouche a perdu la fonction de préhension et se met à parler"

L'entretien tourne autour des nouvelles techniques dont il est dit qu'elles "sont extrèmement anciennes - le mot "virtuel" est même né avec Aristote, dit M. S. - dans leurs buts et extraordinairement nouvelles dans leurs réalisations. Comme l'écriture et l'imprimerie, elles affecteront la plupart des pratiques sociales."

L'entretien se termine sur la description du phénomène appelée la néoténie:

Michel Serres:

"On oublie, par ailleurs, l'une des grandes lois de la technologie qui est ce que j'appelle l'inversion de la science. Qu'est-ce que la science ? La science, c'est ce que le père enseigne à son fils. Qu'est-ce que la technologie ? C'est ce que le fils enseigne à son papa. Je ne connais pas aujourd'hui d'adulte un peu rassis, un peu réactionnaire et attaché aux traditions qui, lorsqu'il a un enfant, n'ait pas appris grâce à lui à utiliser un magnétoscope. Par conséquent, cela annule le problème de l'assimilation. Comment un enfant de onze ans peut-il enseigner le fonctionnement d'un appareil considéré comme compliqué à un adulte sortant de Polytechnique ? Il faut en tirer les conséquences. C'est que la technologie n'est pas si difficile que cela. "Ce phénomène s'appelle la néoténie, en termes d'évolution darwinienne. C'est une invention d'un biologiste néerlandais du début du siècle qui disait que l'évolution allait dans le sens d'un rajeunissement de l'embryon. L'homme ne ressemble pas à un chimpanzé plus vieux, mais à un embryon de chimpanzé plus jeune."

L'entreprise sans usines: c'est le rêve caressé par S. Tchuruk, PDG d'ALCATEL, est-il dit dans l'article du monde. Avant, l'entreprise devait tout produire, maintenant elle doit savoir organiser et ccordonner la production faite ailleurs. "Dans des pays à main d'oeuvre bon marché."
La valeur ajoutée [d'une entreprise de télécommunications] n'est plus dans l'ouvrier qualifié qui assemble des produits, mais dans l'ingénieur qui conçoit des logiciels ou dans le commercial".
Les industriels du secteur des télécommunications "souhaitent accroître la part de leur activité réalisée dans les services, où les marges sont plus confortables. Et se défaire des activités manufacturières, à la rentabilité limitée."
"A la délocalisation classique s'est ajoutée un deuxième phénomène de "désintégration" industrielle: l'externalisation, c'est-à-dire le transfert d'usines ou d'activités entières à des entreprises spécialisées."


Autres contributions de M. Serres - ou à propos de lui - en rapport avec les nouvelles technologies ou la société de communication:


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002