Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     28-05-2010

Sujets :
Fiches de lecture : 6 ajouts ; Lecture : L'inscription EID MAR (pour : EIDibus MARtis) et Le royaume sacré d'Olba (C. McCULLOUGH); HODOI ELEKTRONIKAI : 6 nouveaux environnements hypertextes : Albinus (-os) de Smyrne, Nonnus (x 3), Théophile d'Antioche (x 2) ;

Notice :

1. Fiches de lecture :

  • Adresse du site : Lectures (site arrêté à la date du 18 mai 2006)
  • Base de données : Fiches (depuis le 19 mai 2006)

  • Ajouts : consultation des ==> Nouveautés <==

Les Nouveautés concernent :

  • ==> GREC :

  • ALBINUS (-os) de Smyrne, Épitomé de la philosophie de Platon
  • THÉOPHILE d'Antioche, A Autolyque, II

  • Les Oracles sibyllins à propos des hommes et des dieux
  • Quelles sont les qualités caractéristiques du philosophe ?
  • Platon et les diverses parties de la philosophie
  • Platon et les mathématiques
  • Platon et la conception qu'il a du Dieu suprème
  • Platon et les types de gouvernements


2. Lecture : L'inscription EID MAR et Le royaume sacré d'Olba (C. McCULLOUGH) :

Livre : Colleen McCULLOUGH, César et Cléopâtre
Titre original : The October Horse (2002)
Traduit de l'anglais par Martine C. Desoille
Paris, Presses de la Cité, 2004, 1347 pp.

Extrait 1 : pp. 1139-1140 :

" ... Brutus atteignit Smyrne en novembre, où il attendit Cassius. Tout l'argent disponible de la province d'Asie avait disparu depuis longtemps ; seuls restaient les trésors tels que statuaire religieuse, objets d'art, vaisselle en or et en argent. Oubliant ses scrupules, Brutus confisqua tout ce sur quoi il put mettre la main, puis fit fondre son butin pour le convertir en monnaie.
Si César avait mis son profil sur les pièces frappées de son vivant, pourquoi Marcus Brutus ne pourrait-il pas en faire autant ? C'est ainsi que la monnaie de Brutus fut frappée à son effigie avec, au revers, divers symboles en hommage aux ides de mars : bonnet phrygien, poignard, et l'inscription EID MAR. ..."

Témoignage : DION CASSIUS, L'Histoire romaine, XLVII, 25 :

[47,25] ὁ δ´ οὖν Βροῦτος ὡς τάχιστα τήν τε τοῦ Ἀντωνίου τοῦ Μάρκου πείρασιν καὶ τὴν τοῦ ἀδελφοῦ αὐτοῦ σφαγὴν ἔμαθεν, ἔδεισε μὴ καὶ ἄλλο τι ἐν τῇ Μακεδονίᾳ παρὰ τὴν ἀπουσίαν αὐτοῦ νεωτερισθῇ, καὶ εὐθὺς ἐς τὴν Εὐρώπην ἐπειχθεὶς τήν τε χώραν τὴν τοῦ Σαδάλου γενομένην παρέλαβεν (ἄπαις γὰρ τελευτῶν τοῖς Ῥωμαίοις αὐτὴν κατέλιπε), καὶ ἐς Βησσοὺς ἐμβαλών, εἴ πως ἀμύναιτό τε ἅμα αὐτοὺς ὧν ἐκακούργουν, καὶ ὄνομα ἀξίωμά τε αὐτοκράτορος, ὡς καὶ ῥᾷον ἐκ τούτου τῷ τε Καίσαρι καὶ τῷ Ἀντωνίῳ προσπολεμήσων, περιβάλοιτο, ἀμφότερα διεπράξατο, Ῥασκυπόριδός οἱ δυνάστου τινὸς ἐς τὰ μάλιστα βοηθήσαντος. ἐντεῦθεν δὲ ἐς τὴν Μακεδονίαν ἐλθὼν καὶ πάντα τὰ ἐκεῖ κρατυνάμενος ἐς τὴν Ἀσίαν αὖθις ἀνεκομίσθη. Βροῦτος μὲν ταῦτά τε ἔπρασσεν, καὶ ἐς τὰ νομίσματα ἃ ἐκόπτετο εἰκόνα τε αὑτοῦ καὶ πιλίον ξιφίδιά τε δύο ἐνετύπου, δηλῶν ἐκ τε τούτου καὶ διὰ τῶν γραμμάτων ὅτι τὴν πατρίδα μετὰ τοῦ Κασσίου ἠλευθερωκὼς εἴη·

[47,25] Brutus donc, dès qu'il eut connaissance de la tentative de Marc Antoine et du meurtre de son frère, craignit qu'il ne survint encore de nouveaux mouvements dans la Macédoine pendant son absence; il se hâta de revenir en Europe, où il prit possession du territoire qui avait appartenu à Sadalus (Sadalus, mort sans enfants, avait légué son royaume aux Romains) ; il entreprit aussi une expédition contre les Besses pour tâcher de les punir du mal qu'ils lui avaient fait, et de conquérir le titre et la dignité d'Imperator, afin de faire, s'il les obtenait, plus aisément la guerre à César et à Antoine, double but qu'il atteignit, aidé surtout du concours de Rhascyporis, un des princes de ce pays. Après être de là passé en Macédoine, où il rétablit l'ordre, il retourna en Asie. Tels furent les exploits de Brutus; de plus, il frappa des monnaies sur lesquelles il fit graver un pileum et deux poignards, pour montrer, par cette image aussi bien que par l'inscription, qu'il avait, de concert avec Cassius, affranchi sa patrie.

Numismatique : pièce de monnaie

Dossier : The EID-MAR-Denarius coin


Extrait 2 : pp. 1151-1152 :

"... Dès que la nouvelle que l'Egypte s'était dotée d'un nouveau roi se fut répandue jusqu'en Cilicie, Cléopâtre reçut une lettre de sa soeur Arsinoé. En dépit des plans de César qui prévoyaient qu'elle passerait le reste de sa vie au service d'Artémis d'Ephèse, Arsinoé s'était échappée dès qu'elle avait eu vent de l'assassinat du Grand Homme. Elle était allée se réfugier dans le royaume sacré d'Olba, sur lequel, disait-on, les descendants du frère d'Ajax continuaient de régner. Le fameux royaume était décrit dans certains textes alexandriens que Cléopâtre s'empressa d'aller consulter dès qu'elle sut où se cachait sa soeur, espérant trouver un moyen de l'éliminer.
A en croire les textes, la contrée était creusée de gorges profondes parcourues de fougueux torrents, et hérissée de pics multicolores ; ses habitants vivaient dans de spacieuses demeures creusées à flanc de falaise, chaudes l'hiver et fraîches l'été, et fabriquaient une dentelle de très belle qualité dont la vente rapportait de l'argent à Olba. Tout cela n'était guère encourageant pour Cléopâtre. Arsinoé était assez sûre d'elle pour se croire intouchable. ..."

Témoignage : STRABON, Geographica, XIV-5, 10 :

[14e,10] Ὑπέρκειται δὲ τὰ Κύινδα τῆς Ἀγχιάλης ἔρυμα, ᾧ ἐχρήσαντό ποτε οἱ Μακεδόνες γαζοφυλακίῳ· ἦρε δὲ τὰ χρήματα Εὐμένης ἀποστὰς Ἀντιγόνου. ἔτι δ´ ὕπερθεν τούτου τε καὶ τῶν Σόλων ὀρεινή ἐστιν, ἐν ᾗ Ὄλβη πόλις Διὸς ἱερὸν ἔχουσα, Αἴαντος ἵδρυμα τοῦ Τεύκρου· καὶ ὁ ἱερεὺς δυνάστης ἐγίνετο τῆς Τραχειώτιδος· εἶτ´ ἐπέθεντο τῇ χώρᾳ τύραννοι πολλοί, καὶ συνέστη τὰ λῃστήρια. μετὰ δὲ τὴν τούτων κατάλυσιν ἐφ´ ἡμῶν ἤδη τὴν τοῦ Τεύκρου δυναστείαν ταύτην ἐκάλουν, τὴν δ´ αὐτὴν καὶ ἱερωσύνην· καὶ οἱ πλεῖστοί γε τῶν ἱερασαμένων ὠνομάζοντο Τεῦκροι ἢ Αἴαντες. εἰσιοῦσα δὲ Ἄβα κατ´ ἐπιγαμίαν εἰς τὸν οἶκον τοῦτον, ἡ Ζηνοφάνους θυγάτηρ ἑνὸς τῶν τυράννων, αὐτὴ κατέσχε τὴν ἀρχὴν προλαβόντος τοῦ πατρὸς ἐν ἐπιτρόπου σχήματι· ὕστερον δὲ καὶ Ἀντώνιος καὶ Κλεοπάτρα κατεχαρίσαντο ἐκείνῃ θεραπείαις ἐκλιπαρηθέντες· ἔπειθ´ ἡ μὲν κατελύθη τοῖς δ´ ἀπὸ τοῦ γένους διέμεινεν ἡ ἀρχή. ...

[14e,10] Juste au-dessus d'Anchiale est la forteresse de Quinda, l'ancien trésor des généraux macédoniens, pillé par Eumène au moment de sa rupture avec Antigone. En remontant encore plus haut vers l'intérieur, on rencontrerait, dans le canton montagneux situé juste au-dessus et de Quinda et de Soli, la ville d'Olbé, si célèbre par son temple de Jupiter, lequel passe pour un monument de la piété d'Ajax, fils de Teucer. Le grand prêtre du temple d'Olbé était aussi dynaste ou souverain de la Trachéotide, mais à plusieurs reprises des tyrans ou usurpateurs mirent la main sur cette province, puis ce fut au tour des pirates de s'en emparer. De nos jours, une fois la destruction des pirates consommée, cette petite principauté sacerdotale reparut et reçut le nom de royaume de Teucer, parce que les grands prêtres qui s'y étaient succédé avaient presque invariablement porté le nom de Teucer ou d'Ajax. A la suite du mariage qui l'avait fait entrer dans cette maison, Aba, fille de Zénophane, l'un des tyrans de la Trachéotide, se souvint du moyen employé par son père pour usurper le pouvoir, et, invoquant ses droits de tutrice, accapara toute l'autorité. Plus tard même, ayant circonvenu Antoine et Cléopâtre par ses caresses et ses soins de toute sorte, elle sut tirer d'eux une donation en règle, mais elle fut renversée elle aussi, et le pouvoir fit retour aux héritiers légitimes. ...

Dossier (WIKIPEDIA) : Olba (Cilicie)


Postface de C. McCULLOUGH à l'ouvrage César et Cléopâtre : pp. 1283-1284

"... Avec L'Héritier de César et la mort du grand Caius Julius César s'achève la série de romans que j'ai consacrés à la République de Rome.
Octave/Octavien/Auguste appartenant quant à lui plutôt à l'Empire qu'à la République proprement dite, j'ai pensé que le temps était venu pour moi de conclure ce qui fut un exercice de créativité fort divertissant.
A condition de rester fidèle à l'histoire et de résister à la tentation de la revisiter avec nos jugements de valeur modernes, le roman est un excellent moyen d'explorer une époque différente de la nôtre. Il nous permet d'entrer dans la tête des personnages et de déambuler dans le dédale de leurs pensées et de leurs sentiments : luxe que ne peuvent se permettre les historiens, mais qui nous aide à comprendre certains événements qui sans cela demeureraient inexplicables, mystérieux, voire incongrus. A partir de ces événements, je me suis efforcée de créer des individus crédibles, humains et, bien sûr, pourvus d'une certaine complexité.
Cette époque m'a semblé intéressante parce qu'elle n'avait pas encore été trop exploitée par les romanciers, mais aussi parce qu'elle est liée à la civilisation occidentale moderne, héritière des systèmes juridiques, politiques et économiques de la République de Rome, et enfin parce qu'il est rare de trouver un aussi grand nombre d'hommes extraordinaires sur la scène de l'histoire au même moment. Marius, Sylla et le grand Pompée étaient tous connus de César et ont tous d'une façon ou d'une autre influé sur le cours de son existence, au même titre que d'autres figures historiques célèbres comme Caton d'Utique et Cicéron. Quand ce roman se conclut, ils ont tous disparu, y compris César, en laissant derrière eux leur contribution à l'histoire de Rome : Caius Octavius, le petit-neveu de César, qui va devenir César Imperator, puis Auguste. Je me suis dit : si je n'arrête pas maintenant, je n'arrêterai jamais ! ..." [ndlr : C. McCULLOUGH avait 64 ans en l'an 2000]


3. HODOI ELEKTRONIKAI & environnements hypertextes :

Nonobstant une semaine écourtée, Christian RUELL est parvenu à créer 6 nouveaux environnements hypertextes :

  • Albinus (-os) de Smyrne, Épitomé de la philosophie de Platon, texte complet [Traduction française reprise au site de Philippe Remacle]
  • Nonnus de Panopolis, Dionysiaca, poème III [Traduction française reprise au site de Philippe Remacle]
  • Nonnus de Panopolis, Dionysiaca, poème V [Traduction française reprise au site de Philippe Remacle]
  • Nonnus de Panopolis, Dionysiaca, poème VI [Traduction française reprise au site de Philippe Remacle]
  • Théophile d'Antioche, A Autolyque, livre II [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Théophile d'Antioche, A Autolyque, livre III [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles dans le Dépôt HODOI ELEKTRONIKAI.


Jean Schumacher
28 mai 2010


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002