Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     05-02-2010

Sujets :
Lecture : Le laserpicium (ou σίλφιον), une essence digestive (Colleen McCULLOUGH) ; HODOI ELEKTRONIKAI : 11 nouveaux environnements hypertextes : Aristote (x 4), Flavius Josèphe, Polybe (x 6) ; STATISTIQUES de consultation - janvier 2010 ;

Notice :

1. Lecture : Le laserpicium, une essence digestive :

Livre : Colleen McCULLOUGH, César et Cléopâtre
Titre origial : The October Horse (2002-
Traduit de l'anglais par Martine C. DESOILLE
Paris, France Loisirs, 2004, 1347 pp.

Extrait : pp. 269-271 :

" ... Deux des talents généreusement offerts [à Caton] par Cornelia Metella permirent aux hommes de se nourrir de pain arrosé d'huile d'olive de bonne qualité tout au long des deux mois que durèrent les préparatifs ; à force d'insistance, on parvint à se procurer du lard, et il restait une grande quantité de pois chiches. Les dix mille hommes de Caton étaient en pleine forme après avoir ramé pendant près d'un mois, mais les derniers arrivés, qui n'avaient pas bénéficié d'un tel entraînement, étaient moins vaillants. Caton réunit tous ses centurions pour leur donner ses consignes : tout homme ayant l'intention de se joindre à la marche devait suivre un programme rigoureux d'exercices et d'entraînement. Tous ceux qui, arrivés en janvier, ne seraient pas complètement rétablis seraient laissés derrière ; à charge pour eux de se débrouiller pour survivre.

Le dioiketès d'Arsinoé, un dénommé Socrate, était une mine de renseignements. Cultivé et équanime, son imagination s'embrasa lorsque Caton lui fit part de ses projets.
— O Marcus Caton, une nouvelle Anabase ! s'écria-t-il.
— Je ne suis pas Xénophon, et mes dix mille sont de braves soldats romains, pas des mercenaires grecs s'apprêtant à affronter les Perses, dit Caton tout en s'efforçant de modérer le ton de sa voix pour ne pas offenser un interlocuteur qui pouvait lui être utile en dépit de l'horreur que lui inspirait l'idée d'être associé à la célèbre marche des Dix Mille qui avait pris place presque quatre cents ans plus tôt. De plus, ajouta-t-il, ma marche ne restera pas dans les annales de l'histoire. Contrairement à Xénophon, je n'éprouve nul besoin d'expliquer en long et en large le pourquoi et le comment de la trahison, pour la bonne raison qu'il n'y a pas de trahison. Autrement dit, je n'écrirai pas la chronique de ma retraite des dix mille.
— Quoi qu'il en soit, il s'agit d'une entreprise très périlleuse.
— Il s'agit d'une entreprise pleine de bon sens.
Il confia à Socrate sa plus grande préoccupation : il n'était pas certain que ses hommes, habitués à une nourriture à base de féculents, d'huile, de légumes et de fruits, relevée d'un petit morceau de lard, puissent supporter une alimentation constituée exclusivement de viande.
— Tu as certainement entendu parler du laserpicium ? dit Socrate.
— En effet. Cette essence digestive que les hommes comme mon beau-père se procurent à prix d'or. On raconte qu'elle aide à faire digérer la viande consommée en trop grande quantité ! Il me faut absolument du laserpicium, mais où trouverai-je l'argent pour en fournir à dix mille hommes chaque jour pendant des mois ?
Socrate éclata d'un rire qui lui fit venir les larmes aux yeux.
— Dans la contrée sauvage que tu t'apprêtes à traverser, Marcus Caton, le silphium pousse comme du chiendent. Il s'agit d'un arbuste dont les mules, les chèvres et les boeufs raffolent. De ce silphium, un peuple appelé Psylli extrait le laserpicium. Ils vivent à l'ouest de la Cyrénaïque, dans la petite ville portuaire de Philaénorum. Si la viande était consommée en trop grande quantité autour de la Méditerranée, les Psylli seraient autrement plus prospères qu'ils ne le sont. Ce sont les marchands qui en font le commerce qui s'enrichissent, pas les Psylli. ..."

Sources :

  • PLINE l'ANCIEN, L'Histoire naturelle, XVI, 143 :

    Nec terrae tantum natura circa has refert aut perpetua caeli, uerum et quaedam temporaria uis. imbres aliqua plerumque semina adferunt et certo fluunt genere, aliquando etiam incognito, quod accidit Cyrenaicae regioni, cum primum ibi laserpicium natum est, ut in herbarum natura dicemus. nata est et silua urbi ei proxima imbre piceo crassoque.

    La production des arbres n'est pas seulement soumise à l'influence perpétuelle du sol et du climat, mais les pluies exercent aussi une action temporaire. Les eaux apportent souvent des graines, et non seulement des graines connues, mais des graines inconnues. On en a vu un exemple dans la Cyrénaïque, quand le laser y naquit pour la première fois, comme nous le dirons en parlant des herbes (XIX, 15). Cyrène a vu aussi naître une forêt dans son voisinage, après une pluie poisseuse et épaisse, vers l'an 430 de Rome.

  • PLINE l'ANCIEN, L'Histoire naturelle, XIX, 38 :

    Ab his proximum dicetur auctoritate clarissimum laserpicium, quod Graeci silphion uocant, in Cyrenaica prouincia repertum, cuius sucus laser uocatur, magnificum in usu medicamentisque et ad pondus argentei denarii repensum.

    A la suite nous allons parler du laserpitium, plante très fameuse, que les Grecs nomment siphion, et production de la province Cyrénaïque (thapsia silphium, L.) ; le suc s'appelle laser; il est en vogue pour différents usages et pour la pharmacie, et se vend au poids de l'argent.

  • HÉRODOTE, Histoires, IV, 169 :

    Τούτων δὲ ἔχονται Γιλιγάμαι, νεμόμενοι τὸ πρὸς ἑσπέρην χώρην μέχρι Ἀφροδισιάδος νήσου. ἐν δὲ τῷ μεταξὺ τούτου χώρῳ ἥ τε Πλατέα νῆσος ἐπικέεται, τὴν ἔκτισαν οἱ Κυρηναῖοι, καὶ ἐν τῇ ἠπείρῳ Μενέλαος λιμήν ἐστι καὶ Ἄζιρις, τὴν οἱ Κυρηναῖοι οἴκεον, καὶ τὸ σίλφιον ἄρχεται ἀπὸ τούτου· (2) παρήκει δὲ ἀπὸ Πλατέης νήσου μέχρι τοῦ στόματος τῆς Σύρτιος τὸ σίλφιον. νόμοισι δὲ χρέωνται οὗτοι παραπλησίοισι τοῖσι ἑτέροισι.

    CLXIX. Les Giligammes touchent aux Adyrmachides : ils habitent le pays qui est vers l'occident jusqu'à l'île Aphrodisias. Dans cet intervalle est l'île de Platée, où les Cyrénéens envoyèrent une colonie. Aziris, où ils s'établirent aussi, est sur le continent, ainsi que le port de Ménélas. C'est là qu'on commence à trouver le silphium. Le pays où croît cette plante s'étend dans l'île de Platée jusqu'à l'embouchure de la Syrte. Ces peuples ont presque les mêmes coutumes que les autres.

  • STRABON, Geographica, XI-13 (11l, 7) :

    Φέρει δὲ καὶ σίλφιον ἡ χώρα, ἀφ' οὗ ὁ Μηδικὸς καλούμενος ὀπός, πολὺ λειπόμενος τοῦ Κυρηναϊκοῦ· ἔστι δ' ὅτε καὶ διαφέρων ἐκείνου, εἴτε παρὰ τὰς τῶν τόπων διαφορὰς εἴτε τοῦ φυτοῦ κατ' εἶδος ἐξαλλάττοντος, εἴτε καὶ παρὰ τοὺς ὀπίζοντας καὶ σκευάζοντας ὥστε συμμένειν πρὸς τὴν ἀπόθεσιν καὶ τὴν χρείαν.

    Une autre plante que la Médie produit également est le silphium, et le suc qu'on en tire dit suc médique, bien qu'étant habituellement très inférieur au suc cyrénaïque, ne laisse pas quelquefois d'avoir sur celui-ci une vraie supériorité, soit à cause de quelques propriétés toutes locales, soit par suite des différences que présente la plante elle-même suivant les espèces, soit enfin qu'on possède ici un procédé particulier d'extraction et de préparation qui donne au suc plus de consistance et permet ainsi de le garder à volonté ou de s'en servir sur l'heure.

  • STRABON, Geographica, XVII-3 (17c, 20) :

    ἐκ ταύτης τῆς πόλεως τριακοσταῖος πεζῇ περιώδευσε τὴν σύρτιν Μάρκος Κάτων, κατάγων στρατιὰν πλειόνων ἢ μυρίων ἀνδρῶν, εἰς μέρη διελὼν τῶν ὑδρείων χάριν· ὥδευσε δὲ πεζὸς ἐν ἄμμῳ βαθείᾳ καὶ καύμασι.

    Parti de cette ville à la tête d'un corps de plus de dix mille hommes, qu'il avait pris soin de diviser en plusieurs détachements pour éviter qu'il n'y eût d'encombrement aux aiguades, Marcus Caton mit trente jours à faire par terre le tour de la Syrte : il avait préféré faire le chemin à pied malgré la profondeur des sables et bien qu'il eût à braver des chaleurs torrides.

  • STRABON, Geographica, XVII-3 (17c, 22) :

    ... ὁμορεῖ δὲ τῇ Κυρηναίᾳ ἡ τὸ σίλφιον φέρουσα καὶ τὸν ὀπὸν τὸν Κυρηναῖον, ὃν ἐκφέρει τὸ σίλφιον ὀπισθέν· ἐγγὺς δ´ ἦλθε τοῦ ἐκλιπεῖν ἐπελθόντων τῶν βαρβάρων κατὰ ἔχθραν τινὰ καὶ φθειράντων τὰς ῥίζας τοῦ φυτοῦ· εἰσὶ δὲ νομάδες.

    A la Cyrénaïque confine le pays qui produit le silphium et d'où vient par conséquent le suc dit de Cyrène que l'on extrait par incision {de la racine et de la tige} du silphium. Peu s'en est fallu que cette précieuse plante ne disparût pour jamais, les Barbares (et sous ce nom je n'entends parler que des Numides) ayant par esprit d'envie et de haine essayé, dans une de leurs incursions, de faire périr tous les pieds de silphium.

  • STRABON, Geographica, XVII-3 (17c, 23) :

    ... ὑπὲρ δὲ τούτων ἡ τὸ σίλφιον {φέρουσά} ἐστιν· εἶθ´ ἡ ἀοίκητος καὶ ἡ τῶν Γαραμάντων· ἔστι δ´ ἡ τὸ σίλφιον φέρουσα στενὴ καὶ παραμήκης καὶ παράξηρος, μῆκος μὲν ὡς ἐπὶ τὰς ἀνατολὰς ἰόντι ὅσον σταδίων χιλίων, πλάτος δὲ τριακοσίων ἢ μικρῷ πλειόνων τό γε γνώριμον. εἰκάζειν μὲν γὰρ ἅπασαν πάρεστι διηνεκῶς τὴν ἐπὶ τοῦ αὐτοῦ παραλλήλου κειμένην τοιαύτην εἶναι κατά τε τοὺς ἀέρας καὶ τὴν τοῦ φυτοῦ φοράν·

    Juste au-dessus {d'Augila} est le pays du silphium, puis vient une contrée déserte, inhabitée, après laquelle commence le territoire des Garamantes. La région qui produit le silphium forme une zone étroite qui se déroule comme un ruban toute en longueur et qui n'est guère moins desséchée que le désert : sa longueur de l'ouest à l'est est d'environ 1000 stades ; quant à sa largeur, elle ne dépasse guère 300 stades, à en juger du moins par les parties connues, car il y a lieu de supposer que le reste du pays situé sous le même parallèle jouit de la même température et présente d'aussi favorables conditions pour la végétation du silphium.


2. HODOI ELEKTRONIKAI & environnements hypertextes :

Cette semaine-ci, Christian RUELL a travaillé "à la chaïne" : 11 environnements hypertextes ont été constitués :

  • Aristote, De la production et de la destruction des choses, livre I [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Aristote, De la production et de la destruction des choses, livre II [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Aristote, De la science économique, livre I [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Aristote, De la science économique, livre II [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Flavius Josèphe, Contre Apion, livre II [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Polybe, Histoire, livre XIII (fragments) [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Polybe, Histoire, livre XVII (fragments) [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Polybe, Histoire, livre XIX (fragments) [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Polybe, Histoire, livre XXXII (fragments) [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Polybe, Histoire, livre XXXIII (fragments) [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Polybe, Histoire, livre XXXIV (fragments) [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles dans le Dépôt HODOI ELEKTRONIKAI.


3. Statistiques de consultation - janvier 2010 :

Ces statistiques peuvent être relevées via le Serveur ACHILLE.

  • Site ITINERA ELECTRONICA:
    • sessions de travail ouvertes: 42.592 (38.470 en décembre 2009)
    • pages visitées: 84.858 (80.487 en décembre 2009)
    • pages les plus fréquemment demandées: voir : stat_janvier2010

  • Site AGORACLASS - Environnements hypertextes (hors Corpora) :
    • sessions de travail ouvertes: 127.830 (109.719 en décembre 2009)
    • pages visitées : 7.576.965 (7.449.262 en décembre 2009)
    • pages les plus visitées (Total hits for periode) : voir stat_janvier2010

  • Site AGORACLASS (CORPORA):
    • sessions de travail ouvertes: 22.336 (20.118 en décembre 2009 )
    • pages visitées: 1.299.629 (2.466.428 en décembre 2010)
    • bases de données les plus fréquemment consultées (Total hits for periode) : stat_decembre2009
    • base de données la plus consultée : Apulée, Métamorphoses (25,95 % du total des consultations) ; Sénèque, Lettres (15,73 % du total)

  • Site BCS (Bibliotheca Classica Selecta):
    • sessions de travail ouvertes: 124.053 (103.104 en décembre 2009)
    • pages visitées: 274.629 (239.479 en décembre 2009)
    • pages les plus fréquemment demandées:

      • Folia Electronica Classica : 34.391 pages (32.605 en décembre) ;
      • Suétone : 55.783 pages (48.271 en décembre) ;
      • Virgile : 21.573 pages (18.312 en décembre) ;
      • Précis grammatical (latin) : 12.647 pages (10.844 en décembre ;
      • Précis grammatical (grec) : 7.134 pages (6.694 pages en décembre)

  • Site LCE (Lupa Capitolina Electronica):
    • sessions de travail ouvertes: 11.970 (12.439 en décembre 2009)
    • pages visitées: 15.958 (16.093 en décembre 2009)

  • Site COLLATINVS-UCL (lemmatisation - dictionnaire latin-français) :
    • sessions de travail ouvertes: 15.785 (12.104 en décembre 2009) ;
    • pages visitées: 47.792 (37.236 en décembre 2009)

  • Site HODOI ELEKTRONIKAI (Environnements hypertextes grecs) :
    • sessions de travail ouvertes: 145.227(109.717 en décembre 2009) ;
    • pages visitées: 1.786.758 (1.469.017 en décembre 2009)
    • pages les plus fréquemment demandées (Total hits for period) : voir stat_janvier2010 ;

    • Les textes du mois :
      DIODORE, La Bibliothèque historique, livre XVI (1,38 % du total des pages) ;
      PLATON, Banquet (1,25 %) ;
      PLATON, Phèdre (1,15 %) ;
      PLATON, Timée (1,55 %) ;
      PLUTARQUE, Vie d'Alexandre (1,06 % du total des pages) ;
      PLUTARQUE, Vie de César (1,93 % du total des pages);

  • Site HELIOS (Coopération Acad. Grenoble & Toulouse - UCL-LLN (FLTR/GLOR) : Langues anciennes) :
    • sessions de travail ouvertes: 56.452 (45.298 en décembre 2009)
    • pages visitées: 235.900 (160.276 en décembre) ;
    • pages les plus visitées (Total hits for periode) : stat_janvier2010


État de la banque de textes latins :

  • Etat du dictionnaire au 3 décembre 2009 :

    272.814 formes différentes.
  • Etat du corpus de textes traités au 3 décembre 2009:

    81 auteurs, 808 oeuvres, 5.679.217 occurrences.

  • État de la banque de textes grecs :

  • Etat du dictionnaire au 5 février 2010:

    499.881 formes différentes.
  • Etat du corpus de textes traités au 5 février 2010:

    92 auteurs, 1.212 oeuvres, 9.624.007 occurrences (9.151.963 en novembre) .

  • Jean Schumacher
    5 février 2010


     
    UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
    Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

    Dernière mise à jour : 17/02/2002