Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     08-01-2010

Sujets :
Lecture : Catilina et les deux corps et les deux têtes (Robert HARRIS, Conspirata) ; FEC (Folia Electronica Classica) : un nouvel article : Marie-Paule LOICQ-BERGER, Aristote au miroir médiéval ; HODOI ELEKTRONIKAI : 3 nouveaux environnements hypertextes : Aristote, Clément d'Alexandrie (x 2) ; Statistiques de consultation - décembre 2009 ;

Notice :

1. Lecture : Catilina et les deux corps et les deux têtes :

Livre : Robert HARRIS, Conspirata
Titre original : Lustrum (2009)
Traduit de l'anglais par Nathalie ZIMMERMANN
Paris, Plon, 2009, 428 pp.

Extrait (pp. 140-141) : Tiron raconte :

"— Pères conscrits, commença Cicéron, aucun consul n'intervient à la légère dans le déroulement sacré d'une élection – et surtout pas un consul tel que moi, qui doit tout ce qu'il a à son élection par le peuple romain. Mais on m'a averti hier d'un complot visant à profaner ce rituel sacré entre tous – un complot, une intrigue, une conspiration d'hommes désespérés décidés à profiter du tumulte suscité par le scrutin pour assassiner votre consul et provoquer ainsi le chaos dans la ville afin de pouvoir prendre le contrôle de l'État. Ce dessein méprisable n'a pas été ourdi dans quelque contrée lointaine, ni dans un repaire de criminel mais au coeur même de la cité, dans la maison de Sergius Catilina.

Les sénateurs écoutèrent dans un silence absolu Cicéron lire le message anonyme de Curius (Tu seras assassiné demain, pendant les élections) suivi par les paroles mêmes du sénateur (Combien de temps encore, mes braves, le permettrez-vous... ?). Et, lorsqu'il eut terminé, il n'y avait pas un regard qui ne fût tourné vers Catilina.

— Sa diatribe achevée, reprit Cicéron, Catilina s'est isolé avec quelques autres pour envisager, et ce n'était pas la première fois, la meilleure façon de me supprimer. L'étendue de ce que je sais est telle, pères conscrits, que j'ai décidé qu'il était de mon devoir de tout vous exposer, afin que vous puissiez décider de la meilleure façon d'agir.

Il s'assit et, après un silence, quelqu'un lança :
— Réponds !
Puis d'autres reprirent l'injonction et, tel un javelot, la lancèrent avec colère contre Catilina :
— Réponds ! Réponds !
Catilina haussa les épaules, arborant une sorte de demi-sourire, et se leva. C'était un vrai colosse, et sa simple présence physique suffit à imposer le silence à la chambre.

— A l'époque où les ancêtres de Cicéron baisaient encore des chèvres, ou je ne sais à quoi ils s'amusaient dans les montagnes d'où il vient...
Il fut interrompu par des rires, certains provenant, je dois le dire, des bancs des patriciens autour de Catulus et d'Hortensius.

— A cette époque, poursuivit-il lorsque le brouhaha se fut calmé, quand mes ancêtres étaient consuls et cette république plus jeune et plus virile, nous étions dirigés par des combattants et non par des juristes. Notre consul si informé ici présent m'accuse de sédition. Si c'est ainsi qu'il choisit de l'appeler, soit, c'est de la sédition. Pour ma part, j'appellerai cela la vérité.

Quand je considère cette république, sénateurs, je vois deux corps. L'un, dit-il en désignant les patriciens puis Cicéron, parfaitement immobile sur sa chaise curule, a une tête, mais il est maigre et épuisé. L'autre, ajouta-t-il en montrant la porte et le forum au-delà, n'a pas de tête, mais il est très grand et robuste. Je sais quel corps je préfère, et il n'est pas question qu'il aille sans tête tant que je vivrai !

En regardant aujourd'hui ces mots, il me paraît ahurissant que Catilina n'ait pas été saisi et accusé de trahison sur-le-champ. Mais il avait des soutiens puissants, et à peine eut-il repris sa place que Crassus s'était levé. Ah oui, Marcus Licinius Crassus – je suis loin de lui avoir consacré assez de place dans cette partie de mon récit ! Permettez-moi de corriger cette lacune. Ce chasseur d'héritages de vieilles dames ; cet usurier pratiquant des taux exorbitants ; ce propriétaire de taudis ; ce spéculateur passé maître dans l'art de faire des réserves ; cet ancien consul au crâne chauve et au coeur dur comme la pierre... ce Crassus était un formidable orateur quand il décidait de consacrer son esprit rusé à l'éloquence, ce qu'il fit en cette matinée de juillet. ..."

Source : CICÉRON, Pro Murena, ch. 25 :

XXV. (51) Tum igitur, his rebus auditis, meministis fieri senatus consultum referente me ne postero die comitia haberentur, ut de his rebus in senatu agere possemus. Itaque postridie frequenti senatu Catilinam excitaui atque eum de his rebus iussi, si quid uellet, quae ad me adlatae essent dicere. Atque ille, ut semper fuit apertissimus, non se purgauit sed indicauit atque induit. Tum enim dixit duo corpora esse rei publicae, unum debile infirmo capite, alterum firmum sine capite; huic, si ita de se meritum esset, caput se uiuo non defuturum. Congemuit senatus frequens neque tamen satis seuere pro rei indignitate decreuit; nam partim ideo fortes in decernendo non erant, quia nihil timebant, partim, quia (omnia). Erupit e senatu triumphans gaudio quem omnino uiuum illinc exire non oportuerat, praesertim cum idem ille in eodem ordine paucis diebus ante Catoni, fortissimo uiro, iudicium minitanti ac denuntianti respondisset, si quod esset in suas fortunas incendium excitatum, id se non aqua sed ruina restincturum.

C'est alors, vous vous le rappelez, que sur ces bruits alarmants, je provoquai le sénatus-consulte qui retarda les comices du lendemain, afin que le sénat pût délibérer sur cette affaire. Le lendemain, en pleine assemblée, je fis lever Catilina, et lui ordonnai de répondre sur les faits qui m'avaient été révélés. Catilina, dont l'audace ne daigna jamais dissimuler, au lieu de désavouer son crime, se dénonça lui-même et leva tout à fait le masque. Il dit "qu'il y avait deux corps dans la république, l'un faible avec une tête plus faible encore, l'autre plein de force, mais manquant de tête. Quant à lui, il avait reçu trop de bienfaits de ce dernier, pour ne pas lui servir de tête aussi longtemps qu'il vivrait." Les murmures du sénat furent unanimes; mais la sévérité de son arrêt n'égala pas l'indignité d'une telle conduite. La confiance des uns, la pusillanimité des autres empêchèrent de prendre un parti vigoureux. Alors, joyeux et triomphant, il s'élança hors du sénat, lui qui n'aurait pas dû en sortir vivant, surtout après la réponse que, peu de jours auparavant, il avait eu l'audace de faire à Caton, au sein même de cette assemblée. Comme ce dernier le menaçait de le poursuivre devant les tribunaux : "Si l'on ose, dit-il, mettre le feu à l'édifice de ma fortune, ce n'est pas avec de l'eau, c'est sous des ruines que j'éteindrai l'incendie."

Références supplémentaires :

  • Steven SAYLOR, L'énigme de Catilina (titre original: Catilina's Riddle, traduit de l'américain par Denis-Armand CANAL)
    Editions 10/18, Coll. "Grands détectives", n. 3099, 1999, 446 pp.
    (édition originale 1993; édition française Ramsay 1997)

    EXTRAIT : p. 221 : Catilina parle :

    " ... Je vois deux corps, l'un chétif et malingre, mais avec une tête solide, l'autre sans tête, mais grand et fort. L'invalide pourvu d'une tête mène l'autre comme un animal à l'attache. Demande-toi donc: qu'y a-t-il de si terrible si je deviens la tête du corps qui en est dépourvu? L'histoire pourrait alors être toute différente, non?"

    Dans ce contexte, la signification de l'énigme était claire. Je restai stupéfait de l'audace de Catilina. Ayant eu gain de cause avec l'élection, il n'hésitait pas à se moquer non seulement de Cicéron, mais aussi du Sénat lui-même, et cela dans ses propres murs. Car qui pouvait représenter le corps débile pourvu d'une tête, sinon les Pères Conscrits? Et qui était le corps solide mais sans tête, sinon les masses sans chef dont Catilina se proposait de prendre la direction et dont il entendait diriger le mécontentement vers ses propres fins? ..."

    Nous avons cité cet extrait dans l'Elenchus paedagogicus d'AGORACLASS consacré à la présentatiopn du livre de S. SAYLOR, L'Énigme de Catilina.

  • Lise BISCARAT, Cicéron versus Catlina, leçon établie au sein du Projet HELIOS et présentée dans les Actu'ITINERA du 7 mars 2008.

  • Cfr. aussi : Dominique BRUNET, Du sang sur Rome ! Cicéron et Steven Saylor. Leçon du Projet HELIOS présentée dans les Actu'ITINERA en date du 6 juin 2008.


2. FEC : Marie-Paule LOICQ-BERGER, Aristote au miroir médiéval :

Dans le fascicule 18 (juillet-décembre 2009) des Folia Electronica Classica est apparu un nouvel article :

Autour d'Aristote et de son iconographie

Aristote au miroir médiéval. I. Idées et images, par Marie-Paule Loicq-Berger (HTML 94 K, sans les illustrations)
(Inédit)
        http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/18/ARIST/Aristote.htm
 

Note liminaire : Le miroir médiéval d'Aristote est un miroir à double face. L'article qu'on va lire reflète, dans une approche intellectuelle et esthétique, la figure « magistrale » du Philosophe, ses rapports avec Thomas d'Aquin et avec l'art italien de la pré-Renaissance. Une seconde étude proposera ultérieurement aux lecteurs des FEC de découvrir un autre visage, assurément moins grave, d'un Aristote inscrit dans un imaginaire malicieux. Elle s'intitulera : Aristote au miroir médiéval. (2) Un imaginaire malicieux.


3. HODOI ELETRONIKAI & environnements hypertextes :

Christian RUELL a remis l'ouvrage sur le métier : 3 nouveaux environnements ont été produits :

  • Aristote, Les Topiques, livre V [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Clément d'Alexandrie, Les Stromates, livre I [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Clément d'Alexandrie, Les Stromates, livre VII [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles dans le Dépôt HODOI ELEKTRONIKAI.


4. Statistiques de consultation - décembre 2009 :

Ces statistiques peuvent être relevées via le Serveur ACHILLE.

  • Site ITINERA ELECTRONICA:
    • sessions de travail ouvertes: 38.470 (42.375 en novembre)
    • pages visitées: 80.487 (87.197 en novembre)
    • pages les plus fréquemment demandées: voir : stat_decembre2009

  • Site AGORACLASS - Environnements hypertextes (hors Corpora) :
    • sessions de travail ouvertes: 109.719 (114.049 en novembre)
    • pages visitées : 7.449.262 (6.262.695 en novembre)
    • pages les plus visitées (Total hits for periode) : voir stat_decembre2009

  • Site AGORACLASS (CORPORA):
    • sessions de travail ouvertes: 20.118 (23.287 en novembre )
    • pages visitées: 2.466.428 (1.713.836 en novembre)
    • bases de données les plus fréquemment consultées (Total hits for periode) : stat_decembre2009
    • base de données la plus consultée : Apulée, Métamorphoses (16,47 % du total des consultations) ; Sénèque, Lettres (23,03 % du total)

  • Site BCS (Bibliotheca Classica Selecta):
    • sessions de travail ouvertes: 103.104 (126.434 en novembre)
    • pages visitées: 239.479 (279.098 en novembre)
    • pages les plus fréquemment demandées:

      • Folia Electronica Classica : 32.605 pages (33.700 en novembre) ;
      • Suétone : 48.271 pages (56.664 en novembre) ;
      • Virgile : 18.312 pages (22.440 en novembre) ;
      • Précis grammatical (latin) : 10.844 pages (13.095 en novembre ;
      • Précis grammatical (grec) : 6.694 pages (8.413 pages en novembre)

  • Site LCE (Lupa Capitolina Electronica):
    • sessions de travail ouvertes: 12.439 (22.760 en novembre)
    • pages visitées: 16.093 (18.613 en novembre)

  • Site COLLATINVS-UCL (lemmatisation - dictionnaire latin-français) :
    • sessions de travail ouvertes: 12.104 (15.625 en novembre) ;
    • pages visitées: 37.236 (54.920 en octobre)

  • Site HODOI ELEKTRONIKAI (Environnements hypertextes grecs) :
    • sessions de travail ouvertes: 109.717 (128.950 en novembre) ;
    • pages visitées: 1.469.017 (1.034.254 en novembre)
    • pages les plus fréquemment demandées (Total hits for period) : voir stat_decembre2009 ;

    • Les textes du mois :
      DIODORE, La Bibliothèque historique, livre XVI (1,57 % du total des pages) ;
      PLATON, Banquet (1,19 %) ;
      PLATON, Phèdre (1,11 %) ;
      PLATON, Phédon (1,28 %) ;
      PLATON, Timée (2,62 %) ;
      PLUTARQUE, Vie d'Alexandre (1,08 % du total des pages) ;
      PLUTARQUE, Vie de César (2,03 % du total des pages);

  • Site HELIOS (Coopération Acad. Grenoble & Toulouse - UCL-LLN (FLTR/GLOR) : Langues anciennes) :
    • sessions de travail ouvertes: 45.298 (52.998 en novembre)
    • pages visitées: 160.276 (188.681 en novembre) ;
    • pages les plus visitées (Total hits for periode) : stat_decembre2009


État de la banque de textes latins :

  • Etat du dictionnaire au 3 décembre 2009 :

    272.814 formes différentes.
  • Etat du corpus de textes traités au 3 décembre 2009:

    81 auteurs, 808 oeuvres, 5.679.217 occurrences.

  • État de la banque de textes grecs :

  • Etat du dictionnaire au 8 janvier 2010:

    492.459 formes différentes.
  • Etat du corpus de textes traités au 8 janvier 2010:

    91 auteurs, 1.187 oeuvres, 9.322.278 occurrences (9.151.963 en novembre) .

  • Jean Schumacher
    8 janvier 2010


     
    UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
    Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

    Dernière mise à jour : 17/02/2002