Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     28-08-2009

Sujets :
Fiches de lecture : 8 ajouts; Enseignement : OVIDE, L'art d'aimer & outils TICE; HODOI ELEKTRONIKAI : 6 nouveaux environnements hypertextes : Eusèbe de Césarée, Évagre le Scolastique, Flavius Joèphe (x 2), Marc-Aurèle (x 2); Lecture : Claude IMBERT, Le tombeau d'Aurélien : patrie et cité;

Notice :

2. Fiches de lecture :

  • Adresse du site : Lectures (site arrêté à la date du 18 mai 2006)
  • Base de données : Fiches (depuis le 19 mai 2006)

  • Ajouts : consultation des ==> Nouveautés <==

Les Nouveautés concernent :

  • ==> LATIN :
  • Cicéron, Lettres à des familiers, livre IV

  • ==> GREC :

  • DENYS d'Halicarnasse, Mémoires sur les anciens orateurs, livre III
  • FLAVIUS JOSÈPHE, Les antiquités judaïques, livre VIII

  • Denys d'Halicarnasse cite Démosthène : Pourquoi la république [d'Athènes], heureuse du temps des ancêtres, est-elle réduite à un état si déplorable aujourd'hui ?
  • Denys d'Halicarnasse cite Platon [Ménexène, p. 246d sqq.] au travers d'adieux et de dernières volontés de guerriers d'Athènes prêts à mourir au combat
  • Denys d'Halicarnasse cite Démosthène [Sur la couronne, par. 203 sqq.] : Chacun se croyait né non seulement pour son père et pour sa mère, mais surtout pour sa patrie
  • Le roi Salomon demanda à Dieu, en présent, d'avoir un jugement sain et un sens droit
  • Le jugement de Salomon à propos des deux femmes et de l'enfant
  • A propos des dénominations Pharaon, Ptolémée, César
  • Salomon et la reine de Saba
  • Servius à Cicéron qui pleure la mort de sa fille : Il n'y a pas de chagrin que le temps ne diminue et n'adoucisse à la longue.


2. Enseignement : OVIDE, L'art d'aimer et outils TICE :

L'Art d'aimer d'OVIDE est au programme d'études FR pour les deux années scolaires à venir (2009-2010 et 2010-2011). Comme nous l'avons fait dans l'Actu'ITINERA de la semaine passée, à propos du grec et de l'Oedipe-Roi de SOPHOCLE, nous indiquons ci-dessous, à toutes fins utiles, les outils TICE disponibles gratuitement et en libre accès au sein des ITINERA ELECTRONICA pour cet art d'aimer.

  • l'environnement hypertexte : L'Art d'aimer (en 3 livres)

    Les modules de ces 3 environnements hypertextes concernent, à chaque fois, le texte, la lecture, la liste du vocabulaire, les fréquences d'attestations, les contextes, le dictionnaire des formes, etc.

    La rubrique LECTURE renferme la division logique du livre concerné. A titre d'exemple, pour le livre I, cette division (ou table des matières) se présente ainsi:

  • La liste du vocabulaire - une liste unique pour les 3 livres - qui se décline en deux versions :

    N. B. : les 3 livres de l'Art d'aimer totalisent 14.908 occurrences pour 6.114 formes différentes

  • La lemmatisation : par lemmatisation on entend le regroupement des formes (d'un même item) sous une entrée (de dictionnaire) unique.

    Deux outils TICE sont à disposition pour pratiquer cette lemmatisation de façon automatique : le Lexique (expérimental) latin-français des ITINERA ELECTRONICA et/ou l'application COLLATINVS de notre collègue Yves OUVRARD.

    Adresses :

    Ces deux instruments de travail sont intimement liés, comme nous avons pu l'expliquer dans l'actualité du 9 septembre 2005 :

    "... Nous avons pris contact avec Yves Ouvrard pour connaître l'état du Lexique venant en appui du système linguistique COLLATINVS. Nous lui avons exposés nos objectifs : obtenir un outil de travail sur la Toile permettant d'aller des formes vers les entrées de dictionnaires ("lemmes"), puis, de ces entrées vers les attestations pour aboutir, enfin, aux contextes présentés dans un environnement bilingue (latin-français): une Dictionnairique virtuelle en libre accès et à la disposition de la communauté intéressée par les langues anciennes.

    Au moment de la prise de contact, Yves Ouvrard était occupé à réécrire son application vedette COLLATINVS en OCAML (site de l'INRIA : "Caml est un langage de programmation, fonctionnel et fortement typé, de la famille de ML. Les systèmes OCaml (Objective Caml) et Caml Light sont deux implémentations libres développées à l'INRIA au sein du projet Cristal à Rocquencourt"). Nom de la nouvelle application : LATINUS.EXE.

    Yves Ouvrard nous a fait l'amabilité d'adapter cette application à nos besoins - au risque qu'elle ne puisse servir, ainsi écrite, qu'une seule fois -; résultat : au travers de cette application, nous avons pu mettre en relation le système linguistique COLLATINVS (une "grammaire générative" en quelque sorte : "lexicum : 10.447 entrées - desinentiae : 2621 - irregulares : 750 - radices : 14.019 entrées") avec les 226.576 entrées du Dictionnaire des formes issu des environnements hypertextes latins. Le résultat a été probant : 111.695 formes ont reçu une description lexicographique (presque 50% de la totalité des formes). Et ces formes analysées constituent maintenant le

    Lexique (espérimental) Latin-français

    des Projets ITINERA ELECTRONICA et HELIOS.

    Nous tenons à exprimer ici à Yves Ouvrard toute notre gratitude pour l'aide qu'il nous a apportée; aide qui nous a permis d'avancer d'un trait vers l'architecture similaire à celle mise en place pour le grec ancien.

    Boris MAROUTAEFF de l'équipe facultaire a fait le reste :

    Adresse : Lexique Latin-Français

    Les critères de sélection peuvent être : les formes, les lemmes, les catégories et sous-catégories grammaticales, les éléments de la traduction française.

    Ayant interrogé un lemme et en cliquant sur l'intitulé de ce lemme, sont affichées les différents formes de ce lemme et chacune de ces formes conduit, à son tour, vers les attestations des auteurs latins traités et dans leurs oeuvres pour aboutir, enfin, aux contextes précis et aux environnements textuels bilingues.

    Le module de consultation - recherche est doublé par un module à accès réservé pour l'édition du Lexique (ajout, modification, suppression).

    Le statut de ce Lexique est expérimental : il repose, en effet, sur des analyses faites par plusieurs mains et sur un système "génératif" qui, en fonction de ces analyses initiales, a produit, ici et là, des descriptions présentant quelques imperfections voire incohérences. Plutôt que de les blâmer, il y a mieux à faire : nous en faire part afin que nous puissions améliorer encore davantage cet outil de travail inédit et innovateur. ..."

    Nous sommes aujourd'hui 4 années plus tard : COLLATINVS en est à sa version 9 et le Dictionnaire des formes renferme maintenant 272.726 formes pour 5.667.163 occurrences.

    Le LEXIQUE latin-français, hélas, est resté en l'état pendant ces 5 années : il ne s'est pas trouvé une (autre) Madame de CLERCQ pour le maintenir à jour et pour l'améliorer. Madame de CLERCQ, collaboratrice scientifique, a fait profiter le LEXIQUE grec-français de ses compétences, de son savoir-faire et de son temps qui n'a pas été compté.

    Nous avons soumis, d'une part, le corpus complet de l'art d'aimer aux procédures de lemmatisation propres aux ITINERA ELECTRONICA et, d'autre part, nous avons recouru à COLLATINVS en ligne pour la lemmatisation du livre I de cette oeuvre. Les résultats sont visibles aux adresses suivantes :

    Nous serions heureux si, à l'occasion des deux années d'étude à venir de l'Art d'aimer d'OVIDE, nous pouvions compter sur la collaboration d'enseignants ? de classes d'étudiants ? pour compléter ce LEXIQUE latin-français "en rade" depuis 2005. Mais, aussi, pour créer des séquences d'enseignement (ou Leçons d'apprentissage) relatifs à OVIDE et à placer au sein du Projet HELIOS. Le site de ce projet vient d'être mis à jour par Dominique Augé, coordinatrice pour les langues et cultures de l'Antiquité au sein de l'Académie de Grenoble.

    Rappelons, last but not least, qu'il a déjà été question de l'Art d'aimer d'OVIDE dans plusieurs Actu'ITINERA :

    • 20-08-2002 : L'Art d'aimer au travers d'une entrevue d'amour. Suivant OVIDE (43 av. J.-Chr. - 18 ap. J.-Chr.) et suivant Théophile GAUTIER (1811-1872)

    • 06-09-2002 : OVIDE, L'Art d'aimer, Livres I à III

    • 11-10-2002 : OVIDE, L'Art d'aimer, livres I à III - Dédale et Icare

    Enfin, au sein des ITINERA ELECTRONICA et du vecteur enseignement universitaire, Paul-Augustin DEPROOST a mis à la disposition de la communauté intéressée une magistrale Introduction générale à Ovide (Les Métamorphoses).


3. HODOI ELEKTRONIKAI & environnements hypertextes :

La rentrée académique se profile à l'horizon - cela "chauffe" déja - mais Christian RUELL, nonobstant, a réussi la création de 6 environnements hypertextes nouveaux :

  • Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, livre IV [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Évagre le Scolastique, Histoire de l'église, livre I [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Flavius Josèphe, Les Antiquités judaïques, livre VII [Traduction française reprise au site de Philippe Remacle]
  • Flavius Josèphe, Les Antiquités judaïques, livre VIII [Traduction française reprise au site de Philippe Remacle]
  • Marc-Aurèle, Les Pensées, livre III [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Marc-Aurèle, Les Pensées, livre IV [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles au sein du Dépôt HODOI ELEKTRONIKAI.


4. Lecture : patrie et cité :

Dernière flânerie estivale avec Claude IMBERT, Le tombeau d'Aurélien (Paris, Grasset, 2000) :

Extrait : pp. 224-225 :

"... Tu [Antoine, l'homme contemporain] me [à Aurélien, le fonctionnaire romain du 4e s. de notre ère] montres aussi qu'avec l'extinction de l'agriculture champêtre les villages s'effacent au profit des grandes villes où chacun s'encloisonne dans un chétif périmètre personnel, grandes villes où dépérit la solidarité de voisinage. La religion, ajoutes-tu, ne relie sous son credo plus guère de croyants, et encore moins de fidèles dans ses églises. Quant à la patrie, tu me racontes qu'une longue paix, la disparition des devoirs militaires étranglent en douceur sa mémoire, son culte et son respect. Fasse le sort que vous n'ayez jamais à la défendre! Qui voudrait mourir pour une morte?

Mais alors quoi? Qui êtes-vous? Que devenez-vous ? C'est l'énigme du sphinx ! Pour le vieux Romain que je suis, comment se figurer l'état qui est le vôtre? A mon siècle, et quels que soient les tristes avatars de l'Empire, je ne connais aucun homme qui soit, comme vous, délivré de toute appartenance. Qui, dans l'immense comédie humaine, ne soit, à son rang, l'acteur d'une famille, d'un clan, d'une corporation. D'une citoyenneté cloutée de plus de devoirs que de droits, aimantée du sommet par le culte impérial. Dans nos villes dessinées au cordeau, les forums, temples, thermes, théâtres et amphithéâtres occupent la majeure partie de l'espace urbain. Pourquoi? Parce qu'ils constituent pour nous — lieux de culte, de mémoire, de négoce ou de loisir — l'espace vital de rencontres journalières, celui où respire l'âme même de la cité. Ainsi se sent-on comme la particule d'un corps innombrable à qui l'on donne et qui vous donne, qui vous gouverne et qui vous sert. Tu comprends pourquoi vous me paraissez aussi incongrus qu'une lune sans soleil, que des poissons sans eau ou des feuilles sans arbre. Aussi insolites que des maillons épars tombés d'une chaîne brisée...

Dans quelle espèce inconnue du monde des vivants, les fils s'acharnent-ils à rompre avec l'héritage de leurs pères? Et les époux à fuir les devoirs du mariage? Quelle société osa dénier aux prêtres et aux prédicateurs le soin d'enseigner le Bien et le Mal? Que deviennent dans cette grande sape le désir d'harmonie, l'amour, la constance et la loyauté d'où rayonne la chaleur d'une humanité partagée? Avez-vous remplacé la confiance entre citoyens, naturelle et de parole, par le recours glacé aux contrats et à la justice? Avez-vous substitué à toute communion privée ou publique l'échange de codes ou l'échange d'argent, le plus froid de tous les codes? ..."

Témoignage : JUSTIN, Epitomé Historiarum Philippicarum de Trogue Pompée, XXXI, 7 :

Sed aduersus Hannibalem ducem quis melius quam Africani frater crearetur, cum uincere Poenos opus Scipionum esset? 2 Creatur igitur consul Lucius Scipio, eique datur legatus frater Africanus, ut intellegeret Antiochus non maiorem fiduciam se in Hannibale uicto quam Romanos in uictore Scipione habere. 3 Traicientibus in Asiam Scipionibus exercitum iam utrubique profligatum bellum nuntiatum est, uictumque Antiochum terrestri, Hannibalem nauali bello inuenerunt. 4 Primo igitur aduentu eorum legatos pacem petentes Antiochus ad eos mittit peculiare donum Africano ferentes filium ipsius, quem rex paruo nauigio traicientem ceperat. 5 Sed Africanus priuata beneficia a rebus publicis secreta dixit, aliaque esse patris officia, alia patriae iura, quae non liberis tantum, uerum etiam uitae ipsi praeponantur. 6 Proinde gratum se munus accipere priuatoque inpendio munificentiae regis responsurum. Quod ad bellum pacemque pertineat, nihil neque gratiae dari neque de iure patriae decidi posse respondit. 7 Nam neque de redimendo filio umquam tractauit nec senatum de eo agere permisit, sed, ut dignum maiestate eius erat, armis se recepturum dixerat.

Mais quel autre méritait mieux, que le frère de l'Africain, d'être nommé pour combattre Annibal ? Vaincre les Carthaginois, n'était-ce pas le destin des Scipions ? Lucius Scipion fut donc proclamé consul (en 190 av. J.-Chr.) : on lui donna pour lieutenant l'Africain, son frère, afin de montrer à Antiochus que les talents d'Annibal vaincu ne devaient pas lui inspirer plus d'espoir, que n'en donnaient aux Romains ceux de Scipion, son vainqueur. Les Scipions faisaient passer leur armée en Asie, quand ils apprirent que la guerre était terminée sur tous les points, et en effet, ils trouvèrent Antiochus battue sur terre, et Annibal sur mer. Ils reçurent, dès leur arrivée, des députés d'Antiochus qui venaient demander la paix, en offrant à l'Africain, en don particulier, la liberté de son fils, qui, traversant la mer sur un petit navire, état tombé entre les mains du roi. Mais Scipion répondit que les services privés étaient bien distincts des intérêts publics ; que les devoirs de père cédaient aux droits de la patrie, à laquelle tout citoyen doit immoler ses enfants et sa vie ; que, plein de reconnaissance pour le présent qu'il recevait du roi, il saurait, comme particulier, répondre à cette générosité ; mais que, pour la paix et la guerre, il ne pouvait rien donner à la faveur, rien sacrifier des droits de sa patrie. Jamais il n'avait traité de la rançon de son fils, jamais il n'avait voulu que le sénat en délibérât ; il s'était borné à dire, avec une fierté digne de son nom, que les armes lui rendraient son fils.


Jean Schumacher
28 août 2009


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002