Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     15-05-2009

Sujets :
Fiches de lecture : 11 ajouts; Lecture : SÉNÈQUE : Conseils donnés aux responsables d'une (saine) éducation de la jeunesse; HODOI ELEKTRONIKAI : 7 nouveaux environnements hypertextes : Lucien (x 7); Publication électronique : article : Pré-publications et accès libre;

Notice :

1. Fiches de lecture :

  • Adresse du site : Lectures (site arrêté à la date du 18 mai 2006)
  • Base de données : Fiches (depuis le 19 mai 2006)

  • Ajouts : consultation des ==> Nouveautés <==

Les Nouveautés concernent :

  • ==> GREC :

  • LUCIEN, Dialogues

  • La définition de la profession de parasite
  • De quand date l'art de la danse ?
  • A propos de la danse appelée le collier
  • A propos de la fable du Protée égyptien
  • La première qualité d'un danseur est son aptitude à se souvenir de tout
  • Démétrius le Cynique et le danseur
  • La danse est le plus harmonieux des exercices
  • Les habitants d'Antioche et les danseurs aux profils inconvenants
  • Le danseur et le précepte delphique : Connais-toi toi-même
  • A propos de la (vipère) dipsade, serpent des déserts d'Afrique
  • Description de la Libye


2. Lecture : Sénèque, De la colère :

Sujet : Conseils données aux responsables d'une (saine) éducation de la jeunesse

Environnement hypertexte : SÉNÈQUE, De la colère, II, 21 :

XXI. Plurimum, inquam, proderit pueros statim salubriter institui; difficile autem regimen est, quia dare debemus operam ne aut iram in illis nutriamus aut indolem retundamus.
Diligenti obseruatione res indiget; utrumque enim, et quod extollendum et quod deprimendum est, similibus alitur, facile autem etiam adtendentem similia decipiunt.
Crescit licentia spiritus, seruitute comminuitur; adsurgit si laudatur et in spem sui bonam adducitur, sed eadem ista insolentiam et iracundiam generant: itaque sic inter utrumque regendus est ut modo frenis utamur modo stimulis.
Nihil humile, nihil seruile patiatur; numquam illi necesse sit rogare suppliciter nec prosit rogasse, potius causae suae et prioribus factis et bonis in futurum promissis donetur.
In certaminibus aequalium nec uinci illum patiamur nec irasci; demus operam ut familiaris sit iis cum quibus contendere solet, ut in certamine adsuescat non nocere uelle sed uincere; quotiens superauerit et dignum aliquid laude fecerit, attolli non gestire patiamur; gaudium enim exultatio, exultationem tumor et nimia aestimatio sui sequitur.
Dabimus aliquod laxamentum, in desidiam uero otiumque non resoluemus et procul a contactu deliciarum retinebimus; nihil enim magis facit iracundos quam educatio mollis et blanda. Ideo unicis quo plus indulgetur, pupillisque quo plus licet, corruptior animus est. Non resistet offensis cui nihil umquam negatum est, cuius lacrimas sollicita semper mater abstersit, cui de paedagogo satisfactum est.
Non uides ut maiorem quamque fortunam maior ira comitetur? In diuitibus et nobilibus et magistratibus praecipue apparet, cum quidquid leue et inane in animo erat secunda se aura sustulit. Felicitas iracundiam nutrit, ubi aures superbas adsentatorum turba circumstetit: 'tibi enim ille respondeat? Non pro fastigio te tuo metiris; ipse te proicis' et alia quibus uix sanae et ab initio bene fundatae mentes restiterunt.
Longe itaque ab adsentatione pueritia remouenda est: audiat uerum. Et timeat interim, uereatur semper, maioribus adsurgat. Nihil per iracundiam exoret: quod flenti negatum fuerit quieto offeratur. Et diuitias parentium in conspectu habeat, non in usu.
Exprobrentur illi perperam facta. Pertinebit ad rem praeceptores paedagogosque pueris placidos dari: proximis adplicatur omne quod tenerum est et in eorum similitudinem crescit; nutricum et paedagogorum rettulere mox adulescentium mores.
Apud Platonem educatus puer cum ad parentes relatus uociferantem uideret patrem: 'numquam' inquit 'hoc apud Platonem uidi.' Non dubito quin citius patrem imitatus sit quam Platonem.
Tenuis ante omnia uictus et non pretiosa uestis et similis cultus cum aequalibus: non irascetur aliquem sibi comparari quem ab initio multis parem feceris.

Traduction :

XXI. Mais, répétons-le, rien ne sera plus utile que de jeter de bonne heure les bases d'une saine éducation. Difficile tâche que celle d'un gouverneur, qui doit prendre garde et d'entretenir la colère chez un élève et de briser son caractère! La chose réclame toute la clairvoyance d'un bon observateur: car les dispositions qu'il faut cultiver, et celles qu'il faut étouffer, se nourrissent d'aliments semblables. Or, en pareil cas, l'attention même la plus grande commet aisément des méprises.

De la licence naît la témérité, de la contrainte l'affaissement moral; les éloges relèvent un jeune coeur, et le font bien présumer de ses forces; mais ces mêmes éloges engendrent l'arrogance et l'irritabilité. Voilà deux routes opposées: que faire? Tenir le milieu de manière à user tantôt du frein, tantôt de l'aiguillon, et n'imposer à l'enfant rien d'humiliant ni de servile; qu'il n'ait jamais besoin de demander avec supplication; s'il le fait, que ce soit toujours sans fruit.

N'accordons rien qu'à ses mérites présents, à sa conduite passée, à ses promesses d'être meilleur à l'avenir. Dans ses luttes avec ses camarades, ne permettons pas qu'il se laisse vaincre ou qu'il se mette en colère, mais tâchons qu'il devienne l'ami de ses rivaux de tous les jours, afin que dans ces combats il s'accoutume à vouloir vaincre et non pas nuire. Toutes les fois qu'il l'aura emporté sur eux ou qu'il aura fait quelque chose de louable, passons-lui une juste fierté, et n'en réprimons que les trop vifs élans: de la trop grande joie naît une sorte d'ivresse qui, à son tour, produit la morgue et la présomption.

Accordons-lui quelque délassement; mais qu'il ne s'énerve pas dans le désoeuvrement et l'inaction, et retenons-le loin du souffle impur des voluptés. Car rien ne dispose à la colère comme une éducation molle et complaisante; et voilà pourquoi, plus on a d'indulgence pour un fils unique, ou plus on lâche la bride à un pupille, plus on gâte leurs bonnes qualités.

Souffrira-t-il une offense, celui qui n'a jamais éprouvé un refus, celui dont une mère empressée a toujours essuyé les larmes, à qui toujours on a donné raison contre son gouverneur? Ne voyez-vous pas que les plus grandes fortunes sont toujours accompagnées des plus grandes colères? C'est chez les riches, les nobles, les magistrats qu'elle éclate davantage, là où tout ce qu'il y a de vain dans le coeur de l'homme se gonfle au vent de la prospérité.

La prospérité est la nourrice de la colère, parce que ses superbes oreilles sont assiégées de mille voix approbatrices qui lui crient: "Qu'elle ne se mesure pas à sa dignité, qu'elle se manque à elle-même," et d'autres adulations auxquelles résisteraient à peine les esprits les plus sains et les mieux affermis dans leurs principes de sagesse. Ayons donc grand soin d'écarter de l'enfant la flatterie; qu'il entende la vérité; qu'il connaisse quelquefois la crainte, toujours le respect, et qu'il n'oublie jamais la déférence due à l'âge; qu'il n'obtienne rien par l'emportement; ce que nous refusons à ses larmes, offrons-le-lui quand il sera calmé. Qu'il ne voie l'opulence paternelle qu'en perspective, et sans disposer de rien; que le reproche suive toute mauvaise action de sa part.

Il est essentiel de choisir à l'enfance des précepteurs et des pédagogues d'un caractère doux. La plante encore tendre s'attache aux objets les plus proches, et grandit en se modelant sur eux. Les habitudes de l'adolescence nous viennent de nos nourrices et de nos premiers maîtres. Un enfant élevé chez Platon, et revenu dans sa famille, était témoin des cris de fureur de son père. "Je n'ai jamais vu cela chez Platon," se prit-il à dire. Je ne doute pas que cet enfant n'eût été plus prompt à suivre l'exemple de son père que celui de Platon. Qu'avant tout la nourriture de l'enfant soit frugale, ses vêtements simples et semblables en tout à ceux de ses camarades. Plus tard, il ne s'indignera pas qu'on le compare à d'autres, si vous le faites d'abord l'égal du grand nombre.


3. HODOI ELEKTRONIKAI & environnements hypertextes :

Christian RUELL a maintenu le cap cette semaine-ci : pas moins de 7 environnements nouveaux ont vu le jour :

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles dans le Dépôt HODOI ELEKTRONIKAI.


4. Publication électronique :

Dans la Newsletter de l' '"American Philological Association", Josiah OBER fait, une nouvelle fois, le point sur les pré-publications et l'accès libre :

Preprints and Open Access

Autre référence (plus facilement lisible) : Preprints and Open Access

Nous avons retenu :

  • qu'il s'agit de publications électroniques pour lesquelles il existe maintenant aussi un Classics Research Network qui fait partie d'un Humanities Research Network ;

  • que l'ancêtre dans la publication en ligne dans le domaine des humanités classiques semble avoir été la Bryn Mawr Classical Review qui a commencé en 1990 les publications en ligne ;

  • que, depuis lors, les publications en ligne d'articles en "pré-publication", de "documents de travail", etc. ont pris de l'extension car cette façon de publier a l'immense avantage de réduire presque à néant le délai de publication alors qu'entre la finition d'un article et sa publication finale sur papier dans une revue les délais classiques (de publication) s'élèvent à 2-3 ans voire plus.

  • que c'est en 2005 que les Universités de Princeton et de Stanford aux U.S.A ont lancé une série de pré-publications intéressant le domaine des études classiques ;

  • que le "mouvement" vers la publication en ligne en libre accès est en marche : d'autres Universités ont suivi: University of Wales, University of Texas, etc.

Comme le monde anglo-saxon a la regrettable habitude de négliger ce qui se passe en "francophonie", nous tenons à souligner que, dès 2001, des Folia Electronica Classica ont vu le jour à l'UCL-LLN dans le cadre des Projets ITINERA ELECTRONICA - Hodoi ELEKTRONIKAI : en 8 ans, 17 fasciules ont été édités par Jacques POUCET totalisant plus de 170 articles scientifiques.

Nous sommes fiers de cette présence "francophone" sur la Toile internationale et nous encouragons tous les chercheurs - surtout les jeunes en panne d'éditeur pour publier leurs premiers travaux - de ne pas hésiter à confier aux FEC leurs articles, pré-publications ou documents de travail. Cet accès libre et en ligne n'empêche nullement une publication ultérieure sur papier. Et, en prépublication électronique en ligne, les droits d'auteurs sont préservés aux auteurs.

Les FEC ont du succès : du 1er au 15 mai 2009, pas moins de 12.735 accès ont été enregistrés sur ce site.

Contact : Jacques POUCET (jacques.poucet@skynet.be)


Jean Schumacher
15 mai 2009


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002