Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     27-02-2009

Sujets :
Fiches de lecture : 13 ajouts; Lecture : Cyberinfrastructure of Classical Philology; FEC (Folia Electronica Classica) : le fascicule 16 (juin-décembre 2008) est bouclé !; HODOI ELEKTRONIKAI : 6 nouveaux environnements hypertextes : Clément d'Alexandrie, Procope, Strabon (x 4);

Notice :

2. Fiches de lecture :

  • Adresse du site : Lectures (site arrêté à la date du 18 mai 2006)
  • Base de données : Fiches (depuis le 19 mai 2006)

  • Ajouts : consultation des ==> Nouveautés <==

Les Nouveautés concernent :

  • ==> GREC :

  • CLÉMENT d'ALEXANDRIE, Discours aux gentils
  • EUSÈBE de Césarée, Préparation évangélique, livre XIII
  • POLYBE, Histoire, livre VIII
  • PROCOPE, Le livre des guerres, livre VI
  • STRABON, Geographica, livre XII

  • A propos de la crainte de la mort (tiré de PLATON, Apologie de Socrate)
  • A propos de l'analepse
  • A propos de l'île de Thulé
  • Armée romaine : de l'art de sonner de la trompette
  • Pourquoi (se) crée-t-on des divinités ?
  • Les Muses n'étaient que des esclaves au service du roi des Lesbiens
  • A propos de l'origine des jeux isthméens, néméens, pythiens, olympiques
  • A propos du Palladium
  • Les statues (des dieux) valent moins que le plus vil des animaux
  • Des statues, des sculpteurs et de leurs modèles
  • L'art a un pouvoir magique
  • Le lac Tatta : une immense saline naturelle
  • A propos de l'inscription placée sur le tombeau de Sardanapale


2. Lecture :

Revue : DHQ : Digital Humanities Quarterly, vol. 3, n° 1, hiver 2009 (ne serait-ce pas plutôt "hiver 2008" ?)

Article : Gregory CRANE, Brent SEALES, Melissa TERAS, Cyberinfrastructure for Classical Philology (25 pages)

Résumé (traduction libre de l'Abstract) :

Il n'y a pas eu d'humanistes à se porter plus aggressivement vers le monde digital que les étudiants du monde greco-romain mais la première génération de classiques digitaux n'a eu connaissance que de méthodes relativement superficielles pour rencontrer les problèmes de la culture imprimée. Nous constatons maintenant que de nouvelles pratiques intellectuelles se font jour pour lesquelles de nouveaux termes, eWissenschaft et eClassics, ainsi qu'une nouvelle infrastructure cybernétique émergent.

Dans l'article est dressé, entre autres, un historique du recours à l'informatique dans la pratique des études gréco-latines.

A commencer par l'index Thomisticus du Révérend Père BUSA qui fit encoder, entre autres par les mains agiles de jeunes religieuses, sur des cartes perforées, les textes de Thomas d'Aquin. Un certificat récompensait alors ce travail d'initiation (pratique) à l'informatique.

Cf. Anecdote de René POMMIER :

"Je retrouve dans mes archives un article du Monde de juin 1973 dans lequel M. Robert Solé, envoyé spécial du journal à Rome, informait ses lecteurs que le septième centenaire de la mort de saint Thomas d'Aquin pourrait bien être célébré, le 7 mars 1974, sous le signe de l'ordinateur, le Père Roberto Busa et son équipe, assistés par un I.B.M., étant sur le point d'achever le grand Index Thomisticus auxquels ils travaillaient depuis vingt ans. M. Robert Solé ne disait pas si cet I.B.M. avait été préalablement béni, mais il nous confiait que le Père Busa disait volontiers de son ordinateur : "C'est un idiot (cretino) qui va à toute vitesse". Ce Révérend Père aurait mieux fait, me semble-t-il, d'être un peu moins ingrat envers un ordinateur si plein de bonne volonté. Il est, en effet, beaucoup plus facile - c'est uniquement une question de temps et d'argent (selon M. Robert Solé, la société I.B.M. avait dépensé sans compter pour cette opération de prestige) - de faire avaler saint Thomas à un ordinateur qu'aux hommes de notre temps, fussent-ils séminaristes. D'ailleurs, M. Robert Solé lui-même remarquait non sans malice que "cette étude de toutes les œuvres du théologien catholique s'achev[ait] cependant à une époque où l'on enseigne de moins en moins saint Thomas dans les séminaires". Si l'ordinateur n'avait pas été si cretino, s'il avait été possible de lui communiquer un peu d'esprit critique, quelle avalanche de sarcasmes et de blasphèmes l'ingestion forcée de saint Thomas n'aurait pas manqué de déclencher de sa part; il aurait peut-être même refusé tout de go d'ingurgiter la Somme Théologique et traité le Père Busa de "buse obtuse", en ajoutant : "C'est un idiot (cretino) qui retarde de plusieurs siècles". "

Ultérieurement, et pour d'autres grands ensembles de corpus, recours à été fait, ici et là, pour l'encodage sur cartes perforées ou, ensuite, pour l'enregistrement sur support magnétique, à de nombreuses mains asiatiques. Était-ce toujours made in dignity ?

Le corpus latin du PHI (Packard Humanities Institute), accessible via un ordinateur et un logiciel de recherche propriétaires, l'IBYCUS, est mentionné rapidement dans l'article.

Plus étendues, dans l'article, sont les notices consacrées aux :

Ensuite, l'article s'intéresse aux nouvelles technologies, études et recherches résultant de cette (nouvelle) cyberinfrastructure : ePhilologie, eClassiques, eHumanités, en citant, entre autres, DIOTIMA (Materials for the study of women and gender in the ancient world).

Nous n'avons qu'un seul regret - tout en recommandant à tous la lecture de cet article - : dans une splendid isolation, les auteurs de l'article ignorent tout du monde francophone.

La Bibliographie (pp. 22 à 25) ne renferme aucun titre en langue française !

CETEDOC (Centre de Traitement électronique des Documents, fondé en 1968; à la base des bases de données latines CLCLT sur CD-Rom et maintenant sur DVD : version 7 parue en 2008 renfermant un corpus de plus de 58 millions de mots) et CNUCE à Pise (Institut fondé en 1969) paraissent ne pas avoir existé, pour ne mentionner que ces deux Instituts, pourtant pionniers (reconnus) en la matière.

Sans parler des projets innovants ITINERA ELECTRONICA (projet lancé en 1998), HODOI ELEKTRONIKAI (à partir de 2003) et HELIOS à partir de 2005). Pourtant, les nouvelles technologies (TICE ou NTIC) au service des langues et des cultures de l'Antiquité y sont à l'honneur ! Projets qui sont devenus, au fil des ans, d'autres must's incontournables. N'ayons pas peur de le clamer haut et fort à la face du monde anglophone.


3. FEC (Folia Electronica Classica) :

Avec quatre articles de Jacques Poucet, le fascicule 16 (juin-décembre 2008) des FEC est entièrement consacré aux origines de Rome.

Un premier article analyse les témoignages antiques pour conclure à la non-historicité d’un site oraculaire de la Sibylle à Cumes. Le motif, auquel Virgile a donné tant d’éclat, relève non de l’Histoire, mais de l’Imaginaire :

Les Tarquins, les Livres Sibyllins et la Sibylle de Cumes : entre Tradition, Histoire et Imaginaire, fichier PDF, 118 K
     
http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/16/FausseHistoire.htm

Les trois articles suivants, consacrés à Romulus, critiquent vigoureusement des positions d’Andrea Carandini.

D’abord sur le plan archéologique, où il est question de la découverte sur le Palatin de ce que le savant archéologue considère comme le mur et le pomerium de Romulus. Mais au-delà de ce cas précis, J. Poucet réfléchit sur la manière dont certains archéologues se fondent sur la tradition littéraire pour proposer des interprétations et des reconstructions historiques qui sont, aux yeux d’un historien, difficilement défendables :

Quand l'archéologie, se basant sur la tradition littéraire, fabrique de la « fausse histoire » : le cas des origines de Rome (fichier PDF avec illustrations, 3560 K)
     
http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/16/FausseHistoire.htm

Ensuite sur le plan ethnographique. A. Carandini reproche souvent aux historiens de Rome leur manque d’intérêt pour la comparaison, en particulier ethnographique. Pour sa part, il y fait régulièrement appel, estimant cette discipline susceptible d’éclaircir notamment les questions liées à la légende romuléenne. Les deux dernières études reprises dans ce fascicule s’attachent à montrer, à partir d’exemples concrets, les faiblesses méthodologiques de la manière de procéder d’A. Carandini. L’une est consacrée aux dema, un type particulier d’êtres primordiaux, identifiés dans les cultures des paléocultivateurs et qu’A. Carandini a récemment réintroduits dans le dossier de Romulus. J. Poucet montre que le savant italien reprend sans aucune critique des positions dépassées, dans une indifférence totale à l’égard de la bibliographie du sujet. Le concept « carandinien » de dema n’a plus rien à voir avec le concept de base, à part le nom, et l’intervention des dema dans la légende romulenne est absurde :

Le fantastique périple des dema, des Marind-Anim de P. Wirz aux Romains d'A. Carandini. Réflexions critiques sur un mauvais usage de la comparaison ethnographique (trois fichiers PDF : 411 K, 258 K et 282 K)
     http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/16/DemaCarandini2.htm

L’autre étude s’intéresse à la manière dont A. Carandini pense pouvoir interpréter le démembrement de Romulus à partir d’une impressionnante collection de faits de démembrements puisés pour une bonne part dans les célèbres compilations du Rameau d’Or de J.G. Frazer (1911-1915). Elle dénonce la légèreté qui préside au choix, à la présentation et au traitement des exemples retenus ; elle note l’absence totale de critique à l’égard des données de Frazer, reprises ici encore dans une ignorance superbe des progrès de la recherche ; elle pose la question de la pertinence même des comparaisons ethnographiques qui sont invoquées sans tenir le moindre compte des nombreuses différences de contexte :

Le démembrement de Romulus : J.G. Frazer et A. Carandini. Réflexions critiques sur un mauvais usage de la comparaison ethnographique (II) (fichier PDF, 413 K)
     
http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/16/FrazerCarandini.htm


4. HODOI ELEKTRONIKAI & environnements hypertextes :

Christian RUELL, sans défaillir, a continué d'entasser (nouvel) environnement sur environnement : 6 nouvelles productions.

  • Clément d'Alexandrie, Discours aux gentils, discours complet [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Procope, Le livre des guerres, livre VI [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Strabon, Geographica, livre XII-5 [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Strabon, Geographica, livre XII-6 [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Strabon, Geographica, livre XII-7 [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Strabon, Geographica, livre XII-8 [Texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles dans le Dépôt HODOI ELEKTRONIKAI.


Jean Schumacher
27 février 2009


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002