Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     16-02-2007

Sujets :
Lexique grec-français : un nouvel ajout (D. de Clercq); Fiches de lecture : 21 ajouts; HODOI ELEKTRONIKAI : nouveaux environnements hypertextes : Alexandre d'Aphrodisias, Andocide (x 2), Apollodore (Ps.) (x 2), Denys d'Halicarnasse, Héliodore, Longus, Xénophon; Actualité : Du grec (bien) vivant ..;

Notice :

11 fevrier 2007 : le Projet HELIOS a deux ans d'existence !


1. Lexique grec-français : un nouvel ajout :

Adresse : LEXIQUE grec-français

Le LEXIQUE grec-français a été construit à partir de rien par Danielle de Clercq, la lexicologue et lexicographe avertie qui collabore scientifiquement et à titre bénévole aux Projets ITINERA ELECTRONICA et HODOI ELEKTRONIKAI.

Après avoir construit, patiemment, ce LEXIQUE, lettre après lettre, elle le complète actuellement, avec le même entrain et la même application, en y insérant des descriptions lexicographiques pour des formes verbales des différentes lettres de l'alphabet grec.

Pour ce travail, elle se base sur le Dictionnaire des formes (4.001.166 occurences à la date du 2 février 2007); dictionnaire qui recense toutes les formes rencontrées dans les environnements hypertextes qui sont en évolution et en accroissement constants : 9 nouveaux environnements pendant cette semaine-ci.

Danielle de CLERCQ vient de nous transmettre une corbeille largement remplie de formes verbales pour la lettre UPSILON; données que Boris MAROUTAEFF a intégrées immédiatement dans la base de données du LEXIQUE grec-français. Celui-ci s'est ainsi accru de 497 lemmes et de 3.995 formes nouvelles. A ce jour, le LEXIQUE renferme donc, au total, 34.397 descriptions lexicographiques.

Et, sans tarder, Danielle de CLERCQ s'est lancée dans l'édition de formes verbales pour la lettre GAMMA.

En cours de rédaction, il arrive à Danielle de CLERCQ de tomber sur des formes erronnées (coquilles orthographiques et autres) qu'elle ne manque pas de nous signaler. Nous corrigons immédiatement ces fautes dans les textes bruts des oeuvres concernées. Ces textes bruts se trouvent, au format UNICODE, dans le Dépôt HODOI ELEKTRONIKAI.

Comme les procédures de constitution d'un environnement hypertexte sont complexes, nombreuses et variées et que les ressources à disposition pour le faire sont réduites, nous réservons les mois d'été à la réfection d'environnements pour des textes (bruts) corrigés pendant l'année. Pour connaître le dernier état - le plus correct possible - d'un fichier, il y a donc lieu de se reporter à la version "texte brut" plutôt qu'à l'environnement hypertexte.


2. Fiches de lecture :

  • Adresse du site : Lectures (site arrêté à la date du 18 mai 2006)
  • Base de données : Fiches (depuis le 19 mai 2006)

  • Ajouts : consultation des ==> Nouveautés <==

Les Nouveautés concernent :

  • ==> LATIN :
  • AULU-GELLE, Les nuits attiques, livre XX
  • QUINTILIEN, De l'institution oratoire, livre X
  • SERENUS SAMMONICUS, Préceptes médicaux

  • ==> GREC :
  • ARRIEN, Le Périple du Pont-Euxin
  • PLATON, Les Lois, livre VI

Nouvelles étincelles glanées :

  • C'est par l'oreille que nous commençons à apprendre une langue
  • Quintilien et la manducation des paroles
  • L'Histoire se propose de narrer et non de prouver
  • Quintilien à propos de Thucydide et de Hérodote
  • Quintilien à propos de l'éloquence de Cicéron
  • Quintilien à propos des qualités et des défauts de Sénèque
  • Quintilien à propos de l'imitation
  • Ne prendre qu'un seul modèle (à imiter) ne suffit pas
  • Quintilien à propos de l'écriture et de la relecture
  • Quintilien à propos des tablettes en cire et du parchemin
  • La loi du talion (Lois des Douze-Tables)
  • Faut-il maintenir la science [acroatique d'Aristote] sous le boisseau ?
  • Les oiseaux font le nettoyage du temple d'Achille
  • Un remède contre la fièvre demi-tierce : ABRACADABRA
  • L'antidote de Mithridate contre les poisons
  • La Cité de Platon et les déclarations de fortune
  • Platon et les deux sortes d'égalité
  • Platon : Que faut-il faire avant de contracter un mariage ?
  • Platon : Comment faut-il traiter les esclaves ?
  • Platon : Les hommes connaissent 3 sortes de besoins et d'appétits
  • Platon et les temps de la vie


3. HODOI ELEKTRONIKAI : nouveaux environnements hypertextes :

Il y a eu surchauffe cette semaine-ci dans l'atelier de Christian Ruell : 9 nouveaux environnements ont été constitués:

  • Alexandre d'Aphrodisias, Du destin [texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Andocide, Contre Alcibiade [texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Andocide, Sur la paix [texte grec et traduction française repris au site de Philippe Remacle]
  • Apollodore (Ps.), Épitomé, livre I [traduction française reprise au site NIMISPAUCI d'Ugo Bratelli]
  • Apollodore (Ps.), Épitomé, livre II [traduction française reprise au site NIMISPAUCI d'Ugo Bratelli]
  • Denys d'Halicarnasse, Les Antiquités romaines, livre XI [traduction anglaise reprise au site LACUS CURTIUS de Bill Thayer]
  • Héliodore, Théagène et Chariclée, livre IV
  • Longus, Daphnis et Cloé, livre IV
  • Xénophon, Hiéron ou sur le tyran [traduction française reprise au site NIMISPAUCI d'Ugo Bratelli]

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles, au format UNICODE, dans le Dépôt HODOI ELEKTRONIKAI.


4. Actualité : Du grec (bien) vivant... :

Sophie van Esch (enseignante à Vif et membre de l'équipe du Lycée ouvert de Grenoble (LOG) associé au Projet HELIOS) a placé sur un forum FR ami un extrait d'un article paru dans le journal le MONDE; afin d'en augmenter encore la diffusion et la réception, nous avons jugé approprié d'insérer ici une partie de cet extrait :

Reportage : Homère et Shakespeare en banlieue
LE MONDE | 15.02.07 | 16h10
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3230,36-867847,0.html

" Les retardataires arrivent au compte-gouttes. Les premiers arrivés se jettent sur les places du fond, tirent les tables pour choisir leur voisin, affiner leur emplacement, si possible "loin du prof". Celui-ci entre à son tour. "M'sieur d'Humières" a 36 ans, les cheveux en pagaille, une tête ténébreuse à la Chateaubriand, un gros pull débordant sur son jean noir, le corps entier prêt à affronter le marathon qui va suivre.

Il est 11 h 30, jeudi, en grande banlieue parisienne. Au lycée Jean-Vilar, à Meaux (Seine-et-Marne), le cours de grec ancien commence. Choisi en option par 50 (sur 350) élèves de seconde de ce lycée qui accueille les plus défavorisés du département. Un cours de grec ancien, dans un établissement pourtant classé "APV" (où les enseignants reçoivent une "affectation prioritaire à valoriser"), avec seulement 65 % de taux de réussite au bac en 2006. Et le même "prof" leur enseigne aussi Shakespeare. Le principe est le même : viser haut.

Augustin d'Humières reste debout, tournoyant la tête, pointant le bras de part et d'autre, tel un agent de la circulation. "Abdullah, tu t'assieds ici ! Sébastien, tu sors tes affaires et tu enlèves ta veste ! Abel, Jamel ! Ça va mal se passer, bonhomme ! Tant pis pour toi, tu viens t'asseoir à mon bureau. Quoi, Coralie, qu'est-ce qui t'arrive encore ?" "M'sieur, vous avez un stylo à me prêter ?", demande Coralie. Saïd échange à voix haute en arabe avec son voisin. "Saïd, tu te tais et tu sors tes affaires !" Le voisin : "Mais il parlait pas, m'sieur !" Saïd : "Pff, je peux pas travailler dans des conditions pareilles !" Le professeur soupire. "Ça va pas le faire..."

Et pourtant, bizarrement, "ça le fait". Dans le brouhaha, les réponses fusent, étonnantes. Etymologie de "archevêque" ? "Archè, deux sens : vieux et pouvoir !" Des dérivés ? "Architecte, hiérarchie, monarchie !" Le sens du mot lithographie ? "De lithos, la pierre, et graphein, écrire : graver sur la pierre !" Dérivés de graphein ? "Biographie ! Géographie !"

Pas mal. Au royaume des SMS, il est réconfortant de voir sur les copies les mots les plus compliqués, tels "polythéisme", écrits avec le "th" et le "y" là où il faut. On passe à la mythologie. Comment est née Athena ? demande le professeur. "Dans des conditions atroces, M'sieur !" Hurlements de rire. "Elle est sortie de la tête à Zeus, en armure !", lance un autre qui, caché derrière les pitreries, montre qu'il n'a rien oublié de l'histoire de la déesse.

Ces élèves de seconde ont choisi le grec et, pour la plupart, ils "kiffent". Un miracle ? Plutôt une volonté. Celle de ce jeune professeur hors normes, Augustin d'Humières. Un agrégé de lettres classiques qui a décidé de croire que la banlieue n'est pas une fatalité. Que les élèves en difficulté doivent voir les choses en grand. Ils apprendront la langue d'Homère et si, accessoirement, ils se laissent tenter par ses cours de théâtre, ils ne seront pas déçus : leurs premières armes se feront dans l'anglais du XVIe siècle.

La méthode ? Un prosélytisme acharné. En 2003, le jeune professeur a créé l'association Mêtis qui compte une centaine de ses anciens élèves. Ceux-ci font du soutien scolaire, participent à des forums d'orientation pour les terminales du lycée... et tentent de convaincre les plus jeunes de se mettre aux langues anciennes.

C'est devenu un rituel. Chaque année, Augustin et ses meilleurs anciens élèves de latin-grec se rendent dans les cinq collèges du secteur, en zone rurale ou en cité. Le but : convaincre les élèves de troisième de s'inscrire en grec. Non par de beaux discours, et sans faire intervenir les parents, mais avec des arguments concrets : les langues mortes, c'est utile et cela vous aidera.

Ce sont les anciens élèves de Jean-Vilar qui leur parlent. Comme Lauren Sigler, Dounya Salhi, Madly Bodin ou Mouna El Mokhtari, parties pour galérer et devenues respectivement avocate, étudiante en médecine, à l'Essec et en master de sciences de l'information. Comme aussi Julien Martin, aujourd'hui professeur de lettres classiques au collège de Trilport, près de Meaux. Ou comme Nam-Tran Nguyen Cuu, de parents réfugiés politiques vietnamiens, interne de l'hôpital Georges-Pompidou.

Ils leur disent : "Nous sommes comme vous, et grâce aux langues anciennes, nous avons réussi à nous en sortir et vivre mieux que nos parents." Lauren : "En commençant le droit, j'avais compris grâce au grec les principes de la démocratie athénienne." Dounya : "En médecine, le grec m'a permis de mémoriser les mots compliqués." Madly : "En prépa, j'étais la seule à connaître la date de la mort de Socrate, grâce au grec. Tous les Parisiens étaient épatés, j'avais gagné !" Mouna : "Le latin et le grec m'ont apporté le goût de la culture, et donc de la conversation. Quand vous débarquez à Paris, c'est un plus énorme."

Augustin d'Humières, de son côté, ruse pour les prendre par les sentiments. Quand Zidane a créé une association contre la leucodystrophie, il a analysé le mot par le grec ("blanc" + "mauvais" + "nourrir" = mauvaise alimentation du sang en globules blancs). Succès assuré. Autre argument auquel sont sensibles les nombreux élèves d'origine maghrébine : le modèle que fut le monde gréco-romain pour les sociétés occidentales. "En latin et en grec, note le professeur, nous évoluons dans un monde méditerranéen, entre Alexandrie et Athènes, Rome et Carthage. Il ne déplaît pas aux élèves de constater qu'au-dessus, c'étaient des analphabètes, des barbares..."

Quand il est arrivé au lycée Jean-Vilar, en 1995, les cours de grec comptaient six élèves en seconde. D'année en année, les classes périclitaient et menaçaient de fermer. Les interventions dans les collèges ont amené de nouveaux publics. "Un résultat exceptionnel pour la population que nous accueillons", se félicite la proviseure, Marie-Claude Couraut-Thémans.

Ils sont donc 50 à s'être laissé convaincre cette année (une dizaine garderont l'option en terminale). Majoritairement des filles. Et souvent pour des raisons très mercantiles : "On n'a rien à perdre, ça ne peut rapporter que des points positifs au bac", reconnaît Saïd. Ou parce qu'ils se sont laissé prendre au jeu. Inès : "Au début, je le trouvais plutôt chelou, le prof, à s'agiter tout le temps. Mais j'aime bien la mythologie. Et aussi l'étymologie, ça m'aide pour l'orthographe et la grammaire. Je deviens meilleure."

L'apprentissage du grec fait-il de bons élèves, ou les bons élèves sont-ils attirés par le grec ? Impossible à dire. Une chose est sûre : depuis dix ans, au lycée Jean-Vilar, les effectifs de grec et de latin représentent moins de 10 % des élèves de terminale et plus de la moitié des mentions bien et très bien. La déperdition du latin sera d'ailleurs le prochain moulin d'Augustin Don Quichotte. ..."

[Marion Van Renterghem, article paru dans l'édition du 16.02.07]


Jean Schumacher
16 février 2007


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002