Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     09-02-2007

Sujets :
Projet HELIOS & Espace HOMÈRE : un nouveau texte-en-fiches : Dominique AUGÉ, Achille devant Agamemnon; Voyage : vues panoramiques (Robert Delord); Lecture : un autre portrait de l'empereur CALIGULA (Lucien JERPHAGNON, Histoire de la Rome antique); Statistiques - janvier 2007 : Banques de textes latins - grecs; ITINERA ELECTRONICA : nouveaux environnements hypertextes : Columelle, Eutrope (x 2), Justin (x 2) , Quintilien, Végèce; Fiches de lecture : 10 ajouts; Publication : M.C. SAMMONS - S. RUTH, The invisible Professor and the future of virtual Faculty;

Notice :

1. Projet HELIOS & Espace Homère : un nouveau texte-en-fiches :

Dominique Augé continue de nous enchanter ; cette fois-ci c'est l' ESPACE HOMÈRE qui est concerné : il voit apparaître une nouveau texte-en-fiches :

Achille devant Agamemnon

 

Iliade, Chant I,

v. 161-175

 

Rappelons que l'ESPACE HOMERE renferme principalement des séquences pédagogiques (ex. : Deux femmes dans la guerre de Troie : Andromaque et Hélène) et des textes-en-fiches; ces derniers présentent "des textes isolés extraits de l'Iliade et de l'Odyssée" mais appareillés technologiquement.

Dominique Augé décrit ces textes-en-fiches de la façon suivante :

"Ces textes seront présentés de façon systématique selon le même schéma [que les séquences pédagogiques] afin de créer chez l'élève des habitudes de travail qui peuvent être gérées en autonomie ou en semi-autonomie.

Chaque extrait - fourni par le répertoire mis en ligne par les ressources HODOI ELEKTRONIKAI - est accompagné d'une ou de plusieurs traductions. Une introduction est proposée ainsi qu'une fiche de vocabulaire, qui privilégie - de façon nécessairement subjective et donc critiquable! - une petite quinzaine de mots que l'élève peut mémoriser.

Des points de grammaire sont abordés dans une fiche particulière selon les particularités de l'extrait. Un entraînement au commentaire est possible à partir de la fiche "Questions d'analyse" tandis que des pistes d'étude, des prolongements, des ressources iconographiques ou littéraires, des indications de sites à visiter ou des références bibliographiques sont indiqués dans la fiche "commentaire" .

Enfin des exercices sont proposés: ils permettent la traduction du texte, la mémorisation du vocabulaire, l'assimilation des points morphologiques ou syntaxiques abordés, l'entraînement à l'exercice de version, de thème, ou de commentaire. La mémorisation de vers pourra aussi être proposée afin de permettre à l'élève d'avancer plus aisément dans la lecture régulière de textes... "

TEXTES-EN-FICHES déjà disponibles sur la Toile :

Les réalisations de Dominique Augé - rendons hommage à son dynamisme et à son savoir-faire technologique - peuvent constituer autant d'incitations à l'étude d'extraits de la littérature antique bénéficiant des apports et des appuis des nouvelles technologies d'information et de communication (TICE/NTIC). C'est là l'objectif du Projet HELIOS.


2. Voyage : Vues panoramiques :

Robert Delord fait partie de l'équipe du Lycée ouvert de Grenoble (LOG) qui constitue l'articulation du partenaire FR au sein du Projet HELIOS.

Nous avons présenté, ici, dans l'actualité du 26 janvier 2007, une publication LE VËTEMENT ROMAIN réalisée par cet enseignant et les latinistes du Collège du Diois (Drôme) ; publication vendue au profit d'un voyage de ces élèves en Tunisie : "Nous allons à Tatouine".

Le voyage a eu lieu. Et seulement quelques jous après le retour, ont apparu, sur le site LATINE LOQUERE de Robert DELORD, des vues panoramiques de sites antiques visités. Il nous est apparu que ces vues panoramiques "tournantes" méritaient la citation au sein des Actu'ITINERA.

Il s'agit de présentations au format JPEG qui "sont des panoramas de sites réalisés par assemblage de plusieurs photos. Les fichiers 360° sont des fichiers auto-exécutables à télécharger ... qui vous permettent de découvrir les sites avec un champ de vision allant de 180° à 360°. Une fois le fichier téléchargé, il ne vous reste plus qu'à double-cliquer dessus pour l'ouvrir et vous déplacer dans l'image."

Ces illustrations représentent un autre apport des nouvelles technologies au bénéfice d'une meilleure connaissance des réalités, des littératures et des cultures antiques.


3. Lecture : un autre portrait de Caligula :

Auteur et livre : Lucien JERPHAGNON, Histoire de la Rome antique
Paris, Tallandier, 1987

Extrait (pp. 244-249) :

"LE MIRAGE ÉGYPTIEN : CALIGULA

A Tibère mort de sa belle mort succéda donc sans à-coups, et même dans la meilleure ambiance le jeune Caïus, dit Caligula. Le malheur a voulu qu'il passât à la postérité pour des raisons assez troubles et qui reposent sur une totale méconnaissance de la mentalité antique. Le public cultivé connaît par Camus un Caligula existentialiste avant la lettre, qui a découvert l'absurdité du monde et cherche l'absolu de la liberté, comme dans les années d'après-guerre, dans l'absolu de la puissance. Très bien pensé, très bien écrit — mais peu à voir avec la réalité. Caïus n'est là que comme support d'une thèse. De surcroît, la malchance a voulu que Caïus hante nos écrans. De ce fait, il nourrit de ses propres phantasmes, compris de travers, les phantasmes du grand public d'aujourd'hui. En vingt ans, on l'aura vu au moins quatre fois : dans deux navets américains, dans un Caligula de sex-shop sorti en 1980, et dans un feuilleton de télévision étranger, pieusement recueilli chez nous : un Caïus qui relève de la psychiatrie lourde, sorte de Père Ubu qui aurait lu d'un trait Nietzsche, Stirner et Pierre Dac.

On sait maintenant — et deux livres récents de Roland Auguet et de Daniel Nony l'ont opportunément souligné — que toutes les horreurs qui courent sur le troisième César procèdent de ce qu'ont raconté des contemporains qui avaient eu à se plaindre de lui, comme Sénèque ou Philon d'Alexandrie, et aussi des historiens postérieurs, comme Suétone, qui noircissaient à plaisir les Julio-Claudiens pour mieux exalter les « bons » empereurs sous lesquels ils vivaient, et s'en faire mieux apprécier. Or, on a tout pris au pied de la lettre, et comme ces ragots, nés de plaisanteries douteuses chez un gamin qui en raffolait, de propos irréfléchis ou de provocations verbales, fourmillent d'horribles détails, ils ont fait fureur jusqu'à nos jours. Encore n'est-ce pas tout. J'ai moi-même attiré l'attention sur le fait que certains comportements tristement célèbres de Caligula ne peuvent se comprendre que dans un contexte symbolique qu'on a complètement négligé ou, si l'on préfère, selon un code dont on n'a que récemment retrouvé la clef. Le personnage de Caïus est déjà suffisamment inquiétant par lui-même sans qu'on aille en remettre. Nous verrons un peu plus loin que Néron, autre monstre sacré, est dans le même cas.

Quand il fit son entrée dans Rome le 28 mars 37, Caïus fut accueilli avec transport : Tibère était vieux ; Caïus était jeune — vingt-cinq ans ! et les Romains étaient fous de la jeunesse. Et puis, c'était le fils du bien-aimé Germanicus, tant regretté ! On l'appelait « mon astre, mon poupon, mon bébé ». Du délire. Et il avait, si j'ose dire, tous ses papiers en règle : Macron lui avait fait obtenir le serment des armées, l'investiture sénatoriale, tout. Remarquons bien ceci : désormais, l'avènement d'un prince était devenu chose naturelle, institutionnelle. Le régime monarchique (sans roi, bien sûr !) était entré dans les moeurs. Le prince se montra d'abord charmant avec tout le monde, soucieux de collaborer avec le Sénat, généreux avec les soldats, avec la plèbe. Il rappela de nombreux exilés. Un court rêve. Car tout soudain, il serait tombé malade, et c'est ainsi que du jour au lendemain il serait devenu un monstre. Contraste trop marqué pour être tout à fait crédible.

En fait, l'hérédité des Julio-Claudiens pesait lourd sur Caïus : il était très probablement épileptique, ce qui n'arrangeait rien. Toujours est-il qu'il dépêcha aux Enfers un sien cousin et frère adoptif cohéritier de Tibère, Macron, le préfet du prétoire, et Silanus, son propre beau-père. Inexcusable, mais compréhensible pour des raisons de concurrence. De 38 à 39, son comportement avec le Sénat fut ahurissant. Mêlant le loufoque à la cruauté, il semble vouloir non seulement décimer la vénérable institution, mais encore la ridiculiser. Alors, il fait courir des sénateurs en toge à côté de sa voiture, il fait se battre au Cirque de hauts personnages âgés ou infirmes avec des gladiateurs octogénaires ; il condamne aux bêtes des gens irréprochables, il en fait enfermer à quatre pattes dans des cages, etc. Il contraint les pères à assister au supplice de leurs fils. A un malheureux qui s'excusait, prétextant sa mauvaise santé, il fit envoyer une litière. Il en invita un autre à prendre quelque chose après l'exécution, se montra charmant, s'efforçant par mille gentillesses de le distraire. Il fit aussi étriper un sénateur, dont on traîna les entrailles dans les rues. S'il lui arrivait de se tromper de condamné, il assurait que cela n'avait aucune importance, etc.

On trouve tout cela et le reste dans Suétone, Dion Cassius, Sénèque, et les autres. Du coup, on saisit le vrai sens de la boutade fameuse du cheval qu'il voulait faire consul : il tenait non seulement à faire entendre que cette bête ferait aussi bien à ce poste que n'importe lequel de ces imbéciles qu'il méprise — mais encore qu'entre cet animal, d'ailleurs remarquable à la course, et le sénateur moyen, il y avait moins de distance qu'entre ledit sénateur et lui-même, l'empereur-dieu. Car il entend bien qu'on le reconnaisse comme divin nous allons y revenir.

En revanche, il ne se gênait pas pour affirmer qu'il entendait gouverner pour le peuple et pour les chevaliers. Il autorisa de nouveau les collèges populaires, supprimés depuis Auguste, s'entoura d'affranchis. Pour narguer le Sénat, il fit transférer de Lyon à Rome l'atelier de frappe des monnaies. De tout cela, il ressort à l'évidence que si Caligula détestait la très haute société romaine, il aimait le peuple et ne savait qu'inventer pour lui faire plaisir.

Voyons seulement ce que dit Philon d'Alexandrie, qui pourtant eut à se plaindre de lui en tant qu'ambassadeur des Juifs : « Alors, les riches ne passaient pas devant les pauvres ni les célébrités avant les gens obscurs... Les maîtres ne l'emportaient pas sur les esclaves ; les circons tances donnaient l'égalité... » Une sorte de révolution culturelle. Dion Cassius note qu'il fut « le plus démocratique des princes ». Les deux séries d'observations forment antithèse : d'une part cette haine viscérale, cette exécration d'une classe dirigeante qu'il sentait cheminer dans l'ombre et comploter depuis le temps de son enfance assombrie de crimes — et d'autre part cet amour irrationnel, que je dirais antithétique a priori, pour une plèbe qu'il connaissait si peu, séparée de lui par un abîme, objet idéal en quelque sorte de son goût du bien.

On voit donc ce qui apparaît ici de radicalement nouveau. Caius entend balayer sans nuances le compromis hypocrite qui prévalait sous les deux précédents règnes : il ne respecte plus les formes ; il ne ménage plus les susceptibilités de la haute assemblée. Il veut être un monarque absolu, et dans son esprit, cette monarchie doit profiter au peuple. Son gouvernement apparaît donc sinon « démocratique », comme le laissent entendre Philon et Dion Cassius, du moins démagogique. On comprend que le Sénat, plongé sur le coup dans la terreur, n'ait désormais qu'un souhait et un seul : voir disparaître au plus vite cet individu dangereux qui se conduisait à Rome et dans les provinces en potentat oriental et en « dieu vivant ».

La politique extérieure de Caïus semble avoir été guidée par le propos de s'opposer à ses prédécesseurs, au moins en Orient. Alors qu'Auguste et Tibère avaient cherché à abolir la politique « pompéienne » des Etats-clients au bénéfice d'une mainmise directe de Rome sur les petits royaumes dépossédés de leurs trônes, Caligula les restitua à leurs descendants, ce qui eut pour effet d'accroître la confusion. En revanche, Caligula prit des décisions stratégiques importantes en Germanie, où il entendait reprendre les visées ambitieuses de son père Germanicus. Il se rendit lui-même sur place, leva deux légions nouvelles, ce qui porta à dix légions les effectifs de l'armée du Rhin. Un moment il caressa le projet sans suite d'envahir la Grande-Bretagne.

A son retour, en 40, Caligula reprit de plus belle ses ruineuses extravagances de monarque oriental divinisé, vida les caisses impériales laissées pleines par Tibère, et entreprit d'éponger le déficit par des exactions fiscales d'une telle ampleur qu'elles lui aliénèrent même le petit peuple. L'armée elle-même était déconcertée par la conduite de plus en plus paranoïaque du souverain. Il semblait maintenant à chacun que Caligula voulait réduire son peuple entier à la servitude, et c'en était plus que les Romains n'en pouvaient supporter. Tant et si bien qu'une conjuration se forma, faite de sénateurs, d'officiers prétoriens, d'affranchis haut placés qu'effaraient les excès du jeune César. Il allait trop loin. La conjuration n'avait d'autre projet précis que l'élimination de l'empereur : nul n'avait quelqu'un en vue pour la succession. Le 24 janvier 41, les conjurés coincèrent opportunément Caligula dans un crypto-portique du palais, et un certain Cassius Chaerea lui porta le coup fatal.

Ainsi s'achevait ce règne cruel et surréaliste qui évoque Alfred Jarry et pose de ce fait quelques questions de fond. Car enfin, ces quatre années apparaissent dans la tradition romaine comme une invraisemblable bavure, ne serait-ce que la prétention de Caligula à l'absolutisme flamboyant et à la divinisation, sans même parler de ses moeurs. Or, il semble que bien des choses s'éclairent si l'on regarde le dossier sous l'angle des antécédents de Caligula, et de son éducation à l'orientale. Par Antonia, sa grand-mère, il descendait d'Antoine, dont on sait les aventures érotico-politiques avec Cléopâtre. La vieille dame, auprès de qui il avait passé plusieurs années de son enfance, l'avait marqué. Et puis, il y avait l'entourage. Son service était assuré par un personnel égyptien empressé à lui prodiguer les attentions qui étaient de tradition dans le pays où le pharaon est dieu. Caïus raffola de ce protocole ritualisé, qui prévoyait qu'on psalmodiât de véritables litanies à sa gloire. L'un de ces larbins chambra littéralement le jeune homme. Il se mit à rêver de l'Orient. Lui qui se sentait si éloigné de ses austères prédécesseurs, et qui était si jaloux de leur gloire, lui qui s'éprouvait si proche des monarchies hellénistiques, il se mettait à concevoir des projets insensés. Empereur de Rome, il était ipso facto roi en Egypte, donc dieu. Dès lors, pourquoi ne le serait-il pas partout ailleurs sur la terre, et aussi loin que s'étendaient les frontières de l'Empire ? Dans ce psychisme hanté de phantasmes, l'idée faisait son chemin. Il officialisa le culte d'Isis, rétablit des vassalités en Orient pour se poser en roi des rois. Il introduisit au Palais des usages qui n'avaient plus rien de romain, à base de prosternations. Il donnait aux sénateurs son pied à baiser. Autre détail significatif : l'amour sacré de l'or. Il en prenait, dit Suétone, des bains ; il en jeta au peuple à poignées, trois jours durant, du haut de la basilique Julia. Comportement sacramentel : pour les Egyptiens — voir une inscription de Séthos Iier, deuxième roi de la XIXe dynastie — « L'or est la chair des dieux », le métal réservé, apanage du pharaon. Autre détail — si j'ose dire — pharaonique : Caligula passait pour coucher avec ses trois soeurs, avec une préférence pour la plus jeune, Drusilla, avec qui il contracta un mariage philadelphe à la façon des Ptolémées. De même le voit-on boire des perles dissoutes dans du vinaigre, à la façon, dit-on, de Cléopâtre. De même se voulut-il le nouveau Xerxès, le nouvel Alexandre, etc. Il entendait résumer en sa personne toute la typologie héroïque de l'Orient. Lui qui à Rome s'était fait dieu, qui avait fait scier la tête des statues du panthéon grec et romain pour y faire mettre la sienne, et qui projetait de s'installer au Capitole à la place de Jupiter, il entendait bien imposer sa statue au temple de Jérusalem, dans le Saint des Saints... On imagine sans peine la réaction des Juifs, d'où l'envoi en ambassade du philosophe Philon pour « arranger le coup ». Et je passe sur les fantaisies déconcertantes qui toutes tendaient au même but. Il s'accoutrait en Mercure, avec le caducée et les sandales ailées, en Vénus, etc.

On voit mieux, compte tenu de ce contexte, vers quoi allait cette mégalomanie, où nous aurions tort de voir simplement une bouffonnerie d'asile. Elle tendait à l'assimilation ostensible, rituelle, de l'empereur à toutes les formes du divin partout sur la terre. Cette polydivinité était dans son esprit dérangé mais logique le suprême état d'une royauté universelle. Si Caïus nous apparaît à bon droit comme battant la campagne, il ne la battait pas n'importe comment. On ne délire jamais tout seul, mais toujours en relation phantasmatique avec un milieu. Seulement, il était trop tôt, bien trop tôt, pour introniser à Rome une monarchie à l'orientale. Un jour viendrait où ces fastes et ces prosternations n'étonneraient plus personne, et seraient l'étiquette en vigueur à la cour. Caligula avait trois siècles d'avance sur son temps, et c'est de cela qu'il devait mourir. ..."

Enseignements en rapport avec Caligula:

Traduction électronique (BCS) : Suétone, Vies des douze Césars - Vie de Claigula

Environnements hypertextes : Suétone, Vies des douze Césars

Base de données globale : Suétone, Vies des douze Césars


4. Statistiques - janvier 2007 (suite) :

État de la banque de textes latins :

  • Etat du dictionnaire au 22 décembre 2006:

    248.294 formes différentes.
  • Etat du corpus de textes traités au 22 décembre 2006:

    62 auteurs, 651 oeuvres, 4.954.966 occurrences.

  • État de la banque de textes grecs :

  • Etat du dictionnaire au 02 février 2007 :

    293.424 formes différentes.
  • Etat du corpus de textes traités au 02 février 2007 :

    41 auteurs, 382 oeuvres, 4.001.166 occurrences.
  • Constatation : un nouveau seuil vient d'être franchi : 5.000.000 de formes (occurrences) traitées pour le latin (depuis le 2 février 2007) et 4.000.000 de formes (occurrences) pour le grec. Les banques de textes se portent bien !


    5. ITINERA ELECTRONICA : nouveaux environnements hypertextes :

    Cette semaine-ci, la forge de Christian Ruell a fonctionné de façon intensive au feu latin : pas moins de 7 nouveaux environnements en sont sortis :

    • Columelle, De l'agriculture, livre IV [traduction française reprise au site de Philippe Remacle]
    • Eutrope, Abrégé de l'Histoire romaine, livre I [traduction française reprise au site de Philippe Remacle]
    • Eutrope, Abrégé de l'Histoire romaine, livre II [traduction française reprise au site de Philippe Remacle]
    • Justin, Histoire universelle, livre XXIV [traduction française reprise au site de Philippe Remacle]
    • Justin, Histoire universelle, livre XXV [traduction française reprise au site de Philippe Remacle]
    • Quintilien, L'institution oratoire, livre XI
    • Végèce, De l'art militaire, livre I [traduction française reprise au site de Philippe Remacle]

    Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles dans le Dépôt ITINERA ELECTRONICA.

    Traitements :

    • terminés pour : PAUSANIAS, Le Tour de la Grèce (10 livres); LONGUS, Daphnis et Chloé (4 livres)
    • commençés pour : EUTROPE, Abrégé de l'histoire romaine; VÉGÈCE, De l'art militaire - APOLLODORE (Ps.), Épitomé.


    6. Fiches de lecture :

    • Adresse du site : Lectures (site arrêté à la date du 18 mai 2006)
    • Base de données : Fiches (depuis le 19 mai 2006)

    • Ajouts : consultation des ==> Nouveautés <==

    Les Nouveautés concernent :

    • ==> LATIN :
    • QUINTILIEN, De l'institution oratoire, XI
    • ==> GREC :
    • ANDOCIDE, Sur la paix
    • LONGUS, Daphnis et Chloé, IV
    • XÉNOPHON, Hiéron ou sur le tyran

    Nouvelles étincelles glanées :

    • Daphnis, un autre Orphée
    • Le tyran et les plaisirs de la table
    • Le tyran et les plaisirs de l'amour
    • Le tyran et la grande misère de la tyrannie
    • De la différence entre paix et traité [de paix]
    • Chacun parle comme il vit
    • Simonide et l'art de la mémoire
    • En quoi consiste l'art de la mémoire ?
    • La voix est l'interprète des sentiments
    • Les mains constituent une sorte de langage commun à tous les hommes


    7. Publication :

    Nous recomandons la lecture de l'article de Martha C. SAMMONS et de Stephen RUTH, intitulé The invisible Professor and the future of virtual Faculty, publié dans l'International Journal of Technology & Distance Leraning, numéro de janvier 2007.

    Adresse : The invisible Professor ...

    Contenu : il y a controverse en ce qui concerne l'enseignement et l'apprentissage virtuel (virtual learning). L'enseignement à distance (distance leraning) est à considérer comme un supplément plutôt qu'un remplacement de l'enseignement en présentiel (face-to-face instruction).

    Un fait (aux USA) : en 2005, plus de 850.000 étudiants supplémentaires ont pris des cours à distance, ce qui correspond à un accroissement de 40%. D'un autre côté, un grand nombre d'enseignants refusent encore de participer à l'enseignement à distance.

    L'article énumère et présente un certain nombre de défis majeurs auxquels se heurte l'enseignement à distance et que nous livrons ici de façon synthétique :

    • L'enseignant motivé (The motivated professor) : facteurs facilitant l'acceptation de l'enseignement à distance : satisfaction personnelle de l'enseignant, horaires et échéanciers souples, public élargi, étudiants autres que "traditionnels", idées nouvelles, technologies nouvelles, etc.

    • L'enseignant sans motivation : car l'enseignement à distance et l'implication consentie restent (encore souvent) sans reconnaissance et sans influence sur la carrière; et, aussi, sans incidence financière sur les traitements et les rémunérations.

    • L'enseignant 24H24 et 7JOURS7 : l'enseignement à distance implique (souvent) une charge de travail et une disponibilité supplémentaires.

    • L'enseignant dans le rôle de facilitateur : le glissement se fait peu à peu d'enseignants dépositaires de contenus et d'informations vers des rôles de facilitateurs, de mentors et de "coaches"; une pédagogie centrée sur l'apprenant se substitue à celle tournée vers l'enseignant.

    • L'enseignant, as en informatique (computer geek) : beaucoup d'enseignants, faute d'une formation adéquate, sont encore peu à l'aise avec les nouveaux environnements technologiques; technologies qui ne cessent de se renouveler; technologies qui nécessitent aussi un support technique de bon aloi (adequate technical support) qui, bien souvent, est (complètement) absent des établissements d'enseignement.

    • L'encadrement (technology trainer) : les établissements peuvent jouer le rôle d'"entraîneur" vis-à-vis d'autres institutions avec lesquel des expériences et des réalisations sont partagées.

    • Travail en équipe ou en solitaire (team player ou lone ranger) : le travail en équipe est crucial pour l'émergence de nouveaux cours à distance.

    • Les droits d'auteur (course content developer or owner) : qui possède les contenus mis sur la Toile?

    • L'enseignant à temps partiel (the part timer) : de plus en plus d'enseignants constituent un "corps invisible" (invisible faculty) car ils ne disposent pas d'une titularisation (tenure track) et d'un emploi à durée indéterminée. Ni d'une rémunération adéquate : ils sont payés à l'heure. Dans ces conditions, la qualité de l'enseignement peut-elle encore être garantie?

    • Il est des associations qui considèrent que l'enseignement virtuel n'est qu'un moyen pour éliminer un certain nombre d'enseignants. L'enseignant du XXIe s. pourrait se révéler un élément générique et facilement remplaçable d'une Machine d'Éducation Automatisée. (easily replaceable part in a larger Automated Education Machine).

    Nous invitons un chacun à lire attentivement cet article car notre présentation, ici, n'est que trop schématique et réductrice de son contenu.


    Jean Schumacher
    9 février 2007


     
    UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
    Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

    Dernière mise à jour : 17/02/2002