Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     22-12-2006

Sujets :
Projet HELIOS : une nouvelle leçon mise à disposition : Dominique AUGÉ, Les Romains devant les catastrophes naturelles; Fiches de lecture : 11 ajouts; ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI : nouveaux environnements hypertextes : Augustin (fin de la Cité de Dieu) - Achilles Tatius (fin du roman), Eschine, Philostrate; BCS (Bibliotheca Classica Selecta - FEC (Folia Electronica Classica) : plusieurs nouveautés; Lecture : A propos du bon gouvernement (Lucien JERPHAGNON); Civilisation : A propos de la Mer morte;

Notice :

1. Projet HELIOS : une nouvelle leçon mise à disposition :

L'année 2005-2006 s'était clôturée sur la leçon de Vianella GUYOT, Les Romains et le ciel.

L'année 2006-2007 connaît déjà une première réalisation sous la forme d'une séquence d'apprentissage élaborée par Dominique AUGÉ, conceptrice faisant partie de l'équipe du LOG (Lycée ouvert de Grenoble) - Langues anciennes :

Les Romains devant les catastrophes naturelles

Dominique Augé (Lycée Vaugelas, Chambéry, académie de Grenoble)

ndlr : Pour accéder à la leçon, il y a lieu de cliquer sur l'image du Vésuve en éruption.

Prenant appui sur le modèle de la leçon de Vianella GUYOT, D. Augé a savamment orchestré, ordonnancé, et mis en forme une leçon qui prend, d'ores et déjà, place parmi les très belles réalisations de cette équipe du LOG.

Dès le mois de septembre 2006 le canevas de base des leçons avait, une nouvelle fois, été revu et adapté par les conceptrices du LOG. Il s'agissait de "coller au plus près" des attentes et des souhaits formulés par les étudiants qui avaient pu mettre en oeuvre l'une ou l'autre des leçons déjà créées.

Le leçon de D. Augé répond parfaitement à cet objectif. A l'époque - au mois de septembre 2006 - Dominique Augé était encore novice en ce qui concerne la création et la mise sur la Toile. Après une courte et rapide formation en interne, elle n'a pas hésité à se lancer à fond dans l'édition HTML mettant aussi à profit les conseils prodigués par les autres conceptrices qui avaient déjà réalise des séquences d'apprentissage.

Aujourd'hui, 22 décembre 2006, nous pouvons admirer le fruit de ce travail acharné : un dossier Catastrophes de la meilleure veine. Les étudiants pourront y trouver une source d'inspiration et d'application répondant aux nouvelles technologies - les jeunes apprécieront les nombreux clips animés qui agrémentent cette leçon - et d'autres enseignants, pourquoi pas ?, pourront y trouver une motivation supplémentaire pour appréhender l'habillage TICE et la mise à disposition sur la Toile de données et/ou de dossiers en rapport avec les enseignements prodigués.

La leçon de Dominqiue AUGÉ est actuellement en cours de validation auprès des responsables pédagogiques FR et BE du projet HELIOS.

La collaboration instaurée entre l'Académie de Grenoble et l'Université de Louvain est exemplaire : des élargissements et des approfondissements sont en discussion avancée.

D'autres outils TICE (fiches didactiques, espace Homère, etc.) encore sont en cours d'élaboration auprès des membres de cette équipe : nous aurons le plaisir de vous les présenter le moment venu.

Le projet HELIOS vit


2. Fiches de lecture :

  • Adresse du site : Lectures (site arrêté à la date du 18 mai 2006)
  • Base de données : Fiches (depuis le 19 mai 2006)

  • Ajouts : consultation des ==> Nouveautés <==

Les Nouveautés concernent :

  • ==> LATIN :
  • AUGUSTIN, La Cité de Dieu, livre XXII (dernier livre de l'oeuvre)

  • ==> GREC :
  • PHILOSTRATE, La vie d'Apollonius de Tyane, livre III et IV (début)

Nouvelles étincelles glanées :

  • La palingénésie ou loi de la renaissance
  • A propos d'une huile, hautement inflammable, tirée d'insectes
  • La femme aux deux couleurs de peau
  • Dans le Caucase, le poivre est récolté par des singes
  • A propos de deux tonneaux, l'un pour libérer la pluie, l'autre pour libérer les vents
  • Laquelle est la plus grande, la terre ou la mer?
  • A propos de la pierre pantarbe et de sa faculté d'aimantation
  • Le phénix se brûle dans son nid en se chantant à lui-même son hymne funèbre
  • A propos de l'huître qui produit des perles naturelles
  • Achille confie à Apollonius de Tyane qu'Hélène n'est jamais venue à Troie


3. ITINERA - HODOI : nouveaux environnements hypertextes :

Christian Ruell termine l'année en beauté : 4 environnements supplémentaires :

  • Augustin, La Cité de Dieu, livre XXII (dernier livre)

  • Achilles Tatius, Leucippé et Clitophon, livre VIII (dernier livre)
  • Eschine, Contre Timarque, discours complet [traduction française reprise au site de Philippe Remacle]
  • Philostrate, La vie d'Apollonius de Tyane, livre III

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles dans le Dépôt ITINERA - HODOI.

Traitements achevés pour : AUGUSTIN, La Cité de Dieu et ACHILLES TATIUS, Leucippé et Clitophon.
ESCHINE rentre dans nos tablettes.

Statistique : Au 30 juin 2006, la base de données

De la forme ou de l'expression française aux littératures latine et grecque

renfermait 555 bases de données latines et 285 bases de données grecques qui étaient le résultat de la création d'autant d'environnements hypertextes;

Depuis le mois de juillet jusqu'au 22 décembre 2006 - le mois d'août excepté pour cause de vacances -, en 18 fournées, Christian Ruell a pu élaborer 101 environnements supplémentaires (une moyenne de presque 6 environnements par semaine !); ces environnements peuvent maintenant être intégrés dans la base de données "De la base de données ou de l'expression française ..." : ce sera, peut-être, chose faite en janvier 2007.

ITINERA et HODOI cheminent sans arrêt


4. BCS - FEC : des nouveautés :

  • Marie-Paule Loicq-Berger vient de confier à la BCS une traduction nouvelle (avec commentaire historique) de la Vie de Thémistocle chez Plutarque.

    Elle avait déjà publié précédemment dans la BCS la traduction et le commentaire de deux autres Vies de Plutarque, la Vie d'Alcibiade en 2003 et la Vie de Coriolan en 2004.

  • Le fascicule 13 des Folia Classica Electronica contient une étude de Sophie Dufays, assistante au Département d'études romanes de l'UCL, sur la "Circé" de Cortázar: au carrefour du mythe et du fantastique.

    Le travail avait été présenté, pendant l'année académique 2005-2006, dans le cadre du cours «Typologie et permanences des imaginaires mythiques» qui portait cette année-là sur Ulysse et son «environnement» mythique. Il avait été réalisé sous la direction du Prof. Paul-Augustin Deproost, coordinateur de l'équipe enseignante responsable du cours.

    On notera que plusieurs articles parus dans les FEC sortent de cet «atelier»: cfr la Table des Matières des fascicules 11 (janvier-juin 2006), 9 (janvier-juin 2005), 7 (janvier-juin 2004), 5 (janvier-juin 2003), 4 (juin-décembre 2002) , 3 (janvier-juin 2002).

    D'après un écho reçu, la thématique qui sera développée dans ce cours GLOR 2390 en 2007-2008 sera celle de l'âge d'or.


5. Lecture : A propos du bon gouvernement :

Livre : Lucien JERPHAGNON, Le divin César. Étude sur le pouvoir dans la Rome impériale.
Paris, Tallandier, 1991, 539 pp.

Extrait : A propos du bon gouvernement (pp. 142-145) :

"... Dans cette perspective, il est précieux de pouvoir se faire une idée plus précise de ce qui se prêchait, si j'ose dire, à la cour de Trajan. Nous le pouvons grâce aux discours politiques de ce même Dion de Pruse [ou Dion Chrysostome] dont la plume s'était faite bucolique pour mieux illustrer la propagande impériale en faveur du retour à la terre. Son enseignement est diffus dans l'oeuvre, mais on le trouve à l'état concentré dans les quatre discours De la royauté, ainsi que dans les discours 6, 56 et 62. Le partisan fervent de la monarchie qu'est Dion expose sa conception du bon roi et de la juste basileia – entendez : du bon gouvernement. De cette véritable charte, il ressort que Zeus est le modèle des rois et – heureuse rencontre! – que Trajan est le meilleur des princes. Une chance!

D'emblée, nous remarquons la correspondance stoïcienne entre le royaume universel, dont Zeus est le maître, et la cité des hommes, régie par César. ... On n'insistera jamais assez sur les origines païennes d'une théorie [cosmopilitisme théocratique] et d'une pratique qu'on impute de plus ou moins bonne foi au christianisme.

Le pouvoir politique vient donc de la divinité. Très bien, mais pourquoi Zeus est-il donc le meilleur des souverains? Parce que c'est lui? Non : parce qu'il est le meilleur des Sages, et le meilleur des pères. Car c'est finalement le vrai Sage qui est le vrai roi. On trouve chez Dion l'énoncé de toutes les vertus du roi selon la nature et la raison : il est pieux, ami des dieux, et les dieux le lui rendent bien; il est convaincu qu'il doit aux hommes tous ses soins, car il sent la sollicitude des dieux s'étendre jusqu'à lui. Aussi est-il attentif aux hommes, sachant que la supériorité de sa position n'est pas de surpasser tout le monde en fait de trésors et de raffinements, mais plutôt d'accueillir en son âme l'écrasant souci de tous. Aussi aime-t-il la peine, l'effort, le devoir. Selon la comparaison traditionnelle, il est le Pasteur.

L'image n'était peut-être pas très neuve – elle avait servi à Socrate, à Platon, aux cyniques, aux stoïciens, à Tibère –, mais il faut croire qu'elle plaisait toujours. Et dans cette optique pastorale, les soldats du prince sont ses chiens, des « bergers » qu'il lui faut savoir garder au pied pour qu'ils n'aillent pas outrepasser leur rôle : c'est que les armées ne sont ni des jouets ni des gadgets d'autosatisfaction, mais des instruments dociles au service d'une puissance bienfaisante se dépensant au seul bien commun. C'est dire que le bon roi n'a rien d'un tyran. Entre l'un et l'autre, précise le quatrième Discours, il y a toute la différence du berger et du boucher : le rapport au troupeau n'est pas le même, car le point de vue est différent. Et donc le vrai basileus est l'antithèse du potentat, qui gouverne sans loi (anomos). Or, de même que le cosmos est régi par une providence qui est sa loi (nomos), de même le bon roi est gouverné par la loi (nominos) : la loi est la reine des rois.

Riche expression! Il ne doit jamais lui manquer ni permettre que ceux qui gouvernent avec lui y manquent, ainsi qu'il est précisé dans le troisième Discours. Au reste, faillir à son devoir serait plus grave pour lui que pour un autre, dès lors qu'il se doit d'imiter le plus haut modèle, Zeus ! Le bon roi n'a d'autre éthique, d'autre devoir, en définitive, que ce qui est exigé du particulier ordinaire; simplement, il lui est demandé une observance plus stricte infiniment en raison de son exceptionnel destin. Philanthrope, équitable, juste, le bon roi est protégé des dieux, béni dans l'au-delà, béni à perpétuité dans la mémoire des hommes en un cosmos où tout se tient, bref, béni sur toute la ligne, de même qu'on est béni si on lui obéit au doigt et à l'oeil.

On le voit, pour Dion, ce n'est ni la richesse, ni les ancêtres qui font les rois : toutes choses égales d'ailleurs, point de royauté sans vertu. Finalement, le bon roi devrait être stoïcien, à la rigueur cynique ou, ce qui ne serait pas mal non plus, se laisser conseiller par des stoïciens ou des cyniques. Nous voyons, tandis que s'annonce la galerie des Antonins, le stoïcisme, mêlé de traits cyniques et platoniciens, se confondre avec l'idéologie impériale.

Ce qui donc est au centre de cette haute prédication politique, c'est on le voit, l'idéal hellénistique d'une basileia juste parce que d'essence rationnelle, d'un principat éclairé, conciliable en tout avec les traditions grecques de la liberté civique.

Il est instructif de suivre à ce propos l'entretien supposé que rapporte Dion Chrysostome, entre Diogène et Alexandre le Grand, tel qu'il figure dans le quatrième Discours. On connaît le début : « ... Que tu t'ôtes de mon soleil! » Ainsi s'exprime la souveraine liberté du philosophe à l'égard du plus prestigieux et du plus redoutable des hommes. « Sur ce, Alexandre lui demanda alors : " Comment donc pourrait-on exercer la royauté de façon idéale? " Diogène le regarda en dessous d'un air sévère, et lui répondit : "Mais voyons, on ne saurait pas plus être un mauvais roi qu'un mauvais honnête homme ! Car le roi est le meilleur des hommes, étant le plus courageux, le plus juste, le plus humain, et celui qui ne saurait être vaincu par aucune difficulté ni aucun appétit. Penses-tu qu'un charretier soit un homme incapable de conduire une voiture? Un pilote celui qui ne sait rien de l'art du pilotage? Un médecin celui qui ne connaît rien à la médecine? Certes non, même si tous les Grecs et les Barbares réunis le proclamaient tel et le couvraient de diadèmes, de sceptres, de tiares, comme tous les colliers qu'on met au cou des enfants abandonnés, de crainte qu'on ne les reconnaisse pas. Donc, tout comme on ne saurait piloter si ce n'est à la façon des pilotes, ainsi on ne saurait être roi que de façon royale." Alexandre craignit alors de paraître par hasard ignorer quelque peu l'art de la royauté. Il reprit donc : "Et qui te semble être capable de transmettre un tel art? Ou en quel endroit faudra-t-il aller pour l'apprendre?" Diogène répondit aussitôt : "Mais tu le connais déjà, si du moins l'histoire d'Olympias est vraie et si tu es vraiment le fils de Zeus. C'est lui, en effet, qui le tout premier et au plus haut point dispose de cette science et peut la transmettre à qui il l'entend; et tous ceux à qui il la transmet sont appelés, et ils sont en effet, enfants de Zeus... "» Et un peu plus loin, il est précisé qu'Alexandre doit balancer par-dessus bord son orgueil, ses préoccupations présentes, s'il veut être un vrai roi, et pas seulement ce qu'on appelle ainsi d'ordinaire. ..."

Les discours "Peri Basileias" de Dion Chrysostome sont entrés en traitement au sein des HODOI : discours II, VI, LVI et LXII. Pour l'un ou l'autre de ces discours, il existe une traduction française libre de droits. Une nouvelle traduction française inédite est en chantier pour le discours LXII. Lorsqu'elle sera disponible, nous ne manquerons pas de constituer l'environnement hypertexte adéquat.


6. Civilisation : A propos de la Mer morte :

  • Description :

    "La mer Morte est un lac d'eau salée du Moyen-Orient. D'une surface approximative de 1050 km², elle est alimentée par le Jourdain et bordée par la Jordanie, Israël et la Cisjordanie.

    L'eau de mer contient habituellement entre 4 et 6 % de sels en moyenne. Mais la mer Morte, elle, en contient entre 22 et 25 %. Son taux de sodium est de 275 grammes par litre d'eau tandis que l'eau de mer en contient environ 35 grammes par litre. Nul être vivant ne peut subsister dans de telles conditions. C'est ainsi que la vie, très richement représentée dans les océans, est complètement absente de ses eaux : ni poissons, ni algues. C'est ce qui lui a valu son nom de « mer Morte », que les Grecs lui ont donné. ..."
    [tiré de : WIKIPEDIA]

  • Témoignages (via Du français...") :

    - PAUSANIAS : Mer morte

    - SÉNÈQUE : Mer morte (sens figuré)

  • Article : Michel BÔLE-RICARD, Le projet de canal pour sauver la mer Morte reprend vie (Le MONDE, édition du jeudi 21 décembre 2006, p. 8)


Jean Schumacher
22 décembre 2006


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002