Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     16-03-2001

Sujets :
police(s) de caractères pour le grec ancien; Grec ancien et la Toile; UNICODE

Notice :

Concerne: le Grec ancien sur la Toile (Web)

Point de départ: débat en cours sur le forum de discussion UseNet relativement à ce sujet. Débat dont a rendu compte Ulrich SCMITZER , gestionnaire de la liste de discussion TELEMACO dans un message y posté le 14 mars 2001.
Pour avoir accès à la discussion, il faut activer le moteur de recherche GOOGLE à l'adresse web suivante: http://groups.google.com/advanced_group_search et introduire comme critère de recherche le mot-clé UNICODE.

Un des intervenants dans le débat, E. GOTTWEIN, a fait référence à un ouvrage récent: Dieter E. ZIMMER, Die Bibliothek der Zukunft, Hoffmann und Campe, Hamburg, 2000, 331 pp., DM 39,90 dans lequel un historique de la police de caractères universelle UNICODE est présenté aux pages 123 à 125.
Comptes-rendus de l'ouvrage de D. E. ZIMMER: Klaus DAHM, Michael BAUER, Thomas HAPKE

La problématique de l'écriture grecque dans les systèmes informatiques - un état de la question: une synthèse est disponible auprès de: E. GOTTWEIN, Griechische Schrift. Vorbemerkung zur altgriechischen Schrift dont nous avons fait usage pour l'application qui sera décrite ci-dessous.

La problématique de l'écriture grecque est liée à l'existence actuelle de deux états d'écriture: une écriture monotonique (un seul accent) présente dans le grec moderne à côté d'une écriture polytonique (plusieurs accents et esprits) pour le grec ancien.

La plupart des traitements de texte actuels disposent d'une police de caractères grecque pour le grec moderne. Pour le grec ancien, différentes polices sont disponibles mais elles sont (dites) propriétaires en ce sens qu'elles ne conviennent en règle générale que pour un seul type de machine (mainframe, mini-système ou micro-ordinateur) ou pour une seule filière d'applications (ex.: suites bureautiques MS OFFICE ou SUN STAR Office etc.). Ces polices sont incompatibles les unes par rapport aux autres.

Une police de caractères renferme, en fait, trois modules: un pour l'encodage (clavier), un pour l'affichage (écran) et un pour l'impression (imprimante).

La firme ADOBE a produit un format de fichier passe-partout, le portable document format (PDF) et un outil de lecture pour ainsi dire universel avec l'ACROBAT Reader, logiciel distribué en libre accès. Grâce à ces instruments, un texte, encodé au moyen d'une police de caractère grecque reconnue, peut-être affiché, lu et imprimé au travers de ce Reader.

Nous pouvons citer ici à titre d'exemple la publication électronique "Les Etymons grec et latins du vocabulaire scientifique français" de Danielle de Clercq; ouvrage encodé avec le logiciel WORDPERFECT et traduit, ensuite, au format PDF. Ouvrage répertorié dans la Bibliothèque électronique du projet ITINERA ELECTRONICA.

Il faut savoir que dans les premiers temps de l'informatique, lorsqu'un système de traitement du grec ancien n'était pas encore disponible, les textes grecs étaient encodés et traités en translittération latine - le caractère alpha, par exemple, était rendu par la lettre a - avec un système complexe de signes et de symboles pour transcrire les accents et les esprits. Système doublé d'une interface pour le classement alphabétique "grec" - sinon la lettre f, à titre d'exemple, utilisée pour le caractère phi faisait arriver les mots commençant par phi juste après ceux débutant par e -.

La solution trouvée internationalement à la représentation des caractères et symboles des langues du monde entier s'appelle UNICODE qui est une police de caractères unique pouvant renfermer dans une seule matrice jusqu'à 65.536 caractères, signes et/ou symboles (tradtionnellement une matrice de caractères ne peut pas renfermer plus de 255 éléments). A l'heure actuelle 49.194 signes sont déterminés dans cette police (version 3.0.0, janvier 2000) dont 10.236 caractères alphabétiques y compris le grec ancien.

E. GOTTWEIN, dans l'article cité ci-dessus, indique ainsi des procédures et des démarches allant de l'encodage à la mise en vitrine sur la Toile d'un texte en caractères grecs anciens au moyen de cette police UNICODE.

Nous avons fait le chemin pour un ordinateur de type PC avec, comme systèmes opératoires, Windows NT 4.0 et Windows 2000, la suite bureautique MS WORD 97/2000 comme traitement de texte et MS INTERNET EXPLORER (à partir de la version 5.0) comme fureteur web.

La police de caractères grecs choisie a été ANTIOCH, logiciel à accès partagé mais dont une version d'essai est disponible gratuitement.
Un User's Manual de 27 pages, intitulé ANTIOCH Unicode classical Greek, Hebrew and Coptic for WORD 97/2000 (version 1.13a, 888 KB), est disponible à la même adresse.

Les opérations faites ont été les suivantes:

  • police de caractères ANTIOCH: téléchargement (antioch.exe) et installation sous MS WORD 2000 ou MS WORD 97; après l'installation le système doit être redémarré; en lançant WORD apparaissent dans la barre de menus deux nouvelles cases représentant respectivement un bouton d'enclenchement de l'encodage (calvier) grec ainsi qu'une case GREEK pour le chargement initial des caractères grecs (GREEK -> Preferences -> Keyboard -> OK dans la fenêtre d'affichage présentant d'un côté les touches du clavier et, de l'autre, les caractères grecs y associés. L'encodage en grec ancien peut débuter dès l'enfoncement du bouton déclencheur.

    affichage sur la Toile avec MS INTERNET Explorer (les mêmes opérations avec NETSCAPE n'ont produit aucun résultat):

    A) cheminements à partir de la barre de menus du fureteur : choisir TOOLS -> INTERNET OPTIONS -> FONTS OK - > Web page font: ARIAL Unicode MS OK OK. Cette police est fournie en standard avec MS Office 2000.

    B) à partir de la même barre de menus: choisir VIEW -> ENCODING -> Unicode (UTF-8).

L'affichage "correct" d'un fichier témoin relatif au Nouveau testament (début de l'évangile de Saint Matthieu) constituera la preuve d'une exécution appropriée de ces procédures. Elles ont "fonctionné" dès le premier essai sous Windows 2000 et avec MS Office 2000; elles ont dû être recommencées sous Windows NT 4.0 et avec MS Office 97. Fureteur utilisé: MS INTERNET Explorer; le fureteur NETSCAPE n'arrive pas à produire un affichage correct.
En cas de réussite, le poste de travail ainsi configuré est opérationnel pour l'encodage de textes grecs (anciens) suivi d'un affichage sur la Toile au format HTML.

Attention! N'oubliez pas, après un traitement "grec", de remettre les valeurs par défaut pour le fureteur MS INTERNET Explorer (font: New Times Roman, par exemple) et encoding: Western European) sinon les affichages de données avec d'autres logiciels seront incorrects pour toutes les lettres accentuées.


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002