Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     23-06-2006

Sujets :
Fiches de lecture : 13 ajouts; Lecture : Peter SLOTERDIJK : héros antiques et stars d'aujourd'hui; ITINERA ELECTRONICA : nouveaux environnements hypertextes : Augustin, Columelle, Justin, Martial, Vitruve;

Notice :

1. Fiches de lecture :

  • Adresse du site : Lectures (site arrêté à la date du 18 mai 2006)
  • Base de données : Fiches (depuis le 19 mai 2006)
  • Ajouts : ==> Nouveautés <==
Les Nouveautés concernent :

  • ==> LATIN :
  • AUGUSTIN, La Cité de Dieu
  • LACTANCE, Des institutions divines
  • LUCAIN, La Pharsale
  • LUCRÈCE, De la nature des choses
  • OVIDE, Les Métamorphoses
  • VITRUVE, De l'architecture


2. Lecture : Peter SLOTERDIJK (interview) :

Peter SLOTERDIJK, un philosophe allemand de 58 ans, n'est pas un inconnu pour nous.
En 1999, nous lui avions consacré un dossier sur le site AGORACLASS - site ayant précédé les ITINERA ELECTRONICA - à l'occasion de la parution d'une contribution à un colloque : Des règles du parc humain. Une réponse à la "Lettre sur l'humanisme" de Heidegger, article qui fit beaucoup de bruit à l'époque : L'Affaire Sloterdijk.

A l'occasion de la Coupe du monde de football, qui se déroule actuellement en Allemagne, Peter SLOTERDIJK a fait l'objet d'une interview, parue dans la revue Der SPIEGEL et traduite, ensuite, en français par Gudrun LANGER. Cette traduction est présentée dans la revue Le POINT, n° 1761 du jeudi 15 juin 2006, aux pages 64 à 66 sous l'intitulé : Coupe du monde. "L'ètrange orgasme des buteurs".

Nous avons extrait de cette interview quelques phrases dans lesquelless P. S. procède à des comparaisons entre les héros, les jeux et les théâtres antiques et ce qui se passe, se fait et se voit à l'heure actuelle :

"Dénigrons-nous nos derniers héros?

De toute façon, il n'y a plus de héros. On les a remplacés par des stars.

Comment le héros se distingue-t-il de la star?

Le héros meurt tôt et la star se survit à elle-même ; cette formule permet une vue d'ensemble. A vrai dire, les deux sont destinés à une fin précoce: le héros sur le champ de bataille où il tombe, la star par sa réintégration dans la vie civile, ce qui correspond à être réformé et mourir symboliquement. A ce propos, une mort précoce ne serait pas un mal pour la plupart des sportifs, parce qu'après avoir fait carrière ils deviennent presque tous désagréables. Même les athlètes les plus intéressants se transforment en grincheux une fois devenus fonctionnaires du sport. Ils occupent le reste de leur vie à infliger un démenti à leur célébrité d'autrefois. Ils commencent brillamment et finissent dans l'autodestruction.
Achille a été épargné parce qu'il a vécu une vraie épreuve de force.

Chez un Beckham ou un Ronaldinho, on ne reconnaît guère le chasseur ?

La star d'aujourd'hui est obligée de vivre dans la surexposition permanente. Elle possède le privilège passif d'attirer l'attention : elle est fréquemment vue et ne voit presque rien. La solution s'appelle: deviens mannequin! Ceux qui s'accommodent le mieux de leur rôle de star sont ceux qui muent vers le monde du mannequinat, comme Beckham. Un homme tel que lui montre que le joueur a compris qu'il lui fallait abandonner son rôle de héros. Aujourd'hui, il vaut donc mieux se présenter comme un hermaphrodite que comme un héros mâle. Les mannequins footballeurs suivent une évolution qui se fait jour depuis les années 60 : la tendance à l'« hermaphrodisation ». C'est un développement à long terme, au cours duquel les hommes désarment et deviennent de la clientèle pour des offres cosmétiques.

Le philosophe berlinois Gunter Gebauer a dit que « le jeu avec le pied demeure une protestation muette contre la culture académique », qu'en pensez-vous ?

Je suis tout à fait d'accord. L'une des questions les plus fascinantes concernant l'histoire récente de la culture que je me suis posée était celle-ci : pourquoi avons-nous toujours vécu la Renaissance du XVe jusqu'au XIXe siècle uniquement comme un retour de la littérature et des arts de l'Antiquité? Alors que tout enfant sait que l'Antiquité était imprégnée d'une culture des masses, le sport originel. Notre Renaissance classique s'est contentée de reprendre ce qui faisait le plaisir des classes supérieures. On a longtemps hésité à ressusciter la figure la plus fascinante, à côté de l'artiste, du philosophe et du scientifique, celle de l'athlète.

Et de nos jours, nous démontrons nos qualités par les dribbles?

Enfin, nous avons osé faire réellement appel à la culture des masses de l'Antiquité en présentant de nouveaux jeux de combat. C'est pourquoi nous construisons depuis quelque temps des lieux de compétition néo-antiques - le stade grec et l'arène romaine. L'Antiquité avait laissé un archétype - l'arène avec ses escaliers montants. Même en regardant les stades les plus modernes, tel que l'Allianz Arena à Munich, on reconnaît immédiatement le Colisée antique.

Dans ces arènes modernes avec leurs salons et leurs zones d'affaires, les fans classiques sont écartés au profit des sponsors et des VIP.

C'est une transformation qui suit la tendance principale du capitalisme évolué : la conversion des travailleurs en joueurs, en boursicoteurs. Pour eux, il est typique de vouloir trancher le lien entre performance et salaire. Nous comprenons à peu près la signification du mot salaire parce qu'il est lié à une prestation. Mais, aujourd'hui, un salaire n'est plus suffisant, il faut une «surrémunération». L'exigence d'une « surrémunération », c'est la nouvelle forme de l'attente du succès. Cette société se trouve naturellement aussi dans les stades, lieux où l'on se retrouve entre ses semblables. Ceux de la pelouse et ceux des salons sont comme les deux doigts d'une main. Ils savent tous qu'il ne s'agit que de «surrémunérations ». Nous ne saisissons que peu à peu le danger que cela entraîne, car les conséquences démoralisantes de ce système ne se font jour que progressivement. Par ailleurs, le stade postmoderne n'est rien d'autre qu'une machine impitoyable de la vérité. Alors qu'au théâtre moderne nous trouvons dès le début des perdants qui exposent leurs problèmes complexes, dans les arènes modernes il ne s'agit que du plaisir de la différenciation, à savoir victoire ou défaite. ..."


3. ITINERA ELECTRONICA : nouveaux environnements hypertextes :

Pour Christian Ruell, la semaine a été une semaine latine : 5 nouveaux environnements ont été constitués grâce à lui :

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles, au format .TXT, dans le Dépôt ITINERA :

==> traitement terminé pour : MARTIAL, Épigrammes (14 livres)


Jean Schumacher
LLN, le 23 juin 2006


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002