Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     17-03-2006

Sujets :
Lecture : Les sept merveilles du monde (suite) : La statue chryséléphantine de Zeus; HODOI - HELIOS : Lexique grec-français : du nouveau : la lettre T (tau) est arrivée; Fiches de lecture : 6 ajouts; HODOI ELEKTRONIKAI : nouveaux environnements hypertextes : Diodore de Sicile, Homère (2 x), Julien l'Apostat, Polybe; HELIOS - HODOI : Le Précis grammatical illustré; Enseignement : Rencontres latines 2006;

Notice :

1. Lecture : La statue chryséléphantine de Zeus :

Dans l'actualité de la semaine dernière, nous nous étions intéressés à une des sept merveilles du monde, à savoir les Pyramides d'Égypte, au travers du numéro consacré par le magazine Les Cahiers de Science et Vie (n° 91 - février 2006), justement aux Sept Merveilles pour faire un monde.

Aujourd'hui nous poursuivons et terminons l'exploration de cette revue par la description qui y est faite de la Statue chryséléphantine de Zeus à Olympie.

Reproduction (au format PDF) des pages 40 et 41 présentant la statue.

Extrait de l'article de Stéphanie BONATO-BOCCARI; article rédigé en se basant sur la description que Pausanias a faite de cette statue au livre V du Tour de la Grèce, chap. 11:

"Comme d'autres Merveilles, la statue chryséléphantine de Zeus à Olympie est difficile à appréhender. Pour s'en faire une idée un tant soit peu précise, on ne dispose guère que des témoignages d'auteurs anciens et de quelques représentations figurant sur les monnaies frappées par la ville d'Elis au IIe siècle de notre ère.

Tous les auteurs antiques nous ont pourtant transmis la même stupéfaction devant cette oeuvre colossale, faite d'ivoire pour les parties nues et d'or pour les vêtements. Et pour tous seul Phidias avait su rendre la puissance autoritaire du maître de l'Olympe, en s'inspirant du dieu dépeint par Homère.

L'une des descriptions les plus précises du sanctuaire d'Olyympie – et la plus instructive en ce qui nous concerne – est celle de Pausanias, rédigée dans la seconde moitié du IIe siècle de notre ère. L'auteur rappelle d'abord comment l'ensemble – temple et statue – a été financé : grâce au butin pris lors de la destruction de Pise, une cité longtemps concurrente d'Olympie.

Pausanias s'attache ensuite à décrire la statue. Tout d'abord le repose-pieds décoré de lions recouverts d'or et de scènes peintes. Ensuite, le trône d'or, de pierres précieuses. d'ivoire et d'ébène, également décoré de scènes mythologiques peintes par Panainos, un parent de Phidias. Parmi les figues indépendantes les plus importantes se comptent plusieurs victoires, des sphinx, des évocations célèbres de la mythologie ainsi que des athlètes.

Puis vient le dossier du trône au sommet duquel se remarquent les trois Grâces et autant de Saisons ou d'Heures.

Les représentations peintes qui recouvrent littéralement la statue offrent un autre panel d'épisodes tirés de la mythologie. Pausanias évoque ensuite la couronne de feuilles d'olivier en or, la Victoire que le dieu tient dans la main droite, le sceptre surmonté d'un aigle qui se dresse du côté gauche, les sandales en or et le manteau drapé de la même matière, décoré de scènes figurées et de fleurs de lys. Enfin il achève sa description sur le socle de pierre noire de la statue et sur la bordure destinée à contenir l'huile que I'on versait sur elle pour éviter qu'elle ne souffre des conditions atmosphériques.

L'oeuvre achevée, Zeus aurait signifié son approbation à Phidias d'un éclair venu frapper le sol du sanctuaire.

Ce récit dégage l'impression d'une grande richesse dans le choix de matériaux précieux — l'or, l'ivoire et l'ébène–, rehaussés d'une décoration exubérante, peuplée de personnages mythologiques variés. Il ne permet cependant guère de s'aventurer au-delà de la forme générale. Onsait pourtant que l'oeuvre était très imposante avec une hauteur de 13,50 mètres et une largeur au niveau du socle de plus de 6.30 mètres. Des dimensions qui, dans l'Antiquité, en faisaient la représentation la plus extraordinaire et la plus adulée du dieu. ..."

Description de Pausanias :

XI. Καθέζεται μὲν δὴ ὁ θεὸς ἐν θρόνῳ χρυσοῦ πεποιημένος καὶ ἐλέφαντος: στέφανος δὲ ἐπίκειταί οἱ τῇ κεφαλῇ μεμιμημένος ἐλαίας κλῶνας. ἐν μὲν δὴ τῇ δεξιᾷ φέρει Νίκην ἐξ ἐλέφαντος καὶ ταύτην καὶ χρυσοῦ, ταινίαν τε ἔχουσαν καὶ ἐπὶ τῇ κεφαλῇ στέφανον: τῇ δὲ ἀριστερᾷ τοῦ θεοῦ χειρὶ ἔνεστι σκῆπτρον μετάλλοις τοῖς πᾶσιν ἠνθισμένον, ὁ δὲ ὄρνις ὁ ἐπὶ τῷ σκήπτρῳ καθήμενός ἐστιν ὁ ἀετός. χρυσοῦ δὲ καὶ τὰ ὑποδήματα τῷ θεῷ καὶ ἱμάτιον ὡσαύτως ἐστί: τῷ δὲ ἱματίῳ ζῴδιά τε καὶ τῶν ἀνθῶν τὰ κρίνα ἐστὶν ἐμπεποιημένα.

[2] ὁ δὲ θρόνος ποικίλος μὲν χρυσῷ καὶ λίθοις, ποικίλος δὲ καὶ ἐβένῳ τε καὶ ἐλέφαντί ἐστι: καὶ ζῷά τε ἐπ' αὐτοῦ γραφῇ μεμιμημένα καὶ ἀγάλματά ἐστιν εἰργασμένα. Νῖκαι μὲν δὴ τέσσαρες χορευουσῶν παρεχόμεναι σχῆμα κατὰ ἕκαστον τοῦ θρόνου τὸν πόδα, δύο δέ εἰσιν ἄλλαι πρὸς ἑκάστου πέζῃ ποδός. τῶν ποδῶν δὲ ἑκατέρῳ τῶν ἔμπροσθεν παῖδές τε ἐπίκεινται Θηβαίων ὑπὸ σφιγγῶν ἡρπασμένοι καὶ ὑπὸ τὰς σφίγγας Νιόβης τοὺς παῖδας Ἀπόλλων κατατοξεύουσι καὶ Ἄρτεμις.

[3] τῶν δὲ [ἐκ] τοῦ θρόνου μεταξὺ ποδῶν τέσσαρες κανόνες εἰσίν, ποδὸς ἐς πόδα ἕτερον διήκων ἕκαστος. τῷ μὲν δὴ κατ' εὐθὺ τῆς ἐσόδου κανόνι, ἑπτά ἐστιν ἀγάλματα ἐπ' αὐτῷ, τὸ γὰρ ὄγδοον ἐξ αὐτῶν οὐκ ἴσασι τρόπον ὅντινα ἐγένετο ἀφανές: εἴη δ' ἂν ἀγωνισμάτων ἀρχαίων ταῦτα μιμήματα, οὐ γάρ πω τὰ ἐς τοὺς παῖδας ἐπὶ ἡλικίας ἤδη καθειστήκει τῆς Φειδίου. τὸν δὲ αὑτὸν ταινίᾳ τὴν κεφαλὴν ἀναδούμενον ἐοικέναι τὸ εἶδος Παντάρκει λέγουσι, μειράκιον δὲ Ἠλεῖον τὸν Παντάρκη παιδικὰ εἶναι τοῦ Φειδίου: ἀνείλετο δὲ καὶ ἐν παισὶν ὁ Παντάρκης πάλης νίκην Ὀλυμπιάδι ἕκτῃ πρὸς ταῖς ὀγδοήκοντα.

[4] ἐπὶ δὲ τῶν κανόνων τοῖς λοιποῖς ὁ λόχος ἐστὶν ὁ σὺν Ἡρακλεῖ μαχόμενος πρὸς Ἀμαζόνας: ἀριθμὸς μὲν δὴ συναμφοτέρων ἐς ἐννέα ἐστὶ καὶ εἴκοσι, τέτακται δὲ καὶ Θησεὺς ἐν τοῖς συμμάχοις τῷ Ἡρακλεῖ. ἀνέχουσι δὲ οὐχ οἱ πόδες μόνοι τὸν θρόνον, ἀλλὰ καὶ κίονες ἴσοι τοῖς ποσὶ μεταξὺ ἑστηκότες τῶν ποδῶν. ὑπελθεῖν δὲ οὐχ οἷόν τέ ἐστιν ὑπὸ τὸν θρόνον, ὥσπερ γε καὶ ἐν Ἀμύκλαις ἐς τὰ ἐντὸς τοῦ θρόνου παρερχόμεθα: ἐν Ὀλυμπίᾳ δὲ ἐρύματα τρόπον τοίχων πεποιημένα τὰ [δὲ] ἀπείργοντά ἐστι.

[5] τούτων τῶν ἐρυμάτων ὅσον μὲν ἀπαντικρὺ τῶν θυρῶν ἐστιν, ἀλήλιπται κυανῷ μόνον, τὰ δὲ λοιπὰ αὐτῶν παρέχεται Παναίνου γραφάς. ἐν δὲ αὐταῖς ἔστι μὲν οὐρανὸν καὶ γῆν Ἄτλας ἀνέχων, παρέστηκε δὲ καὶ Ἡρακλῆς ἐκδέξασθαι τὸ ἄχθος ἐθέλων τοῦ Ἄτλαντος, ἔτι δὲ Θησεύς τε καὶ Πειρίθους καὶ Ἑλλάς τε καὶ Σαλαμὶς ἔχουσα ἐν τῇ χειρὶ τὸν ἐπὶ ταῖς ναυσὶν ἄκραις ποιούμενον κόσμον, Ἡρακλέους τε τῶν ἀγωνισμάτων τὸ ἐς τὸν λέοντα τὸν ἐν Νεμέᾳ καὶ τὸ ἐς Κασσάνδραν παρανόμημα Αἴαντος,

[6] Ἱπποδάμειά τε ἡ Οἰνομάου σὺν τῇ μητρὶ καὶ Προμηθεὺς ἔτι ἐχόμενος μὲν ὑπὸ τῶν δεσμῶν, Ἡρακλῆς δὲ ἐς αὐτὸν ἦρται: λέγεται γὰρ δὴ καὶ τόδε ἐς τὸν Ἡρακλέα, ὡς ἀποκτείναι μὲν τὸν ἀετὸν ὃς ἐν τῷ Καυκάσῳ τὸν Προμηθέα ἐλύπει, ἐξέλοιτο δὲ καὶ αὐτὸν Προμηθέα ἐκ τῶν δεσμῶν. τελευταῖα δὲ ἐν τῇ γραφῇ Πενθεσίλειά τε ἀφιεῖσα τὴν ψυχὴν καὶ Ἀχιλλεὺς ἀνέχων ἐστὶν αὐτήν: καὶ Ἑσπερίδες δύο φέρουσι τὰ μῆλα ὧν ἐπιτετράφθαι λέγονται τὴν φρουράν. Πάναινος μὲν δὴ οὗτος ἀδελφός τε ἦν Φειδίου καὶ αὐτοῦ καὶ Ἀθήνῃσιν ἐν Ποικίλῃ τὸ Μαραθῶνι ἔργον ἐστὶ γεγραμμένον.

[7] ἐπὶ δὲ τοῖς ἀνωτάτω τοῦ θρόνου πεποίηκεν ὁ Φειδίας ὑπὲρ τὴν κεφαλὴν τοῦ ἀγάλματος τοῦτο μὲν Χάριτας, τοῦτο δὲ Ὥρας, τρεῖς ἑκατέρας. εἶναι γὰρ θυγατέρας Διὸς καὶ ταύτας ἐν ἔπεσίν ἐστιν εἰρημένα: Ὅμηρος δὲ ἐν Ἰλιάδι ἐποίησε τὰς Ὥρας καὶ ἐπιτετράφθαι τὸν οὐρανὸν καθάπερ τινὰς φύλακας βασιλέως αὐλῆς. τὸ ὑπόθημα δὲ τὸ ὑπὸ τοῦ Διὸς τοῖς ποσίν, ὑπὸ τῶν ἐν τῇ Ἀττικῇ καλούμενον θρανίον, λέοντάς τε χρυσοῦς καὶ Θησέως ἐπειργασμένην ἔχει μάχην τὴν πρὸς Ἀμαζόνας, τὸ Ἀθηναίων πρῶτον ἀνδραγάθημα ἐς οὐχ ὁμοφύλους.

[8] ἐπὶ δὲ τοῦ βάθρου τὸν θρόνον τε ἀνέχοντος καὶ ὅσος ἄλλος κόσμος περὶ τὸν Δία, ἐπὶ τούτου τοῦ βάθρου χρυσᾶ ποιήματα, ἀναβεβηκὼς ἐπὶ ἅρμα Ἤλιος καὶ Ζεύς τέ ἐστι καὶ Ἥρα, παρὰ δὲ αὐτὸν Χάρις: ταύτης δὲ Ἑρμῆς ἔχεται, τοῦ Ἑρμοῦ δὲ Ἑστία: μετὰ δὲ τὴν Ἑστίαν Ἔρως ἐστὶν ἐκ θαλάσσης Ἀφροδίτην ἀνιοῦσαν ὑποδεχόμενος, τὴν δὲ Ἀφροδίτην στεφανοῖ Πειθώ: ἐπείργασται δὲ καὶ Ἀπόλλων σὺν Ἀρτέμιδι Ἀθηνᾶ τε καὶ Ἡρακλῆς, καὶ ἤδη τοῦ βάθρου πρὸς τῷ πέρατι Ἀμφιτρίτη καὶ Ποσειδῶν Σελήνη τε ἵππον ἐμοὶ δοκεῖν ἐλαύνουσα. τοῖς δέ ἐστιν εἰρημένα ἐφ' ἡμιόνου τὴν θεὸν ὀχεῖσθαι καὶ οὐχ ἵππου, καὶ λόγον γέ τινα ἐπὶ τῷ ἡμιόνῳ λέγουσιν εὐήθη.

[9] μέτρα δὲ τοῦ ἐν Ὀλυμπίᾳ Διὸς ἐς ὕψος τε καὶ εὖρος ἐπιστάμενος γεγραμμένα οὐκ ἐν ἐπαίνῳ θήσομαι τοὺς μετρήσαντας, ἐπεὶ καὶ τὰ εἰρημένα αὐτοῖς μέτρα πολύ τι ἀποδέοντά ἐστιν ἢ τοῖς ἰδοῦσι παρέστηκεν ἐς τὸ ἄγαλμα δόξα, ὅπου γε καὶ αὐτὸν τὸν θεὸν μάρτυρα ἐς τοῦ Φειδίου τὴν τέχνην γενέσθαι λέγουσιν. ὡς γὰρ δὴ ἐκτετελεσμένον ἤδη τὸ ἄγαλμα ἦν, ηὔξατο ὁ Φειδίας ἐπισημῆναι τὸν θεὸν εἰ τὸ ἔργον ἐστὶν αὐτῷ κατὰ γνώμην: αὐτίκα δ' ἐς τοῦτο τοῦ ἐδάφους κατασκῆψαι κεραυνόν φασιν, ἔνθα ὑδρία καὶ ἐς ἐμὲ ἐπίθημα ἦν ἡ χαλκῆ.

[10] ὅσον δὲ τοῦ ἐδάφους ἐστὶν ἔμπροσθεν τοῦ ἀγάλματος, τοῦτο οὐ λευκῷ, μέλανι δὲ κατεσκεύασται τῷ λίθῳ: περιθεῖ δὲ ἐν κύκλῳ τὸν μέλανα λίθου Παρίου κρηπίς, ἔρυμα εἶναι τῷ ἐλαίῳ τῷ ἐκχεομένῳ. ἔλαιον γὰρ τῷ ἀγάλματί ἐστιν ἐν Ὀλυμπίᾳ συμφέρον, καὶ ἔλαιόν ἐστι τὸ ἀπεῖργον μὴ γίνεσθαι τῷ ἐλέφαντι βλάβος διὰ τὸ ἑλῶδες τῆς Ἄλτεως. ἐν ἀκροπόλει δὲ τῇ Ἀθηναίων τὴν καλουμένην Παρθένον οὐκ ἔλαιον, ὕδωρ δὲ τὸ ἐς τὸν ἐλέφαντα ὠφελοῦν ἐστιν: ἅτε γὰρ αὐχμηρᾶς τῆς ἀκροπόλεως οὔσης διὰ τὸ ἄγαν ὑψηλόν, τὸ ἄγαλμα ἐλέφαντος πεποιημένον ὕδωρ καὶ δρόσον τὴν ἀπὸ τοῦ ὕδατος ποθεῖ.

Traduction : [tirée de Jean POUILLOUX, Pausanias, Description de la Grèce. T. 5, livre V : L'Élide, Paris, les Belles Lettres, 1999] :

XI. 1 "Le dieu est assis sur un trône d'or et d'ivoire. Il porte sur la tête une couronne d'or qui imite des rameaux d'olivier. Il tient dans la main droite une Victoire, elle aussi d'ivoire et d'or, elle a la tête ceinte d'un bandeau et d'une couronne. Dans sa main gauche, il y a un sceptre orné de fleurs faites de toutes sortes de métaux, l'oiseau posé sur le sceptre est l'aigle. Les chaussures et le manteau du dieu sont aussi en or. Sur le manteau on a incrusté des représentations d'animaux et dans l'ordre des fleurs des lys.

2 Le trône est incrusté d'or et de pierres et incrusté aussi d'ébène et d'ivoire et on y a peint des animaux qui sont entremêlés et on y a sculpté des statues. Quatre Victoires dans l'attitude de la danse à chaque pied du trône, et par terre, deux autres sont adossées à chaque pied. Sur chacun des pieds de devant, il y a des enfants enlevés par des sphinges thébaines, et sous les sphinges, Apollon et Artémis massacrent de leurs flèches les enfants de Niobé.

3 Entre les pieds du trône il y a quatre barreaux qui relient un pied à l'autre. Le barreau qui est directement en face de l'entrée porte sept statues. Il y en avait une huitième dont on ne sait comment elle a disparu. Ce sont des représentations des épreuves anciennes aux concours, car les épreuves des enfants <...> n'étaient pas encore établies à l'époque de Phidias. Celui qui se ceint la tête d'un bandeau est à ce qu'on dit le portrait de Pantarkès, et Pantarkès est ce jeune homme d'Elide dont Phidias était l'amant. Pantarkès remporta la victoire à la lutte dans la catégorie enfants à la quatre-vingt-sixième Olympiade.

4 Sur les autres barreaux, il y a le bataillon d'Héraclès combattant les Amazones. Le nombre des combattants des deux camps se monte à vingt-neuf. Et Thésée est rangé au nombre des alliés d'Héraclès. Pour supporter le trône il n'y a pas seulement quatre pieds, mais un nombre égal de colonnettes qui sont placées entre les pieds ; on ne peut entrer sous le trône comme au moins à Amyclées où nous passons à l'intérieur du trône. A Olympie il y a des protections faites comme des murs qui interdisent l'accès.

5 Toute la protection qui fait face à la porte n'est peinte qu'en bleu sombre, les autres présentent des peintures de Panainos : entre autres représentations, il y a Atlas soute- nant le ciel et la terre, et, près de lui, Héraclès, qui consent à se charger du fardeau d'Atlas, et puis Thésée, Pirithoos, la Grèce et Salamine tenant dans sa main un ornement que l'on met sur les proues des navires ; parmi les exploits d'Héra- clès : le lion de Némée et l'outrage d'Ajax à Cassandre

6 Hippodamie, fille d'Oinomaos avec sa mère et Prométhée encore chargé de liens, mais Héraclès s'est déjà élevé jusqu'à lui. On rapporte en effet encore cette action d'Héraclès : il tua l'aigle qui venait torturer Prométhée dans le Caucase, et il délivra Prométhée lui-même de ses liens. A l'extrémité du tableau, Penthésilée au moment de rendre l'âme et Achille qui la soutient. Deux Hespérides portent les pommes dont la garde, dit-on, leur avait été confiée. Ce Panainos était le frère de Phidias et au Poecile d'Athènes le tableau de la bataille de Marathon est aussi son oeuvre.

7 Tout en haut du trône, Phidias a représenté au-dessus de la tête de la statue d'un côté les Charites (Grâces), de l'autre les Heures, trois dans chaque groupe. Ce sont les filles de Zeus selon la tradition épique. Homère dans l'Iliade a représenté les Heures préposées à la garde du ciel comme des gardes à la cour d'un roi. Quant au tabouret qui se trouve sous les pieds de Zeus, — ce qu'on appelle en Attique un thranion (petit banc) —, il porte des lions d'or et la représentation du combat de Thésée et des Amazones, la première action de bravoure athénienne contre des adversaires qui n'étaient pas de leur race.

8 Sur le socle soutenant le trône et toute la parure de Zeus, il y a des représentations en or : Hélios monté sur son char et il y a Zeus et Héra, <...> et, près de lui, Charis (Grâce). Hermès lui succède, et Hestia à Hermès. Après Hestia se trouve Eros accueillant Aphrodite qui surgit de la mer et Peithô couronne Aphrodite. Sont aussi représentés Apollon avec Artémis, Athéna et Héraclès, et au bord du trône enfin Amphitrite et Poséidon, et Séléné menant, je crois, un cheval ; mais au dire de certains la déesse circule à mulet et non à cheval, et ils racontent à propos du mulet une histoire qui est assurément quelque peu absurde.

9 Connaissant les dimensions en hauteur et en largeur du Zeus d'Olympie, telles qu'on les a écrites, je n'en ferai pas éloge à ceux qui les ont mesurées, car les dimensions qu'ils ont données sont bien inférieures à l'impression que la statue donne aux spectateurs, trait, qui, dit-on, fait du dieu lui-même un témoin de l'art de Phidias. De fait, au moment où la statue était achevée, Phidias pria le dieu de lui signifier si son oeuvre était à son goût : sur le champ, dit-on, la foudre creusa un trou dans le sol à l'endroit où il y avait encore de mon temps une hydrie pour ornement, celle de bronze.

10 Tout le sol qui se trouve devant la statue est pavé de marbre, non pas blanc, mais noir. Une assise en marbre de Paros entoure tout autour le marbre noir, pour retenir l'huile qu'on y verse. A Olympie en effet l'huile est utile à la statue, et l'huile empêche que l'ivoire ne subisse des dommages en raison du caractère marécageux de l'Altis. A l'acropole d'Athènes pour la statue qu'on appelle la Parthé- nos, ce n'est pas l'huile, mais l'eau qui sert pour la statue d'ivoire. Comme l'acropole est sèche à cause de sa situation particulièrement élevée, la statue qui est faite en ivoire a besoin d'eau et de l'humidité que l'eau apporte. ..."


2. HODOI - HELIOS : Lexique grec-français : la lettre T (tau) est arrivée :

Danielle de Clercq, collaboratrice scientifique, vient de nous faire parvenir les données (descriptions lexicographiques) pour une 20e lettre de l'alphabet : la lettre T (tau). Il n'en reste plus que quatre et le Lexique de base du grec sera complètement constitué.

Boris Maroutaeff a fait le nécessaire pour intégrer ces données dans la base de données du Lexique ; celui-ci s'est ainsi trouvé augmenté de 179 lemmes pour 725 formes. Total à la date du 17 mars 2006 : 15.373 entrées.

Pour mesurer le "chemin" encore à faire en descriptions lexicographiques il faut mettre en regard ces 15.373 entrées avec les 209.587 formes grecques traitées par nous à ce jour et qui constituent le Dictionnaire des formes différentes du Projet HODOI ELEKTRONIKAI. Il faudra de nombreuses, très nombreuses autres "mains (gracieuses)" pour ammener le Lexique de base à hauteur de son correspondant latin qui contient, aujourd'hui, des descriptions lexicographiques pour 112.034 formes différentes.


3. Fiches de lecture : 6 ajouts :

Adresse générique : Lectures

Ajouts :


4. HODOI ELEKTRONIKAI : nouveaux environnements hypertextes :

Pendant la semaine écoulée, Christian Ruell a pu constituer les environnements hypertextes suivants:

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles, au format UNICODE, dans le Dépôt HODOI :


5. HELIOS - HODOI : Le Précis grammatical illustré :

Anne Fillon, à qui nous devons la leçon HELIOS remarquable consacrée à : TITE-LIVE : La seconde guerre punique : Deux grands hommes : Hannibal et Scipion, prépare en ces moments une nouvelle leçon consacrée à Socrate au travers d'extraits de plusieurs dialogues de Platon.

Elle se propose d'illustrer les points grammaticaux (principaux) de cette leçon par des diaporamas (présentations POWERPOINT), tel celui déjà réalisé pour l'aoriste sigmatique :

L'aoriste sigmatique

Elle a placé dans cette présentation, caché derrière une chouette, un hyperlien vers le paragraphe du ¨Précis de grammaire grecque d'Anne-Marie Boxus consacré à la description "statique" de cet aoriste sigmatique. Et, pour ne pas être en reste, dans le Précis, Anne-Marie Boxus a inséré à cet endroit la même chouette pour jeter un pont, dans l'autre sens, vers le diaporama.

Nous ne pouvons qu'applaudir cette initiative visant à relier une réalisation personnelle , illustrant de façon dynamique un point de matière précis, à une architecture d'enseignement ou système structuré présent sur un serveur.

Qu'elle puisse inspirer de nombeux autres enseignants, dépositaires de diaporamas ou de présentations multi-média ! Les hyperliens se prêtent à merveille à telles passerelles entre réalités différentes.


6. Enseignement et Rencontres latines :

Le 8 mars dernier s'est déroulé pour la 21e fois le Certamen Ciceronianum dans une partie de l'enseignement secondaire belge (étudiants de 17-18 ans) : 720 étudiants y ont participé.

Moins de dix jours après l'événement, un site sur la Toile est consacré à ces Rencontres latines 2006.

Le Pro Marcello de Cicéron était à l'honneur cette année-ci.
Sur le site vous trouverez toutes les informations utiles se rapportant à ces Rencontres.

Toutes nos félicitations vont aux organisateurs de cette joute, aux étudiants qui y ont participé ainsi qu'aux éditeurs du site sur la Toile, entre autres, pour la promptitude qu'ils ont mise à l'affichage d'une information (presque) encore "chaude".
Décidément, la publication électronique s'impose de plus en plus.


Jean Schumacher
LLN, le 17 mars 2006


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002