Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     17-02-2006

Sujets :
HODOI - HELIOS : Lexique grec-français : arrivée de la lettre kappa; HODOI ELEKTRONIKAI : une application nouvelle, un outil de recherche nouveau : CORPORA; HODOI ELEKTRONIKAI : nouveaux environnements hypertextes : Athénée, Diodore de Sicile, Dion Cassius, Plato, Strabon, Xénophon; Fiches de lecture : 3 ajouts; Libres propos : Jean DELUMEAU à propos des caricatures qui ont indigné (suite et fin);

Notice :

1. : HODOI - HELIOS : Lexique grec-français :

Adresse sur la Toile : Lexique grec-français

Rappelons qu'il s'agit en l'occurrence d'une base de données consultable de diverses façons renfermant les entrées (lemmes et formes) d'un Lexique de base de la langue grecque, créé il y a quelques années déjà en appui d'un enseignement du grec à de "grands débutants".

Danielle de Clercq, collaboratrice scientifique (et bénévole), s'est attachée à la tâche ingrate et dévoreuse en temps de "modernisation" scinetifique de cet outil de travail : elle vient de nous fournir les données pour la lettre kappa, 19 e lettre de l'alphabet grec à être éditée de la sorte par elle.

Boris Maroutaeff a travaillé à l'intégration de ces données dans la base de données du Lexique. Celui-ci s'est ainsi trouvé augmenté de 263 lemmes pour 1210 formes différentes. A la date de ce jour, ce Lexique comporte ainsi des descriptions lexicographiques pour 14.404 formes grecques.

Il ne reste plus "que" 5 lettres à traiter : tau (D. de C. s'en occupe déjà depuis 3 jours), mu, omicron, upsilon, phi.

Il n'est peut-être pas inutile de rappeler ici que Boris Maroutaeff a développé une procédure de comparaison automatique des formes d'un texte avec celles du Lexique pour en extraire, en cas de correspondance, les descriptions lexicographiques qui y figurent. Une sorte de COLLATINVS grec.

Adresse sur la Toile : Comparaison

Enfin, toute une série d'oeuvres ont déjà été préparées pour une telle comparaison; les fichiers d'entrée à la comparaison - qui ont l'appellation .CODES dans l'intitulé des fichiers -, se trouvent à l'adresse suivante :

http://helios.fltr.ucl.ac.be/exercices/grevoc/

Les fichiers résultant de cette comparaison ont reçu le sobriquet .VOC dans leur intitulé. Ces fichiers sont conservés dans le même répertoire. A titre d'exemple : PLATON, La République, livre III, lettre kappa.


2. HODOI ELEKTRONIKAI : une application nouvelle, un outil de recherche nouveau : CORPORA :

C'est une joie pour nous de pouvoir vous annoncer la disponibilité d'un nouvel outil de recherche : le système CORPORA :

Adresse sur la Toile : CORPORA

Lorsque, en 2003, l'établissement d'une architecture environnement hypertexte pour els textes grecs nous avait été donné en commande, le délai fixé pour la réalisation d'un prototype - un mois calendrier - ne nous avait pas permis de retenir - et de développer - l'ensemble des fonctions présentes dans un environement hypertexte latin. Un an plus tard, en 2004, les environnements grecs sont entrés dans une phase de production intensive; aujourd'hui, moins d'un an et demi plus tard, près de 2 millions de formes sont déjà traitées.

Plusieurs oeuvres sont même déjà complètement traitées; le moment était donc approprié pour combler la "lacune" laissée en 2003 et développer un module de recherche permettant d'interroger une oeuvre globalement. L'Odyssée d'Homère a constitué le "terrain d'expérimentation".

Grâce aux efforts conjugués de Christian RUELL et de Boris MAROUTAEFF ce module existe maintenant : c'est le système CORPORA.

Ce système repose sur une base de données globale - c'est Christian Ruell qui l'a établie pour l'Odyssée -, objet de recherches et d'interrogations basées sur les formes.

L'interrogation - module développé par Boris Maroutaeff - se fait selon deux modes :

Adresse : Recherches

  • recherches sur la base d'une forme précise, encodée telle quelle, avec accents et esprit, en respectant les majuscules et minuscules, au travers d'une police de caractères grecs polytoniques UNICODE (Palatino Linotype)

  • recherches sur la base d'une forme "neutre" et (éventuellement) "tronquée" : sans accents et esprit, en caractères minuscules uniquement, recherches à partir des caractères initiaux de la forme critère de sélection.

Les résultats des recherches sont affichées sous la forme de contextes - la forme critère de sélection est centrée, précédée et suivie à chaque fois de 5 formes de son environnement immédiat - accompagnés des références aux chants et aux vers de l'Odyssée.

En cliquant sur le critère de sélection - ou sur toute autre forme du contexte fourni -, l'internaute est conduit au texte grec et à la traduction française du chant de l'Odyssée pris en considération ("blocs" de 50 vers à chaque fois).

L'outil de recherche CORPORA permet donc d'interroger l'Odyssée globalement et d'obtenir des résultats ventilés sur les différents chants. Une vue d'en haut en quelque sorte.

D'autres bases de données globales vont suivre (Apollonios, Ésope, etc.); lorsque sera disponible celle consacrée à l'Iliade d'Homère, l'outil de recherche CORPORA pourra valoir, pour ses entrées, un état virtuel et accessible en libre accès sur la Toile du LEXICON HOMERICUM sur papier.

PROSPECTIVE : La Malle aux thèmes : dans l'Actu'ITINERA du 6 janvier 2006, nous avions proposé un sondage au sujet de cette malle, objet d'un possible développement nouveau. Nous avons reçu quelques conseils mais aucune offre de collaboration institutionnelle; la programmation de cet outil avait été planifiée pour le mois de février 2006.

Mais nous hésitons encore à lancer ce nouveau chantier. S'il devait s'avérer, en effet, que la fourniture de contenus pour cette malle doive reposer uniquement sur nos épaules, il serait probablement indiqué d'en différer le lancement car actuellement est encore en cours, outre la préparation d'environnements hypertextes, la mise en correspondance, via des liens hypertextes, d'entrées du Lexique latin-français avec le Dictionnaire des antiquités romaines et grecques d'A. RICH dont la mise sur la Toile est l'oeuvre d'Agnès VINAS, professeur de lettres à Perpignan.

Le travail de mise en correspondance nous amène, en effet, régulièrement à revenir sur les descriptions lexicographiques du Lexique même, soit pour les créer soit pour les compléter. Un travail de longue haleine.


3. HODOI ELEKTRONIKAI : nouveaux environnements hypertextes :

Pendant la semaine écoulée, Christian RUELL a pu constituer, outre la base de données globale pour l'Odyssée d'Homère, les environnements hypertextes suivants:

  • Athénée, Le Banquet ou les Deipnosophistes, livre I [sans traduction française]
  • Diodore de Sicile, La Bibliothèque historique, livre V
  • Dion Cassius, L'histoire romaine, livre XLIII
  • Platon, La République, livre III
  • Strabon, Geographica, livre III
  • Xénophon, L'Anabase, livre III

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles, au format UNICODE, dans le Dépôt HODOI :


4. Fiches de lecture : 3 ajouts :

Adresse générique sur la Toile : Lectures

Ajouts :


5. Libres propos : Jean DELUMEAU à propos des caricatures qui ont indigné (suite et fin) :

La semaine passée, nous avons donné la parole à Michel SERRES à propos de ce sujet qui fâche; aujourd'hui, nous clôturons ce point en cédant la parole à Jean DELUMEAU dont les propos ont été recueillis par Jérôme CORDELIER et publiés dans la revue Le POINT, n° 1743, 9 février 2006, pp. 48-49 :

Cette affaire de caricatures de Mahomet est-elle une querelle d'un autre âge?

Ce n'est pas une nouveauté absolue. Depuis un certain temps, et notamment l'affaire des Versets sataniques de Salman Rushdie, les rapports entre l'islam et la liberté d'expression posent problème. Je rappelle, en outre, qu'il n'y a pas si longtemps en France, pendant l'entre-deux-guerres, était diffusé La Calotte, un journal satirique très virulent par l'écrit et par l'image contre l'Eglise catholique.
La nouveauté, c'est la dimension internationale du problème. Mais, sinon, la caricature a toujours fait partie de l'histoire des religions. Et son usage est en général lié à un contexte de guerre.

Des guerres anciennes?

Oui. C'est surtout pendant les guerres de Religion au XVIe siècle, en Occident, que la caricature a été le plus utilisée. La naissance du protestantisme s'est accompagnée en Allemagne d'un violent échange d'images satiriques. A partir du moment où Luther s'élève conre les indulgences catholiques, ce qui le conduira à rompre avec Rome, commence un échange de caricatures qui va durer tout le siècle. Ainsi, une gravure figure le pape recevant de l'argent rassemblé par des moines et des banquiers, en produit des indulgences. Sur une autre image, le nez d'un moine est transformé en cornemuse dans laquelle souffle un Diable perché sur l'épaule du religieux.
De l'autre côté, les catholiques représentaient, par exemple, un Luther à sept têtes, comme le dragon de l'Apocalypse.
Bref, vous le voyez, la caricature religieuse est une tradition ancienne.

Et, surtout, une arme?

Parfaitement. Une caricature est un raccourci, facilement compréhensible par ceux qui ne savent pas lire. C'est un moyen de frapper les esprits. Au départ, on s'en sert comme de toute image religieuse. On le voit, par exemple, dans L'art de bien mourir, un livre publié avant la Réforme, qui exhorte les fidèles à finir « de manière chrétienne» et, pour se faire comprendre, représente par des caricatures les tourments qui assaillent les pécheurs en enfer. C'est souvent à partir des méditations sur la mort qu'ont été fabriquées les premières caricatures impliquant la religion. Aux XIVe etXVe siècles, on représentait les jugements derniers, les supplices des damnés de manière très percutante. Ces figures infernales, représentations du mal, ont beaucoup inspiré la sculpture et la peinture. Les guerres de Religion les ont repris en les détournant vers la satire, pour diaboliser l'adversaire.

L'adversaire est, d'abord, visé comme blasphémateur?

C'est ainsi que Rome dénonce Luther et Calvin, lesquels ne sont pas en reste et désignent le pape comme l'Antéchrist. La lutte contre le blasphémateur est une action défensive des religions quand elles se croient attaquées. Elle est utilisée par les autorités comme instrument de propagande religieuse. Il s'agit de fédérer les fidèles d'une confession en les braquant contre une autre. En Occident, ce fut un moyen mis en oeuvre surtout pendant les XVe et XVIe siècles, et même encore au XVIIe siècle. En France, la législation contre les blasphémateurs a été fixée par Saint Louis, puis alourdie par ses successeurs, jusqu'à Louis XIV inclus (1666). Les blasphèmes étaient punis par des amendes mais aussi par des peines corporelles – on pouvait couper la langue de celui qui proférait des injures contre la religion... Durant le XVIe siècle, le seul tribunal d'inquisition de Tolède, en Espagne, a conduit 644 procès pour blasphèmes, dont 600 avec condamnations.

...

Cette conduite répressive n'est-elle pas liée à une civilisation qui fusionne la religion et l'Etat?

Bien sûr. Seuls les croyants voient des blasphémateurs. Quand il y a symbiose entre la religion et l'Etat, toute personne qui renie ou attaque la foi est un blasphémateur, et un danger pour l'ordre public, puisqu'il est censé croire. Ce fut le cas dans la France de l'Ancien Régime, cela l'est encore aujourd'hui, d'une certaine manière, au sein des sociétés musulmanes. Mais, problème : dans un Occident sécularisé, pour un non-croyant il n'y a pas de blasphème. Le désaccord profond qui éclaire l'affaire actuelle revient donc à ceci: les musulmans accusent de blasphème des personnes pour qui celui-ci n'existe pas...

...


Jean Schumacher
17 février 2006


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002