Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     16-12-2005

Sujets :
HODOI - HELIOS : Lexique grec-français : la lettre P (pi) est là; ITINERA - HODOI : nouveaux environnements hypertextes : Justin, Pline l'Ancien - Homère, Plutarque (2 x), Strabon; Lectures : Médée et le naphte - De la différence entre un philosophe et un homme d'état; Publication : Jean LECLANT (sous la dir. de) , dictionnaire de l'Antiquité; Enseignement : l'épisode Dédale et Icare - La réécriture contemporaine du mythe d'Ulysse;

Notice :

1.HODOI - HELIOS : Lexique grec-français :

Le Lexique grec-français est un outil de travail en construction : il renferme des descriptions lexicographiques (entrée de dictionnaire (lemme), catégorie grammaticale, temps primitifs, traduction, étymologie, ...) pour un nombre de formes de plus en plus important.

C'est Danielle de Clercq qui est l'artisan de cet outil. Elle vient de nous transmettre les entrées pour la lettre P. Une lettre imposante : de l'ordre de 1.461 entrées nouvelles.

Boris Maraoutaeff a intégré ces données dans la base de données du Lexique qui, aujourd'hui, contient ainsi 11.326 descriptions lexicographiques.

Lettres encore à traiter : epsilon (E), kappa (K), mu (M), omicron (O), to (T), phi (PH).
Lorsque, (probablement) au printemps 2006, l'ensemble du Lexique sera traité, il faudra lancer des campagnes de complétion (cf. ateliers lexicographiques) pour en faire un instrument de travail de premier plan. Et en accès libre sur la Toile!

Nous avons mesuré l'apport des nouvelles entrées sur deux oeuvres en préparation pour des environnements hypertextes :

PLUTARQUE, Vies parallèles, Vie de Périclès et

DIODORE de SICILE, La Bibliothèque historique, livre XIV.

Constat: de très nombreuses descriptions font encore défaut. Mais l'essentiel est déjà fait : le point de départ; car pour de nombreuses formes il existe (maintenant) une description dans le Lexique mais à un autre cas ou pour une autre forme verbale conjuguée. Dans ces cas, une (simple) reprise de la description existante à accoler aux formes qui en sont dépourvues permettra d'accroître rapidement et sans grande peine le volume du Lexique.


2. ITINERA - HODOI : nouveaux environnements hypertextes :

Christian RUELL a pu constituer les environnements suivants:

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles, aux formats .TXT et UNICODE, dans les Dépôts ITINERA et HODOI :

Pline l'Ancien :

Philippe Remacle, avec le concours d'Agnès Vinas (site méditerranées), a entamé sur son site le traitement de l'Histoire naturelle de Pline l'Ancien.

Les traductions françaises de plusieurs livres y sont déjà disponibles: II, III, IV, V, VI, VII, VIII; XIX, XXVII, XXVIII; le livre XXXIV est traité au sein des ITINERA depuis 2002.

Notre intention n'est pas d'établir des environnements hypertextes pour tous ces livres mais bien pour ceux qui font l'objet d'enseignements. Faites-nous connaître ces livres et nous les traiterons à notre tour.


3. Lectures :

  • Pline l'Ancien, Histoire naturelle, II, 109 : Médéé et le naphte :

    [2,109] Similis est natura naphthae. Ita appellatur circa Babylonem et in Austacenis Parthiae profluens bituminis liquidi modo. Huic magna cognatio ignium, transiliuntque in eam protinus undecumque uisam. Ita ferunt a Medea paelicem crematam, postquam sacrificatura ad aras accesserat, corona igne rapto.

    [2,109] CIX. (1) La nature du naphte est semblable: on appelle ainsi une substance qui coule comme du bitume liquide, dans les environs de Babylone et dans l'Astacène, province de la Parthie. Le feu a une grande affinité pour elle, et il s'y jette dès qu'il est à portée. C'est ainsi qu'on rapporte que Médée brûla sa rivale: celle-ci, au moment où elle s'approchait de l'autel pour y faire un sacrifice, eut sa couronne aussitôt envahie par le feu.

  • Plutarque, Vie de Périclès, ch. 16 : De la différence entre un philosophe et un homme d'état :

    (6) οὐ ταὐτὸν δ' ἐστίν, οἶμαι, θεωρητικοῦ φιλοσόφου καὶ πολιτικοῦ βίος, ἀλλ' ὁ μὲν ἀνόργανον καὶ ἀπροσδεῆ τῆς ἐκτὸς ὕλης ἐπὶ τοῖς καλοῖς κινεῖ τὴν διάνοιαν, τῷ δ' εἰς ἀνθρωπείας χρείας ἀναμιγνύντι τὴν ἀρετὴν ἔστιν οὗ γένοιτ' ἂν οὐ τῶν ἀναγκαίων μόνον, ἀλλὰ καὶ τῶν καλῶν ὁ πλοῦτος, ὥσπερ ἦν καὶ Περικλεῖ βοηθοῦντι πολλοῖς τῶν πενήτων. (7) καὶ μέντοι γε τὸν Ἀναξαγόραν αὐτὸν λέγουσιν ἀσχολουμένου Περικλέους ἀμελούμενον κεῖσθαι συγκεκαλυμμένον ἤδη γηραιὸν ἀποκαρτεροῦντα· προσπεσόντος δὲ τῷ Περικλεῖ τοῦ πράγματος ἐκπλαγέντα θεῖν εὐθὺς ἐπὶ τὸν ἄνδρα καὶ δεῖσθαι πᾶσαν δέησιν, ὀλοφυρόμενον οὐκ ἐκεῖνον, ἀλλ' ἑαυτόν, εἰ τοιοῦτον ἀπολεῖ τῆς πολιτείας σύμβουλον. ἐκκαλυψάμενον οὖν τὸν Ἀναξαγόραν εἰπεῖν πρὸς αὐτόν· “ὦ Περίκλεις, καὶ οἱ τοῦ λύχνου χρείαν ἔχοντες ἔλαιον ἐπιχέουσιν.”

    Il est vrai, ce me semble, qu’il faut mettre une grande différence entre la vie d’un philosophe spéculatif et celle d’un homme d’état. Le premier, n’appliquant son esprit qu’à la contemplation des choses honnêtes, peut se passer de tout instrument extérieur qui le seconde ; l’autre, qui fait servir sa vertu à l’utilité commune, a besoin de richesses comme d’un moyen également nécessaire et louable. Périclès employait les siennes à secourir les citoyens pauvres, et Anaxagore lui-même en éprouva les effets. On dit que dans sa vieillesse, se voyant négligé par Périclès, que ses grandes affaires empêchaient de penser à lui, il se coucha, et se couvrit la tête de son manteau, résolu de se laisser mourir de faim. Périclès n’en fut pas plus tôt informé, qu’accablé de cette nouvelle, il courut chez lui, et employa les prières les plus pressantes pour le détourner de son dessein. « Ce n’est pas vous que je pleure, lui disait-il : c’est moi, qui vais perdre un ami dont les conseils me sont si utiles pour le gouvernement de la république. » Alors Anaxagore se découvrant la tête : «Périclès, lui dit-il, ceux qui ont besoin d’une lampe ont soin d’y verser de l’huile.»


4. Publication :

Dans l'actualité du 18 novembre 2005, nous vous avons présenté

Olivier BATTISTINI - Pascal CHARVET (sous la direction de)
Alexandre le Grand. Histoire et Dictionnaire.
Paris, Robert Laffont, Collection Bouquins, novembre 2004

Aujourd'hui, c'est un autre Dictionnaire que nous pouvons mettre sur le pavoi :

Jean LECLANT (sous la direction de)
Dictionnaire de l'Antiquité
Paris, Quadrige - PUF, octobre 2005, 49 euros.

C'est un ouvrage impressionnant : 2.389 pages, 3.200 articles, plus de 500 collaborateurs; sujet : l'ensemble des civilisations du bassin méditerranéen; espace temporel : de la fin du IVe millénaire à l'époque de Justinien (milieu du VIe s. ap. J;-Chr.).

Nous avons réuni, pour illustration, dans un seul fichier plusieurs pages de ce Dictionnaire sous la forme d'images numérisées au format PDF : couverture, 4e de couverture, Avant-Propos, article "Alexandre le Grand", 1ière page d'Index :

Dictionnaire de l'Antiquité

Chaque entrée comporte un article, des références bibliographiques, des renvois à d'autres entrées ainsi que l'indication du rédacteur.

Certaines entrées permettent de franchir les limites temporelles assignées au Dictionnaire. Ainsi en est-il de l'entrée Patristique / Patrologie où sont citées, in fine, les éditions des bénédictins de Saint-Maur (XVIIe-XVIIIe siècles), la Patrologie de Migne (1800-1875) ainsi que le Corpus Christianorum commencé en 1947 à Turnhout en Belgique par le Père Eligius Dekkers (et non "Dekker", comme il est dit dans l'article) et dont la maison d'édition a fêté ses 50 ans d'existence en 2003.

Il n'y a pas d'images, pas de cartes géographiques ni de chronologies récapitulatives et les références littéraires sont plutôt rares alors qu'elles abondaient dans le Dictionnaire consacré à Alexandre le Grand.

Justement, à propos d'Alexandre le Grand, l'article, qui va des pages 66 à 70, fournit une biographie très soignée et complète de ce conquérant; trois sources sont citées (sans références) : Diodore de Sicile, Plutarque et Arrien. Quinte-Curce n'est pas retenu alors qu'il y a, par ailleurs, à la page 1859, une entrée consacrée à cet auteur où il est largement question d'Alexandre le Grand.

Ce Dictionnaire de l'Antiquité est une encyclopédie de grande valeur pour un prix modique en regard, par exemple, des investissements intellectuels. Dommage qu'il n'existe que sur papier. Une version électronique aurait permis, entre autres, des ajouts et des compléments "immédiats" ... et peut-être aussi l'adjonction de citations textuelles en appui des faits et des réalités évoquées. Le grec est traité en translittération latine, une pratique usuelle, semble-t-il, dans des ouvrages de ce type.


5. Enseignement :

Paul-Augustin DEPROOST a mis la dernière main à l'épisode Dédale et Icare (OVIDE, Métamorphoses, VIII, 183 à 235) de son cours d'auteurs latins.

Les deux pôles de la Conclusion en sont : Un mythe de transgression - La transgression par la métamorphose.

Myriam WATTHEE-DELMOTTE a terminé les exposés qu'elle a donnés dans le cadre de l'enseignement consacré à Ulysse ou les défis de l'intelligence nomade par une conclusion, sous la forme d'un diaporama, dans laquelle elle présente les modalités de la réécriture contemporaine du mythe d'Ulysse


Jean Schumacher
LLN, le 16 décembre 2005


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002