Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     07-10-2005

Sujets :
Pratique du terrain : quel outil TICE/NTIC utiliser?; ITINERA - HODOI : Nouveaux environnements hypertextes : Ange Politien, Vitruve - Homère (4 x), Lucien, Plutarque (2 x); HODOI - HELIOS : Précis de grammaire & Lexique grec-français : fiches de synthèse & passerelle; Lectures : PLUTARQUE sous plusieurs déclinaisons; Statistiques de consultation - septembre 2005;

Notice :

1. Pratique du terrain : Quel outil TICE/NTIC utiliser? :

Une leçon d'apprentissage est mise en oeuvre. L'enseignant désire soumettre aux étudiants une série de questions en rapport avec la matière vue : quel outil des nouvelles technologies va-t-il choisir pour cet échange questions-réponses?

Au moins trois possibilités existent :

  • forum de discussion : l'enseignant inscrit sur le forum la série de questions et invite les étudiants à y répondre.

    Dès qu'un étudiant a indiqué une réponse exacte à une question, cette question est neutralisée pour les autres car sur un forum chacun peut lire les messages de tous. L'évaluation par l'enseignant doit être immédiate : dès qu'une réponse est fournie, l'appréciation est requise afin de retirer la question de la série, s'il échet. Peu d'étudiants peuvent participer à l'échange : ceux qui répondent dès que les questions sont (dé)posées sur le forum. Après 10 réponses exactes - si la série comportait 10 questions - l'échange est terminé.

    Dans cet échange, l'enseignant a la liberté de commenter son appréciation, de fournir des éléments de réponse supplémentaires, de mettre en évidence tel ou tel élément en recourant à des couleurs différentes, de renvoyer à des documents icongraphiques disponibles sur la Toile; les étudiants, de leur côté, sont appelés à faire preuve d'émulation : plus il y a de séries de question, plus il y a de possibilités de participation par un plus grand nombre; mais des séries plus courtes sont souhaitées (5 questions) pour permettre de suivre plus facilement sur le forum le déroulement des réponses et commentaires donnés car les messages d'une thématique se présentent "à la queue leu leu" les uns derrière les autres.

    Le forum peut donc constituer un lieu d'échange riche tenant en haleine et l'enseignant et les étudiants.

  • l'Ardoise virtuelle : le nom déjà de cette application en ligne est reçu favorablement par les étudiants. L'enseignant communique par écrit (traitement de texte) les questions aux étudiants qui les replacent (via copier-coller) dans la partie supérieure du formulaire de l'Ardoise. Dans la partie médiane, ils placent les réponses. Tout en haut, ils indiquent leurs coordonnées. Enfin, en bas de page figure la case ENVOYER dans laquelle ils indiquent l'adresse de courrier électronique de l'enseignant destinataire ainsi que leur propre adresse de courrier (séparateur entre les adresses : virgule suivi d'un blanc) puis envoient (cliquer sur ENVOYER) le pensum fait à l'enseignant. Comme l'étudiant s'est adressé aussi le message à lui-même, il détient une copie de son travail. L'enseignant, "en différé" imprime le travail, le corrige et l'annote et rend les copies en classe.
    Toute la classe participe: chacun a sa chance; l'anonymat est préservé (en théorie), le travail peut se faire "à distance" mais en ligne. L'évaluation n'est pas immédiate.

    L'application se révèle être un outil "passe-partout" qui peut être employé dans de très nombreuses occasions.

  • l'application hors ligne EXERCICES : ce programme PC/WINDOWS qui peut être téléchargé librement comporte quatre modules : choix multiple, l'emporium (ou le marché des mots), mots sur sentier (mots croisés) et puzzle (syntagmes).

    Nous avons retenu choix multiple pour la création d'un exercice similaire à celui déposé récemment par un enseignant sur le forum de discussion HELIOS à propos d'Apollonios de Rhodes et de l'épopée des Argonautes en quête de la toison d'or.

    L'exercice est construit, via le formulaire de l'application, sur le poste de travail de l'enseignant ou de l'étudiant; l'application tranforme le formulaire automatiquement en language (et fichier) HTML pour l'exécution sur la Toile (en ligne et/ou hors ligne). L'évaluation est immédiate. L'enseignant peut donc l'envoyer à ses étudiants en annexe à un courrier électronique mais l'échange s'arrête là. Cependant, et c'est ici l'originalité de cet outil, l'enseignant TOUT COMME L'ÉTUDIANT peuvent construire à loisir de nouveaux exercices une fois qu'ils ont installé ce logiciel sur leur poste de travail. Exécuter un exercice fait par autrui est une chose, en construire soi-même peut être plus enrichissant encore. Cette application convient à merveille pour des "joutes" entre groupes d'étudiants d'une même classe ou encore entre classes, par exemple, FR et BE engagées dans un "défi" comme c'est le cas pour le moment entre plusieurs écoles secondaires françaises et belges.

Trois possibilités : elles font partie d'une gamme d'outils déjà bien fournie et disponible dans la boîte à outils du projet HELIOS. Ces outils ont été demandés par des enseignants et ont été développés en concertation avec eux. Faites nous signe si vous souhaitez la création d'autres exercices basés sur les nouvelles technologies d'information et de communication. Nous ferons de notre mieux pour enrichir la malle aux trésors NTIC/TICE.


2. ITINERA - HODOI : Nouveaux environnements hypertextes :

Christian RUELL a une nouvelle fois fait merveille :

Les textes bruts de ces eouvres sont disponibles, aux formats .TXT ou UNICODE, dans les Dépôts ITINERA - HODOI :


3. HODOI - HELIOS : Fiches de synthèse & passerelle :

Danielle de Clercq a pu établir et transmettre les données pour trois autres lettres de l'alphabet grec : rho, lambda et omega. Ces entrées ont été intégrées au Lexique grec-français.

A l'occasion de l'introduction de formes dans ce Lexique, une problématique a surgi en rapport avec la diversité de fonctions que peuvent connaître certains termes grecs, comme, par exemple, la particule ἄν. Il n'a pas paru idoine d'énumérer et de détailler une telle liste de fonctions dans la rubrique "TRADUCTION" d'une entrée du Lexique. Où placer, en effet, des exemples pour des fonctions variées?

C'est pourquoi Anne Marie Boxus et Jacques Poucet ont remis l' (leur) ouvrage sur le métier pour la confection de Fiches de synthèse des entrées remplissant une diversité de fonctions en y joignant, à chaque fois, l'un ou l'autre exemple significatif:

Précis de grammaire - Fiches de synthèse

De notre côté, nous avons créé une nouvelle catégorie grammaticale : DIV, pour diversité de fonctions; nous avons aussi adjoint à la base de données du Lexique un nouveau champ (zone), intitulé LIENS, champ réservé à l'indication d'adresses (hyperliens - URL) renvoyant vers des paragraphes bien déterminés du Précis de grammaire. De la sorte, nous avons jeté une passerelle virtuelle entre le Lexique grec-français, d'une part, et le Précis de grammaire grecque, d'autre part.

Exemple : en consultant le Lexique pour ἄν, le résultat affiché présente, en rubrique Ref. P. G., l'indication "1805"; cette donnée "hyperlien" conduit au paragraphe 1805 du Précis et, donc, à la Fiche de synthèse élaborée pour cette particule.

Ces fiches de synthèse constituent un enrichissement considérable du Précis de grammaire qui, faut-il le dire?, est en passe de devenir un outil incontournable, de plus il est à la libre disposition de tous sur la Toile. Le fait mérite d'être signalé.


4. Lectures : PLUTARQUE sous plusieures déclinaisons :

La préparation d'environnements hypertextes pour des oeuvres (morales) de Plutarque ainsi que l'actualité (Cours GOR2390 consacré à Ulysse) nous ont fait découvrir plusieurs propos ou sentences de Plutarque que nous croyons pouvoir répercuter dans Actualité présente :

  • Connais-toi [ton corps] toi-même! [Préceptes d'hygiène, chap. 26] :

    [26] Ἤκουσα Τιβέριόν ποτε Καίσαρα εἰπεῖν ὡς ἀνὴρ ὑπὲρ ἑξήκοντα γεγονὼς ἔτη καὶ προτείνων ἰατρῷ χεῖρα καταγέλαστός ἐστιν. ἐμοὶ δὲ τοῦτο μὲν εἰρῆσθαι δοκεῖ σοβαρώτερον, ἐκεῖνο δ´ ἀληθὲς εἶναι, τὸ δεῖν ἕκαστον αὑτοῦ μήτε σφυγμῶν ἰδιότητος εἶναι ἄπειρον (πολλαὶ γὰρ αἱ καθ´ ἕκαστον διαφοραί) μήτε κρᾶσιν ἀγνοεῖν ἣν ἔχει τὸ σῶμα θερμότητος καὶ ξηρότητος, μήθ´ οἷς ὠφελεῖσθαι χρώμενον ἢ βλάπτεσθαι πέφυκεν. αὑτοῦ γὰρ ἀναίσθητός ἐστιν καὶ τυφλὸς ἐνοικεῖ τῷ σώματι καὶ κωφὸς ὁ ταῦτα μανθάνων παρ´ ἑτέρου καὶ πυνθανόμενος τοῦ ἰατροῦ πότερον μᾶλλον θέρους ἢ χειμῶνος ὑγιαίνει, καὶ πότερον τὰ ὑγρὰ ῥᾷον ἢ τὰ ξηρὰ προσδέχεται, καὶ πότερον φύσει πυκνὸν ἔχει τὸν σφυγμὸν ἢ μανόν· καὶ γὰρ ὠφέλιμον εἰδέναι τὰ τοιαῦτα καὶ ῥᾴδιον, ἀεί γε δὴ πειρωμένους καὶ συνόντας.

    [26] J'ai entendu dire que Tibère répétait souvent : «Un homme qui a passé la soixantaine et qui présente son pouls à un médecin, mérite tout à fait qu'on se moque de lui." Je trouve le mot trop tranchant; mais ce qui me semble exact, c'est que chacun devrait être familiarisé avec le battement de sa propre veine, lequel varie singulièrement selon les individus. On devrait connaître sa complexion, le degré de chaleur et de sécheresse de son corps, quelles choses lui sont naturellement utiles ou préjudiciables. C'est ne pas se sentir soi-même, c'est habiter son corps en sourd et en aveugle, que d'apprendre ces notions par la bouche d'un autre, que de demander au médecin : «Me porté-je mieux l'été que l'hiver? M'accommodé-je mieux de l'humide que du sec ? Mon pouls est-il naturellement vif ou mou?» Ce sont des détails qu'il est aussi profitable qu'aisé de savoir : il n'y faut que de l'expérience et de la continuité.

  • Pour le superstitieux, la mort n'est pas la fin de l'existence [De la superstition, chap. 4; pour Plutarque la superstition se traduit par la crainte des dieux]

    "πέρας ἐστὶ τοῦ βίου πᾶσιν ἀνθρώποις ὁ θάνατος," τῆς δὲ δεισιδαιμονίας οὐδ´ οὗτος, ἀλλ´ ὑπερβάλλει τοὺς ὅρους ἐπέκεινα τοῦ ζῆν, μακρότερον τοῦ βίου ποιοῦσα τὸν φόβον καὶ συνάπτουσα τῷ θανάτῳ κακῶν ἐπίνοιαν ἀθανάτων, καὶ ὅτε παύεται πραγμάτων, ἄρχεσθαι δοκοῦσα μὴ παυομένων. Ἅιδου τινὲς ἀνοίγονται πύλαι βαθεῖαι, καὶ ποταμοὶ πυρὸς ὁμοῦ καὶ Στυγὸς ἀπορρῶγες ἀνακεράννυνται, καὶ σκότος ἐμπίπλαται πολυφαντάστων εἰδώλων τινῶν χαλεπὰς μὲν ὄψεις οἰκτρὰς δὲ φωνὰς ἐπιφερόντων, δικασταὶ δὲ καὶ κολασταὶ καὶ χάσματα καὶ μυχοὶ μυρίων κακῶν γέμοντες.

    Le terme de la vie pour tous les humains, c'est la mort; pour le superstitieux, ce n'est pas même la mort. Il franchit les limites de l'existence, il prolonge sa crainte au delà du tombeau, et il associe à l'idée de trépas celle de tourments éternels. Quand des tribulations ont cessé, il se figure en commencer une série d'autres qui n'auront pas de fin. Devant lui s'ouvrent les gorges profondes de l'Enfer, se déploient des fleuves qui roulent à la fois des flammes et des pleurs, s'épaississent de ténèbres qu'il peuple de milliers de fantômes. Des apparitions horribles frappent ses regards, il entend des voix lamentables. Ce ne sont que juges, que bourreaux, que gouffres, qu'abîmes remplis de mille maux.

  • Pourquoi avons-nous deux oreilles et une (seule) langue? [Comment écouter, chap. 3] :

    Καὶ τὴν φύσιν ἡμῶν ἑκάστῳ λέγουσι δύο μὲν ὦτα δοῦναι, μίαν δὲ γλῶτταν, ὡς ἐλάττονα λέγειν ἢ ἀκούειν ὀφείλοντι.

    « Si la nature a donné à chacun de nous deux oreilles et une seule langue, c'est parce que notre devoir est de moins parler qu'écouter ».

  • Pietro CITATI, La pensée chatoyante (L'Arpenteur, Gallimard, 2004), p. 50 : la mort du temps et le rôle de la mémoire :

    La pensée chatoyante, p. 50 : "Dans Le crépuscule des oracles, Plutarque écrit une très belle phrase :

    «De ce qui a été, plus rien ne demeure, plus rien ne survit. Chaque chose naît et se perd au même moment : nos actions, les paroles, les sentiments — comme un fleuve rapide, le temps emporte tout... la mémoire, pour nous, c'est ouïr des choses désormais sourdes, voir des choses désormais aveugles.»

    Rarement un homme a exprimé avec autant d'intensité la sensation angoissante de la mort du temps : derrière nous, il n'y a plus rien, tout est sourd et muet, comme dans l'Hadès qu'Ulysse visite de si mauvais gré. Rien n'est plus arbitraire que d'attribuer au « premier » ou au « second » Homère les pensées du plus subtil des écrivains platoniciens. Et pourtant, nous avons parfois l'impression que l'édifice qu'Homère, Hésiode et les poètes archaïques ont élevé à la Mémoire naît d'un secret sentiment d'angoisse : arrêter le temps, l'empêcher à tout prix d'emporter les choses et de disparaître dans les airs. ..."

    PLUTARQUE, Sur les sanctuaires dont les oracles ont cessé, chap. 39 :

    Τῶν γὰρ γεγονότων οὐδὲν ἔστιν οὐδ´ ὑφέστηκεν, ἀλλ´ ἅμα γίγνεται πάντα καὶ φθείρεται, καὶ πράξεις καὶ λόγοι καὶ παθήματα, τοῦ χρόνου καθάπερ ῥεύματος ἕκαστα παραφέροντος· αὕτη δὲ τῆς ψυχῆς ἡ δύναμις οὐκ οἶδ´ ὅντινα τρόπον ἀντιλαμβανομένη τοῖς μὴ παροῦσι φαντασίαν καὶ οὐσίαν περιτίθησιν. ὁ μὲν γὰρ Θεσσαλοῖς περὶ Ἄρνης δοθεὶς χρησμὸς ἐκέλευε φράζειν ‘κωφοῦ τ´ ἀκοὴν τυφλοῖό τε δέρξιν,’ ἡ δὲ μνήμη καὶ κωφῶν πραγμάτων ἀκοὴ καὶ τυφλῶν ὄψις ἡμῖν ἐστιν. ὅθεν, ὡς ἔφην, οὐκ ἔστι θαυμαστόν, εἰ κρατοῦσα τῶν μηκέτ´ ὄντων προλαμβάνει πολλὰ τῶν μηδέπω γεγονότων· ταῦτα γὰρ αὐτῇ μᾶλλον προσήκει καὶ τούτοις συμπαθής ἐστι· καὶ γὰρ ἐπιβάλλεται καὶ προτίθεται πρὸς τὰ μέλλοντα καὶ τῶν παρῳχημένων καὶ τέλος ἐχόντων ἀπήλλακται πλὴν τοῦ μνημονεύειν.

    Car de ce qui a été, il ne reste, il ne subsiste rien. Tout existe et périt à la fois, les actes, les paroles, les affections; tout est entraîné par le temps comme par un fleuve rapide. Mais il y a une faculté de l'âme qui oppose, je ne sais comment, de la résistance et qui donne une réalité et une forme à ce qui n'est plus. En effet, l'oracle consulté par les Thessaliens à propos d'Arna leur prescrivait de dire "Ce que voit un aveugle et ce qu'entend un sourd". Eh bien ! La mémoire des faits est pour nous l'ouïe des sourds, et la vue des aveugles. C'est pourquoi, comme je l'ai dit, il ne faut pas s'étonner si la mémoire, saisissant ce qui n'est plus, anticipe sur une grande partie des choses qui ne sont point encore. Ces dernières lui conviennent davantage et elle y sympathise tout particulièrement. Elle se porte, elle s'élance vers l'avenir, tandis que de ce qui est passé et accompli elle se trouve disjointe, et elle n'y tient que par le souvenir.


5. Statistiques de consultation - septembre 2005 :

  • Site ITINERA ELECTRONICA:
    • sessions de travail ouvertes: 31.813
    • pages visitées: 85.270
    • pages les plus fréquemment demandées: Cours GLOR 2330 (Auteurs latins - P.-A. Deproost; 9.251 pages); Actualités : 9.919 pages ; Thesaurus des formes analysées : 12.540 pages

  • Site AGORACLASS - Environnements hypertextes (hors Corpora) :
    • sessions de travail ouvertes: 188.609
    • pages visitées : 541.780
    • pages les plus visitées : Ovide, Métamorphoses, livre I : 9.964 pages - livre X : 6.532 pages; Virgile, Géorgiques, I : 6.013 ;

  • Site AGORACLASS (CORPORA):
    • sessions de travail ouvertes: 10.239
    • pages visitées: 202.131

  • Site BCS (Bibliotheca Classica Selecta):
    • sessions de travail ouvertes: 113.240
    • pages visitées: 251.093
    • pages les plus fréquemment demandées: Folia Electronica Classica (36.657 pages); Suétone (29.393 pages); Virgile (18.812 pages)

  • Site LCE (Lupa Capitolina Electronica):
    • sessions de travail ouvertes: 9.155
    • pages visitées: 10.983

  • Site COLLATINVS-UCL (lemmatisation - dictionnaire latin-français) :
    • sessions de travail ouvertes: 8.227
    • pages visitées: 9.334

  • Site HODOI ELEKTRONIKAI (Environnements hypertextes grecs) :
    • sessions de travail ouvertes: 21.735
    • pages visitées: 111.133
    • pages les plus fréquemment demandées: Plutarque, Vie de César : 6.353 pages; Sophocle, Oedipe-Roi : 9.861 pages

  • Site HELIOS (Coopération Grenoble (LOG) - UCL-LLN (FLTR/GLOR) : Langues anciennes) :
    • sessions de travail ouvertes: 3.599
    • pages visitées: 8.659


État de la banque de textes latins :

  • Etat du dictionnaire au 7 octobre 2005 :

    228.942 formes différentes.
  • Etat du corpus de textes traités au 7 octobre 2005 :


  •  
    UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
    Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

    Dernière mise à jour : 17/02/2002