Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     27-05-2005

Sujets :
ITINERA ELECTRONICA : nouveaux environnements hypertextes : Érasme, Valère Maxime; Lecture : De l'utilité d'un Panégyrique; HODOI ELEKTRONIKAI : Nouveaux environnements hypertextes : Apollonios de Rhodes, Ésope (2 x), Homère, Plutarque (6 x), Sophocle; Lecture : Le corbeau et le renard ; HODOI ELEKTRONIKAI : application : EXERCICES 3.0 : Cases à cocher; Projets ITINERA - HODOI - HELIOS : Boîte à outils : Les traductions; Enseignement : le mythe d'Orphée (en diaporamas);

Notice :

1. ITINERA ELECTRONICA : Nouveaux environnements hypertextes :

Côté latin, Christian RUELL a pu constituer les environnements hypertextes suivants :

  • Érasme, Correspondance, Lettre n° 180 à Jean Desmarez (date : 1504)
  • Valère Maxime, Des faits et des paroles mémorables, livre I
  • Valère Maxime, Des faits et des paroles mémorables, livre II

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles, au format .txt, dans le Dépôt ITINERA ELECTRONICA :


2. Lecture : De l'utilité d'un Panégyrique :

Parmi les oeuvres d'Érasme se trouve aussi un Panégyrique de Philippe le Beau, archiduc d'Autriche (1478-1506). Dans une lettre (n° 180) à un de ses amis il s'explique sur l'utilité d'un tel éloge :

[180,3] Principio qui panegyricos nil aliud quam assentationes esse putant, prorsum ignorare uidentur quo consilio, cui rei, genus hoc scripti sit a prudentissimis uiris repertum ; nempe in hoc ut obiecta uirtutis imagine improbi principes emendarentur, probi proficerent, rudes instituerentur, admonerentur errantes, extimularentur oscitantes, denique ipsi apud sese pudescerent deplorati. An uero credendum est Calisthenem tantum philosophum, qum Alexandri laudes diceret, an Lysiam atque Isocratem, an Plinium et cum hiis innumerabiles, quum hoc in genere uersarentur, alio spectasse quam ut sub laudandi pretextu cohortarentur ad honesta? An tu censes regibus sic natis, sic educatis, tetrica illa Stoicorum dogmata et Cynicos latratus esse proponendos? Scilicet ut aut cachinnum moueas aut acrius etiam irrites ? Generosus animus quanto commodius ducitur quam trahitur, quantoque melius blandimentis sanatur quam conuiciis ! Quod autem efficacius, imo quod aliud prudentibus est usurpatum cohortandi genus, quam ut magna iam ex parte tribuant ea decora ad quae prouocant ? An non laudata uirtus "Crescit, et immensum gloria calcar habet ?"

...

Hiis nimirum panegyricus scribitur, non principi, si sit illaudatus. Neque enim uni prestatur de quo dicitur, sed plurimis apud quos dicitur, quorum auribus permulta tribuas necesse est ; quemadmodum fit in concionibus, cui panegyricorum genus esse simillimum uel ipsa uox admonet, quae Graecis a conuentu promiscuae multitudinis dicitur. Vnde et Fabius nullo in genere tantum esse licentiae credit, quantum in iis in quibus fas est ad demulcendas auditorum aures omnes rhetorices fucos, omnes delicias palam ostentare. Denique posteris quoque scribuntur ista, scribuntur orbi ; neque ita magni refert huc spectanti cuius nomine boni principis exemplar proponatur in publicum, modo id scite facias, ut cordatis non inescasse, sed monuisse uideare.

[180,3] Et tout d'abord, ceux qui ne voient dans les panégyriques rien d'autre que flatteuse approbation semblent ignorer totalement dans quelle intention et en vue de quel objet ce genre d'écrit a été inventé par des hommes très prudents : afin que par là, mis en face d'une image de la vertu, les mauvais princes se corrigent, les bons progressent, les incultes s'affinent, les hésitants soient dirigés, les indolents soient stimulés, pour qu'enfin ceux même de qui l'on ne peut plus rien espérer connaissent la honte vis-à-vis d'eux-mêmes. Peut-on vraiment croire que Callisthène, un grand philosophe, qui a prononcé l'éloge d'Alexandre, ou Lysias, ou Isocrate, ou Pline et tant d'autres avec eux qui ont pratiqué ce genre, aient eu d'autre intention, sous prétexte de louange, que de conseiller le bien ? Peux-tu croire les rois nés et élevés de telle sorte qu'on puisse leur proposer les fameux axiomes des stoïciens et les aboiements des cyniques ? Oui, si c'est pour les faire éclater de rire ou les irriter encore davantage. Une âme généreuse, combien il vaut mieux la conduire que la contraindre ! Combien on la guérit mieux par des caresses que par des injures ! Existe-t-il une façon de persuader plus efficace, les gens sages en ont-ils jamais employé une autre, que d'attribuer largement les belles choses vers lesquelles ils cherchent à attirer ? N'est-il pas vrai que la «vertu grandit à s'entendre louer et que la gloire est un puissant aiguillon» ?

...

C'est pour ceux-là [les citoyens], après tout, que le panégyrique est écrit, non pour le prince, si celui-ci n'est pas digne de louange. Et il ne s'adresse pas à l'homme unique dont il parle, mais à tous ceux devant qui il est prononcé, des oreilles desquels il est nécessaire de tenir le plus grand compte ; c'est ainsi que les choses se passent dans les sermons, genre auquel celui des panégyriques ressemble beaucoup, comme l'indique le nom lui-même, tiré par les Grecs de celui d'une multitude assemblée. C'est pourquoi Quintilien estime qu'aucun genre n'autorise plus de licence que ceux où il est permis, pour séduire les oreilles des auditeurs, d'étaler tous les fards de la rhétorique et tout ce qui peut réjouir. Enfin, ces choses sont écrites pour la postérité aussi, écrites pour l'univers ; devant une telle considération, il n'importe plus guère à quelle occasion le modèle du bon prince a été proposé au peuple, pourvu qu'on l'ait fait intelligemment, sans avoir l'air de duper les sages, mais en les avertissant.


3. Nouveaux environnements hypertextes :

Côté grec, Christian RUELL a fait dans l'abondance : il a pu créer pas moins de 11 environnements hypertextes:

Les textes bruts de ces oeuvres se trouvent, au format UNICODE, dans le Dépôt HODOI ELEKTRONIKAI :


==>Apollonios de Rhodes :

Vie d'Apollonios (format PDF)


==>Sophocle, Oedipe à Colone : Argument :

OEdipe à Colone fait suite à OEdipe Roi. Banni de Thèbes par des fils dénaturés, chargé des infirmités de l'àge et réduit à mendier pour vivre, ce roi, victime de la fatalité, arrive à Colone, bourg de l'Attique, voisin d'Athènes — Sa fille Antigone l'accompagne.

Le choeur, composé de vieillards de Colone, lui apprend qu'il foule une terre sacrée, qu'il est dans un bois où s'élève le temple des Euménides. OEdipe reconnaît alors l'accomplissement d'un oracle qui a marqué ce lieu comme le terme de sa vie et de ses infortunes. Antigone sa fille implore la pitié des vieillards qui, au nom d'OEdipe, voulaient chasser de leur territoire ce grand criminel , lorsque survient Ismène, sœur d'Antigone. Elle apporte a son père de nouveaux oracles annonçant que son tombeau doit rendre le peuple qui le possédera vainqueur de ses ennemis, et lui apprend que les Thébains, qui en sont instruits, vont venir pour s'emparer de sa personne.

En effet, Créon parait, et s'efforce d'abord d'engager OEdipe à retourner à Thébes. Sur son refus, il commence par enlever Antigone et Ismène, et va l'entraîner lui-mème, malgré la résistance des Coloniates, quand survient Thésée, roi d'Athènes.

A sa voix on poursuit les ravisseurs, un combat s'engage, et bientôt Ismène et Antigone sort rendues à leur père. Pendant qu'OEdipe se livre à la joie d'avoir retrouvé ses filles, Thésée lui apprend qu'un étranger demande à l'entretenir.

Cet étranger, c'est Polynice, l'aîne des fils d'OEdipe. Sur les instances de Thesée, il consent à l'entendre. Mais a peine a-t-il entrevu les intentions de ce fils ingrat qui, chassé de Thèbes par son frère Etéocle, veut se servir de son père pour remonter sur le trône, il ne se contient plus, il charge son fils d'imprécatious, et lui prédit que son frère et lui périront de la main l'un de l'autre.

Après le départ de Polynice, la foudre éclate; OEdipe reconnait, à ces signes certains, que le moment de sa mort est venu. Il fait appeler Thésée, et le roi d'Athènes est seul témoin de son trépas mystérieux.

Antigone et Ismène demandent à Thésée de les renvoyer à Thèbes , pour empêcher l'accomplissement des funestes prédictions de leur père. C'est ici que commence le sujet d'"Antigone".

[tiré de : Sophocle, Oedipe à Colone. Par une société de professeurs et d'hellénistes. Paris, Hachette, 1898]


4. Lecture : Le corbeau et le renard :

Nous ne pouvions pas ne pas faire sortir de l'ensemble des fables d'Ésope celle, très connue, mettant en scène un corbeau et un renard :

[165] Κόραξ καὶ ἀλώπηξ. Κόραξ κρέας ἁρπάσας ἐπί τινος δένδρου ἐκάθισεν. Ἀλώπηξ δὲ θεασαμένη αὐτὸν καὶ βουλομένη τοῦ κρέατος περιγενέσθαι στᾶσα ἐπῄνει αὐτὸν ὡς εὐμεγέθη τε καὶ καλόν, λέγουσα καὶ ὡς πρέπει αὐτῷ μάλιστα τῶν ὀρνέων βασιλεύειν, καὶ τοῦτο πάντως ἂν ἐγένετο, εἰ φωνὴν ἔχειν. Ὁ δὲ παραστῆσαι αὐτῇ θέλων ὅτι καὶ φωνὴν ἔχει, ἀποβαλὼν τὸ κρέας μεγάλα ἐκεκράγει. Ἐκείνη δὲ προσδραμοῦσα καὶ τὸ κρέας ἁρπάσασα ἔφη· " Ὦ κόραξ, καὶ φρένας εἰ εἶχες, οὐδὲν ἂν ἐδέησας εἰς τὸ πάντων σε βασιλεῦσαι." Πρὸς ἄνδρα ἀνόητον ὁ λόγος εὔκαιρος.

[165] LE CORBEAU ET LE RENARD

Un corbeau, ayant volé un morceau de viande, s'était perché sur un arbre. Un renard l'aperçut, et, voulant se rendre maître de la viande, se posta devant lui et loua ses proportions élégantes et sa beauté, ajoutant que nul n'était mieux fait que lui pour être le roi des oiseaux, et qu'il le serait devenu sûrement, s'il avait de la voix.

Le corbeau, voulant lui montrer que la voix non plus ne lui manquait pas, lâcha la viande et poussa de grands cris. Le renard se précipita et, saisissant le morceau, dit : «O corbeau, si tu avais aussi du jugement, il ne te manquerait rien pour devenir le roi des oiseaux.»

Cette fable est une leçon pour les sots.


5. HODOI ELEKTRONIKAI : EXERCICES grecs 3.0 : Cases à cocher :

Boris MAROUTAEFF a réécrit une autre des applications conçues il y a quelques années déjà au bénéfice des parcours didactiques du Projet ITINERA ELECTRONICA pour en faire une application PC/Windows hors ligne à l'intention principale et en appui des leçons d'apprentissage de la langue grecque : Cases à cocher.

Ce module est disponible en téléchargement libre à l'adresse suivante :
http://helios.fltr.ucl.ac.be/exercices/Casescocher/casescocher.zip

L'exerciseur se présente sous la forme d'une grille avec, en abscisse, les données (textuelles; max. 10) et, en ordonnée, les analyses (linguistiques ou autres; max. 10). En édition, l'enseignant coche dans les cases ad hoc les correspondances "données-analyses"; opération que l'étudiant est appelé à refaire en mode exécution. La validation immédiate met en relief les réponses exactes (en vert) ainsi que les erreurs ou les oublis (en rouge).

Spécimens : Les animaux des Fables d'Ésope; Les temps de l'Indicatif; Auteurs et oeuvres.

Cette application a été écrite spécifiquement pour les données grecques, mais comme le montre bien le 3e exemple ci-dessus (auteurs-oeuvres), il convient tout aussi bien à des données latines, françaises, etc.


6. Projets ITINERA - HODOI - HELIOS : Boîte à outils : Les TRADUCTIONS :

Comme nous le signalons chaque semaine en communiquant les nouveaux environnements hypertetxes mis sur pied, chacun des ces environnements est associé à une traduction littéraire française.

Cette traduction est incorporée dans l'environnement et est affichée à l'écran , en juxtaposition avec l'extrait latin ou grec correspondant, en réponse à une interrogation ou recherche partant d'un contexte précis.

Exemple : ÉRASME, Correspondance, lettre n° 180 : contexte pour la forme Apelles et expansion de l'environnement textuel pour cette même forme.

D'un autre côté, les textes et les traductions françaises sont placées, au format .txt (ou UNICODE pour les données grecques) dans les Dépôts ITINERA ELECTRONICA et HODOI ELEKTRONIKAI où ils peuvent être téléchargés librement.

Exemple : texte grec pour le Chant II de l'Odyssée d'Homère ainsi que la traduction française littéraire.

Nous venons d'ajouter un item dans la Boîte à outils de ces 3 projets : TRADUCTIONS. Nous y avons ouvert, en effet, l'accès à un outil de travail suupllémentaire relevant des nouvelles technologies (TICE/NTIC) : les traductions en juxtaposition.

Il s'agit d'éditions présentant à la fois le texte grec d'une oeuvre, une traduction littéraire mais aussi, en juxtaposition, une traduction littérale permettant de suivre le texte mot à mot. Outil qui peut venir à point lorsqu'il s'agit de préparer un texte grec et de comprendre le sens de ce qui a été exprimé par l'auteur.

Ces éditions et traductions sont présentées sur la Toile au format PDF sous la forme d'images numérisées.

Ce fonds, qui vient d'être créé (pour les textes grec), s'enrichira progressivement en fonction de la disponibilité de ces éditions particulières.

Sont déjà disponibles sur la Toile:

Nous détenons les éditions suivantes auxquelles ce traitement pourra être appliqué :

  • Démosthène, Les 3 Olynthiennes; Les 4 Philippiques; Le discours sur la Couronne
  • Euripide : Électre; Hécube; Hippolyte; Iphigénie en Aulide; Médée
  • Hérodote : Histoires (morceaux choisis)
  • Homère : L'Iliade, ch. I, II, III, VI, IX, XI, XX, XXIV; L'Odyssée, ch. VI, IX
  • Pindare : Les Isthmiques; Les Néméennes; Les Olympiques; Les Pythiques
  • Sophocle : Oedipe-Roi; Oedipe à Colone
  • Thucydide : La Guerre du Péloponèse , livre II
  • Xénophon : L'Anabase, livres I à VII; La Cyropédie , livre I

Appel : Si vous deviez disposer chez vous d'éditions de ce type (qui datent en règle générale de la fin du XIXe siècle) mais pour d'autres auteurs et/ou livres que ceux signalés ci-dessus, nous recevrions avec grand plaisir, en vue de compléter ce fonds, soit les éditions elles-mêmes en vue d'une saisie optique, soit les fichiers électroniques au format PDF résultant déjà d'une saisie numérique.

Certes, en agissant ainsi, nous ressuscitons un état du passé mais, en lui donnant un habit des nouvelles technologies, cet état est susceptible de rendre encore de nombreux et grands services.


7. Enseignement : Le mythe d'Orphée (en diaporamas) :

Dans le cadre du cours Typologie et permanences des imaginaires mythiques (GLOR 2390 à l'UCL-LLN), le sujet abordé pendant l'année académique 2001-2002 a été le mythe d'Orphée.

Un site a été créé sur la Toile et les différents enseignants y ont déversé leur contribution :

  • Alain MEURANT , Les sources antiques du mythe d'Orphée
  • Paul-Augustin DEPROOST, La réception chrétienne du mythe d'Orphée
  • Myriam WATTHEE-DELMOTTE , Réécritures contemporaines des mythes
  • Brigitte VAN WYMEERSCH , La survivance du mythe dans l'art et dans la musique

Deux diaporamas, augmentés et enrichis, pour l'un, par des extraits musicaux ainsi que par des illustrations iconographiques viennent d'y être (re)placés:

Paul-Augustin Deproost, L'Orphée chrétien

Myriam Watthee-Delmotte, Les réécritures contemporaines du mythe


Jean Schumacher
LLN, le 27 mai 2005


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002