Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     29-08-2003

Sujets :
Environnements hypertextes : Sénèque, Cicéron; Steven SAYLOR, Un Egyptien dans la ville; ITINERA Enseignement: Virgile, Didon et Énée; Nouvelle traduction: TACITE, Germanie

Notice :

1. Environnements hypertextes :

Ces deux dernières semaines, les virus informatiques LovSan, Nachi, Sobig, etc. ont pris du temps - trop de temps - à l'équipe. Au détriment de la confection de nouveaux environnements hypertextes. La "moisson" est dès lors moins importante:

Les textes bruts pour ces oeuvres sont disponibles dans le Dépôt ITINERA ELECTRONICA :


2. Steven SAYLOR, Un Égyptien dans la ville :
Titre original : The Venus Throw (1993)
Traduction française : Arnaud d'Apremont
Editions Ramsay, 1998, 381 pp.
Collection 10/18 Grands détectives

Nous avons déjà pu présenter que ce soit dans les Actualités ou dans le Supplément pédagogique du Projet ITINERA ELECTRONICA certains des romans policiers précédents de S. Saylor consacrés aux enquêtes menées par l'inspecteur Gordien au 1er siècle avant notre ère :

Quatrième de couverture du livre Un Égyptien dans la ville:

Une glaciale soirée de janvier 56 avant notre ère. Un couple étrange se glisse dans les rues de Rome vers la demeure de Gordien. La "femme" n'est autre que Dion d'Alexandrie, philosophe, maître et membre estimé de l'Académie, envoyé à Rome à la tête d'une ambassade. Quant au "jeune homme", c'est un prêtre eunuque du temple de Cybèle. Si le philosophe est ainsi déguisé, c'est qu'il craint pour sa vie. Au cours des derniers jours, plusieurs membres de sa délégation ont été assassinés. Mais, avant que le coq ne chante, Dion aura cessé de vivre, et l'enquête commence alors pour Gordien.

S. SAYLOR base son enquête, entre autres, sur le plaidoyer de Cicéron Pour Célius (Pro Caelio). L'art de S. SAYLOR consiste à imaginer ce discours, à le mettre en scène, à lui donner une ambiance (théâtrale): mimiques de Cicéron, réactions du public, jeux de regards entre les protagonistes, ... Le tout agrémenté de réflexions intérieures de Gordien, l'inspecteur et ici spectateur attentif.

Nous venons de mettre en environnement hypertexte le plaidoyer de Cicéron (cf. supra). Nous avons saisi optiquement les pages du livre de S. SAYLOR présentant, à sa façon, ce discours de Cicéron : extrait et nous n'avons pas résisté à faire, à notre tour, un montage présentant ci-dessous, pour une infime partie de ce discours, le texte latin, d'abord, la traduction française tirée de Collection des Auteus latins de Nisard, ensuite, et, enfin, l'arrangement de cette scène vue par S. SAYLOR :

Cicéron, Pour Célius, ch. XIII (partim) - XIV (partim) :

Res est omnis in hac causa nobis, iudices, cum Clodia, muliere non solum nobili, sed etiam nota; de qua ego nihil dicam nisi depellendi criminis causa.

(32) Sed intellegis pro tua praestanti prudentia, Cn- Domiti, cum hac sola rem esse nobis. Quae si se aurum Caelio commodasse non dicit, si uenenum ab hoc sibi paratum esse non arguit, petulanter facimus, si matrem familias secus, quam matronarum sanctitas postulat, nominamus. Sin ista muliere remota nec crimen ullum nec opes ad oppugnandum Caelium illis relinquuntur, quid est aliud quod nos patroni facere debeamus, nisi ut eos, qui insectantur, repellamus? Quod quidem facerem uehementius, nisi intercederent mihi inimicitiae cum istius mulieris uiro - fratre uolui dicere; semper hic erro. Nunc agam modice nec longius progrediar quam me mea fides et causa ipsa coget. Neque enim muliebres umquam inimicitias mihi gerendas putaui, praesertim cum ea quam omnes semper amicam omnium potius quam cuiusquam inimicam putauerunt.

[14] XIV. (33) Sed tamen ex ipsa quaeram prius utrum me secum seuere et grauiter et prisce agere malit an remisse et leniter et urbane.

Traduction française :

Dans cette cause, juges, nous n'avons affaire qu'à Clodia, femme d'un grand nom, et qui même est très connue. Je ne dirai d'elle que ce qui sera nécessaire pour nous justifier. Mais j'en appelle à votre sagesse, Cn. Domitius : vous voyez que cette femme est notre seule partie. Si elle ne dit point qu'elle ait prêté de l'or à Célius, si elle ne l'accuse point d'avoir voulu l'empoisonner, c'est manquer à tous les égards que de compromettre ici le nom d'une femme respectable; mais si, en l'écartant de la cause, on fait écrouler toute l'accusation, si alors il ne reste plus d'armes pour combattre Célius, que dois-je faire, moi, qui le défends, si ce n'est de repousser ceux qui l'attaquent? Je le ferais avec plus de véhémence, sans mes démêlés avec le mari de Clodia, je voulais dire son frère, je m'y trompe toujours. Mais avec elle j'userai de modération, et je n'irai pas plus loin que ne l'exigeront mon devoir et l'intérêt de ma cause. Jamais je n'ai cherché à être l'ennemi des femmes, et encore moins de celle qu'on dit avoir toujours été l'amie des hommes.

[14] XIV. Cependant, avant de commencer, je lui demanderai quel doit être le ton de mon discours. Veut-elle qu'il soit grave, sévère, antique? aime-t-elle mieux des formes douces, aimables et polies?

S. Saylor, Un Egyptien dans la ville, pp. 335 - 336 :

«Juges, toute cette affaire, je l'ai dit, tourne autour de Clodia, une femme de haut lignage - et de basse réputation. Je ne suis pas ici pour parler de scandale et croyez bien que je n'ai aucun plaisir à contester la vertu d'une dame romaine. Cependant, comme toute l'affaire visant mon client a cette femme pour origine et dès lors que j'ai pour devoir de le défendre, je n'ai pas le choix : je dois examiner les accusations avec le plus grand sérieux. Mais, au cours de mes attaques contre cette femme, j'essaierai de ne pas aller au-delà de ce qui est nécessaire à la défense. Je me sens obligé d'être très prudent dans tout ce que je vais dire, car tout le monde connaît l'inimitié qui m'oppose au mari de cette femme.

Des rires éclatèrent. Cicéron fit mine d'être troublé. - Oh, j'ai dit mari ? Je voulais dire frère, naturellement. Je me demande pourquoi je fais toujours cette erreur. Il haussa les épaules et sourit.

- Eh bien, je prie les juges de m'excuser d'être contraint de citer le nom d'une dame dans une telle affaire. Vraiment, je n'avais pas imaginé me retrouver devant un tribunal en train d'attaquer une femme - et particulièrement cette femme-là dont on dit qu'elle devient l'amie de tous les hommes qu'elle croise.

Il attendit que les rires s'éteignent. Il y eut un mouvement de foule et je pus de nouveau voir Clodia. Son visage était toujours impassible, mais ses yeux trahissaient clairement son inquiétude. Elle commençait à mesurer l'ampleur de l'erreur qu'elle avait commise en étalant ses griefs contre Caelius dans l'arène publique.

- Mais laissez-moi d'abord poser une question à cette dame, reprit Cicéron. Dois-je adopter avec elle le ton sévère - «vieille Rome» - de nos ancêtres ou un ton plus courtois, affable ?

Nous supposons que l'arrangement à la Saylor pourra constituer pour les latinistes en herbe une agréable entrée en matière avant d'aborder, sous tous les angles, l'austère plaidoyer de Cicéron.


3. ITINERA Enseignement : VIRGILE, Didon et Énée :

Les matières des cours de latin pour l'année académique 2003-2004 sont en préparation et vont apparaître sous peu sur la Toile. Notre collègue Paul-Augustin DEPROOST, le premier, a déjà mis à l'affiche une grande partie du cours de latin consacré à l'épisode de Didon et Énée d'après Virgile.

Adresse du cours : Didon et Énée.

En ce qui concerne un autre cours, pour lequel P.-A. DEPROOST est coordonateur, seul le sujet qui sera abordé est connu: Le labyrinthe en tous ses dédales.


4. TACITE, La Germanie :

Madame Danielle De Clercq a réalisé une nouvelle traduction française annotée et commentée pour cette oeuvre de Tacite.

Cette traduction est hébergée sur le site de la Bibliotheca Classica Selecta (BCS) à l'adresse suivante:

Tacite, La Germanie.


Jean Schumacher
LLN, le 29 août 2003


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002