Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     13-06-2003

Sujets :
Environnements hypertextes : Cicéron, Justin, Sénèque, Stace; Répertoire d'apophtegmes (suite); Néfertiti, la polémique; Cérès en timbre; Nouvelle réalisation: Bibliothèques virtuelles

Notice :

1. Environnements hypertextes :

Les environnements hypertextes, constitués pendant la semaine écoulée, concernent:

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles dans le Dépôt ITINERA ELECTRONICA :

Oeuvre terminée: Cicéron, traité Des devoirs ("De officiis"), en trois livres. Durée : les traitements se sont échelonnés sur deux mois de temps.


2. Répertoire d'apophtegmes (suite):

L'inscription d'apophtegmes dans la base de données va bon train. Nous sommes bien placés pour y contribuer: la vérification de la saisie optique des traductions françaises des oeuvres traitées nous permet, en effet, de (re)lire ces textes et d'extraire, ici et là, des maximes ou pensées à placer dans la base de données.

Si notre choix est donc forcément subjectif, nous n'assumons pas, pour autant, la responsabilité du contenu de ces aphorismes. Ainsi, Sénèque, dans Phèdre, fait des femmes des dux malorum : nous lui laissons l'entière responsabilité de cette assertion.

Une société est un puzzle, composé de nombreuses "pièces". Mises ensemble, une image globale peut se dégager. Devons-nous, parce que dans nos sociétes civilisés d'aujourd'hui les critères de jugement ne sont plus les mêmes que ceux relevant du temps de la pax romana, éliminer des sociétés du passé tout ce qui est susceptible de heurter les mentalités d'aujourd'hui? Nous ne le pensons pas. Les esclaves, par exemple, ont constitué, à l'époque, un des piliers de la société romaine; ils ont été soumis à bien des vexations, des brimades et des mauvais traitements. Pourtant, cette situation est un fait de société. Sénèque a consacré, entre autres, une lettre entière à cette thématique: livre V, lettre XLVII.

En conséquence, nous croyons pouvoir continuer l'elenchus de la façon dont nous le pratiquons en laissant à chacun l'appréciation du bien-fondé de ce que la pensée ou la maxime énonce.

La mise en contexte est de nature à donner à ce sujet l'éclairage idoine. C'est pourquoi, et à dessein, nous posons, pour chacun des apophtegmes, un lien interactif soit vers son environnement hypertexte, s'il existe (déjà), soit vers le texte brut, disponible dans le Dépôt ITINERA ELECTRONICA.

Nous remercions tous ceux qui depuis l'annonce de la base de données nous envoient, à jets réguliers, de nouvelles maximes. Maximes que nous nous efforçons de placer, en respectant les meilleurs délais, dans la base de données.

Comme cette dernière amplifie, nous avons créé un module de recherche supplémentaire, basé sur la liste des descripteurs. Ce module apparaît au point deux de la page de garde des apophtegmes.


3. Néfertiti, la polémique :

Ces derniers jours s'est étalée dans la presse une polémique au sujet d'un buste de la reine égyptienne Néfertiti,conservé au Musée égyptien de Berlin en Allemagne. Plus précisément, au sujet d'une initiative visant à placer ce buste sur un torse en bronze représentant un corps dénudé de femmme.

Alexandre BUCCIANTI, dans un article, publié dans Le MONDE, édition du 10 juin 2003, et intitulé : Toute nue, la reine Néfertiti bouleverse l'Égypte, dit ceci:

Les archéologues et intellectuels égyptiens sont dans tous leurs états depuis que le musée égyptien de Berlin a décidé de doter le célèbre buste de la reine Néfertiti d'un corps de femme nue.
Le conservateur de ce musée, Dietrich Wildung-Schoske, a en effet commandité à deux artistes hongrois une statue en bronze dans laquelle viendrait se loger la tête en calcaire polychrome de l'épouse d'Akhenaton (1372 av-J. C.).
La « mise en corps » de la pièce maîtresse du musé a été très médiatisée et les images publiées par la presse égyptienne, samedi 7 juin, ont provoqué un tollé.
Quand la reine est nue, ses sujets sont en colère. Tellement en colère que le ministre égyptien de la culture, Farouk Hosni, réclame son retour immédiat à la mère patrie.
Le ministère des affaires étrangères a été sommé de protester contre cet « affront à l'histoire égyptienne » et l'Unesco alertée de cette « atteinte à l'éthique scientifique ».
Même si les autorités égyptiennes affirment que leurs préoccupations sont d'ordre égyptologique, il ne fait pas de doute que c'est la nudité toute nue qui fait jaser.

Dans la vallée du Nil on n'accepte pas que l'épouse du chef de l'Etat - même si cela se passait il y a plus de trois mille ans - expose son corps au regard concupiscent du premier venu.

Les égyptologues du Caire se déchaînent contre le musée de Berlin. Son directeur est accusé, par les journaux, d'avoir voulu se venger personnellement de l'Egypte qui l'a interdit de fouilles après que des rapports policiers eurent évoqué ses éventuels liens avec des trafiquants d'antiquités. Et la presse rappelle « l'arnaque » qui a permis la sortie du chef-d'oeuvre d'Egypte.
C'était le 6 décembre 1912. La mission allemande fouillant le site de Tall el-Amarna, capitale éphémère d'Akhenaton, tomba sur l'atelier du «grand maître des sculpteurs de la cour » Thoutmès. Découvrant le buste, les archéologues allemands « omirent » d'informer le service archéologique égyptien de l'importance de la découverte. La statue fut-elle maquillée ou cachée aux inspecteurs qui donnèrent leur accord pour le départ vers l'Allemagne ? Mystère. Quand la statue fut enfin exposée au musée de Berlin en 1922, l'Egypte décida d'interdire aux archéologue allemands de fouiller en Egypte.

L'histoire se répétera-t-elle à cause de Néfertiti toute nue ?


4. Cérès en timbre:

L'effigie de la déesse de la fertilité, Cérès, a été choisie, en 1850 par la poste française, pour un timbre valant à l'époque 15 centimes. Ce timbre s'est vendu jusqu'en 1853 mais uniquement à Paris, car il était destiné à l'affranchissement des seules lettres circulant dans Paris intra muros. Maintenant, ce timbre est considéré comme très rare. Et sa valeur, à l'état neuf, a atteint des sommets en 2002: 20.000 € (EUR). Une vente organisée le 23 mai dernier a même fait grimper cette valeur auprès des philatélistes à 24.602 € (EUR).
Comme quoi il arrive encore que "l'Antiquité" se vende très chèrement.

Source: Roland GRANIER, La "vraie" valeur du 15 centimes vert Cérès, dans: Le MONDE, dimanche 8 - lundi 9 juin 2003.


5. Bibliothèques virtuelles :

L'année académique n'est pas encore finie que démarrent déjà les préparatifs pour l'année suivante. L'épisode Didon et Énée (VIRGILE, Énéide, Chants I et IV) constituera ici, à Louvain-la-Neuve, un des sujets d'étude du cours Explication approfondie d'auteurs latins de Paul-Augustin DEPROOST. Ce cours sera disponible sur la Toile, comme le sont ceux des années précédentes. La collecte d'informations de réalisations disponibles sur la Toile en rapport avec cet épisode a commencé.

Nous avons proposé et constitué une autre base de données interactive, intitulée Bibliothèques virtuelles, destinée à servir de catalogue de réalisations, disponibles sur la Toile, et qui sont en rapport avec des enseignements prodigés. De cette façon, non seulement les étudiants, inscrits aux cours faisant l'objet de ce traitement informatisé, mais toute la communauté des enseignants, des étudiants et des internautes intéressés pourra feulleter ce catalogue à la recherche de sites, dossiers, pages , ... sur la Toile en rapport avec un sujet ou un centre d'intérêt donné.

La présentation sera vite faite: la page de garde fait apparaître des onglets et un formulaire d'interrogation.

Les onglets:
  • enseignements : conduit à la liste des enseignements au bénéfice desquels le catalogue est établi - pour le moment, un seul cours est concerné -, et aussi aux sites sur la Toile de ces enseignements
  • recherche: des rubriques à cocher et un bouton de lancement d'une recherche; entre rubriques, l'opérateur booléen est opérationnel; exemple de recherche: cocher "thématique" et inscrire "Didon", puis, lancer la recherche
  • administration: deux procédures, l'une réservée aux enseignants dont le cours fait l'objet du catalogue (insertion et/ou modification d'une fiche), l'autre, réservée à la communauté des intéressés pour l'envoi, via le courrier électronique, d'informations quis eront placées, ensuite, dans la base de données
  • modèle: la fiche descriptive avec ses champs et les contenus prévus pour ces champs; la rubrique "cote" vise plutôt un classement, une catégorisation des réalisations signalées qu'un jugement porté sur ces dernières: la "cote" 1 affecte une illustration, la "2" un instrument pédagogique et la "3" un instrument spécialisé; l'"appréciation" veut donner à l'étudiant ou au visiteur intéressé, dans la mesure du possible, une indication (personnelle) sur la qualité de ce qui est offert sur la Toile.

Formulaire et exécution d'une recherche: A titre d'exemple, en recherchant, au travers de la rubrique thématique, les informations disponibles pour Didon dans le catalogue, - tel qu'il se présente à la date du 13 juin 2003 -, 4 réponses sont fournies; ces réponses peuvent conduire soit aux réalisations sur la Toile elles-mêmes, soit, en cliquant sur le symbole en-dessous de la rubrique "Fiches", sur la fiche descriptive figurant pour cette réalisation dans le catalogue.

Cette base de données est ouverte:

  • d'autres enseignants peuvent y faire figurer "leur" catalogue de sites, dossiers, pages, ... sur la Toile qui sont en rapport avec l'enseignement qu'ils dispensent tant à l'Université que dans l'enseignement secondaire (12-18 ans)
  • la communauté des internautes intéressés peut contribuer à l'accroissement de la base de données en signalant des réalisations en rapport avec une thématique retenue - en l'occurrence, "Didon et Énée -,
  • cette même communauté est invitée aussi à signaler des appréciations voire des commentaires, après la consultation et/ou l'utilisation dans un milieu d'enseignement, des réalisations se trouvant inscrites dans le catalogue : la Maison de la latinité - pour ne considérer que cette langue - sera une construction collective ou (probablement) ne sera pas, du moins pas sous la forme envisagée.


Jean Schumacher
LLN, 13 juin 2003


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002