Projets ITINERA ELECTRONICA - HODOI ELEKTRONIKAI - HELIOS

Actu' ITINERA+ (Actualités - Nouvelles)


  Accueil     Liste des actualités     Recherche     Actualité     Administration  

Date :     21-03-2003

Sujets :
Environnements hypertextes : Justin, Lucrèce, Ovide, Pline le Jeune, Tite-Live; Applications informatiques: ConcordancePHR(ases); Médée

Notice :

1. Environnements hypertextes:

Les nouveaux environnements hypertextes établis pendant la semaine concernent:

Les textes bruts de ces oeuvres sont disponibles séparément dans le Dépôt ITINERA ELECTRONICA:


2. Applications informatiques: Concordance PHR(ases)

Nous avons ajouté un nouveau module à l'application Concordance PHR(ases). Il s'agit d'une application hors ligne qui établit les contextes des formes présentes dans l'oeuvre ou dans l'extrait analysé. Contextes qui peuvent, ensuite, faire l'objet d'une consultation interactive.

Cette application s'inscrit dans le cadre des recherches portant sur l' l'étude de vocabulaires d'auteur.
Ces recherches, basées sur les formes, constituent les premiers maillons de ce qu'il est convenu d'appeler la statistique lexicale. Elles visent à mettre en relief des procédés, des habitudes d'écriture permettant de dresser, en approfondissant ces recherches initiales, le profil (linguistique) de l'auteur étudié.

Deux listes de vocabulaire et deux types de concordances font partie de ces recherches au sein du Projet ITINERA ELECTRONICA:

  • FORMES: la Liste du vocabulaire triée dans l'ordre alphabétique des formes
  • FORMES : une même liste mais triée, cette fois-ci, dans l'ordre des fréquences décroissantes
  • FORMES: la Concordance présentant des contextes de 5 lignes
  • FORMES: la Concordance avec comme contextes les phrases entières.

Ces applications - téléchargeables - existent depuis un certain temps déjà; pour augmenter encore la pertinence de la Concordance PHR(ases) nous y avons ajouté la possibilité d'exporter (sauvegarder) l'ensemble des contextes d'une oeuvre (ou d'une partie d'oeuvre) dans un fichier au format TEXTE (à l'exception des contextes des formes articles ou assimilés). Version: 3.0 Contextes triés dans l'ordre alphabétique des formes; contextes accompagnés, au titre de référence, du numéro de la phrase.

Cette application réalise à la fois la découpe en phrases, la recherche de contextes d'après un critère fourni et maintenant aussi l'exportation de la concordance complète. Le format TEXTE a été retenu parce qu'il est le plus dépouillé et permet ainsi de regrouper tous les contextes dans une limite et taille de fichier acceptables.

A titre d'illustration, nous vous indiquons ci-dessous, les résulats (sauvegardés) de ces applications pour des oeuvres d'auteurs français, tout d'abord, d'auteurs latins, ensuite.

Ces listes et concordances sont des outils ouvrant les portes à une introspection linguistique. Ainsi, à titre d'exemple, la liste des formes classées d'après les fréquences d'attestation décroissantes - des formes les plus souvent utilisées à celles dont l'emploi est unique - fait apparaître les mots porteurs d'un texte (ou d'un extrait): les mots de liaison (conjonctions, prépositions, etc.) "arrivent toujours en tête" de liste, c'est normal, mais les "mots significatifs" qui attestent un taux d'utilisation élévé - et qui viennent donc "en tête" aussi - trahissent le ou les focus de l'oeuvre étudiée: les personnes ou héros du récit, les thèmes ou accents particuliers de la trame du récit.

A titre d'exemple:

  • Th. GAUTIER, La Toison d'or ou la quête de la femme idéale: elle (166 attestations), Tiburce (le personnage principal masculin; 116 emplois), Gretchen (l'héroine; 64 emplois), yeux (34 attestations; l'examen de la concordance pour cette forme devrait permettre de donner un sens à cette fréquence si élevée), amour (28), coeur (28), etc.
  • Th. GAUTIER, Arria Marcella: Octavien (66), Pompéï (23), Arria (20), jeune (19), femme (16), amour (14), yeux (13), etc.
  • Ch. BAUDELAIRE, Le jeune enchanteur : Callias le héros; 45), Sempronius (32), Jeune (23), ami (18), coeur (17), amour (15), prêtre (14), beauté (14), etc.
  • Cicéron, Philippique, XIII : Caesaris (20), publica (16), rem (14), rei (14), publicae (14), senatus (13), bellum (11), pacem (10, hostem (10), etc.
  • Cicéron, De l'amitié: amicitia (67), amicitiae (48), natura (24), amicitiam (24), rem (23), etc.
  • Sénèque, Médée : Medea (77), Iason (41), nutrix (23), manus (16), ira (15), etc.

La fréquence élevée de manus dans la Médée de Sénèque mérite une examen un peu plus attentif. La concordance phrases vient bien à point ici:

MANUS [19] primum sceptriferis colla Tonantibus <60> taurus celsa ferat tergore candido; Lucinam niuei femina corporis intemptata iugo placet, et asperi Martis sanguineas quae cohibet MANUS, quae dat belligeris foedera gentibus 65 et cornu retinet diuite copiam, donetur tenera mitior hostia.

[38] hoc meis satis est malis? si quod Pelasgae, si quod urbes barbarae nouere facinus quod tuae ignorent MANUS, nunc est parandum.

[76] Creon) <180> Medea, Colchi noxium Aeetae genus, nondum meis exportat e regnis pedem? molitur aliquid: nota fraus, nota est MANUS.

[93] Medea) difficile quam sit animum ab ira flectere iam concitatum quamque regale hoc putet 205 sceptris superbas quisquis admouit MANUS, qua coepit ire, regia didici mea.

[111] potest Iason, si tuam causam amoues, suam tueri: nullus innocuum cruor contaminauit, afuit ferro MANUS 265 proculque uestro purus a coetu stetit.

[155] sed cesserit coactus et dederit MANUS: adire certe et coniugem extremo alloqui sermone potuit - hoc quoque extimuit ferox; <420> laxare certe tempus immitis fugae genero licebat - liberis unus dies datus est duobus.

[177] cruentis paelicem poenis premat regalis ira, uinculis oneret MANUS clausamque saxo noctis aeternae obruat: 465 minora meritis patiar - ingratum caput, reuoluat animus igneos tauri halitus interque saeuos gentis indomitae metus armifero in aruo flammeum Aeetae pecus, hostisque subiti tela, cum iussu meo <470> terrigena miles mutua caede occidit; adice expetita spolia Phrixei arietis somnoque iussum lumina ignoto dare insomne monstrum, traditum fratrem neci et scelere in uno non semel factum scelus, 475 ausasque natas fraude deceptas mea secare membra non reuicturi senis: 478 per spes tuorum liberum et certum larem, per uicta monstra, per manus, pro te quibus <480> numquam peperci, perque praeteritos metus, per caelum et undas, coniugi testes mei, miserere, redde supplici felix uicem.

[177] cruentis paelicem poenis premat regalis ira, uinculis oneret manus clausamque saxo noctis aeternae obruat: 465 minora meritis patiar - ingratum caput, reuoluat animus igneos tauri halitus interque saeuos gentis indomitae metus armifero in aruo flammeum Aeetae pecus, hostisque subiti tela, cum iussu meo <470> terrigena miles mutua caede occidit; adice expetita spolia Phrixei arietis somnoque iussum lumina ignoto dare insomne monstrum, traditum fratrem neci et scelere in uno non semel factum scelus, 475 ausasque natas fraude deceptas mea secare membra non reuicturi senis: 478 per spes tuorum liberum et certum larem, per uicta monstra, per MANUS, pro te quibus <480> numquam peperci, perque praeteritos metus, per caelum et undas, coniugi testes mei, miserere, redde supplici felix uicem.

[208] non ut in socerum MANUS armes nec ut te caede cognata inquines Medea cogit: innocens mecum fuge.

[271] huc ille uasti more torrentis iacens 695 descendat anguis, cuius immensos duae, maior minorque, sentiunt nodos ferae (maior Pelasgis apta, Sidoniis minor), pressasque tandem soluat Ophiuchus MANUS uirusque fundat; adsit ad cantus meos <700> lacessere ausus gemina Python numina, et Hydra et omnis redeat Herculea manu succisa serpens, caede se reparans sua.

[285] uos quoque, urnis quas foratis inritus ludit labor, Danaides, coite: uestras hic dies quaerit MANUS.

[301] manet noster sanguis ad aras: assuesce, MANUS, stringere ferrum carosque pati <810> posse cruores - sacrum laticem percussa dedi.

[335] quaere poenarum genus haut usitatum iamque sic temet para: <900> fas omne cedat, abeat expulsus pudor; uindicta leuis est quam ferunt purae MANUS.

[339] prolusit dolor per ista noster: quid MANUS poterant rudes audere magnum? quid puellaris furor?

[367] o placida tandem numina, o festum diem, o nuptialem! uade, perfectum est scelus; uindicta nondum: perage, dum faciunt MANUS. [381] Medea) si posset una caede satiari haec MANUS, <1010> nullam petisset.

"Manus" apparaît comme une notion régulièrement associée aux concepts "crime" et "vengeance": c'est l'instrument des forfaits perpétrés dans cette tragédie.

Parlons-en "un peu" de cette tragédie de Sénèque. L'environnement hypertexte est en préparation. Nous avons été frappés par le caractère vif, incisif et violent des répliques surtout celles de Médée vis-à-vis de Jason. A titre d'exemple, un bref échantillon:

478 per spes tuorum liberum et certum larem,
per uicta monstra, per manus, pro te quibus

[480] numquam peperci, perque praeteritos metus,
per caelum et undas, coniugi testes mei,
miserere, redde supplici felix uicem.
477 aliena quaerens regna, deserui mea:
483 ex opibus illis, quas procul raptas Scythae
usque a perustis Indiae populis agunt,
485 quas quia referta uix domus gaza capit,
ornamus auro nemora, nil exul tuli
nisi fratris artus: hos quoque impendi tibi;
tibi patria cessit, tibi pater, frater, pudor -
hac dote nupsi. redde fugienti sua.

[490] (Iason) perimere cum te uellet infestus Creo,
lacrimis meis euictus exilium dedit.
(Medea) poenam putabam: munus ut uideo est fuga.
(Iason) dum licet abire, profuge teque hinc eripe:
grauis ira regum est semper.
(Medea) hoc suades mihi,
495 praestas Creusae: paelicem inuisam amoues.
(Iason) Medea amores obicit?
(Medea) et caedem et dolos.
(Iason) obicere tandem quod potes crimen mihi?
(Medea) quodcumque feci.
(Iason) restat hoc unum insuper,
tuis ut etiam sceleribus fiam nocens.

[500] (Medea) tua illa, tua sunt illa: cui prodest scelus,
is fecit
- omnes coniugem infamem arguant,
solus tuere, solus insontem uoca:
tibi innocens sit quisquis est pro te nocens.
(Iason) ingrata uita est cuius acceptae pudet.
(Medea) 505 retinenda non est cuius acceptae pudet.

La traduction française, de ce passage, tirée d'une édition du 19e siècle, une belle infidèle, n'est, hélas, pas à la hauteur de la violence des propos échangés:

Par les enfants que tu espères d'une nouvelle épouse, par le repos que tu vas trouver dans le palais de Créon, par les monstres que j'ai vaincus,

[480] par ces mains toujours dévouées à te servir, par les périls dont je t'ai délivré, par le ciel et la mer témoins de nos serments, prends pitié de ma misère, je t'en supplie, et rends-moi, au sein de la prospérité, le prix de mes bienfaits. De toutes ces richesses que les Scythes vont ravir si loin et rapportent des brûlantes plaines de l'Inde, de ces monceaux d'or si considérables, que nos palais ne peuvent les contenir et que nous en faisons l'or- nement de nos bois, je n'ai rien emporté dans ma fuite que les membres de mon frère; encore était-ce pour toi. Ma patrie, mon père, mon frère, ma pudeur, je t'ai tout sacrifié : ce fut ma dot. Rends-moi tous ces biens puisque tu me renvoies.

[490] (Jason) - Créon, dans sa colère, voulait vous ôter la vie. Fléchi par mes larmes, il se borne à vous exiler.
(Médée) - Je regardais l'exil comme un châtiment; mais, à ce que je vois, c'est une faveur.
(Jason) - Tandis que vous le pouvez encore, fuyez, sauvez-vous de ces lieux. Les rois sont terribles dans leur colère.
(Médée) - Ce que tu me conseilles, c'est pour Créuse que tu penses l'obtenir : tu veux l'affranchir d'une rivale odieuse.
(Jason) - Médée me reproche mes amours?
(Médée) - Oui, et tes meurtres, et tes perfidies.
(Jason) - Mais de quels crimes enfin pouvez-vous m'accuser?
(Médée) - De tous ceux que j'ai commis.
(Jason) - Il ne reste plus qu'à me déclarer coupable même de tous vos forfaits.

[500] (Médée) - Ces forfaits sont les tiens, oui les tiens : le crime est à celui qui en recueille les fruits. Quand je serais infâme pour tous les autres, toi seul devrais me défendre, et soutenir mon innocence. Celle qui s'est rendue coupable pour toi, doit être pure à tes yeux.
(Jason) - La vie est un supplice, quand on rougit de l'avoir reçue.
(Médée) - On ne la conserve pas, quand on rougit d'un tel bienfait.

Il se fait qu'en ces jours même une nouvelle adaptation de cette tragédie - mais d'après Euripide - est donnée à Paris au Théâtre national de Chaillot. Fabienne DARGE en donne un compte-rendu dans Le MONDE, édition du mardi 18 mars 2003. A première vue - mais sans avoir assisté à la représentation - il semble s'agir d'une autre Médée:

Oubliez tout ce que vous savez de Médée. Oubliez la Grèce, les dieux et les mythes, la furie meurtrière tout entière à ses proies attachée. Médée par Deborah Warner et Fiona Shaw, c'est ici et maintenant.

--- Oui, Médée est drôle, et cela, qui est inouï, constitue l'un des coups de génie de la mise en scène de Deborah Warner, ce qui nous rend la personne proche, profondément compréhensible malgré l'horreur de son acte.

--- Car cette Médée est d'abord une histoire de couple. Un couple de bruit et de fureur à la Burton-Taylor, électrique, dont la faillite entraîne la tragédie. Réducteur, ce parti pris? Pas forcément. Depuis ses débuts, dans les années 1980, Deborah Warner n'aime rien tant que mettre à nu le coeur et les nerfs des textes. Et le coeur et les nerfs, ici, tiennent en un mot, qui revient constamment dans le texte d'Euripide: sexe, ou plus exactement "lit", qui, chez les Grecs avec une luciditë cruelle, désignait à la fois l'objet et la femme qui l'occupait ---.

Dans la pièce de Sénèque, ce sont plutôt, comme nous venons de le relater, les mains qui reviennent constamment.


Jean Schumacher
LLN, le 21 mars 2003


 
UCL | FLTR | Itinera Electronica | Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 17/02/2002